MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

NRL : Le dérapage des coûts impose de résilier le marché de digue surtout en prévision de la crise post-covid


Par François PAYET, Alternatives Transports Réunion (ATR-Fnaut) - Publié le Lundi 27 Juillet 2020 à 16:38 | Lu 706 fois

Face à des positions inconciliables et au risque de désordre public, la seule issue de sagesse reste la résiliation du marché de digue. Il s’agira alors de finir la NRL avec, souhaitons-le, une solution de développement durable à moindre coût, plus social et au moindre impact environnemental.

Des positions inconciliables

D’un côté, le Groupement NRL (GTOI-SBTPC-Vinci) incapable d’honorer son engagement de 2013 à fournir les matériaux de son marché MT5-2 au prix convenu en 2014. À 298 M € pour 2,7 km soit 110 M € du km, il prenait le risque d’un dumping face à Eiffage et sans garantie d'enrochement comme le faisait alors remarquer le BET EGIS. Mais ils ont continué à soutenir l’illusion de ce choix de digue dont la mise en service était prévue en 2019. Ils en sont coupables !

La meilleure défense reste l’attaque... Bien que défaillant, le groupement réclame l’augmentation du marché à environ 450 voire 500 M €. Il serait pourtant redevable de pénalités de retard très importantes si son client n’avait retardé complaisamment l’ordre de service de démarrer la digue. La demande du groupement NRL est indéfendable du fait de son contrat MT5-2. Peut-il encore exiger des indemnités selon un « protocole » de relèvement du prix confidentiel quand le Parquet national financier (PNF) enquête sur la procédure d’appel d’offres ?

De l’autre la Région, dont les ressources budgétaires font déjà l’objet d’alertes de la Chambre régionale des comptes (CRC) et se sont encore affaiblies par la « crise covid ». Elle ne peut, en outre, augmenter légalement que de 15 % le prix de base du marché, soit 45 M € et cela seulement en cas de modification de sa commande, ici non avérée !

Encore des barrages en force

De nouveau, les transporteurs, pourtant exclusivement tributaires des commandes du Groupement NRL, se retournent vers la Région, inconscients de leur instrumentalisation possible. Il est vrai qu’elle est coupable aussi d’avoir entretenu une promesse de gains mirobolants. Leur mécontentement est à la hauteur du risque pris à l’époque pour rembourser des camions à 200 000 €, risque prudemment évité par le groupement...

Enfin, face à la pression des transporteurs désabusés et plus inquiets de leurs dettes que de celle de la collectivité, les riverains des carrières et le collectif « contre la digue » qui regroupe les associations citoyennes et environnementales. Ceux-ci font droit à poursuivre leur résistance, en s’appuyant sur les récentes décisions de justice. Celles-ci demandent d’actualiser les besoins en matériaux de la NRL et l’étude d’impact des carrières.

Résilier le marché MT5-2 est inévitable

Si le fameux nouveau protocole "andains" était acté cette semaine, ce serait pour mettre les andains en site de dépôt, en attente ! Car il n'y a toujours pas de roches massives pour les bloquer dans l’eau. Et l'autorité environnementale (AE), sollicitée sur le fond quant au défrichage de Bois-Blanc, a de nouveau demandé de compléter l'étude d'impact et d'actualiser les besoins.

L’arrêt persistant des travaux justifie la décision de la Région de raccorder le viaduc sur les voies actuelles. Mais, cette fois, l’ouvrage doit se faire en dédommagement, aux frais et risques du groupement NRL défaillant, si la Région résilie le marché MT5.2 à bon droit. La collectivité doit aussi réclamer des pénalités de retard car elle a été entrainée dans un choix technique irréaliste que doit assumer le groupement NRL depuis son offre de 2013.

Affaiblie par le coût de son chantier titanesque, la Région doit absolument en prévision de la crise post-covid reconstituer sa capacité d’investissement afin d’étudier les moyens de finir la NRL. Mais cette fois, souhaitons-le, sur des critères de développement et déplacement durables.




1.Posté par C''''est un beau roman, c''''est une belle histoire, une romance d''''aujourd''''hui le 27/07/2020 19:32

Egis Concepteur du long terme Mai 2017 / N° 43

Didier Robert

.......... Par ailleurs, le haut niveau d’exigence
environnementale demandé par la région
Réunion, maître d’ouvrage, contribue aussi à
faire de ce chantier une opération exemplaire, préfigurant les chantiers de demain, qui devront tous limiter autant que possible les impacts environnementaux. Dans ce domaine aussi, les entreprises réunionnaises sont donc tirées vers le haut, en termes de savoir-faire et de qualification, par l’opération NRL.
Le retour d’expérience de ces travaux
maritimes, avec la prise en compte des forts enjeux liés à la fréquentation par des mammifères marins, pourra aussi être valorisé à une échelle internationale et mettre en valeur La Réunion qui avance.



Egis est maître d’œuvre du
chantier NRL depuis bientôt six ans. Quel bilan faites-vous de la manière dont sont menées les opérations?

D. R.: Après les phases de conception du chantier, le rôle du maître d’œuvre est à la fois fondamental pour garantir le respect
des clauses techniques et environnementales particulièrement exigeantes, les délais et le coût du projet. Cela nécessite la mise en place d’un contrôle strict, sans faille et adapté aux enjeux. En phase chantier, je considère qu’il reste une dimension essentielle de la mission de maîtrise d’œuvre, en particulier pour un projet de cette importance avec une forte sensibilité environnementale: les entreprises doivent être encadrées au plus près. Une bonne entente entre les équipes du maître d’œuvre (MOE) et celle du maître d’ouvrage, qui assurent la conduite d’opération (COP) est également
indispensable. Il faut absolument partager en amont les objectifs et les stratégies vis-à-vis des entreprises pour ne pas les laisser faire « aller le contrat là où elles le souhaitent ». Le binôme MOE-COP doit donc fonctionner en étroite synergie et être en capacité d’anticiper.

Sur le plan de la tenue des contrats et des coûts, là
aussi, la maîtrise d’ouvrage attend une grande fermeté de la part de la maîtrise d’œuvre. La préservation des intérêts du maître d’ouvrage autant technique (qualité des ouvrages) que financier (optimisation des coûts) doit bien sûr figurer au cœur des préoccupations quotidiennes de la maîtrise d’œuvre.
Dans ces conditions, le projet avance de manière très satisfaisante, au-delà des difficultés rencontrées sur l’approvisionnement en
matériaux, et le maître d’œuvre remplit la mission qui est la sienne sur ce grand chantier exceptionnel......

2.Posté par klod le 28/07/2020 21:01

nonobstant les considérations développées par un tel ou un tel !

un fait : c'est bien la région qui a refusé l'option tout viaduc ………………..

assez tergiversé , kissa l'autér so bande ladi la fé : la région , si elle avait , et si seulement si, choisi le tout viaduc ………………….


pov run a causé et causé pour rien ………………… un symbole pour la run : l'Endormi, animal préhistorique que lé joli et qui sava ti dousman !


la région dite réunion, a choisi de ne pas faire le tout viaduc d'où les suites ( carrières , comiques transporteurs, conglomérats industriels )………… …………… mais au départ , c'est bien la reugion à la robert didier qui a refusé le tout viaduc , nan ? c'est simple comme disait un pote …….


kissa l'autér : la région qui n'a pas choisi le tout viaduc ! me trompais je ? le reste n'est que la suite d'un choix STUPIDE …………….

3.Posté par Charles le 05/08/2020 18:46

Quelqu’un a demandé la date de livraison du pont de la rivière des galets. D’après des informations de la pyramide tête en bas le pont serait mis en service fin janvier 2021. L’entreprise GTOI chargée de la construction du pont demande à la Région la somme de 1 millions d’euros supplémentaire si elle veut une livraison pour la fin du mois de décembre 2020 soit pour deux semaines travaillés. Jack pot de Noel sachant que les entreprises du BTP sont en vacances du 18 décembre au 18 janvier soit une plus- value de 1 millions pour gagner deux semaines de délais. Quel intérêt pour les automobilistes contribuables alors que pendant cette période, beaucoup de réunionnais sont en vacances et il n’y a pas de bouchon.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes