MENU ZINFOS
Economie

NRL : L'avis du CESER sur le chantier


Le CESER (conseil économique, social et environnemental régional) a rendu un avis sur le rapport relatif au chantier de la Nouvelle route du littoral, adopté par voie de consultation électronique le 26 octobre par ses membres. En voici la conclusion :

Par N.P - Publié le Jeudi 28 Octobre 2021 à 10:14

NRL : L'avis du CESER sur le chantier
Le CESER a interpellé régulièrement le Conseil régional sur sa capacité financière à mener à terme ce chantier. Dans son avis sur « la liaison Ouest-Nord » de 2006, le CESER estime que la solution viaduc-digue comporte beaucoup d'incertitudes et de risques sur sa pérennité et son sur-coût d'entretien. Le CESER rappelle l'intention commune des parties sur la nécessité de sécurisation des routes nationales, dont la route du littoral, à ce titre, le CESER questionne la répartition de l'évolution des coûts entre les deux partenaires que sont l'État et la collectivité régionale et l'effectivité de cette sécurisation au vu des risques humains. La difficulté qu'allait représenter la question des matériaux face aux besoins exprimés est un élément essentiel que le CESER avait mis en avant dès 2016. De même, l'aménagement des entrées de villes et leur articulation synchronisée avec le chantier de la NRL était un point d'alerte soulevé par le CESER dès 2016.

NRL : L'avis du CESER sur le chantier
Le schéma ci-dessus montre, pour répondre au choix de la meilleure solution, qu'il faut rechercher un équilibre entre les enjeux sectoriels, les écosystèmes des acteurs publics et privés, en cohérence avec les échelons territoriaux concernés (communes, EPCI et Conseil régional). Le challenge est d'agir en cohérence, en réussissant les mutations nécessaires et de nourrir l'engagement des parties prenantes concernées. Une étude conduite par la chaire d'économie urbaine de l'ESSEC montre qu'en matière d'aménagements, les vrais blocages peuvent être profonds. Essentiellement organisationnels et socioculturels, ils se situent au coeur même de l'organisation territoriale et dans la persistance de pratiques trop rigides. L'évolution démographique du territoire et l'adéquation de l'aménagement (logement, mobilités, eau, éducation) nécessitent cette anticipation et cette approche multidimensionnelle et non plus une approche en silo, par politiques publiques, et des mises en œuvres désynchronisées. La NRL se situe à l'intersection de ces trois dimensions démontrant la complexité d'une réponse à apporter. Aussi, le CESER propose de passer de l'intérêt catégoriel à l'intérêt général, seule voie des possibles.

Comme nous l'avons décrit, un nouveau pacte social territorial s'impose à toutes les parties prenantes. En effet, si l’on voit se multiplier des projets de pistes cyclables, des initiatives souvent réussies de végétalisation ou de piétonisation, de Transports collectifs en site propre, etc., l’échelle et le rythme du changement sont très loin d’être suffisants pour répondre aux besoins d'aménagement du territoire. Manquons-nous, comme on pourrait le croire, de solutions techniques pour apporter des réponses concrètes aux enjeux de nos villes et de nos territoires ? La question est-elle uniquement financière ? Faut-il plus d'ingénieries localement ? Dans cet avis, le CESER propose ainsi, s'agissant des options proposées pour l'achèvement du chantier de la Nouvelle route du littoral (digue à talus, digue à caisson, digue béton, viaduc...) mais également pour tout chantier structurant à venir, une méthodologie :

- Recourir à une gouvernance territoriale adaptée aux enjeux environnementaux, financiers et humains.
- S'assurer de l'acceptabilité sociale du projet grâce à un process de co-construction et une évaluation socio-économique posée en amont et informant des externalités positives et négatives du projet.
- Planifier l'aménagement durable du territoire et construire un horizon commun, lisible et profitable au plus grand nombre.

Sans une mutation vigoureuse dans les pratiques de gouvernance, de planification, de concernement des parties prenantes, aucune transition ne pourra véritablement s’opérer, dans les délais nécessaires. La Réunion fait face à des enjeux d’une complexité multidimensionnelle et d’une diversité exceptionnelles, de l’impact carbone à la biodiversité, en passant par la gestion des ressources naturelles, l’équité socio-spatiale, la qualité du cadre de vie, ou encore l'enjeu de la réelle applicabilité d'un contrat Convergence à coté des budgets de droit communs. Le CESER rappelle donc la nécessité de disposer d'un budget de convergence et d'un budget de droit commun afin de différencier l'endettement qui relève d'investissements d'égalité réelle et celles relevant du droit commun liées aux besoins du territoire.




1.Posté par Laclim Afon le 28/10/2021 11:31

Le ceser, le machin qui coûte un POGNON de dingue

2.Posté par cenkorli le 28/10/2021 10:44

si je comprends bien , tout le monde avait prévenu le Conseil Régional des inconvénients d une route digue ?

3.Posté par justedubonsens le 29/10/2021 09:55

Rappelons nous les menaces des transporteurs pour obtenir du "travail" pour leurs gros camions à l'issue de la fin de chantier de la route des Tamarins.
DR a acquiescé à leurs exigences en faisant édifier le tronçon Possession-Gde Chaloupe en route digue et en faisant importer, par barge, de la roche de Madagascar déposée au Port puis amenée par camions sur le chantier, chantier réalisé en mer. Logique, économique et écologique non ?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes