MENU ZINFOS
Société

Muté à La Réunion, le cas concret d'un professeur alcoolique baladé d'académie en académie


​Quel est le traitement administratif accordé à un fonctionnaire présentant des comportements déplacés ? Derrière les déclarations fracassantes portées sur un plateau télé par une ancienne ministre, il y a parfois des cas concrets près de chez nous. Ils illustrent la difficulté, pour les rectorats et le ministère, à mettre hors-jeu un fonctionnaire répétant, académie après académie, les mêmes comportements.

Par Ludovic Grondin - Publié le Jeudi 13 Février 2020 à 11:15 | Lu 15677 fois

À défaut d’avoir fait toute la lumière sur ces pratiques de mutation dans les DOM, les propos de Ségolène Royal ont le mérite de mettre sur la place publique un sujet tabou qui a traversé l’Education nationale sur plusieurs générations de ministres.

À La Réunion, évoquons le cas d’un professeur qui avait fait parler de lui au sein d’un lycée de Saint-Paul à la fin des années 2000. 

Un cas d’école qui vient ici rappeler à quel point l’administration a décidément du mal à traiter ce genre d’incidents. Pire, comme nous le verrons dans quelques instants, il semblerait que le professeur indélicat aurait été affecté dans un autre département après avoir déjà fait parler de lui dans sa précédente affectation. Comme une patate chaude, le problème semble à chaque fois être "réglé" par le déplacement du mis en cause dans une autre académie… 

L’incident dont nous allons parler s’est déroulé en septembre 2009 au sein du lycée Louis Payen de Saint-Paul. En état d’ébriété manifeste, un professeur de français apostrophe l’une de ses élèves. Cette dernière a le malheur de s’habiller court-vêtu. "Avec une mini jupe comme ça, avec la foufoune dehors, tu fais tout pour exciter les gens", lance-t-il ce jour-là à l’adresse de cette lycéenne. L’enseignant lui-même s’amusera de son état d’ébriété en avouant à ses élèves que oui, "[il] carbure au rouge". Tous les élèves décident alors de boycotter le cours et avertissent leurs parents. 

Un incident qui arrive logiquement aux oreilles de l’association des parents d’élèves du lycée Payen. 

Dans un premier temps, méthodiquement, les parents d’élèves suivent la procédure de signalement auprès du proviseur, tout en ajoutant qu’ils souhaitent que leurs enfants ne soient plus confrontés à ce professeur. Ne pouvant prendre de décision concernant la carrière d’un professeur, le proviseur invite alors les parents à s’en référer au rectorat. Une démarche aussitôt faite, avec en copie le même courrier adressé au ministère de l’Education. 

"Il n’était plus du tout dans un état normal"

Alors que la décision de sanction du professeur malveillant suit son cours, le professeur incriminé prend l’initiative d’appeler deux parents d’élèves vis-à-vis desquels il avait eu des propos déplacés. Au lieu d’en ressortir grandi et de présenter ses excuses, le professeur s’enfonce un peu plus en avouant à une mère de famille qu’il "trouvait son élève très jolie", et qu’il "n’était qu’un homme", mais aussi qu’à cause de sa démarche, il allait faire l’objet de sanctions, tout en lui promettant que "si cette affaire s’arrêtait là, il ne prendrait pas de sanction" contre sa fille.

L'association des parents d'élèves informe également des faits le procureur de la République. Les parents de l’élève qui avait essuyé les remarques déplacées envisagent, à ce moment-là, d'aller plus loin en déposant une plainte. "Le proviseur et son adjoint ont réuni tout le monde et ont pris la décision conservatoire de mise à pied du professeur pendant une semaine", se rappelle un parent.

"À la rentrée de cette année 2009, nous ne connaissions rien de ce professeur. Il avait débarqué de nulle part. C’est après ces incidents que nous avons appris qu’il provenait de Mayotte et qu’il avait été viré d’un lycée de Mayotte car il couchait avec des élèves de 15 ans. Il avait déjà des problèmes d’alcool et de pédophilie, il faut appeler un chat un chat. Et ce qu’ils ont trouvé comme solution c’est de le muter à La Réunion", se remémore l'un des représentants de l'association des parents qui, après les déclarations de Ségolène Royal, a décidé d’illustrer la réalité de tels propos généralistes par un cas concret, vécu il y a dix ans. 

"Ce monsieur a disparu du lycée, il a été muté dans un autre lycée, je ne sais pas lequel", retracent enfin ces parents. 

Interrogé sur cette histoire, l’ancien proviseur du lycée Payen confirme que ce professeur avait posé problème, mais uniquement pour ses problèmes liés à l’alcool. Pour ce qui est du passé trouble du fonctionnaire à Mayotte, il dit ne pas en avoir connaissance. 

Rectorat : "Je peux assurer qu’on ne ferme pas les yeux"

"Le problème qui existait au lycée ce n’était pas un problème de pédophilie mais un problème d’alcool. Le professeur avait complètement perdu la raison. Il n’était plus du tout dans un état normal. Avant d’aller en salle, il avait déjà des soucis avec ses collègues dans la salle des profs. Mais je n’avais aucune information, en tant que proviseur, sur les motifs de mutation des enseignants. Nous on est absolument pas dans les dossiers. On nous affecte des enseignants comme on nous affecte des élèves, et on les accueille. Il a été suspendu dans ses fonctions, il est passé devant un conseil de discipline qui s’est déroulé au rectorat et il a été muté en métropole, dans son académie d’origine, à Lyon me semble-t-il", se rappelle Roland Lallemand, proviseur à Saint-Paul cette année-là. 

Sollicité sur ce cas précis, le rectorat de La Réunion nous confirme qu’il n’est pas possible, pour ses services, de répondre sur un cas particulier. 

Francis Fonderflick, le secrétaire général de l’Académie de La Réunion
Francis Fonderflick, le secrétaire général de l’Académie de La Réunion
Francis Fonderflick, le secrétaire général de l’Académie de La Réunion, nous répond :
 
Quelle est la panoplie de mesures à la disposition d’un rectorat dans pareil cas de figure ?

Tout d’abord, j’aimerais dire que les enseignants sont soumis, globalement, aux mêmes droits et obligations que tout autre fonctionnaire. Certes, ce sont ceux qui sont le plus en contact avec les enfants.
 
Dès qu’on a un signalement par rapport à un comportement inapproprié, on déclenche une alerte, le temps de voir la gravité du cas. On essaye tout de suite d’avoir la version contradictoire du fonctionnaire pour que lui aussi puisse se défendre. On procède aussi, souvent, à une mesure de suspension de quatre mois, ce qui permet de protéger à la fois les gens qui signalent quelque chose de grave et en même temps le fonctionnaire.
 
Ces quatre mois nous permettent de mener une enquête administrative, et qui peut être doublée d’une enquête pénale. Évidemment, si l’enquête pénale dure plus longtemps que quatre mois - en fonction de la gravité des faits - on prolonge la mesure de suspension tant que le procureur n’a pas pris sa décision. Cela veut aussi dire que la présomption d’innocence vaut aussi.
 
Dans ces cas assez graves, nous au rectorat on attendra toujours l’éclairage du pénal, car c’est une décision sur laquelle on pourra s’appuyer pour prendre une décision administrative.
 
Si le procureur ne donne pas suite sur l’aspect judiciaire, cela ne nous empêche pas de voir si, sur l’aspect administratif, il ne peut pas y avoir de sanctions disciplinaires. Et ces cas de figure, ça arrive.
 
Ensuite, il faut comprendre aussi que pas toutes nos décisions ont été traitées au pénal. Il y a aussi une graduation dans les sanctions. À notre niveau, ça peut aller de l’avertissement au blâme. Dans le cas de faits graves, c’est l’académie qui instruit le dossier, met en place un conseil de discipline et on transmet un avis, mais la décision appartient au ministère pour les faits les plus graves, qui peuvent amener jusqu’à la révocation.
 
Derrière toutes ces interrogations, il s’agit finalement de répondre à l’inquiétude des parents d’élève, et je peux assurer qu’on ne ferme pas les yeux ! Au contraire. Mais on ne travaille pas sur des rumeurs, mais sur le rapport que nous fait le chef d’établissement.
 
Le rectorat est-il mis au courant du passé problématique, dans une autre académie, d’un enseignant que vous accueillez ?
 
Concernant la mutation, un fonctionnaire peut muter comme il veut. Il y a des règles de mouvement. On ne se pose pas la question de savoir pour quelle raison il mute. Par contre, il y a ceux qui ont un dossier disciplinaire ou pénal qui a obligé ou amené à la mobilité. S’il y a eu une sanction pénale, mais qui ne mérite pas la révocation de l’agent, il peut être autorisé à travailler dans d’autres emplois. Généralement, l’administration s’adapte aux décisions de justice. Mais on est pas tout d’un coup innocent ou tout d’un coup coupable et donc systématiquement révoqué. Donc il peut y avoir des agents sanctionnés pénalement et disciplinairement et qui changent d’académie, soit à leur demande, soit parce qu’ils sont invités à changer d’académie. Quoi qu’il en soit, quand il y a dans le dossier une procédure disciplinaire, il y a le signalement qui suit avec la mobilité. On n’ignore rien de ce qui a pu être fait dans l’ancienne académie. En plus on a un réseau qui nous permet de dire : ‘voilà, on a eu tel cas dans notre académie, ça a été traité comme ça administrativement, comme ça pénalement’, et donc l’intéressé a demandé sa mutation, mais ce n’est pas si grave et qu’il est toujours autorisé à travailler avec des élèves. Mais en tout cas il est quand même signalé.
 
Les chefs d’établissement sont-ils tenus au courant du passé des professeurs qu’ils accueillent ?
 
Non, car c’est comme si on fichait les gens. C’est comme une personne condamnée qui aurait purgé sa peine et qui ne pourrait plus trouver de travail parce qu’elle a été condamnée. Mais dans le cas, et je pense que c’est plutôt çà l’inquiétude, de comportements particuliers vis-à-vis des mineurs, c’est-à-dire quelqu’un qui n’aurait pas été révoqué, mais qui aurait eu des attitudes inadaptées face à des élèves, etc., si jamais il devait être encore autorisé à travailler en présence d’élèves et qu’il arriverait dans notre académie, on a, nous, des tableaux de suivi de ces personnes là qui restent en observation académique.
 
Que pouvez-vous nous dire sur le cas de cet enseignant muté à La Réunion après s'être fait remarquer à Mayotte ?
 
Je ne vous parlerai pas d’un cas, car je n’ai pas le droit. Il faut se méfier des rumeurs. Si ce monsieur a fait ça, que ça été signalé et qu’il n’a pas été sanctionné, c’est peut-être qu’il ne l’a pas fait. Donc il faut quand même se méfier, car il faut aussi protéger nos enseignants face aux accusations fausses. Et c’est déjà arrivé.
 
Combien de cas de contentieux doit traiter l’académie chaque année ?

L’académie, sur une année scolaire, c’est environ une dizaine de procédures de discipline en moyenne. Ça peut aller de l’enseignant qui a un comportement bizarre, de deux enseignants qui se battent ou une attitude de fonctionnaire indigne. Il y a de tout, mais, globalement, il y a très rarement de fautes considérées comme graves.



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

54.Posté par Roberto le 19/02/2020 11:17

@53 rajoutez donc à votre liste "Ségo la mytho"!

53.Posté par Dignité le 19/02/2020 08:42

Quand Ségolène ROYAL dénonce à l'antenne ce genre de pratique , tous ceux qui la détestent lui déversent dessus des injures et autres quolibets (c'est Bécassine qui parle !) pour la discréditer et étouffer sa voix.

Maintenant que des vérités se révèlent on ne les entend plus mais le mal est fait: on l' a fait passer pour une nulle et une conne.

J'espère et je souhaite que nous n'aurons pas à choisir entre Marine LEPEN et Jean Luc MELANCHON au second tour de la présidentielle de 2022. On y court , je le sens.

Nous avons déjà comme dirigeants du monde : un cinglé Donald TRUMP, un paranoïaque: Vladimir POUTINE, un clown et un menteur: Boris JONHSON, un président à vie en Chine, un va t-en guerre en TURQUIE, un excité en INDE etc...
Manque plus que la France pour ajouter à cette clique quelqu'un (ou quelqu'une) ayant la même approche du pouvoir. L'humanité en sortira grandi et la paix dans le monde sera sûrement mieux garantie.

52.Posté par Mwin la pa di le 15/02/2020 07:42 (depuis mobile)

Ne soyons pas hypocrite, au lycée de St Denis nous avions aussi des prof Réunionnais qui avaient un sacré penchant pour la bouteille. Ils sont restés en poste...sans être muté. Dans toutes les académies il y avait des cas de prof à problème...

51.Posté par Roberto le 14/02/2020 18:50

@50 des faits? lesquels exactement?

50.Posté par MICHOU le 14/02/2020 17:02

Et voilà, on a sauté sur @Ségolène Royal et encore une fois, les faits lui donnent raison. Quand c'est le Canard Enchaîné ou Médiapart on applaudit, sinon on démolit systématiquement

49.Posté par Marianne le 14/02/2020 13:26 (depuis mobile)

Le fond du problème est grave :une pratique particulière des mutations dans le service public, sensé être neutre et garant de valeurs essentielles de la République. La pratique a été viciee à grande échelle pour les DOM. Le communautarisme triomphe.

48.Posté par maikouai le 14/02/2020 13:05

Cet étonnement, cette surprise même quasi généralisé, suite à la déclaration de Ségolène est à peine croyable? Les mutations d’office dans la fonction publique ont toujours été utilisées dans le cadre de ces différents manquements ou de protection de témoin aussi. Les mutations d'office (sanction ou protection) s'utilisent surtout: 1 quand la preuve formelle d'accusation pour différentes raisons, n'a pas eu de suite judiciaire ; 2 quand la protection vitale de témoin s'avère indispensable.
Le plus désagréable dans ces opérations, c'est qu'officiellement, le nouveau service du "muté", n'a pas connaissance de la cause profonde et réelle de l'opération concernant :l'agent muté, l'élève déplacé...
Sans porter ici caution ou pas à ce système, ce billet est juste là pour souligner la surprise occasionnée suite à une pseudo révélation.
Enfin faut plus s'étonner de rien notre "Fouké" oiseau marin de nuit aux cris lugubre.. annonciateur de décès, selon 'imagerie populaire se fait débaptiser : "latimise" semble être son appellation nouvelle ??? pour éviter la disparition du Fouké....?!

47.Posté par IXE le 14/02/2020 12:32

39.Posté par SETENG le 14/02/2020 00:31

20/20 !

46.Posté par cafmarron le 14/02/2020 11:21

@ poste AH AH AH je vous demanderai d'aller voir si j'y suis les alcoolos il y an a de partout et les déchets je suis contre la dégradation de la nature mais en France je parle de la vraie elle ne donne pas sa part aux cochons la France est sale la preuve un maire d'une commune a pris en flagrant délie le pollueur et retour chez lui et la facture pour sa pompe les cochons sont de partout je vous demanderai de vider la seine et là mon cher poste 40 vous serez vite surpris les cochons et les alcoolos n'est pas une spécialité made in réunion elle est mondiale.

45.Posté par Roberto le 14/02/2020 09:47

@44
Parfaitement résumé, approuved by Zinfo mille collines!

44.Posté par SNOEK le 14/02/2020 08:25

Pourquoi se compliquer la vie ?

Résumons et finissons en :

les profs sont alcooliques, pédophiles et incompétents surtout s'ils sont métropolitains et syndiqués.

C'est d'ailleurs comme ça qu'ils sont choisis à des concours hyper-faciles où on ne choisit que les pires.

Et voilà, tout est dit.

43.Posté par Papayou le 14/02/2020 08:10

Au-delà des problèmes de pédophilies et d’alcoolismes, tous ceci est révélateur des multiples tabous présent dans l'éducation nationale et du rectorat de la Réunion... Circulez... tout va bien... et surtout : "Pas de vagues".

42.Posté par :-/ le 14/02/2020 07:46 (depuis mobile)

En même temps il a pas forcément menti à l'élève il n'aurait pas du en toucher par contre.

41.Posté par Maillot le 14/02/2020 07:31 (depuis mobile)

Posté par Norbert Sigismeau...Je ne pourrai pas vous dire si ses anciens élèves ont pris le relai mais en tout cas si c''est le cas j''espère qu''ils n''ont pas la responsabilité d''enfants et encore moins des miens...

40.Posté par ah,ah,ah! le 14/02/2020 05:49

Rassurez vous les baveurs , nous avons nous aussi nos profs et instits alcooliques créoles , ils tiennent bien la bouteilles eux aussi.
J'en ai vu , plus souvent que je ne l'aurais voulu , arriver au volant de leur belle bagnole et titubant vers leurs classes .
Il y a une vingtaine d'années , un prof d'atelier d'un lycée du Sud se permettait de ronfler tranquillement en cours , affalé sur son bureau dans la salle de techno après un repas de midi trop arrosé...les élèves attendant que ça se passe et le proviseur , qui buvait aussi n'y trouvait rien à redire ( il était au courant bien sûr)
Et que dire de certains principaux locaux qui avaient la trogne et l'haleine typique de l'alcoolique ...

Mais rappelez vous quand même que vous avez eu , pour la plupart , des instituteurs et des profs qui faisaient bien leur boulot, qui n'étaient pas ivres , qui étaient même souvent bienveillants ( le mot est à la mode aujourd'hui) et que beaucoup d'entre nous leur doivent d'être sortis du fénoir!

Mais c'est tellement plus simple de généraliser et surtout de se décharger de sa haine de l'école ( à voir l'orthographe et la syntaxe de certains on comprend pourquoi!) sur le zoreil , regardons nos rues , et nous verrons que les alcooliques qui y traînent sont plutôt créoles ...Oui , je sais ça n'est jamais agréable à dire ni à entendre...

Quant à dire que la Réunion est une poubelle ( tellement facile) , en effet , elle l'est, il suffit de se promener dans nos rues et nos sentiers pour voir que nous avons cent ans de retard en matière de propreté et de civisme...mais certains diront que ce sont ces salauds de touristes qui laissent leurs déchets ( tout le monde sait qu'un touriste , ça se promène avec une machine à laver , un frigo, des vieux pneus voire des animaux morts dans son sac à dos!)

39.Posté par SETENG le 14/02/2020 00:31

J'avais écrit ça, il y a quelques années, pour me souvenir que l'Homme n'est qu'un Homme , et qu'on trouve de tout, partout, dans l'enseignement comme ailleurs. (Les faits rapportés dans ces descriptions sont exacts)
MARTINE, PROF.
J’ai toujours essayé, comme la grande majorité des soixante profs du Lycée, de faire mon métier avec conviction, de naviguer du mieux possible, de prendre - comme on nous l’a appris à l’Institut de Formation des Maîtres - les élèves à un niveau 1, pour les porter le plus haut possible, à un niveau 2. Il y a les échecs, il y a les réussites, qui effacent le reste.
Et puis, il y a Jean-Louis. Toute sa carrière dans la boite, Jean-Louis, c’est, dit-on, un « pilier » de l’établissement, qui s’accroche à son siège, qui va sur ses soixante cinq ans, âge limite, qui gratte tout ce qu’il peut gratter: prof principal à vie, bidouillages à droite, heures supplémentaires à gauche…. Sa notoriété, son culot, font qu’on lui permet de choisir les meilleures classes, qu’il s’emploie ensuite à chloroformer. Fout plus grand chose, en réalité, le Jean-Louis. On peut l’entendre marmonner des cours lassants, qu’il n’a pas dépoussiérés depuis des années. Remplit même plus le cahier de texte. Bien vu, bien noté, « excellent professeur », en haut de l’échelle. Le proviseur, l’inspecteur, tout le monde dans sa poche……
Et puis, il y a Carole, absente le lundi, absente le mardi, présente le jeudi car elle n’a qu’une heure de cours, et donc jamais remplacée. Toujours malade. Mais tous les samedis soirs on la voit en boite. Envoie même plus d’arrêt maladie. On lui a ôté une fois la moitié de son salaire. Elle s’en fout, son mari gagne bien. Elle bousille depuis des années des générations entières d’élèves qu’elle envoie traîner dans les couloirs, finir à la Vie Scolaire, sans jamais un cours suivi. Le proviseur gémit auprès du Rectorat, qui ne bouge pas …Alors, le proviseur se fait une raison car, heureusement, elle vient de demander à être mutée dans un autre établissement pas loin des plages. Le Proviseur lui mettra un avis très très favorable.
Et puis, il y a Martine, jeune prof, à fond dans son métier. Toujours à l’écoute de ses élèves, Martine, même entre les cours, à la récré, dans les couloirs, où ils la suivent en groupes avec leur bloc-notes. Ils l’aiment, elle les respecte. Moi qui suis arrivé à un certain âge, j’admire etje jalouse son charisme : C’est incroyable comme elle sait les intéresser. Pourtant, elle ne sera pas mieux notée que les autres. L’inspecteur la classera dans la « fourchette », le rectorat qui l’ignore ne lui donnera pas de médaille ni de « Palmes Académiques ». Celle-ci a compris qu’être prof, c’est déjà être fonctionnaire, au service des élèves. Martine, tu ne le sais pas, mais ce sont des profs comme toi, non arrivistes, non j’men foutistes, non intéressés, mais travailleurs, soigneux, méticuleux, volontaires, dévoués à leurs élèves, pédagogues à l’extrême, qui font que j’aime encore un peu plus mon métier, et qui me donnent l’énergie nécessaire pour remonter la pente certains jours de lassitude.

38.Posté par Fandechichourne le 13/02/2020 23:47 (depuis mobile)

J''en ai connu au moins 2 qui avaient leur fiole d''alcool dans leur armoire... Souvent ils étaient alcoolisés et enseignaient qui l''un le dessin et l''autre la musique...les pauvres élèves ne fichaient pas grand chose en classe, tout le monde savait...

37.Posté par Alain Posteur le 13/02/2020 22:42

Dénoncer un alcoolique à La Réunion, c'est l'hôpital qui se fout de la charité!

36.Posté par C''est quoi ce titre erroné ? 😡 le 13/02/2020 22:41 (depuis mobile)

Ce "professeur" est certainement un alcoolique, mais SURTOUT un pédophile notoire avec ses relations à Mayotte ! 😡
Comment peut il être encore enseignant dans l''éducation nationale ? À oui, j''oubliais, il est à gôôôche dans le camp du bien... 😡

35.Posté par Norbert Sigismeau le 13/02/2020 22:06

28.Posté par Georges POTOLA-------- ouais t as raison ! mais maintenant avec l evolution l ile se suffit a elle meme pour combler les lacunes des mutés qui sont repartis !! sur les points que tu decris !!!!!!!

34.Posté par Norbert Sigismeau le 13/02/2020 22:04

27.Posté par Maillot et..........certainement qu a l heure actuelle se sont ses anciens eleves qui ont pris la releve !

33.Posté par Norbert Sigismeau le 13/02/2020 21:21

22.Posté par Reese

"" J’en ai un voisin comme ça, en arrêt maladie depuis 10 ans"" je pense que tu es un peu mytho de plus un fonctionnaire dans cette situation ne peut toucher un salaire !!!!!!!!!!!!!!!!!!

32.Posté par Victorinox le 13/02/2020 20:37 (depuis mobile)

La pédophilie et l''alcoolisme sont deux problèmes complètement différents. Il y a deux ou trois ans, on a beaucoup parlé d''un monsieur Ghanty, profeseur soupçonné de relations inappropriées avec une élève mineure. Ce n''était pas un métro.

31.Posté par Lux fiat le 13/02/2020 20:10 (depuis mobile)

Ce sujet révèle l absence de TRANSPARENCE DES MUTATIONS vers les DOM et le rôle capital des BONS SYNDICATS dans l administration. En République ces pratiques illicites d un autre âge doivent être dénoncées.

30.Posté par ali le kafhir le 13/02/2020 20:03

la réunion a pendant longtemps été un département disciplinaire
D'ailleurs personne ne savait ou ça se trouvait

29.Posté par Lux fiat le 13/02/2020 20:00 (depuis mobile)

Ce sujet révèle l absence de TRANSPARENCE DES MUTATIONS vers les DOM et le rôle capital des BONS SYNDICATS communautaires dans l administration. En République ces pratiques illicites d un autre âge doivent être dénoncées.

28.Posté par Georges POTOLA le 13/02/2020 19:22

Attention Zinfo, là tu touche aux mutés, ce sont les plus intelligents de la France Métropolitaine, ils sont sacrés ce sont des cerveaux, trop fort pour la France c'est pour cela qu'on les mutes à la Réunion.
Le muté est un être parfait, sans reproche, super intelligents, sans défaut ni pêché. Ils ne boivent pas d'alcool, il sont naturellement ivres, Si il y en a un qui abuse des enfants ce n'est pas un pédophile, il est tout simplement AMOUREUX. C'est pareils partout dans le monde, on a bien vu les expatrié Français ne sont jamais coupable.
Même quand on les arrêtes avec 630 kg de cocaïne à bord de leur Falcon, ils sont toujours innocents c'est un coup monté des autres.
Internet regorge de méfait des expatriés dans le monde, à chaque fois ils sont innocent ce sont eux les victimes parce que ce sont des Français.
Ce sont des demi Dieu.

27.Posté par Maillot le 13/02/2020 18:38 (depuis mobile)

On avait le meme au lycee sarda garriga...un prof metropoliatain d''histoire geo pas net qui arrivait saoul en cours avec une odeur dalcool à faire tomber les mouches....

26.Posté par Roberto le 13/02/2020 17:53

@14 c'est quoi ce message super relou?
Quel rapport avec le sujet?
A force de croire on ose tout?

25.Posté par Paysan Créole le 13/02/2020 17:51 (depuis mobile)

Un prof Réunionnais en poste dans l''hexagone alcoolique , incompétent ou encore pédophile ça n’existe pas, ça n’existe pas !!! Pourquoi tout ce bla bla bla ?

24.Posté par cafmarron le 13/02/2020 17:20

@ poste 7 nous vivons sous cloches les gens supportent et ne disent pas grand chose et dans le secteur hospitalier les médecins alcoolos arrogants et capricieux ils sont surprotégés les petits agents se feront casser mais les médecins et chirurgiens sont les patrons des hôpitaux et les directeurs tremblent.

23.Posté par Jambalac le 13/02/2020 17:14

Le secrétaire général du général a un grand parapluie........
Il connait la vérité......

22.Posté par Reese le 13/02/2020 17:02 (depuis mobile)

Tant qu’on ne peut pas virer un fonctionnaire voilà ce qui arrive. J’en ai un voisin comme ça, en arrêt maladie depuis 10 ans. Il a son salaire de fonctionnaire, va très bien, fume et bois à longueur de journée et bat’ karé en métropole...

21.Posté par TICOQ le 13/02/2020 16:57

14.Posté par ds kel monde sa té le 13/02/2020 14:51

Plus c'est long, moins c'est digeste.

Faites court la prochaine fois.

20.Posté par A mon avis le 13/02/2020 16:55

L'alcoolisme est une maladie qui sévit dans tous les corps de métiers.

Malheureusement, les malades ne sont pas traités comme tels, ni considérés comme tels dans la société.

Cet article en est une illustration.

19.Posté par "VIEUX CREOLE" le 13/02/2020 16:53

L E MOINS QUE L' ON PUISSE DIRE C'EST , EN EFFET : 1 )que "les propos de Ségolène Royale ont eu ,au moins , le Mérite de mettre sur la Place Publique UN SUJET TABOU qui touchait depuis trop longtemps certaines Institutions comme l’Éducation Nationale ,l'Armée , la Police Nationale , La Famille (où il y aurait le plus grand nombre de viols ,d'abus sexuels. . . .Les viols , scandales de" la pédophilie dans l’Église" ,révélés au grand jour ces temps derniers , SEMBLENT avoir Levé "ce TABOU"(??) . . . Souhaitons -le en tout cas !
2) LE MOINS QUE L'ON PUISSE DIRE AUSSI :
La " Déclaration -Réponse "du Ministre Actuel de l’Éducation Nationale (réponse précipitamment énoncée) A ÉTÉ JUGÉE "TENDANCIEUSE" ET ESSENTIELLEMENT " PARTISANE" PAR NOMBRE DE COMPATRIOTES ! ! !

18.Posté par Onauratoutvu le 13/02/2020 16:32 (depuis mobile)

Perso, j''en ai connu un dans le Sud, qui n''avait aucune autorité et c''est malheureux de dire celà, ce prof a détruit des milliers d''élèves dans sa discipline sur sa carrière et, on aurait pris quelqu''un derrière le bazar de St Pierre, c''eût été mieux

17.Posté par Norbert Sigismeau le 13/02/2020 16:15

5.Posté par boul peut etre ! mais si on renvoyait tous les alcoolos du privé il n y aurait pas grand monde pour travailler !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

16.Posté par Marinette le 13/02/2020 15:57 (depuis mobile)

C''est loin d''être un cas isolé malheureusement...

15.Posté par Bis repetita ad eternam le 13/02/2020 15:39

Bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, bla, ........................

14.Posté par ds kel monde sa té le 13/02/2020 14:51

• le Stade en Eaux Vives (SEVI) dont il est le « grand architecte » et sur lequel il a voulu gardé la main, pour mieux maitriser les embauches et les flux, conduisant cet équipement à sa perte et à une image médiocre ?

Nos plus grands athlètes réunionnais et nationaux, nos clubs attendent encore et toujours que nous puissions réparer les erreurs de conception et de gestion générées par des égos démesurés de réalisation, d’équipements juste là pour laisser sa marque dans l’histoire ! 1 million de déficit annuel qui va en s’accroissant pour quasiment plus d’usagers, et un investissement actualisé de près de 20 millions d’€ réduits à zéro après 7 années, tout juste! Cherchez l’erreur ? Est-ce là, les bienfaits de la « communauté de projets » que Mr. Maurice Gironcel appelle à reformer avec Mr Nirlo et d’autres acolytes dionysiens qui auraient intérêt à le suivre?

• Le Grand centre aqualudique « Aquanor », qui se caractérise lui aussi par une conception et une gestion décalée avec les attentes des usagers et qui génère également 1 M€ de déficit annuel ! C’est chose commune pour les projets de cette gouvernance tournante appelée de ses vœux par Monsieur Gironcel.

• La Cité des Arts, qui a été édifiée sur les fonts baptismaux de l’espace Jeumont, tourne au final le dos aux quartiers, et se dresse comme une tour décalée, tel un ghetto pour la néo bourgeoisie créole ! Là aussi 2,5M€ de déficit annuel, pour 20/25M€ d’investissement !

• Et aussi récemment en « guise de rattrapage » pour Sainte Marie qui était laissée pour compte dans la course exacerbée à l’équipement égocentrique, à la satisfaction du clan LAGOURGUE/ NIRLO/ FERRIERES, l’extension d’un port de plaisance, moyennant au bas mot l’investissement de 25M€ (un trait commun à tous ces projets).

Le port le plus cher de France dont on se targue de sa réalisation en 18 mois après 15 années d’incubation à payer près de 5 millions d’€ d’études à divers bureaux d’études (Artelia, Acoa) Tout cela pour la modique période de... 80 années ! Sans garantie aucune sur les modalités de financement de son déficit d’exploitation, qui se monte déjà à plus de 1 million d’ € !

La somme de ces 4 projets portés par les 2 majorités permanentes des MM. LAGOURGUE/NIRLO et GIRONCEL depuis la création de la CINOR : la bagatelle avoisinant les 100 M€ d’investissement, pour 8M€ de déficit annuel récurrent, qui empêchent la CINOR de dégager de l’épargne nette pour financer ses investissements. Ce qui risque même pour le Port de Ste Marie de mettre la CINOR en difficulté pour équilibrer ses comptes annuels ! Nous aurions, a contrario, de quoi payer amplement les projets en principe engagés par le projet de territoire : des zones d’activité, des maisons des services, des lignes de transport etc.

In fine, quid du bilan de Mr GIRONCEL à sa participation à la gouvernance directe de la CINOR et ce qu’il souhaite réinstaurer pour notre intercommunalité ?

Nous appelons solennellement à récuser définitivement tous les candidats à devenir conseiller communautaire de la CINOR, ce fonctionnement d’une communauté de projets coûteux et consommateurs de nos budgets, sans cohérence et besoins avec le Territoire et ses grands enjeux.

Nous entendons ici ou là parler de nécessité de faire « Un Projet de Territoire. » Mais un Projet de Territoire a déjà été fait et validé à l’unanimité en avril 2016 par Monsieur Gironcel lui-même. Ce même projet de territoire avec de vraies ambitions pour porter des réponses concrètes :
1. Au coma circulatoire
2. Au chômage et désertion des entreprises du Territoire Nord
3. A la transition écologique, avec une réponse durable à la valorisation de nos déchets.
4. A la fracture sociale de quartiers et espaces coupés des services et biens communs
5. A la déshérence de la jeunesse pour qui des solutions durables d’éducation et d’inclusion
doivent être apportées

Pourquoi le récuser alors qu’il a mis des mois à se profiler puis à se concrétiser dans des projets structurants qui auraient pu être engagés dans une voie opérationnelle si des jeux d’acteurs n’avaient pas persisté à les faire avorter ?

• Nouvelle gouvernance opérante et « Nouvelle Métropole » :
Les futurs élus communautaires du Nord auront des choix importants à faire et peut être une vision complémentaire plus ambitieuse et exigeante à apporter à ces projets.

Quid de leur trajectoire dans la vision d’un grand Territoire (« Nouvelle Métropole ») élargi de la Rivière des pluies à Salazie ?

Quid de la réalité de leur impact sur nos budgets de fonctionnement et la capacité à en assurer la pérennité sans avoir à revenir tendre la main à nos concitoyens ou à un Etat et à une Région manquant de plus en plus de financements ?

Quelques exemples qui caractérisent bien que ce n’est pas une question de gouvernance partagée mais d’une gouvernance opérante, avec des élus engagés et responsables qu’il faut à la CINOR, en capacité de négocier avec l’Etat et la Région les financements nationaux et européens :

1. Mobilités : Transport par câble, Tramway urbain et TCSP Est > objectif : supprimer 150 000 déplacements jour en voiture.
50 000 personnes se sont mobilisées durant la concertation ! Nous y étions, au cœur de nos quartiers, là ou la caravane TAO s’est déplacée et nous avons entendu ce que nos concitoyens nous ont dit : « Arrêtons les projets d’égo ? Pourquoi on a perdu 10 ans avec l’arrêt du Tram train ? Pourquoi un projet de la Région sur le boulevard sud qui ne passe pas par les centres villes, et les quartiers et pourquoi ce lobbying institutionnel pour empêcher de faire ce dont on a grand besoin ? Pourquoi ne pas remédier à la réalité de ces bus qui mettent 3 h pour relier Ste Suzanne / Ste Marie à St Denis ? etc. »

Où était Mr Gironcel pendant la concertation ? Que nous dit-il aujourd’hui ? Un seul projet ferroviaire qui s’ajuste sur la Région ? Mais pour répondre aux besoins de qui ? Va-t on recommencer les mêmes erreurs que les « grands équipements » réalisés sous ses mandats ? Pourquoi a-t-on stoppé ce projet de TAO en plein envol en septembre de cette
année pendant la concertation ?

2. Des espaces économiques et des villages artisanaux pour accueillir l’activité : sur l’Est ou l’espace est disponible, des projets étaient possibles sur La Marine, Bocage et Quartier Français. Mais il aurait fallu que la commune dépêche des élus actifs, en capacité de faire avancer de manière opérationnelle ses projets : négocier le foncier avec les propriétaires, faciliter les interfaces techniques entre services communaux et intercommunaux.

Qu’a fait Maurice Gironcel de tout cela ? RIEN.

Lui-même qui se targue de porter l’écologie, a empêché, une vraie démarche globale, de traitement du risque inondabilité sur ce secteur, nous l’observons encore sur le terrain, auprès des riverains concernés. Lui toujours a organisé les choses de sorte qu’on ne traite pas le grand risque d’une catastrophe naturelle autour du Ruisseau Foutaque. Ce pour mieux masquer ses responsabilités et continuer ses agissements : acheter à la CINOR un terrain sur La Marine pour le revendre à des grandes enseignes, en faisant la culbute et en ne traitant pas le sujet de l’inondabilité, fragilisant la réalisation de la future zone ?

Qu’a-t-il fait pour s’assurer du lancement de l’appel à projet pourtant prêt dans les cartons de la CINOR pour le village artisanal sur la Marine ? Pourquoi a-t-il œuvré pour que tous ces projets étudiés dans le Projet de territoire ne « sortent pas »? Pour mieux accuser la CINOR de ne pas avoir fait et revendiquer une Présidence tournante, qui lui permet pendant 2 ans de mieux réaliser ses forfaits et continuer à dépecer terrain par terrain la Marine en les vendant à ses amis ?

3. Des maisons des services dans chaque quartier :
Chaque commune devait proposer des espaces :
➢ St Denis l’a fait au brûlé en mettant un immobilier communal à disposition,
➢ Ste Marie aussi, mais, elle en faisant acheter par la CINOR fort chère d’ailleurs (aux amis promoteurs), un immeuble, alors que le principe était une mise à disposition par les communes d’immobilier leur appartenant,

Et qu’a fait Monsieur Gironcel ? Il a préféré ne rien faire et dénoncer maintenant la veille des élections, une soit-disant inertie voire malveillance de l’interco, alors qu’il y a lui-même siégé, en tant que vice président ?

De qui se moque t-on ?

Notre grande intercommunalité qui peut être demain encore plus grande avec des élus responsables et engagés dans l’Intérêt public, doit avoir des élus éclairés et portés par une Grande Ambition. Les Projets sont là et déjà bien étudiés selon ce que les services et ingénieurs de la CINOR, qui ont magistralement travaillé, nous fournisssent. Place au courage politique !

Nous proposons en qualité de futurs élus communautaires, de porter une voie d’une nouvelle gouvernance non pas tournante comme par le passé car on voit où cela nous a mené, mais opérante et active avec de vraies vice présidences, des élus actifs garants des résultats et des délais avec des instances à leur service et pas des instances asservies par des intérêts privés !

Le Bureau Politique du Parti Croire & Oser (PCO)
3 candidats du Territoire Nord Vanessa PAYET PIGNOLET Jacky ASSEREMONT Alexandre LAI KANE CHEONG

13.Posté par IXE le 13/02/2020 14:41

- "Dans ces cas assez graves, nous au rectorat on attendra toujours l’éclairage du pénal, car c’est une décision sur laquelle on pourra s’appuyer pour prendre une décision administrative.:

Si l'instruction pénale devait durer plus de 4 mois (recherche de preuves, grève des avocats, etc.) on fait quoi ?
Et depuis quand l'administration conditionne-t-elle sa décision à celle du magistrat ? Que dit la législation ?

TOUS les enfants doivent être protégés, c'est une obligation. En attendant, la place de ce professeur est dans un établissement de soins.

12.Posté par Norbert Sigismeau le 13/02/2020 14:34

est ce que cela est prouvé ? mais si cela s avérait exact il n aura pas été dépaysé dans ce departement il a rejoint une quantité impressionnante de ses acolytes !!!!!!!!!!

11.Posté par Roberto le 13/02/2020 14:34

Ramassis de ladilafé!
Zinfos mille collines a encore frappé!
Au fait, personne n’enquête sur la mutation de Ségo sur la banquise...???!!!

10.Posté par Le Jacobin le 13/02/2020 14:33

Il n'y a pas que dans l'éducation nationale que que les DOM servent de poubelles !

"Un communiqué du commandement de la gendarmerie précise qu'un «un homme de nationalité marocaine, assigné à résidence sur la commune du Morne-Rouge depuis le 15 mai 2014, s'est soustrait à cette mesure à compter de la matinée du mercredi 27 juillet 2016»."

Ce dangereux terroriste était loger et nourrit dans une villa avec piscine par la République a la Martinique sous le gouvernement de François Hollande afin de le protéger d'une fusillade en cas de retour au pays natal au Maroc à sa décente d'avion.

EH OUI NOUS AVONS LE SENS DU DEVOIR !

Il a bénéficier d'un billet d'avion gratuit logement gratuit un salaire de haut fonctionnaire, pour qu'il reste tranquille.

Un retour au Maroc lui aurait valu porter disparu. Nous devons avoir un regard salutaire envers les Pays comme le Maroc qui savent juger ce genre d'individus en une seule fois, un jugement sans appel.

9.Posté par Loulou&boutin le 13/02/2020 14:13 (depuis mobile)

Allez faire un tour dans un lycée de l’est, un prof pervers qui œuvrait dans le nord en 2006 s’y est fait muté. après bien sûr avoir été mis au repos quelques années, puis réintégré dans un collège avant d'être envoyé dans ce lycée de l’est..

8.Posté par Chouchou le 13/02/2020 13:39 (depuis mobile)

De plus en plus honteux

7.Posté par SITARANE le 13/02/2020 13:35

L'outre-mer sert à éloigner les cassos de tout genre : alcoolique, surendettés, problèmes disciplinaires, incompétence, postes cadeaux en fin de parcours médiocres...........Et ils repartent encore plus laxistes...................

6.Posté par Ray le 13/02/2020 13:09 (depuis mobile)

L'outre-mer, la poubelle de l'Etat !

5.Posté par boul le 13/02/2020 12:56

ce qui est grave c'est qu'il ne soit pas renvoyé de la fonction publique. système pourri jusqu'à la moelle

1 2
Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes