Courrier des lecteurs

Mouvement de contestation à Bois Blanc, un enchaînement des consciences

Vendredi 7 Septembre 2018 - 16:27

Une nouvelle chaîne humaine est prévue de se tenir ce dimanche 9 septembre 2018 et pourtant hier encore les commissaires enquêteurs ont rendu un avis favorable à l'exploitation de la carrière de Bois Blanc sans émettre de réserve particulière.

Soyons maintenant honnête avec les citoyens, mais avant cela, je vais me présenter (c’est la moindre des choses, bien que l’anonymat partiel soit de circonstance dans ces périodes troubles, et j’en sais quelque chose).

Je suis bien dans mes bottes, pas de dette particulière auprès de l’administration fiscale, marié depuis peu, diplômé depuis maintenant 8 ans, j’ai enchainé quelques CDD avant de recevoir l’opportunité de me poser un peu. Je vous vois déjà venir, non je ne suis pas un nanti, et oui mon compte est souvent à découvert à partir du 10 du mois… la vrai vie quoi.

Disposant d’une volonté (ou inversement ? lol) je me suis penché il y’a quelques années sur le fameux dossier de la carrière de Bois-Blanc. Jeunesse aidant, je me suis rapidement laissé prendre au jeu des contestataire non sans un certain plaisir…

Mon oncle et ma tante étant riverains Saint-Leusiens et plutôt âgés, je voulais à mon tour contribuer à leur bien être, j’imaginais à l’époque mes deux zarboutan crouler sous la poussière et ne plus pouvoir vivre.

De fil en aiguille, en parallèle de mon parcours contestataire, j’ai voulu me faire une opinion propre et personnelle sur le sujet (en effet, je n’allais pas prendre le risque de laisser mourir mon oncle et ma tante sans me bouger un peu lol).

Je voulais également consulter des personnes un peu plus neutres sur le sujet. En effet, quelques médecins m’expliquait lors de nos rencontres contestataires que la poussière dégagée par la carrière provoquerait des maladies pas vraiment sympa chez les habitants (j'ai appris par la suite que ces 3 médecins étaient des riverains et que leurs arguments tenait plus de l’extrapolation cataclysmique que d’une étude sérieuse…).

J’ai ainsi pu découvrir que ce projet de carrière n’était pas comparable au carrières des années 1930-1950, et que des normes draconiennes et plutôt rassurantes régissaient la mise en place des carrières du 21ème siècle.

Non ! Mon oncle et ma tante n’allaient pas mourir empoussiérés. D’ailleurs, en parlant de ça, lorsque j’ai osé discuter de ce sujet avec mes nouveaux amis contestataires, j’ai vite compris que le vrai problème à leurs yeux n’était pas vraiment là.

Nos réunions accueillaient assez souvent des "politiciens", je me réjouissais au début de cette attention particulière pour nous, citoyens ! Mais j’ai compris un peu tardivement que mes nouveaux amis m’avaient caché une partie de leurs intentions.

"Tu verras, on va créer une ZAD comme à Notre Dame des Landes, on va leur mettre au cul  aux dominants, la cause n’est pas la plus importante, ce qui compte c’est la lutte".  Je crois que cette phrase prononcée par celui que je croyais être un nouvel ami fut déterminante dans ma façon d’appréhender Bois Blanc…

… Tout prenait un nouveau sens, les charitables élus s’appuyaient sur les contestations de quelques notables propriétaires du coin, contestations relayées à coup de "fake news" sur une base contestataire prenant la forme d’une base militante.

Ce combat n’était pas le combat du peuple, il n’y avait aucun blocage de l’Etat, les conditions du projet réunissaient les conditions sanitaires nécessaires et pourtant… Nous étions là, dans l’instrumentalisation de la masse par les quelques propriétaires (j’ai appris par la suite que certains anciens dirigeants politiques habitaient dans la zone, et possédaient pas mal de terrains qu’ils souhaitaient rendre constructibles).

Nous n’étions plus dans la défense d’une juste cause, mais bien dans une sorte de servitude organisée par un petit groupe possédant de gros intérêt financier et politique. Ils n’hésitaient pas à mettre en scène des enfants, des mères de famille en les alimentant de fausses informations tenant plus d’une propagande d’un autre temps, c’était grossier, gros doigt comme me le rappelle aujourd’hui mon oncle.

Cette carrière pour laquelle un avis favorable a été re-rendu hier, peut même être un vecteur d’emploi et contribuer à l’alimentation en matière première de nombreux autres chantier que celui de la nouvelle route du littoral, mais cela, mes anciens amis les contestataires, bien que conscients de la nécessité de ce bol d’oxygène ne vous le diront jamais.

Je regarderai donc d’un œil conscient et amusé, la fameuse chaîne humaine prévue ce dimanche, elle aura pour moi un goût de campagne politique pour les candidats à l’élection législative de la 7ième circonscription, qui n’ont pas fini de nous prendre pour des larbins. Qu’ils soient maintenant appelés les enchaîneurs de conscience, et je vous recommande de ne pas rester très près de leurs filets.
Mickaël, un simple citoyen soucieux de demain
Lu 697 fois



1.Posté par GIRONDIN le 07/09/2018 16:44

...........Nous n’étions plus dans la défense d’une juste cause, mais bien dans une sorte de servitude organisée par un petit groupe possédant de gros intérêt financier et politique…………

MERCI pour ce moment , Montreux vous attend!

2.Posté par chikun le 07/09/2018 16:55

Une moitié de NRL construite sur piliers presque terminée entre grde chaloupe et sindni : Normal , ce sont des entreprise extérieures qui travaillent sur ce chantier
Par contre rien ne bouge entre grde chaloupe et la possession : Normal , cette portion doit être réalisée par des entreprises péi !!!
Pourquoi des piliers d'un côté et des andains de l'autre ,? Pour faire travailler les amis ?
Ca coûte cher les amis .....
Cette route va nous coûter une fortune grâce aux locaux .
Merci les bloqueurs, les saboteurs et les profiteurs de tous poils.

3.Posté par JORI le 07/09/2018 18:01

"Cette carrière pour laquelle un avis favorable a été re-rendu hier, peut même être un vecteur d’emploi"je crois que c'est ce que disait notre super cumulard didix robertix pour la NRL et en fin de compte où sont les emplois??. Où sont les 4000 emplois induits par la TEE de super cumulard didix robertix etje ne parle même pas des 10 000 emplois verts. Mais là on ne vous a pas entendu ou plutôt lu. Peut être êtes vous tout simplement un militant de droite, ce qui explique cela!!.

4.Posté par Julio le 07/09/2018 18:47 (depuis mobile)

Merci pour votre Réaction ! L'analyse est bien vraie !

5.Posté par miro le 07/09/2018 20:03

ne soyons pas grossiers SVP, .... cela ne fvous grandit pas et ait pas avancer les débats. ! les commissaires enquêteurs ont rendu un avis favorable à l'exploitation de la carrière de Bois Bllanc ... vous trouvez à redire, pourquoi pas ? laissez les choses suivre leur déroulement civique et ... BASTA si vous avez tort ! ... vous aurez fait ce que vous avez pu, personne ne vous le reprochera ...

6.Posté par Je m appelle henri le 09/09/2018 08:46 (depuis mobile)

Et les precedentes.enquetes..vous en faites quoi??encore un mec manipulé par la Region..

7.Posté par A mon avis le 10/09/2018 16:13

Vous dites :
"Qu’ils soient maintenant appelés les enchaîneurs de conscience,"


Vos arguments sont un peu légers pour justifier la "non nuisance " de la carrière !
A vous lire, on se rend compte que c'est vous qui tendez les filets des "enchaîneurs de conscience" officiels !

8.Posté par Armand GUNET le 11/09/2018 10:50

Didier, sors de ce corps !!!

9.Posté par Louis Pariot le 14/09/2018 10:42

Cher Mickaël, ok la poussière ne sera pas présente. Les camions qui transportent les pierres seront munis d'ailes afin de voler jusqu'à la NRL ce qui ne dérangera personne. Quant aux sols dont la terre ne sera plus retenue, ils produiront une jolie boue lors des pluies qui pourra, si vous avez le sens des affaires, être mise en pot et revendue pour faire des masques de beauté.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 12 Novembre 2018 - 11:44 Collusion ARS, departement et ... SANOFI