MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Mouvement "Volonté 974": La violence, un mode d’expression inquiétant à la Réunion


Par Jean Daniel Dennemont Président du Mouvement Volonté 974 - Publié le Lundi 2 Mai 2016 à 08:27 | Lu 2535 fois

Mouvement "Volonté 974": La violence, un mode d’expression inquiétant à la Réunion
Les chiffres diffusés en début d’année 2016 font apparaître une progression de 9,5% de la délinquance à la Réunion. Les atteintes aux biens connaissent la plus forte recrudescence, soit plus de 13%. En pointe l’augmentation de 24% des cambriolages, principalement dans le secteur rural. Dans le même temps les vols avec violence s’accroissent de plus de 7,5%.

Les atteintes à l’intégrité physique ont connu une nouvelle hausse de 10%. Nous sommes situés au 17ème rang à l’échelle nationale.
Derrière ces données alarmantes, il y a de nombreux réunionnais qui ont été victimes à un moment ou à un autre d'une agression physique ou du vol d’un bien.

Ces gens souffrent, mais leur silence n’est pas de nature à sensibiliser l’opinion publique.

Notre île s’est transformée à grande vitesse mais une partie de la population n’a pas réussi à s’adapter à cette évolution rapide. L’occidentalisation des mentalités et des comportements se heurte à certains blocages liés à notre histoire.

Malgré un développement notable au niveau des infrastructures, de meilleurs résultats scolaires de nos jeunes, l'évolution du niveau de vie, .... La violence physique à la Réunion reste un mode d’expression inquiétant. Quand la communication verbale ou les codes ne sont plus des facteurs d’échanges, l’autre devient un agresseur potentiel.

Déjà aux abords des collèges et des lycées de la Réunion les jeunes se sentent de plus en plus en insécurisés. Ils se murent dans un silence lorsqu’il s’agit de parler des menaces ou des agressions dont ils ont été victimes à l’école. Combien de parents préfèrent se taire pour éviter les représailles, par peur ou par honte ?

Mais, l'institution scolaire cherche à "camoufler" cette réalité insoutenable (menaces, rackets, agressions verbales ou physiques,…) afin de ne pas ternir l'image de leur école. Souvent l'information parvient à sortir du cadre scolaire, quand l’acte posé est très grave !
Cette institution censée transmettre le savoir est fortement attaquée par ceux-là même qui ont échoué dans leur scolarité, ne se sont pas reconnus par l'éducation nationale.

Cette violence est aussi intrafamiliale. La cour d'Assises regorge de ces crimes ou tentatives d’assassinat au cœur de la cellule familiale. L'affaire du petit Matthéo nous bouleverse par sa cruauté, mais combien d'enfants subissent les coups de leurs parents. La violence conjugale est trop banalisée dans notre société. Combien de femmes ont cette peur de quitter le domicile familial. Déjà 5 femmes tuées par leur conjoints ou ex en ce début d’années !

La société réunionnaise est en perte de repères, et son territoire continue de s’aménager en fonction des besoins immédiats sans véritablement prendre en compte l'intégration de la population dans des quartiers nouveaux. La construction massive de logement sociaux se réalise trop souvent sans l'accompagnement nécessaire des familles soumises à un nouveau mode de vie en collectivité. Les espaces de vie et de loisirs font défaut dans ces territoires où tout est nouveau.

Cette problématique liée à la délinquance ne doit pas être appréhendée exclusivement sous l'angle du passage à l'acte d’un individu. Il y a matière à réfléchir, comment produire de la cohérence dans les actions publiques et privées.

L’enjeu est de combattre cette insécurité. Les Réunionnais, les étrangers qui y viennent, aspirent à une certaine liberté. Toute cette violence ne pourra pas être enrayée si les acteurs concernés se voilent la face et font croire qu'il n'existe aucun problème dans notre Département. Il faut aussi penser aux personnes victimes ou susceptibles de devenir victimes.

C’est pourquoi j’interpelle nos élus, l’Etat, les collectivités territoriales, les maires à une meilleure organisation du territoire pour offrir de bonnes réponses à un problème qui risque de gangréner notre société si rien n'est fait. 

L’action publique à mettre en place doit s'articuler autour de la répression et la prévention. Une action volontariste envers les jeunes en difficulté s’impose. Chez eux nous pouvons encore réparer, faire bouger les choses. Mais ne tardons pas trop à mettre en place une politique plus efficace, à remettre en cause les lois inadaptées ou les décisions inappropriées.

Aujourd'hui, les gendarmes ou la police sont confrontés aux limites de leurs interventions. A titre d’exemple, des mineurs posent un problème à l’ordre public, mais ils sont impunis ! Du coup ils sont relâchés et pourront « narguer » ceux qui les ont arrêtés.

Il faut agir vite face à un jeune qui pose un acte délictueux. Le cadre juridique doit évoluer vers une sanction plus rapide et plus adaptée envers ce public multirécidiviste. Cela passe par la construction de structures adaptées et fermées type Centre éducatif fermé (CEF) alternative à la prison. Les foyers départementaux, les MECS (maisons d’enfants à caractère social) et les foyers ordonnance 1945 accueillant des jeunes placés devraient disposer de moyens pour poser des limites à des comportements agressifs. Un travail éducatif ne pourra s’entamer qu’avec des possibilités de contenir et de sécuriser des jeunes souvent victimes de violence et sans repères éducatifs.

L’augmentation des effectifs de sécurité, c’est une réalité, mais les policiers et les gendarmes ne pourront pas être partout « zot i peu pas barre la mer ».

Par conséquent, il faut soutenir une prévention dynamique à plusieurs niveaux. Un meilleur repérage du territoire amène à une présence plus conséquente de professionnels habilités sur le territoire. Il faut davantage de suivis psychologiques et pédopsychiatriques, une meilleure coordination avec l'éducation nationale, des réseaux de parents activés ou réactivés, ... Je crois fermement aux initiatives de quartier venant des habitants et leur collaboration avec les professionnels concernés.

La problématique de la délinquance est le reflet de dysfonctionnements dans une société. En ce sens, nos politiques devraient s’atteler à une vision de l’avenir, et à réfléchir aux conséquences de leurs actions immédiates.

Les décisions prises en ce moment engendreront les problématiques ou les bons résultats de demain.




1.Posté par Juliette Caranta-Pavard le 02/05/2016 14:21

*Vous dites "je"; alors, pourquoi n'avez-vous pas signé cette belle littérature, Monsieur Jean-Daniel Dennemont, président de "Volonté 974" ??

2.Posté par Laurent H le 03/05/2016 12:54

Je suis réunionnais, ma femme est métro et mes enfants sont nés içi, mais quand le vois le racisme qu'elle subit, j'ai honte d'être Réunionnais.
Cette violence nous inquiète en tant que parents, quand on pense que ce sont des jeunes en perdition qui agissent le plus souvent... Pour certains ils n'ont pas envie de travailler ca les arrangent qu'ils n'y ait pas de travail pour pouvoir exercer leur violence...
Le pire c'est que les délinquants on le vois sur eux... La police ne fais pas assez de contrôle sur les jeunes... Certains roulent dans des voitures, on se demande comment ils font pour avoir des voitures comme ca?... Il faut plus de contrôle, c'est plus urgent que d'arrêter à tout va des automobilistes qui travaillent...

3.Posté par JACQUES AFER le 05/05/2016 15:19

Poste 2 je suis réunionnais je travaille en métropole moi aussi j'ai été victime du racisme
en 2009 je travaillais dans une société il y avait des gros fachos de zoreils on me disait que
j'étais une peau de boudin que les chiens sont racistes envers les noirs a cause de l'odeur et ça crois moi ça fait très mal stp c un sujet qui concerne la délinquance pas le racisme et
arrête de nous humilié avec ton histoire de racisme et de ta belle métro

4.Posté par Pierre Questeur le 06/05/2016 10:11

Quand est-ce que les politiques de la Réunion s'empareront de ce dossier majeur de la délinquance et de l'avenir pour l'ile de la Réunion?
Bien de voir de jeunes mouvements mettre en avant ces réflexions.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes