MENU ZINFOS
Faits-divers

Mort, poussé dans une ravine : L’accusé, "un monstre froid"


Par - Publié le Lundi 12 Mars 2018 à 18:29 | Lu 3547 fois

Ce premier jour de procès de Gilles Alaise a planté le décor du crime, ainsi que les personnages impliqués. Gilles Alaise, 43 ans à l’époque, alcoolique, sans réel domicile, ni emploi et coupé de sa famille. Idriss Rosanaque 32 ans, saoul le jour de son anniversaire, le jour où il a croisé l’accusé et a bu quelques verres (certes, de trop) avec lui.
 
Ivres (1,22g/litre de sang pour Idriss Rosanaque et 3,28 pour Gilles Alaise), ils se chamaillaient, selon certains témoins, se disputaient selon d’autres. Et là, Idriss Rosanaque se lève du muret où ils étaient installés, rue Badet à Saint-Joseph, juste au dessus de la ravine, et urine. Gilles Alaise passe une jambe par dessus le muret et pousse la victime. Son téléphone tombe, il le cherche, le ramasse, et s’en va. C’est un témoin qui appellera les forces de l’ordre.
 
Selon l’expert psychiatrique, il y a un lien entre l’alcool et les nombreuses condamnations sur le casier judiciaire de Gilles Alain. Une vingtaine de mentions, et plusieurs incarcérations, entre 2000 et 2013, puis le calme. Aurait-il pris quelques années pour comprendre ? Si son casier ne joue pas en sa faveur, l’expert psychiatrique précise qu’il ne serait pas assez intelligent pour mentir. Quelques omissions, sûrement, qui s’apparentent à des mensonges mais surtout à "un souhait de se montrer sous un meilleur jour". Une chose est certaine : sa personnalité "frustre" et l’alcool ont augmenté son impulsivité et diminué son seuil de tolérance. Alors quand la victime lui vole sa casquette puis sa sacoche et se bagarre avec lui…  Il en a eu "marre".
 
"Je lui ai dit, fais pas ça mais il n’a pas écouté"
 
Provoqué ? Violenté ? Oui. Des coups de poing au visage et des menaces de coups de couteau de la part de la victime ? Le doute règne… Même Me Bruno Raffi, avocat de la défense, parle de "jeux de mains". Mais si Idriss Rosanaque "ne cherchait pas la bagarre et ne se mettait pas dans des embrouilles", selon l’autre avocate de la partie civile, Me Marie Briot.
 
" Je lui ai dit, fais pas ça mais il n’a pas écouté". Le problème n’est pas tant une bagarre qui a mal tourné mais plutôt l’opportunité prise alors que la victime urine, de la pousser dans le dos, là où il savait, selon l’avocat de la partie civile, Georges André Hoarau, que se trouvait la ravine. Qu’il ait eu ras-le-bol, c’est fort probable. Mais lorsqu’il dit avoir eu peur, c’est difficile à croire. Pourquoi ne pas avoir fuit ? Pour l’avocat, il s’agit d’ "un monstre froid", "pas là avec ça" et "spectateur de son propre procès".
 
L’avocat général croit même à "une stratégie". Mettre son acte sur le dos de l’alcool alors que c’est "un alcoolique qui garde le contrôle". Il a donc requis 10 ans de prison à son encontre.
 
Pour Me Bruno Raffi, il s’agit simplement d'"un mauvais choix au mauvais moment". Un choix qui coûte cher : l'accusé a été condamné à dix ans de prison pour violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner.
 


Soe Hitchon
Journaliste La liberté et la justice pour tous, c'est une utopie en laquelle je crois. Chaque... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Vache à lait le 13/03/2018 12:20

Dialogue de sourd entre Pocheront et voila le resultat

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes