MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Monsieur le Premier ministre


Par Jacques DIJOUX - Publié le Mardi 9 Juin 2015 à 14:39 | Lu 459 fois

Monsieur le Premier ministre

Je vous écris ces quelques mots, que vous lirez peut-être. Vous avez entre les mains  une machine de guerre : l’administration. Mais ce sont bien les politiques qui fournissent les munitions : la règlementation. Vous voulez simplifier, libéraliser, encourager les énergies. Dans les faits on est toujours encerclé par des règlementations, quelques fois stupide. Je vous ai écris ainsi qu’aux ministres concernés, pour résoudre une aberration qui m’empêche par un arrêté, d’accéder à un marché pour lequel je suis qualifié. J’ai reçu trois lettres de courtoisie, pour me dire : on s’en occupe.

Puis c’est le statut quo. Ce sont les grandes entreprises qui profitent de vos mesures. Les difficultés des petites entreprises sont bien réelles. On investit, on prend des risques, on emploie. On travaille 35 heures en 3 jours pour se faire au mieux, le salaire d’un cadre moyen. On croule sous les charges. La guerre des prix tue l’emploi, et l’envie d’entreprendre. La concurrence est un bon levier, mais la solution pour l’assainir existe !

La suspicion envers l’entrepreneur (je ne parle pas du CAC40) est caractérisée par la quantité de paperasse que l’on doit fournir, sans cesse pour se justifier. On y passe trop de temps. C’est fatiguant et usant. J’aimerai bien savoir l’utilité qu’on en fait. Cela justifie peut-être le travail des administratifs. De surcroit la complexité des documents occasionne des erreurs. Naissent alors des tensions, des rapports de force entre l’usager et l’agent. C’est malsain. Même quand cela ne lui parait pas juste, l’agent vous dira : " c’est la loi, payez puis allez au tribunal administratif, si vous n’êtes pas satisfait ".

La force est votre droit messieurs les politiques. Mais ce n’est pas démocratique. Je continuerai d’entreprendre. C’est mon tempérament. Mais il y a bien des moments de découragement. La souffrance au travail, la pénibilité, ne touchent pas que les salariés. Quand vous rajoutez la rigidité administrative, cela devient une machine à broyer. La coercition est trop forte dans ce pays. Je l’entends constamment lorsque j’anime les stages de récupérations de points.

Certes, la sécurité routière est un enjeu. Dans divers domaines les contrôles et sanctions sont nécessaires. Mais on pourrait aussi les appliquer de façon plus humaine. On n’a pas confiance aux citoyens ! A vouloir trop le contrôler, on fini par l’infantiliser et le déresponsabiliser. Ce n’est pas ainsi, que l’on va obtenir, une société apaisée et entreprenante. 

Je vous souhaite néanmoins un bon séjour dans notre belle ile, Monsieur le Premier Ministre. 

Jacques DIJOUX
Saint-Paul   





1.Posté par Jacob le 10/06/2015 07:27 (depuis mobile)

Et là titutirualisasion de tout les employés communaux pas seulement ce qui vienne de rentrer comme pour certains 6 mois et d''autres 1 ans les chefs on droit à des primes et les autres rien merci les élus

2.Posté par noe le 10/06/2015 08:14

Bonne visite M. le 1er ministre !
La Réunion vous accueille les bras ouverts ...
Venez vous ressourcer chez nous dans les Hauts !

Laissez pleurer les pleureuses-péi ... elles n'ont que ça , à faire de leurs journées : toujours pleurnicher !

La Réunion se développe petit à petit ...

3.Posté par Kk le 10/06/2015 09:14 (depuis mobile)

Noe sauve nous des socialistes m''étais les tous dans ton bateau qui commence a prendre l eau post 2

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes