MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Monseigneur Gilbert Aubry : Jour après jour, Bonne Année !


- Publié le Mardi 30 Décembre 2014 à 14:36 | Lu 728 fois

Personne n’est sûr d’arriver à demain, à ce jour qui suit le jour où vous lisez ces lignes. Personne n’est jamais sûr d’arriver au bout d’aujourd’hui, à plus forte raison de demain et encore plus d’une année. C’est bien pour cela que nous nous souhaitons « Bonne Année ». Nous espérons. Nous espérons bien arriver à la fin d’un parcours de trois-cent-soixante-cinq jours. Et nous avons besoin les uns des autres pour nous épauler, nous soutenir, nous encourager. Nous nous souhaitons la santé avant tout, les moyens de vivre, la prospérité peut-être. Se comprendre, vivre en paix dans nos familles, dans la société. Formules consacrées ? Il y aura sans doute des épreuves à traverser, peut-être des ennuis de santé ou des revers de fortune. Hélas !

Trois-cent-soixante-cinq jours ça ne se boucle pas d’un coup. L’espérance suppose la foi dans un état d’esprit où les uns et les autres nous serons habités par la même lumière pour avancer ensemble. Il y a nécessairement un combat personnel à mener pour faire réussir la vie dans un vivre ensemble fraternel. Du cercle humain le plus proche aux cercles les plus lointains. Les formules consacrées ne sont certainement pas magiques. La fraternité se reçoit et se construit dans un même mouvement du cœur, de l’intelligence, de la volonté, avec la persévérance s’inscrivant dans la durée.

Nous les êtres humains, hommes et femmes, nous sommes tous frères et sœurs, ontologiquement. Nous formons la grande famille humaine. Nous partageons la même origine. Nous avons la même nature et la même dignité. Et comme dans toute famille humaine, la fraternité s’exprime dans la multiplicité et les différences. Les croyants, selon leurs traditions et leurs calendriers respectifs, fécondent le temps en ressourçant la fraternité en Dieu, dans le Créateur, dans l’origine sans commencement ni fin. En ce qui concerne la Tradition judéo-chrétienne, «  (…) le péché d’éloignement de Dieu, de la figure du père et du frère devient une expression du refus de la communion et se traduit par la culture de l’asservissement (cf. Gn 9, 25-27), avec les conséquences que cela implique et qui se prolonge de génération en génération : refus de l’autre, maltraitance des personnes, violation de la dignité et des droits fondamentaux, institutionnalisation d’inégalités » (pape François).

Nous sommes au seuil de la nouvelle année civile, administrative : 2015 ! La fraternité à La Réunion ne doit pas être seulement un idéal de la République. Une idée dans l’air, une idée sans chair. C’est un engagement à prendre pour vivre ici et maintenant, vraiment, comme des frères et des sœurs en humanité. Sortir de nos conditionnements n’est pas facile. Fraternité, liberté, responsabilité vont ensemble pour nous extirper de nos asservissements sur un territoire exigu à la forte démographie, territoire où nous risquons de nous enfermer dans des effets de mode stérilisants. Plus nous sommes empilés les uns sur les autres, plus il nous faut nous mettre d’accord sur des codes de conduite minimum, essentiels et les respecter.  

Assumer, se transformer, agir

Que nous sachions nous accepter différents, nous apprécier, valoriser en nous et dans les autres ce qu’il y a de meilleur. Entre les jeunes, dans les couples, dans les familles, partout dans les divers groupes, dans les quartiers, dans les multiples instances, il s’agit de prendre sur soi pour faire avancer les choses. Assumer, pardonner, se pardonner, se transformer, agir et transformer, créer. On ne peut pas seulement vivoter et laisser filer. Et que chacun se dise tous les jours : « c’est mon affaire, il faut que ça bouge. Je ne me découragerai pas, même si c’est difficile, même si cela m’en coûte ». S’engager. Nous avons à évoluer dans nos mentalités, à faire évoluer. 

Surtout, en cette année électorale, les légitimes stratégies politiques doivent s’interdire les anathèmes, les manipulations et les jeux d’échecs à trois coups d’avance. Tout en travaillant à des prospectives, à la répartition des compétences et des financements entre l’Etat, le Conseil Général, les intercommunalités et la Région, le plus important est de prendre en considération la population elle-même actuellement. Il est dangereux de la chloroformer avec des fêtes dispendieuses, des feux d’artifice à profusion… du pain, des sous, des jeux. D’anciennes civilisations sont allées à la décadence et à la dissolution sur cette pente facile. Pour nous, à La Réunion, le réveil pourrait être brutal. Il est urgent de sortir des clivages politiciens du pouvoir pour le pouvoir. Tout en étant différents, n’y-a-t-il pas moyen de mettre ensemble les bonnes idées pour rechercher des solutions qui collent au terrain, qui permettent aux personnes de se prendre en charge, de susciter des élans de créativité durable, de pousser progressivement sur le travail, de simplifier les démarches administratives, d’encourager nos jeunes à aller voir ailleurs en dehors de l’île pour revenir ensuite avec l’envie de se mettre au service de leur pays ? Nous ne pouvons pas vivre repliés sur nous-mêmes, dans l’île et hors de l’île. De fait, nous sommes devenus citoyens du monde, être d’ici afin de pouvoir être d’ailleurs. 

Qui que nous soyons, à la place qui est la nôtre, il s’agit de bâtir notre unique communauté de destin en nous rendant la vie possible, ici, au quotidien. Pour tous. Nous sommes tributaires de l’ensemble français, de l’Europe. Mais nous sommes au cœur de l’Indianocéanie et nous vivons ici. Préservons nos multiples appartenances et développons une juste fierté réunionnaise en développant notre conscience civique, notre conscience locale et régionale indianocéanienne. Engageons-nous dans la vie associative, en tissant des réseaux de solidarité, en prenant au sérieux la vie politique pour l’organisation du pays et la fonction  politique pour sa noble mission d’écouter, de synthétiser, d’impulser, de servir la croissance humaine d’un ensemble social, culturel et économique. Ne rejetons pas sur les autres notre part de responsabilité. Aidons par nos propositions et nos actions ceux et celles qui ont la lourde charge de nos cités, de nos collectivités et du pays. Là où nous sommes. Alors, 2015 ?

Fraternité ! Quand la confiance est rompue, il faut la rétablir pour humaniser la société. Qu’elle soit une famille humaine et non pas une jungle de suspicion où l’homme devient un loup pour l’homme. S’accepter, retrouver confiance, redonner confiance. Ayons confiance en nous-mêmes Réunionnais et en tous ceux qui, à La Réunion, veulent vivre ici dans une même communauté de destin. L’intériorisation de nos relations et la prière nous seront une aide précieuse. Apprenons à maîtriser nos émotions, à laisser de côté la violence, la haine et les coups, à nous situer du point de vue de l’autre, des autres. Cessons de nous dénigrer, de nous déchirer pour des intérêts particuliers contraires en oubliant le bien commun, l’intérêt général. Que chacun de nous, dans l’Eglise et dans la société, s’interroge sur sa part de pouvoir et de responsabilité là où il vit. De la base au sommet, du sommet à la base. C’est parce que nous espérons le meilleur que nous nous souhaitons bonne année, que nous pouvons nous engager dans cette voie avec le meilleur de nous-mêmes, avec le meilleur des autres en eux-mêmes. 

A chacun de vous, à tous ceux qui vous sont chers, à vous tous, jour après jour, Bonne Année 2015 !

Le 30 décembre 2014 
Monseigneur Gilbert AUBRY 




1.Posté par TiBouzEnkor le 31/12/2014 06:42

A MEDITER !

2.Posté par L''''abbé hère le 31/12/2014 07:12

Par ici la monnaie.
Pa bézwin larzen pou biin profité.

3.Posté par N le 31/12/2014 08:47

Monseigneur,

J'ose espérer que vous vous appliquer aussi à vous même ces bien jolies belles phrases!

Fraternellement

N

4.Posté par Jules Bénard le 31/12/2014 09:27

Bonne année à toi, ami Gilbert. Que tes paroles d'heureux augure trouvent un écho prolongé dans la réalité.
Le Galiléen, comme Gandhi, comme Madiba, comme Luther King, a eu de fortes paroles de compréhension, d'amour, de partage, de réconfort. Le résultat n'est pas terrible... pour l'instant du moins.
Mais cela n'interdit pas de continuer à espérer. Peut-être verrons-nous du mieux lorsque la valeur "pognon" aura rendu sa 1è place à la valeur "humanité".
En attendant, prends bien soin de toi et de tous ceux chers à ton coeur.
Fraternellement, Jules.

5.Posté par Glandeur de Première le 31/12/2014 11:33

Il est comme Alain Delon. Il se parle à lui-même.
Vu le titre de la lettre, au premier aperçu, j'ai cru que c'était un fidèle qui avait écrit ce machin.
Là, on le reconnais bien :
Imbu de lui-même. Réactionnaire. Ego surdimensionné.
Glandeur de Première, il vous en prie !

6.Posté par L''''abbé hère le 31/12/2014 14:00

Que Dieu nous guide sur le chemin de compostel.
Et qu'il te préserve des faux amis et des passeurs de pommade patentés. Ne succombe pas a l'autosatisfaction et rouv les zieux.

7.Posté par chikun le 31/12/2014 15:24

Ceux qui l'ignoraient sont donc mis au courant. Ceux qui le savaient ont une nouvelle et énième foi (rires) reçu une piqure de rappel. :
Il est ami avec Gilbert. !!!!!
Le meilleur de son pot de miel est cette phrase : Peut-être verrons-nous du mieux lorsque la valeur "pognon" aura rendu sa 1è place à la valeur "humanité".
Comme si le pognon ne voulait rien dire dans les paroisses . Moi, je n'entends que des curés réclamer l'argent des fidèles......... Tout comme j'entends hollande demander l'argent des riches .
A-t-on jamais vu ailleurs qu'à la Réunion des curés cocos ?
La manne venue des dons des fidèles semble attirer à la réunion bon nombres de vocations de curés venus d'ailleurs.
Hein ?! Hein !?

8.Posté par version short le 01/01/2015 08:22

résumé pour ceux qu'ont pas envie de tout lire :
bla bla bla ...

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes