Société

Mona Kanaan alerte sur les Gramouns en grande précarité: "Il y a urgence Mr le Préfet"

Mercredi 20 Juin 2018 - 16:05

Demain le Préfet de La Réunion doit présider le conseil de surveillance de l'Agence Régionale de Santé sur le projet régional de santé N°2... Parmi les grandes problématiques, celle des seniors n'est pas la moindre. Il y a urgence dans notre île car la situation est grave. Mona Kanaan, la directrice de "Pour Etre Bien Chez Soi, une nouvelle fois, tire le signal d'alarme, en toute transparence.


Une voix douce mais une détermination sans faille... Qui est cette jolie chef d'entreprise qui ose pointer du doigt l'ARAR et l'ASDR, deux associations à but non lucratif qui seules aujourd'hui gèrent la problématique de l'hospitalisation à domicile à La Réunion?

Depuis 10 ans Mona Kanaan dirige "Pour Etre Bien Chez Soi", une entreprise spécialisée dans l'accompagnement, la coordination des niveaux de soins et de l'autonomie des personnes âgées et vulnérables. Un gros dossier sous le bras, elle arpente les Ministères, la Préfecture, le Département et dénonce un scandale sanitaire qui se profile, chiffres à l'appui. Selon elle il y a urgence à ouvrir à d'autres acteurs partenaires la prise en charge en hospitalisation à domicile. Son constat est simple : "Cette croissance des besoins sera un jour ingérable et attendre de se retrouver au pied du mur serait trop dangereux pour nos patients âgés. Il faut des maintenant assurer et mettre en place le nécessaire en professionnels HAD."  

La Ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a d'ailleurs rappelé il y a 10 jours aux Conseils Départementaux la nécessité absolue de développer des structures HAD pour éviter les hospitalisations par les urgences voir les ré-hospitalisations. Dans les faits actuellement, les entreprises intervenant auprès des personnes âgées et vulnérables doivent, du jour au lendemain, cesser la prise en charge de ces derniers lorsqu'ils basculent en HAD. Une véritable rupture dans la continuité des soins pour ces personnes vulnérables dont le nombre ne cesse de croître. 

La Réunion se fait remarquer dans le palmarès de la dépendance

La Réunion, il faut le savoir se fait remarquer dans le palmarès de la dépendance qui intervient 10 ans plus tôt qu'en Métropole, ceci étant notamment dû à un isolement précoce (le décès prématuré du conjoint bien souvent en étant la cause). Les polypathologies de notre île que sont le diabète, l'hypertension et le cholestérol additionnées à la précarité amènent fatalement les personnes âgées un jour ou l'autre à une hospitalisation.

13 000 Gramouns Réunionnais en danger

Les chiffres font froid dans le dos. Le réel problème qui se pose actuellement est celui de la continuité de la prise en charge des personnes âgées et vulnérables. L'ARAR et l'ASDR peuvent-elles seules assumer l'HAD ( Hospitalisation A Domicile) ? Notre île compte 160 000 personnes de plus de 60 ans, dont 70 000 de plus de 70 ans.... 42% d'entre elles sont en état de précarité majeure soit 29 000 personnes environ. Le Département a identifié comme bénéficiaires de l'APA ( Allocation Personnes Agées), 16 000 personnes....

" Les faits divers sordides concernant nos anciens vont se démultiplier "

13 000 Gramouns Réunionnais sont en danger car n'ont pu être identifiées. Mona Kanaan explique cette situation simplement : " Les Gramouns à La Réunion sont discrets et ne veulent pas se faire remarquer . Certaines personnes âgées n'ont que 150€ par mois pour survivre mais elles ne veulent pas déranger.
Quand ces personnes arrivent aux urgences il est trop tard. Il faut les repérer en amont et être suffisamment de professionnels sur le terrain... L'hospitalisation à domicile permet cette remontée d'information. Les faits divers sordides concernant nos anciens vont se démultiplier, c'est une évidence. Il y a une nécessité d'être plus nombreux à La Réunion !
".

60 personnes âgées par jour en métropole en HAD par structure : de 150 à 160 à La Réunion !

Depuis 2009, Mona Kanaan essuie une fin de non recevoir de la part de l'ARS (Agence Régionale de Santé) pour intervenir dans la boucle de l'HAD. Elle énonce encore quelques chiffres : en Métropole le nombre de patients pris en charge par jour dans le cadre de l'HAD est de 60... L'ARAR à la Réunion en gère 150 et l'ASDR 160...

Quid de la qualité des soins ? Le personnel de ces structures est amené à faire plus de 250 kilomètres par jour en plus des actes à prodiguer aux patients.... Et que l'on n'évoque pas la question de la rentabilité de ces associations devant Mona Kanaan car là encore, elle livre des chiffres implacables. Une structure en HAD est rentable à partir de 10 000 journées, l'ARAR en 2017 a effectué 41 000 journées et l'ASDR 58 0000.... Elle questionne même ? " Ou va l'argent? Le privé est lucratif et je l'assume en tant qu'acteur de santé privé diplômée de santé publique, Certifiée ISO 9001 et ISO 26000 à responsabilité sociétale de santé publique pour la prise en soins de nos patients âgés et créateurs d'emplois pérenne". 

D'autres acteurs vont-ils pouvoir intervenir sur le secteur, malheureusement en plein essor, de l'hospitalisation à domicile ? Affaire à suivre demain...
NP
Lu 3949 fois



1.Posté par Juliette CARANTA-PAVARD le 20/06/2018 18:16

*Si j'ai bien compris, seuls les dialysés sont concernés par l'HAD...

*Qu'en est-il des "autres", ceux qui n'ont ni diabète, ni hypertension, ni cholestérol ?

*Que fait - très exactement - l'entreprise "Pour être bien chez soi" ?

2.Posté par Ti-tangue le 20/06/2018 18:21

150 euros par mois pour survivre ? Mais c'est au delà de la survie !
Le discours actuel de Mme Buzyn c'est : faire mieux avec MOINS , il ne faut pas hélas espérer une rallonge budgétaire , on gratte les fonds de tiroirs , on rogne sur tout .
Et la France pays des droits de l'Autre , qui accueille et entretient du clandestin à tour de bras , n'aura que des mots à offrir pour nos granmounes dans le dénuement ( le verbiage , ça coûte pas cher et Elle n'en n'est pas avare )

3.Posté par Juliette CARANTA-PAVARD le 20/06/2018 18:43

*Madame Kanaan souhaite créer une structure d'HAD - oui ?

*Mais l'ARS y met obstacle - sans motif valable...

*Pour être bien clair: cette entreprise veut-elle faire une HAD "polyvalente",

*Ou une troisième structure, réservée à la dialyse ??

4.Posté par Manu le 20/06/2018 18:59 (depuis mobile)

Oui les gramounes sont oublié en silence une retraite de misère il payé même la taxe des ordures ménagère même avec un handicap sur St Louis près de 500 euro par ans Mr le Maire pour un gramoune propriétaire ..même les poubelle ruine ..offre 70 000

5.Posté par Madigator le 20/06/2018 19:00 (depuis mobile)

Même pour nos gramounes, nos député ne bouge pas, un peu de respect monsieur dames députés et membre du gouvernement.

6.Posté par Handicapés le 20/06/2018 19:37 (depuis mobile)

Pardon mais il y'a une erreurs la précarité de qui des élus gramoune .je suis sur St Louis donc pour moi les élus sont dans la précarité je demande de l aide pour Mr le maire et ces adjoint oublié .venez a notre secours Mr le préfet au secours .

7.Posté par jeunesse le 20/06/2018 20:23

en totale soutient aux gramounes ,il fallait un président comme macron pour ne pas reconnaitre que se sont,les retraités qui ont cotisés par leurs transpirations et courages,pour maintenir le systhème de retraites ,aujourd'hui macron a enlever ,le pouvoir d'achat de ses retraités ,en demandant aux retraités de payer la CSG, et il supprime l'impots pour les fortunés ,C'EST injuste et aberrant,j'ai écouté gilbert annette pour voter pour se président qui enfonce les plus pauvres .A se stade que nous sommes arrivés ,mieux vaut mettre un parti comme le front nationale au pouvoir ,meme si se parti n'est pas ds mes idées,mais macron avec sa politique pr les riches ,est en train de dégoutés les français .

8.Posté par Personne soucieuse des personnes âgées le 20/06/2018 21:15

L'HAD intervient pour nos gramouns que lorsque les soins sont complexes et nécessitent une coordination de soins. Il faut agir en amont, au niveau de la prévention et ne pas attendre que les critères de soins nécessitent une HAD. Oui il faut agir mais pas lorsque le patient se retrouve alité et dépendant, il faut agir bien avant avec une collaboration avec tous les acteurs qui agissent en faveur des personnes âgées ( Maison Départementale, Les CCAS ...). La solution n'est pas d'augmenter le nombre d'HAD puisque l'HAD intervient que lorsque l'état de santé du patient est assez grave. Les solutions c'est la prévention et l'augmentation des moyens financiers et non une autre HAD.
Nos pauvres granmouns qui vivent avec 150 euros par mois, c'est en effet affreux et ils existent des aides de l'état avec malheureusement une récupération sur les biens mais ce n'est pas une HAD qui pourra les aider au niveau financier. Ces pauvres gramouns doivent bénéficier d'une attention particulière de l'Etat et des institutions comme le CCAS et la Maison Départementale et non une HAD. Ne mélangeons pas tout! Ne pas s'appuyer sur le malheur de nos granmouns pour justifier l'ouverture d'une HAD.

9.Posté par pat le 20/06/2018 21:15

Mme Kanaan !??.... pour gérer une structure hospitalière... même à domicile ??!!
une folie !!.... elle a réussi à boire le bouillon dans une pharmacie !!

10.Posté par Juliette CARANTA-PAVARD le 20/06/2018 21:26

*Une remarque sur un détail pas forcément innocent:

*Par le passé on ne disait pas "gramoun" (!)

*On disait "vié gramoune", une expression de tendresse respectueuse,

*À l'égard de ces vieux dont le sort était beaucoup plus enviable

*Que celui des "personnes âgées" d'aujourd'hui, grâce à la solidarité familiale.

*Désormais, ICI, à La Réunion, de 60 ans à la mort, TOUS "gramouns" !

*Un terme vulgaire - marquant l'indifférence à l'égard d'une certaine catégorie de vieux...

*(Qui aurait pu penser à qualifier Paul Vergés, mort à 91 ans, de "gramoun"- qui !!)

11.Posté par Ti tangue stressé le 20/06/2018 21:28 (depuis mobile)

Post 5 RN effet les autorités et le Maire du bassin sud n’ont que foutre de nos anciens qui stressent tous les dimanches par la horde de sauvages motards qui perturbés la quiétude de St Philippe

12.Posté par Jp POPAUL54 le 20/06/2018 21:47

La région choisit des dépenses en d'autres domaines...
Le département, les mairies lui emboitent le pas !!!

Ensuite, on interpelle l'état !!!
Nos anciens, un vrai problème...de plus en plus d'actualité.

13.Posté par Jean-Marc NATIVEL le 20/06/2018 23:15

Je crois que Madame Kanaan veut créer comme elle l'a écrit récemment un établissement HAD ce, depuis 10 ans. Elle le veut tellement qu'elle a quelque peu anticipé en mettant sur sa carte de visite (je ne sais pas si c'est toujours le cas aujourd'hui) la mention HAD, ce qui était inexact et illicite et lui a valu une lettre de réprimande et d'avertissement de l'ARS que j'ai vue.
Elle dirige un établissement de soins à domicile comme il en existe au moins une quinzaine à la Réunion.
L'ARAR, dont elle parle, a une HAD, mais en sus est aussi un prestataire de soins à domicile comme elle. C'est même le pionnier de l'assistance respiratoire à domicile, activité que l'ARAR a créée à la Réunion en 1981 à la demande de la CGSS et du CHU Félix Guyon.
Elle dit que les pouvoirs publics veulent développer l'HAD. Je pense qu'elle dit vrai. Ce qu'elle ne dit pas, c'est que les mêmes pouvoirs publics dans une circulaire de 2013 disent :
« Il est recommandé, pour des raisons de rationalisation de l’offre, de pallier d’éventuels défauts de couverture en privilégiant les extensions d’autorisation, voire la création de sites déconcentrés par une structure autorisée (antennes), plutôt que par de nouvelles créations. »

La volonté nationale est clairement de rationaliser ce qui existe et non de segmenter ni de mettre en concurrence.

D’ailleurs, la circulaire dit aussi : » Hormis quelques exceptions, les établissements d’HAD disposent d’une exclusivité territoriale sur leur zone de desserte autorisée. Cette absence de concurrence leur fait devoir d’organiser l’accessibilité à leurs services pour l’ensemble de la population concernée. Il est donc nécessaire de vérifier que le taux de couverture territorial est en constante amélioration. »
L'HAD est un hôpital (moins équipé bien sûr) mais soumis à certaines règles de l'hôpital : nécessité de certification (revue périodiquement) par la Haute autorité de santé, contrat d'objectifs et de moyens avec l'ARS, contrat sur la bonne utilisation des médicaments, contrôle de l'ARS d'où le souhait, je pense, que les établissements aient une certaine robustesse, d'où la volonté d'éviter sur un territoire la concurrence exacerbée qui peut jouer à l'encontre de la qualité.
A la Réunion, il y a 8 HAD (antennes de 2 associations à but non lucratif). Ces antennes sont réparties sur l'île de façon à être proches des patients. Le fait d'être dans une association de taille plus importante permet la mise en commun de certaines fonctions, permet aussi d'avoir des services qu'une petite HAD aurait du mal à avoir. La tendance est plus au regroupement, à la mise en commun qu'au développement de petites entités ayant un sens aigu de la concurrence. Chaque antenne a des moyens propres et ces moyens s'adaptent aux besoins. Il est fait aussi appel à des professionnels libéraux quand c'est nécessaire ou quand les patients le souhaitent.
La taille de nos associations n'est pas démesurée. L'ARAR a actuellement autour de 130 patients par jour (parfois moins), le plus gros établissement HAD que je connais a une activité plus de 10 fois supérieure et n'a pas l'air de mal se porter. Ce n'est qu'une question d'organisation avec le souci permanent du patient en arrière plan.

S'agissant de notre population qui vieillit, ce qui a l'air de faire grand souci à Mme Kanaan, je citerai ce qu'ont écrit les experts de l'ARS :
" L’HAD reste une offre hospitalière, certes à domicile, et qui ne peut répondre durablement aux besoins d’accompagnement à domicile des Personnes âgées, besoins relevant d’une coordination des soins et des aides, dans un contexte de démographie infirmière favorable, et non d’une HAD"
C'est clair et rempli de bon sens.
Maintenant, si les besoins en HAD devaient croître, ce n'est pas un problème de lits car les lits se trouvent chez les patients, il suffira d'adapter progressivement les moyens comme le veut la politique de notre pays.

Nous sommes à l'heure du Plan régional de Santé N°2. Tout un travail a été entrepris pour co- construire ce plan. Différentes commissions ont été créées et ont émis des avis. J'ai même noté que Mme Kanaan s'est arrangée à titre "d'experte autoproclamée" pour développer son argumentation que vous connaissez maintenant dans ces instances.
Elle n'a pas toujours convaincu.
Il existe une sorte de parlement de la santé la CSA (conférence autonomie santé) qui regroupe des gens du métier mais aussi d'autres personnes de la "société civile" que ce sujet important intéresse.
Malgré les interventions de Madame Kanaan -interventions vis à vis des élus aussi- la CSA par vote à bulletins secrets en présence de l'ARS qui a fait preuve d'une neutralité absolue a décidé que l'équipement en HAD de l'île était de qualité et suffisant pour l'immédiat et au moins pour la durée du PRS.
L'ARS après avoir écouté les différentes commissions a de son côté donné un avis qui le même.
Madame Kanaan ne respecterait-elle pas la démocratie sanitaire ?
Quand ce que dit la démocratie ne lui convient pas, elle fait une "lettre ouverte" à la ministre (elle avait déjà fait une réclamation à la ministre lors du PRS précédent) elle envahit la presse : photo en avant, "voix douce, mais détermination sans faille " ?
Parlons un peu argent.....c'est peut-être pas complétement anodin. Elle dit qu'un établissement est rentable à partir de 10000 journées et que par conséquent avec 41 000 l'ARAR devrait être très riche. D'où sort-elle cette assertion ?
Je crois que les petites HAD ont bien du mal et que la tendance est au regroupement pour raison de qualité mais aussi pour raisons financières. En tout cas, en qui concerne l'ARAR et compte tenu de la préparation que nous avons faite pour absorber la croissance qui était indiquée par les pouvoirs publics notre activité HAD est déficitaire assez nettement et depuis plusieurs années. Il faut savoir que dans ce domaine les exigences ont tendance -et c'est normal puisqu'il s'agit de soigner - à croître et les prix ont parfois une tendance inverse. Il faut savoir que l'activité est payée à la T2A (Tarification à l'activité comme à l'hôpital) et que annuellement la CGSS vient vérifier que l'application des règles de tarification a été correctement faite.
Ce dont je suis certain, c'est qu'aujourd'hui avec le nombre de patients qu'a l'ARAR, il lui est difficile, bien qu'elle s'y emploie, d'aller vers l'équilibre en HAD. Il lui faut davantage de patients pour absorber les investissements consentis.
l'HAD n'est pas la poule aux oeufs d'or ! loin de là
Madame Kanaan est un privé lucratif qui assume. Je respecte.
Elle demande où va l'argent ?
L'ARAR est à but non lucratif. l'argent dont elle dispose en ce moment, qui vient pour bonne part de l'activité "prestations de soins à domicile" de l'époque révolue où le nombre de prestataires était très faible, lui sert à faire face aux déficits consécutifs de l'HAD, à investir pour le remplacement des matériels obsolètes et à avoir une petite couverture pour des lendemains incertains.
En tout cas, ce qui est certain c'est que les résultats de l'association serviront toujours à l'investissement, à constituer des réserves pour des temps difficiles éventuels (comme récemment) et s'il en reste à soutenir les activités du milieu dans lequel vit l'association (bourses pour doctorants par exemple....). Mais les temps ne s'annoncent pas faciles !

14.Posté par michmich le 21/06/2018 13:46

Mme Kanaan fait encore dans la désinformation et la démagogie... Elle pense que les personnes âgées sont en danger car non prises en charge en HAD. Peut-être ne sait-elle pas tout simplement ce qu'est une HAD et à quoi ça sert? Quels en sont les critères et le domaine d'action?
Mme Kanaan devrait plutôt se retourner vers l'ensemble des acteurs des soins à domicile, dont elle fait partie, si ces personnes sont en danger! Car en effet, si chacun fait son métier correctement (médecins traitants et infirmiers libéraux d'un côté, services sociaux de l'autre, et surtout vous, les prestataires de soins qui vous vendez comme des coordinations de soin :"une entreprise spécialisée dans l'accompagnement, la coordination des niveaux de soins et de l'autonomie des personnes âgées et vulnérables"), ces personnes âgées ne devraient pas être en danger.
Par ces articles, vous sous-entendez donc que tous ces acteurs sont incompétents et qu'il faut absolument des places en HAD pour sauver le monde!!
Je pense que cela doit faire plaisir à tous ces professionnels qui s'investissent et accompagnent les personnes malades à leur domicile...

15.Posté par KALOU le 21/06/2018 13:56

a quand un droit de réponse de ses 2 HAD???

16.Posté par Juliette CARANTA-PAVARD le 21/06/2018 14:31

*Si Jean-Marc Nativel est le président de l'ARAR,

*Pourquoi ne s'est-il pas exprimé en cette qualité ??

17.Posté par KALOU le 21/06/2018 15:21

Mme KANAAN , mais ou etes vous donc? pourquoi ne pas s'exprimer clairement sur votre positionnement ? les HAD ne sont pas des "pompes à fric" comme vous le pensez; Vous ne serez pas plus riche. Venez bosser dans une HAD , le boulot merveilleux quj'ils font , malgré les prescripteurs et IDEL méfiants. et d’où tenez vous ses chiffres totalement faux? Arrêtez d'alerter les médias sur votre envie de créer une HAD , battez vous plutôt pour ces patients qui bénéficient plus de prestataire de soins que d'une HAD . Renseignez vous sur les critères d'une prise en charge HAD plutôt que de raconter des "âneries " aux médias. une HAD ne sauvera pas les personnes âgées de leur misère sociale, loin de là. Battez vous pour votre domaine , les prestations et laissez enfin les 2 HAD de l'île bosser tranquillement. Merci à l'ARAR et l'ASDR d'exister.
Et vous les médias, arrêtez de soutenir une personne ( camaraderie??) . je pensais que les médias étaient neutres... une Illusion

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter