MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Mon coup de gueule contre la médecine nucléaire !


Par Marc Marie, défenseur du petit personnel du CHU Réunion - Publié le Lundi 1 Octobre 2018 à 10:34 | Lu 1001 fois

Mon coup de gueule contre la médecine nucléaire !
Vendredi 27 septembre 2018, 8 heures du matin, convocations pour scintigraphie au CHD de Saint-Denis.
 
Nous étions une douzaine de patients. Mais avez-vous remarqué que depuis quelques années pour les hôpitaux nous sommes passé du qualificatif de patient à celui de client ?... Nous venions de tous les coins de l'île, beaucoup accompagnés d'une ambulance. Jusque-là rien d'anormal me direz-vous et je vous l'accorde.
 
Le service de cardiologie dans lequel nous étions convoqués est le seul dans toute la région Océan Indien. Le service de médecine nucléaire est intégré à ce service mais en est complètement séparé. Il est dans un sous-sol difficile d'accès. C'est un véritable blockhaus. Séparé de l'hôpital... Séparé du monde... Tout cela a son importance et nous allons vite le voir.
 
La première question que l'on est en droit de se poser est : qu'en est-il des spécialistes qui y travaillent ?
 
À 9h15, alors que nous avons tous dans le bras notre perfusion contenant le produit de contraste radioactif, une infirmière nous annonce qu'il y aura du retard. Le cardiologue n'est toujours pas arrivé dans le service. On nous assure de ne pas nous en faire : il ne va pas tarder à arriver. Ne paniquons surtout pas : nous sommes dans de bonnes mains.
 
Mais je suis, et je resterai toujours je l'espère, l'empêcheur de tourner en rond. Je me permets de rappeler que le téléphone existe et qu'il serait judicieux d'appeler le spécialiste en question pour savoir de quoi il en retourne. À ma grande stupéfaction, les infirmiers m'informent que les appels n'arrivent pas en médecine nucléaire. Ils ne dépassent pas le service de cardiologie...
 
Vers 10 heures, la tension monte. Les patients, qui pour beaucoup sont partis très tôt de de chez eux, commencent à avoir faim. Le personnel, très aimable, nous apporte une briquette de jus de fruit accompagnée de petits sachets de  biscuits pour calmer les esprits qui commencent à s'échauffer. Le calme et l'ordre reviennent. Les patients recommencent à patienter.
 
Voilà qu'à 10h45, on nous annonce que le cardiologue passera trop tard. La scintigraphie ne peut plus avoir lieu ce même jour et doit être reportée à une date ultérieure et inconnue... On nous contactera pour nous en informer... On nous retire la perfusion : le produit n'aurait plus l'efficacité nécessaire si nous attendons le patricien qui pourrait arriver à partir de 13h30... Tout est flou ! Et il semblerait que que cela se reproduise assez souvent. Des praticiens très exigeants avec le personnel, hautains avec les patients, légers avec leurs horaires...
 
Tout le monde ronchonne doucement, chacun dans son petit coin. Tout le monde se prépare à rentre chez soi, sauf l'emmerbêteur (comme dirait Boris Vian) que je suis. J'interpelle un opérateur et je lui demande où se trouve le cahier de doléances. Les autres patients me regardent interloqués. L'un d'entre eux s'approche de moi et me demande : « Vous croyez que ça sert à quelque chose ? ». Je lui réponds que si personne ne dit jamais rien, rien ne changera et ces pratiques, cette façon méprisante de traiter les patients, continueront. Tout le monde devrait venir signer.  Les gens baissent la tête. Personne ne signe. Peur et soumission...
 
Quelles conclusions tirer de tout cela ? Que penser du sérieux et de l'implication du patricien ? Non pas par rapport à son retard qui pourrait être justifié, mais par rapport à son silence assourdissant ! Que penser de chacun de ces patients, diminué par la maladie et rongé par l'anxiété d'être moins bien soigné s'il ose s'insurger et s'affirmer en tant qu'être humain ? Que penser de cette injection raioactive inutile et coûteuse, non seulement pour le pays, mais surtout pour l'organisme de chacun des patients et dont les effets doivent se dissiper avant le prochain rendez-vous qui, finalement, sera reporté à un mois ? Que penser de la récurrence inadmissible de tels incidents ?
 
Notre président aime parler des premiers de cordée... Mais que devons-nous faire lorsque les premiers de cordée nous font défaut ? Nous semblons avoir perdu cet élan qu'avaient nous ancêtres, cette volonté de se battre pour l'intérêt de tous et de chacun.  Serions-nous déjà un peuple asservis ?




1.Posté par Macron catastrophe le 01/10/2018 11:05 (depuis mobile)

Macron est arrivé par hasard au pouvoir. On a fait une grosse erreur de le mettre en place.

2.Posté par sur-diagnostic ? le 01/10/2018 13:10

Moi ce qui m'a surtout beaucoup inquiété dans le cadre de ma pathologie, c'est les examens à répétition, à croire que la qualité du diagnostic dépendait du nombre : à un moment j'ai dit stop, quand on m'a téléphoné pour me demander pourquoi j'avais annulé le dernier examen prévu, j'ai parlé de sur-diagnostic potentiel, demandant pourquoi continuer à fouiller quand on sait déjà, on m'a carrément raccroché au nez

J'estime que les augmentations des taxes sociales ne servent pas seulement à combler des déficits chroniques, elles ont d'autres finalités vitales je crois

3.Posté par ZembroKaf le 01/10/2018 13:22

Une "ti zistoir pou lo somin" !!!
Mon beau père venant du sud devrait avoir une intervention programmée...dans une grande clinique du nord...prémédiqué...en attendant son tour et à jeu...il a attendu...jusqu'à qu'on le ramène en chambre...et avec un autre RDV pour son intervention...et il n'était pas le seul ce jour là à attendre leur "opération"...jusqu'à ce jour (depuis 2 ans) pas d'excuses du chirurgien...ou la raison du report !!!...comme il y avait une certaine urgence...il a eu son intervention...à "bellepierre"....!!!

4.Posté par le kiré totocheur de la pointe du diable, lé + cathodix que catholix? le 01/10/2018 13:40

Il faut mettre ce cardiologue sous perfusion de politesse. Le pognon, le pognon, le pognon, le pognon.....

5.Posté par klod le 01/10/2018 18:03

moi mon "coup de gueule" serait contre le nucléaire militaire ............................. une arme qui détruit sur plusieurs générations ........................... certains s'en accomodent .................. pas mon karma !


et quand je pense que je "cotisent" à l'arme nucléaire framçaise ............... avec mes impots ...

HONTE A L'ARME NUCLEAIRE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

elle tue des bébés sur plusieurs générations ................................. Nagasaky et Hiroshima ne vous ont pas suffit ????????????????? povs zumains !

a vomir de votre "démocratie"


stop aux "nuclear soldier" , Aswad posse , blessed :

" I don't wanna see nuclear soldier in this time...no more , no more crime ................ " ; wisdom for HUMANITY . c'est pas gagné . time will telll............... some one have to pay in this world , yes I .

6.Posté par Mardé le 02/10/2018 10:36

Je devais y être ce jour là, mais malade et le temps que prend ce genre d exploration: 5 heures, quand même ont fait que ne me sentant pas capable de supporter cette intervention, j ai refusé d y venir et il semble que j ai eu quelque part raison, car nous aurions été 2 emmerdeurs. Un autre rdv m a été fixé, je me pose la question de savoir si j irai, car si c est pour subir le meme sort, vaut mieux pas. On doit tous mourir, au moins saura t on que je suis mort parceque je n ai pas voulu aller m etouffer de rage pendant 5 heures, avec du liquide radio actif branché dans le bras.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes