Education

Mohamed Rochi à Patrick Lebreton: "Notre université est loin d'être à la dérive"

Samedi 11 Juillet 2015 - 09:10

Suite aux "inquiétudes" de Patrick Lebreton sur les résultats de l’université de La Réunion, son président, Mohamed Rochdi, est monté au créneau. Selon lui, le député-maire ne connaît pas assez l'Université de la Réunion.


Le mercredi 8 juillet se réunissait la commission des affaires culturelles de l'Assemblée nationale afin de procéder à l'examen du rapport de la mission d'information sur les liens entre Lycée et Enseignement supérieur, aussi appelé "continuum Bac-3 / Bac+3". 

Une commission lors de laquelle Patrick Lebreton, présent, a exprimé "son inquiétude [...] sur la situation de l’enseignement supérieur outre-mer et plus  spécialement à La Réunion", s’appuyant sur le taux de réussite des étudiants en première année de Licence (L1) : 19,4% contre 40 en moyenne au niveau national.

"Les étudiants ultramarins, et singulièrement les étudiants réunionnais qui réussissent le même baccalauréat que leurs homologues de l'Hexagone risquent donc très fortement l'échec s'ils poursuivent dans l'université locale", avait déclaré le député-maire.

Des propos qui ont fait réagir le Président de l’Université de La Réunion, Mohamed Rochdi. Ce dernier a tenu à souligner que le taux de réussite en première année présenté par l’étude citée "ne prend pas en compte l’origine des bacheliers et plus particulièrement la  proportion de bacheliers professionnels et technologiques" : "Alors que la moyenne nationale  des bacheliers professionnels est de 8,6% parmi les primo-inscrits en 2011-2012, ce pourcentage  atteint 25,8% à l’Université de La Réunion". 

"Avec 777 bacheliers professionnels sur 3 017 nouveaux  inscrits en L1 en 2011-2012, notre établissement est même l’université française qui accueille le plus de bacheliers professionnels en pourcentage et en valeur absolue", chiffre-t-il. 

"Aucune université française n'a connu pareille évolution"

Et d’ajouter : "Les bacheliers généraux, public estudiantin" naturel "pour poursuivre des études universitaires car le plus adapté en termes de formation secondaire, ne représentent que 48,3% des effectifs pour cette même année quand les dix universités en tête du classement national en comptent entre 68 et 86%".

"La part de bacheliers professionnels a quasiment triplé entre 2008-2009 et 2011-2012 tandis que celle des bacheliers généraux a diminué du tiers, poursuit le Président de l'université. Aucune autre université française n’a connu pareille évolution"

Mohamed Rochdi assure ne pas être, de son côté, aussi "inquiet" car l'université met un point d'honneur à rester "particulièrement vigilant sur la réussite de ses étudiants": "Quel que soit leur bagage,  l'Université de La Réunion accompagne tous les étudiants par un certain nombre de dispositifs d'aide à la réussite. L’Université de La Réunion est bien loin d'être une université à la dérive, un établissement qui mènerait les "étudiants dans le mur"."

Il constate finalement que Patrick Lebreton ne connaît "vraisemblablement pas assez notre université, votre université" et invite le député-maire à venir la découvrir et travailler ensemble aux perspectives futures.
Lu 2875 fois



1.Posté par Julien le 11/07/2015 10:05

Prends ça Lebreton.
Bravo M Rochi, c'est bon de remettre à leur place ses politiques qui ne savent pas de quoi ils parlent.

2.Posté par Maronèr le 11/07/2015 10:48

tortue i voit pas sa queue.

C'est dommage de voir que l'aspect statistique comme le seul alibi tangible pour expliquer les causes de l'échec. Lorsque un établissement est déficitaire ou en échec, on cherchera toujours les responsables au niveau de sa tête, de l'équipe qui la gouverne. Le président de l'université réunionnaise n'explique le fait que c'est à cause des BACHELIERS pro, que l'université est à la dérive.
Alors même qu'il avance l'idée qu'il s'agit qu'un TIERS des pros qui contaminent la réussite. Là où l'étrangeté apparaît s'est qu'il dit aussi que ce tiers semble expliquer la cause du problème, alors que nous avons deux fois moins de réussite ici qu'en métropole...1/3 ou 1/2 ? il y a comme quelque chose qui ne colle pas...
Il faut vraiment s'intéresser de prés Monsieur le Député à ce nid de guêpe !!! Tout le monde sait et vous avez raison de le signaler qu'à cause de l'Effet établissement, l'influence de de cette dérive rejailli sur le résultat final.
C'est un peu comme Pygmalion, Le regard porté sur une situation engendre aussi proportionnellement son essence !!!! l'existence est vecteur de l'essence !!!
Alors sérieusement, il faut vraiment s'en préoccuper à l'heure où nous harmonisons nos dispositifs éducatifs nationaux et locaux il est de bon ton d'admettre le retard ici par rapport à la métropole et d'y prendre les mesures qui s'imposent pour inverser la tendance.... Demandez vous d'abord monsieur le président, comment se fait-il que l'offre d'étude de l'université de la réunion ne soit aussi peu attractive pour voir s'effilocher les candidatures générales, qui préfèrent migrer sur d'autres horizons. Il n'y a pas vraiment d'adaptation à l'échelle locale, et il est certain que l'équipe en place n'a que peu faire de la situation puisque le résultat est négatif!!!! Si les bac quels qu'ils soient (pro, techno, généro) ouvrent la porte aux études universitaires, vous semblez affirmer le contraire en méprisant ceux qui veulent aller vers cette voie, sans doute à cause d'un système en amont qui n'a pas toujours voulu voir le problème au moment opportun...Sans doute la facilité de l'orientation pour des fins de remplissage ou autre n'a pas permis d'intégrer une dimension raisonnable et raisonnée des profils. Beaucoup se retrouvent alors dans une voie de garage, dont l'issue n'est pas pour autant le travail, où il faut alors à défaut se retrouver à l'université pour garder un pied en quelque sorte dans un sentiment de vivre toujours une aventure d'espoir, de seconde chance...le couac s'est que l'université est déconnectée comme notre bonne vieille éducation à la française des réalités sociales et économiques de tous ces jeunes qui arrivent chaque année et ne savent pas trop quoi faire...L'université est un monde à part et qui se met à part de la "vraie vie" publique, et pertinente pour le citoyen...

Là aussi les REFORMES doivent être la seule possibilité de s'en sortir !!!!! il faut ravage le guêpe dessus le nid pour déguster ensuite.....

3.Posté par Lolo le 11/07/2015 10:52

Donc, M. Rochdi dit clairement que les bacheliers professionnels sont plus couillons que les autres et que c'est pour cette raison que le taux de réussite en L1 est aussi bas..........
Sympa pour les concernés !

4.Posté par labori le 11/07/2015 11:25

Evidemment avec tous les bac pro et techno qui vont en fac uniquement pour la bourse !!!!! et qui n ont aucune chance d'y réussir soyez honnête et donnez toutes les vraies raisons à ce taux d'échec que tout le monde connait !!! sport local bien connu de tirer profit de tous les avantages m ROCHDI !!!

5.Posté par Marx le 11/07/2015 11:31

Biensur que si l'universite de la Reunion est en pleine derive!
Monsieir Rochdi, puisque vous etes prof de math, expliquer nous comment vous faites pour qu'ala Reunion, ile de 850 000 habitant il n'y ait meme plus un bac +5 en math? Plus qu'un seul master en informatique etqui risque de disparaitre?
La vérité c'est que l'universite de la Reunion est une version pei de la SNCM: un navire a la derive dont le personnel ne s' occupe que de lui-même, noyés dans les conflits interieurs, les egos sur-dimensionnés des enseignants minables (particulierement en mathematique...).

Dans le monde de l'entreprise comme chez les etudiants TOUT LE MONDE SAIT QUI SONT LES 4 BOULLETS qui degoutte les etudiants des etudes scientifiques des les 2 premieres annees.

Monsieur Rochdi, non seulement vous n'avez rien fait mais pire, vous vous etes appuyez sur ces gens au detriments des etudiants et de l'interet de la Reunion uniquement pour asir votre pouvoir.
Les elections arrivent 3t vous ne pourrez pas etre reelu, j'espere que la nouvelle equipe se debarassera tres vite du klan que vous avez formé et que nos elus comme nos etudiants vont enfin l'ouvrir un peu...

6.Posté par ALEROUL le 11/07/2015 11:47

A vrai dire elle n'est pas à la dérive puisqu'elle a déjà sombré et touché le fond !

7.Posté par JPP le 11/07/2015 11:57

L'aberration est de faire inscrire les bacs pro et même les bacs techno. Il s'agit souvent d'élèves en difficulté voir très grandes difficultés au lycée alors à la fac ils sont dépassés. Ces élèves sont destinés au marché du travail et au mien aux études courtes BTS. Et on fait croire à ses jeunes qu'ils peuvent suivre un cursus supérieur alors que c'est faux. Souvent la maîtrise des fondamentaux scolaires n'existent pas , la preuve les réformes de l'école et du collège qui sont le constat.
La fac reste la dernière solution au chômage à 18 ans. Il suffit du bac pour s'inscrire et un peu d'argent (ou des bourses) sauf que cela ne suffit pas. Il faut des connaissances de base, une capacité de travailler seul à la BU et à la maison, une méthodologie de travail et une envie (pas un pis-aller).
Dans ce débat le président de l'université et le député ont raison mais pas sur la même chose. Le constat reste un échec en L1 non parce que l'université ne fait rien mais parce que les ersatz de diplômes que distribue le lycée pour obéir à la règle stupide de 80% d'une classe d'âge aura son bac qui est devenu 60% de la population aura une licence pour faire face au chômage qui touche les non ou peu diplômés.
Il s'agit de créer une société sans classe, égalitaire ce qui un non sens vu que les individus sont égaux en droit mais pas intellectuellement. Il y a plusieurs formes d'intelligence il doit avoir plus formes d'apprentissage. L'université en est une mais l'apprentissage en entreprise une autre. Il faut diversifier l'offre des formations (scolaires et non scolaires) dès la seconde et non entasser les jeunes dans des établissements scolaires pour attendre 16 ans, ou 18 ans.
L'université n'est pas la Solution mais une solution pour certains seulement. Pour une fois le modèle allemand est à étudier. Maintenant il n'y a pas assez de travail à La Réunion et il n'y aura jamais assez même en virant les zoreils des administrations.

8.Posté par Renard le 11/07/2015 12:03 (depuis mobile)

En tant qu ancien eleve de l université. C est pas faux ce que mr rochdi dit mais peutet ke l université aurait de meilleure resultat si il n y avait pas de piston ou d arrangement pour certains eleves priviligiés de part leur statut ou leur parent.

9.Posté par JANUS le 11/07/2015 12:38

Monsieur LEBRETON n'a pas tout à fait tort ...

J'en veux pour exemple l'ESIROI, l'école d'ingénieurs de l'Université, mise en œuvre à grand renfort de publicité ... Et qui va fermer son diplôme d'ingénieur en informatique, alors que nous avons des entreprises réunionnaises qui cherchent à embaucher des ingénieurs informaticiens.

La gouvernance des filières pose un vrai problème à l'Université ... Les matières enseignées, d'une manière générale, sont très éloignées des besoins des entreprises ...
Et la filière informatique qui répond à ces besoins sera fermée ...

Il n'y a plus qu'un seul diplôme d'ingénieur en informatique ouvert à La REUNION ... Celui du CNAM.

Ce sera bientôt la même chose pour le diplôme d'ingénieur en BTP ... Seul restera ouvert celui du CNAM.

10.Posté par MARONER le 11/07/2015 13:26

l'offre de formation améliorée avec une approche allemande !!! voilà une idée qui me plait. Récemment nous avons l'occasion d'accueillir une allemande à la maison et c'est vrai qu'il est fascinant leur modèle éducatif. Très tôt les orientations professionnelles sont connues et le programme scolaire se battit en fonction de celles ci. Autre particularité : les gamins restent tout au long de leur scolarité dans la même classe, ce qui procure une meilleure connaissance entre les élèves, comme une famille en quelque sorte. Les enfants apprennent à mieux vivre ensemble et l'entraide constitue aussi une approche pédagogique pertinente. Le professionnel ici est la base du développement éducatif.
Il y a certainement des points négatifs à ce système, tout n'est pas top, mais les facteurs de succès là bas doivent être pris en compte dans le nouveau modèle éducatif français...Mais sommes nous seulement à y réfléchir sur un quelconque changement...les habitudes sont bien là et elles gardent la cadence lente d'une deux ou de trois générations d'individus qui sont à leur tête !!! ce conservatisme est un ralentisseur et son remède est le 49.3.

soyons compétiteurs et des européens avertis !!!!!

11.Posté par Pat 974 le 11/07/2015 13:30

pat974
Que se soit en Lycée généraliste ou professionnel vers les voies Universitaire et des approches statisticiennes et environnemental du système éducatif local. Celui-ci est voué au déclin.
Pour notre macro-société locale qui ne correspond en rien au voies de garage et au souhait et besoin de nos étudiants.
Et, il demeure donc aujourd'hui une pratique de gestion économico-comptable qui permet de maintenir sur l'ile une Université aux abois. Afin de ne pas avoir un flux de demandeur d'emplois exponentiel aprés le BAC a s'inscrire au pole Emploi ou dans des structures de formation professionnelle qui n'ont aucun moyen a gérer et ré-orienté cette manne de jeunes après la scolarité.

12.Posté par BAC PRO le 11/07/2015 14:02

Je suis une ancienne BAC PRO et maintenant je travailles je vais bien! Mais il est vrai que ca FAC est considéré comme la CLUB MED pour beaucoup de mes anciens congénères! et oui ca fait flauper les stats.. et pour beaucoup d’autres étudiants... Souvent la fac est considéré comme une année ... voir deux années.... de "Recherche de soit", de "Fêtes à GOGO" en attendant... Allons remettre les choses au clair!

13.Posté par Anin le 11/07/2015 14:12 (depuis mobile)

Universite réunionnaise ? Laissez moi rire il n y a aucun réunionnais dans la direction pas plus que dans le conseil d administration mais uniquement des gens venus de l extérieur pour le soleil le pognon
Le reste ils s en foutent !

14.Posté par Thierry le 11/07/2015 14:41

Des fois, mieux vaut se taire que de dire des âneries ... Mi kon pas mon îles ...

15.Posté par noe le 11/07/2015 15:36

Lebreton a raison !

L'université-péi fait mal son boulot ... Ses profs ne motivent pas les étudiants mais passent leurs temps à blaguer dans les micros dans les amphithéâtres ... rien de concret pour les cours ... ils ne racontent que leur misérable vie !
Moi je suis allé étudié en Métropole et mes enfants de même !

L'université-péi n'est pas performante du tout ! elle ne crée que des futurs chômeurs ...

16.Posté par Julien le 11/07/2015 15:41

A post 13
Et on renvoie les réunionnais qui ont des responsabilités dans les administrations en métropole.
Vous êtes ok? Vous vous rendez compte des idioties que vous avancez? Cela ressemble à du communautarisme. Quand je lis le post 12 et que je vois les fautes en si peu de mots, je me dis que tout ne va pas bien et ce pas qu'à la Fac mais dès la maternelle et le primaire.

17.Posté par Maronèr le 11/07/2015 18:13

post 16 : comment faire pour faire changer les choses dans un tel décor où l'immobilisme renforce pour certains un certain confort !!: Bouger serait alors pour ceux là une vraie torture, une absurdité, une révolution...Ceux qui y sont ne veulent pas le changement, ils auraient trop à perdre...

Le chiffrage de la réussite et le fameux 80% de réussite au bac est la finalité du programme. La fin justifie les moyens dans cette affaire au détriment d'une qualité, de la reconnaissance de réelles compétences, et surtout des évaluations objectives...On en est loin et l'optimisme est l'ancêtre du pessimisme...

C'est quand même un luxe que se prive l'université de concentrer ses recherches sur les raisons d'une telle défaillance, et d'extirper les mécanismes qui sous tendent ces difficultés au delà des BAC pro. En France il y a cette foutue règle qui autorise les bacheliers à s'inscrire à l'université !!! Si elle doit être supprimée pour éviter toute embrouille en la matière, il faudra commencer par changer les intitulés de ces diplômes mais alors quid des titres professionnels de niveau IV, ou de la VAE. Les situations sont complexes. alors que l'on vise les bac pro en les pointant comme les cancres de l'académie, que pensons-nous de ceux qui n'ayant eu aucun diplôme accèdent aux études supérieures, bien plus complexes que une petite année en L1 L2... et qui réussissent parfois mieux qui ont pourtant suivi un parcours long sans discontinuité !!! Pour ceux là, les ERREURS ou LES FAUTES d'orientation lors d'une certaine période de l'émergence du système éducatif en France ont démoli bien des rêves. Beaucoup de talents ont passé à la trappe pour cause d'appartenance à une CSP non conforme au placement habituellement réservée à l'élite..
.
En gros nous avons le système que nous méritons...Les travers de l'histoire sont actuels et les gaucheries du système sont bien encore et subtilement présentes.
Le code a changé mais la merde éducative malveillante vit dans les postures de ceux qui enseignent et qui n'ont d'autres intérêts que personnels. Alors le changement est comme toute révolution respectable survient à l'intérieur du système en place. Ceux qui y sont aujourd'hui ne manifestent pas de signes précurseurs à une quelconque évolution....

Le statu-quo semble s'ancrer sur un terroir renforcé par la passivité de ses principaux acteurs dirigeants...

ALORS RESIGNONS NOUS à vanter le mérite de l'INCOMPETENCE notoire...et attendons que la chose implose pour reconstruire un modèle nouveau....

18.Posté par bonnemémoire le 11/07/2015 18:40

Qu'il y ait à la Réunion une Université publique : pas de problème.
que cette université s'appelle UNIVERSITÉ de La Réunion cela me questionne.
En quoi l'est-elle ?
Il serait plus exact de dire l' UNIVERSITÉ A La RÉUNION.
Autre question : pourquoi cette université à la Réunion n'est pas attractive ?

19.Posté par babar run le 11/07/2015 18:42

M. Lebreton a des inquiétudes....c'est légitime pour un politique....qui plus est quand on regarde les chiffres....

Mais ce M. rochi a l'air d’être un fieffé co....ard.....vu sa réponse.....ben oui il ne connait pas l'univers de l'université tête de nœud....mais son boulot c'est de s’inquiéter.....Beaucoup d'autres dont le préfet et le ministère devraient aussi s’inquiéter....VOUS AVEZ VU LES CHIFFRES !!!! UNE CATASTROPHE......

M. Rochi s'en fout......il est de passage ici.....

20.Posté par polo974 le 11/07/2015 19:02

eh bien, comme le rectorat est juste à coté, il suffirait que le rochdi aille y faire un tour pour exiger que les lycées ouvrent des filières post-bac utiles et adaptées aux bacs pro...

ou bien qu'il améliore et développe ses filières licence pro...

21.Posté par stéphane marioli le 11/07/2015 19:29

au post 3 : TU ne savais pas que les bacheliers du Professionnel avait un niveau très largement inférieur à celui des bacheliers du général ? du habites où ? sur Saturne ? la question n'est pas d'être ou de ne pas être sympa, la question est de relever les faits : les élèves originaires de bac pro échouent car il n'ont ABSOLUMENT pas le niveau, que ce soit en culture générale ou dans toutes les autres matières. ça ne veut pas dire qu'ils sont plus cons, ça veut dire qu'ils n'ont pas le niveau. j'ai moi-même enseigné aux trois niveaux : il y a autant d'écart entre un ex de prépa qui intègre une L3 et un étudiant classique qu'entre un bachelier du général et un bachelier du professionnel. Ceci dit, Lebreton a raison en parlant de l’université : Rochdi, avec ses "pleins pouvoirs", a fait beaucoup de mal.

22.Posté par Hervé Boismery le 11/07/2015 23:17

La situation des universités françaises, dans leur ensemble, est des plus difficiles
Il suffit à cet égard de lire la presse spécialisée comme par exemple Le Monde de l'Education ou le blog du Professeur Pierre Dubois. "Histoires d'université".
De grandes universités comme Versailles Saint Quentin en Yvelines sont en cessation de paiement. A Strasbourg, les travaux de construction des nouveaux pôles universitaires sont interrompus depuis juin 2014, alors que la Ministre de l'Enseignement Supérieur, Mme Fioraso, en avait posé la première pierre en avril 2013. L'Université d'Aix-Marseille enregistre un déficit budgétaire de 11 millions d'euros (!!!).
L'Université des Antilles Guyane a défrayé la chronique, avec un scandale financier d'une ampleur insoupçonnée et le détournement de plus de 20 millions d'euros de fonds européens, et cela avec la complicité passive des autorités de tutelle.
Etc...Etc...Etc...
On pourrait multiplier les exemples de cette situation calamiteuse relatée par la presse nationale et les presses régionales. Chaque semaine apporte à la communauté universitaire son lot d'avanies.
L'Université de La Réunion est également victime de la politique catastrophique du gouvernement en matière universitaire.
Le député Lebreton, plutôt que de jeter l'anathème sur l'Université de La Réunion, serait bien inspiré d'interroger le gouvernement qu'il soutient sur ses responsabilités dans la dégradation de la situation des universités françaises, en métropole comme en outre-mer.
Le contexte est propice à une intervention du député Lebreton puisqu'un nouveau Secrétaire d'Etat à l'Enseignement Supérieur vient d'être nommé en la personne de Mr Thierry Mandon.
Rappelons que Madame Fioraso,l'ancienne ministre en charge des universités, a dû démissionner, après avoir été impliquée dans une sombre affaire de diplôme frauduleux.
NB-Tous ces faits sont vérifiables sur internet.
Ainsi d'ailleurs que d'autres "affaires" en cours, comme des ventes massives de diplômes par Science Po Aix, une affaire "prometteuse" sur laquelle enquête le Parquet de Marseille.

23.Posté par li le 12/07/2015 00:09

En gros:
les bacs pro faute de mieux s inscrivent a l universite
Et les generaux majoritairement se ruent soit sur des filieres courtes (bts irts... ) soit sur les universites ecoles hors departement et meme hors francie.

Crotte! Mais que se passe t il ?

24.Posté par privepublic le 13/07/2015 17:50

On parle de M Rochdi, proche de l'alliance, ayant pris sa carte PS, tout cela pour rester Président de l'avant dernière Université de France..... Soit, mais sait-on que les enfants de M Rochdi ont été scolarisés à l'Immaculée, et sont pris à la rentrée à Saint Michel, au concours bilingue espagnol?"
Faites ce que je dis, pas ce que je fais....
Un Monsieur qui s'affiche pour l'égalité d' un enseignement pour tous, et place ses enfants dans le privé, en espérant sans doute les amener sur une voie d'excellence, bien loin de l'université qu'il préside......

Mohamed Rochdi est content de lui. Et mécontent des autres...

25.Posté par cailloudi le 14/07/2015 21:54

je ne supporte plus les donneurs de leçons et vautour de passage.
Est-il aussi droit que la signification de son nom? Rochdi = droiture?
rigolo non?

26.Posté par cailloudi le 14/07/2015 21:56

Pierrot analyse ses embauches et les passes droit en medecine tu comprendras mieux la droiture de ce personnage.

27.Posté par babar run le 15/07/2015 05:12

il n'aurait pas par hasard fait embaucher ses camarades a l'université ce M. ROCHDI ?????

ça se fait souvent ça.......

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter