Education

Mohamed Rochdi : “Je n’ai de compte à régler avec personne”

Mercredi 9 Décembre 2009 - 09:10

Le président de l’Université de La Réunion regrette la polémique qui s’instaure dans le débat sur l’évolution du cursus “Sciences de l’éducation”. Mohamed Rochdi déplore également “la désinformation et la manipulation” utilisées par certains, pour défendre leur “pré-carré”.


La fusion Sciences de l’éducation et IUFM pour créer les Sciences humaines, c’est apporter de nouveaux outils à l’enseignement ?

Je ne parle pas de fusion, personnellement, je parle d’une proximité de matières. Quand on parle de Sciences de l’éducation, ce sont quand même les métiers de l’éducation. Quand on parle de la formation des maîtres, ce sont aussi des métiers de l’éducation.


Votre objectif, c’est la mutualisation des Sciences de l’éducation et de l’IUFM ?

Je pense qu’il y a matière à mutualiser, dans un esprit global et de mise en cohérence de ces formations, tout en gardant leurs spécificités. L'une pour les métiers de l’éducation notamment pour la formation de l’adulte avec ce qu’on connaît sur le territoire, avec par exemple la lutte contre l'illettrisme. L'autre les métiers de l’enseignement, ici on peut citer le premier degré.


Il y a possibilité de créer une synergie ?

Oui, je crois en cette synergie, je souhaite la provoquer. Il y a aujourd’hui parmi les enseignants chercheurs des Sciences de l’éducation, beaucoup de collègues qui sont convaincus de la nécessité de créer cette synergie, et au delà, également ceux qui sont dans le domaine des Sciences humaines et sociales de manière générale.


Quels en seraient les avantages ?

Les élèves sont de plus en plus ouverts à plusieurs disciplines, l’idée serait de mettre en commun des spécialistes de plusieurs disciplines et matières, de façon à enrichir le cursus de formation des maîtres et des formateurs aux métiers de l’adulte, et donc de leur permettre d’être encore plus performant dans le futur.


Qu’est-ce qui explique le climat actuel au sein des sections des Sciences de l’éducation ? Il y a un manque de communication entre vous et les étudiants ?

Non, personnellement, je n’en suis pas convaincu. J’ai déjà fait une assemblée générale, j’ai organisé une réunion avec les enseignants et les enseignants-chercheurs de ce domaine, il y a eu une rencontre à l’IUFM. Je communique sur ce sujet.


Il y a tout de même des craintes ?

Qu’il y ait des craintes aujourd’hui, je pense que c’est normal, avec l’avènement de cette agence d’évaluation, il y a une nouvelle façon d’évaluer sans doute un peu plus stricte, une peu plus réglée par rapport à avant, ce sont ces craintes là que j’essaye de lever.


Je dis aux intéressés qu’il n’y aura aucune  formation qui sera complètement morte. Il y aura d’autres formations aussi performantes à la rentrée prochaine, si les spécialistes de ces domaines voulaient vraiment se donner la peine de s’y mettre.

Ce projet de réforme, ce n’est donc pas un règlement de comptes ?

Non ce n’est absolument pas un règlement de comptes, je n’ai compte à régler avec personne. Je vous assure que depuis mon élection, et je l’ai démontré avec ce que l’on appelait mes adversaires d’hier qui ont été appuyés et soutenus.


Sur une île comme celle de La Réunion, vu le contexte socio-économique que l’on connaît tous, avec les carences qu’il y a dans les métiers d’adultes et d’éducation ou l’illettrisme, ce serait aberrant de se mettre dans des espèces de règlements de comptes. Mon envie, c’est d’avoir des formations qui répondent à la fois aux besoins de La Réunion et que celles-ci soient de qualité.

Et les critères d’évaluation, nous devons les respecter et nous devons y répondre.
Jismy Ramoudou
Lu 2796 fois



1.Posté par master2 le 09/12/2009 09:21

nous sommes pas manipulés monsieur.
Qui sont les enseignants que vous avez consultés ?
Nous avons la majorité des enseignants qui sont contre ainsi que des enseignants des autres filières qui sont contre votre projet
Expliquez nous pourquoi fermer un master qui a obtenu un A
Monsieur les étudiants ont-ils droit à la parole ?
Je vous informe que les étudiants vous les avait jamais reçu au contraire ce sont nous qui se sont imposés dans votre Assemblée Générale et vous donnez une version différente tous les jours.
Vous manipulez tout le monde et pourquoi pas recevoir les étudiants des sciences de l'éducation.

2.Posté par jina le 09/12/2009 11:23

heureusement y a l'helico pour faire sortir les blanlo jusqu'a cilaos

3.Posté par chikun le 09/12/2009 12:59

Il serait temps que les maitres aient au moins un master.
Quand on est maitre on a un master !!!!
Les gros doigts niveau Bac des générations précédentes laissent les jeunes avec le défi de diminuer le nombre d'illettrés.
Etre Français , c'est avoir une carte d'identité Française et un minimum de connaissance de la langue Française
Quand on sait qu'il y a 2 fois plus d'arrêts maladie dans le public que dans le privé et que ces arrêts sont presque toujours concommitents aux week-end ; y'a encore beaucoup de dégraissage à faire au mammouth... ?

4.Posté par étudiante en master 2 le 09/12/2009 13:55

Bonjour,

Non, nous ne sommes pas manipulés, on voulait une table ronde avec les trois principaux acteurs (délégués étudiant, professeurs et vous) mais vous avez refuser cette rencontre!!!! Pourquoi je ne sais pas...
Certains professeurs vous ont proposés de venir avec vous à Paris pour vous soutenir dans vos démarches et vous avez refusez... Pourquoi je ne sais... Peut être avez quelque chose a caché????

5.Posté par Caton2 le 09/12/2009 14:42

La transparence et la démocratie règnent à l'Université!

6.Posté par papapio le 09/12/2009 15:31

"Mohamed Rochdi déplore également “la désinformation et la manipulation”: Pauvre garçon qui se plaint des conséquences de sa manière d'agir, de son image perdue...
Le Crédit se Gagne Monsieur, il ne s'usurpe pas... Nous ne doutons pas qu'il y ait des gens intéressés par vos turpitudes promotionnelles, mais ce n'est pas chez les hônnètes gens... Assumez ce que vous êtes.... Changez la Forme pour le fond...

7.Posté par LA BUSE le 09/12/2009 15:50

Le ministère de l'éducation à le plus gros budget. Le taux d'absentéisme bat tous les records.
Le métier ne se limite pas à la surémunération, il faut penser aux gamins, à l'illétrisme qui aujourd'hui bat des records, donc il est tout à fait normal que l'on relève le niveau de l'IUFM qui recrutait à l'époque (1970) des élèves maitres à la repèche à 7 de moyenne.
A certains enseignants : il serait peut être temps de se mettre au boulot!
Le point positif est qu'aujourd'hui on trouve des enseignants (trop peu) qui aiment leur métier et qu'ils ne le considèrent pas comme une sécurité d'emploi.

8.Posté par Marc du Tampon EX LSE ET MASTER le 09/12/2009 19:44

Monsieur le Président,
Lorsque vous précisiez avec dynamisme que vous souhaitez mettre une formation comme vous le dites de "QUALITE", vous supposez donc que cette qualité n'existe pas !
Qu'est-ce que vous en savez ?
vous parlez de critères d'évaluation ? lesquels ?
Selon vous, une formation de qualité c'est quoi ?
Savez-vous que pour nombre d'étudiants de cette filière, nombreux sont ceux qui occupent des postes de responsable de formation, ou de service ? Pour le respect au moins de ceux-là gardez-vous bien, de ne pas tout mélanger par certains de vos propos ! Je n'en attends pas moins d'un esprit scientifique tel que e votre !



9.Posté par Marc du Tampon EX LSE ET MASTER le 09/12/2009 19:44

Monsieur le Président,
Lorsque vous précisiez avec dynamisme que vous souhaitez mettre une formation comme vous le dites de "QUALITE", vous supposez donc que cette qualité n'existe pas !
Qu'est-ce que vous en savez ?
vous parlez de critères d'évaluation ? lesquels ?
Selon vous, une formation de qualité c'est quoi ?
Savez-vous que pour nombre d'étudiants de cette filière, nombreux sont ceux qui occupent des postes de responsable de formation, ou de service ? Pour le respect au moins de ceux-là gardez-vous bien, de ne pas tout mélanger par certains de vos propos ! Je n'en attends pas moins d'un esprit scientifique tel que le votre !



10.Posté par master1 le 09/12/2009 23:53

Ce cher Président ne connait en matière de mouvement que l'Unef de M. Leperlier un modèle du genre faut l'excuser mes amis!

11.Posté par Amphi le 10/12/2009 00:02

Mr ROCHDI a -t-il idée des publics de formation continue qui alimentent depuis des années notre filière ?
Peut-il nous expliquer lui qui ne connait de thèse, que celle qu'il a soutenu(on me dit péniblement),ce qu'est un encadremen de recherche?
Peuut-il nous expliquer lui dont les diplomes ne reçoivent ,dans les meilleurs crus que 5ou étudiants en master ce qu'est une offre de formation?
Peut-il nous expliquer lui dont l'équipe ne compte aucun enseignant de la Fac des lettres ce que sont les sciences de l'éducation ou sociales?
Peut-il nous dire qui le conseille:
le directeur du SUFP?
SON AMI Mr WATIN ?
SON AMI Mr TUPIN à distance de NANTES ?

12.Posté par Raoul Lucas le 10/12/2009 07:04

Monsieur le Président
Malheureusement la chronologie de vos actes et vos décisions sont mortelles pour vous.
Il y a un point sur lequel je vous rejoints entièrement l'existence d'une campagne de désinformation et de manipulation de la communauté universitaire et désormais de l'opinion réunionnaise.
Mais elle n'est que de votre fait et de la conduite de vos amis qui s'avancent souvent masqués sur cette question des sciences de l'éducation et sur bien d'autres questions universitaires pour ne pas écrire sur toutes les questions universitaires.
Je prends acte toutefois que dans l'argumentaire public, le votre et ceux de vos amis, qu'il n'est plus question de la "course à l'argent" "comme motivation des collègues de sciences de l'éducation qui participent depuis des années au développement de la formation continue (et donc en sciences de l'éducation) dans cette université.
Dans votre difficulté à expliquer votre conduite sur la question des sciences de l'éducation dont s'est emparée désormais l'opinion réunionnaise, et je m'en réjouis, il ne vous reste plus qu'a faire fonctionner la machine à désinformer et à manipuler. Votre présente déclaration n'est que la dernière en date en attendant la prochaine.
Votre traitement de la question des sciences de l'éducation, bien avant les rapports de certains évaluateurs, rend bien compte de votre conduite à l'université depuis votre arrivée comme vice-président en duo avec notre collègue SVIZZERO, puis votre élection comme président après son départ forcé.
Vous gagnerez à ne pas persister dans la voie que vous avez retenue car c'est à l'opinion réunionnaise que vous et vos amis auront des comptes à rendre DANS LA TRANSPARENCE afin de défendre ce qui peut encore l'être de cette institution utile aux Réunionnais.
R Lucas
Membre minoritaire du CA de l'université de la Réunion
Elu sur la liste Azur

13.Posté par anonyme le 10/12/2009 08:32

Concernant le CIRCI, j'ai lu le rapport d'évaluation, dont je mets le lien en pdf ci-dessous.

Un extrait : "En dépit de points forts certains (expertise, lien avec les institutions locales, articulation recherche enseignement), cette équipe apparaît à bout de souffle, ce que confirme peut-être le déroulement de la visite. En effet les doctorants sont âgés et la moyenne d’âge de l’équipe élevée, les publiants peu nombreux et la gouvernance du laboratoire semble floue.
Le projet quant à lui peine à trouver une cohérence entre des axes trop morcelés et une hétérogénéité des problématiques. L’impression donnée est beaucoup plus celle d’une juxtaposition d’individualités fortes développant chacune son axe dans sa logique que d’une vraie équipe. La question qui se pose tout naturellement est celle des convergences naturelles non explorées — en tout cas non présentées dans le rapport — avec les autres centres, dont le
CRLHOI et ORACLE. En effet, il existe sur la thématique locale et indianocéanique de vraies convergences possibles avec d’autres équipes de l’université de la Réunion, que cela soit dans l’EA 12 ou dans l’EA 4078, ainsi que dans le projets de la Fédération. Enfin, les publications se font essentiellement dans des revues locales, ce qui semble aussi renforcer l’hypothèse d’un
localisme extrême, un ancrage local qui tourne à l’enfermement.
"

Est également joint à ce fichier, le courrier de réponse, dont je vous donne un extrait :

"Le reproche concernant la diversité des axes de recherche mis en oeuvre au CIRCI semble
ignorer que cette diversité est à l’image même de la principale caractéristique des sociétés
insulaires de la région indocéane. Comment dès lors se désintéresser des questions de brûlante actualité qui font l’objet d’une forte interrogation sociale, réelle et croissante ? Le chômage, l’échec scolaire, l’illettrisme, la démission parentale, le rapport au travail, l’identité, le
communalisme
... constituent autant de sujets d’investigations à propos desquels la recherche est convoquée.
"

Si quelqu'un peut m'expliquer ce qu'est le communalisme dans la République, je suis preneur : qu'un universitaire le mentionne me laisse perplexe.



14.Posté par Mr WIKI-YAKA le 10/12/2009 11:35

13...Si quelqu'un peut m'expliquer ce qu'est le communalisme dans la République, je suis preneur : qu'un universitaire le mentionne me laisse perplexe.



Le communalisme est une forme d'allégeance ou de loyauté à l'égard d'une petite minorité ou d'un groupe de personnes spécifiques. On le distingue généralement du communautarisme en ce sens qu'il apparait moins organisé et moins exclusif que ce dernier. En outre, il renvoie moins souvent à des divisions ethniques ou religieuses, ce qui fait qu'il équivaut au communautarisme social.

15.Posté par anonyme le 10/12/2009 13:15

14.Posté par Mr WIKI-YAKA le 10/12/2009 11:35

Merci pour la retranscription : du mot à mot wikipédia, c'est à dire une formulation écrite ou validée par le premier venu (se reporter à la plainte avec constitution de partie civile de la part de la fille adoptive de Chirac, pour des mensonges la concernant, sur le site de cet hébergeur d'allégations gratuites, qui peuvent changer à chaque seconde : référence sérieuse s'il en est !).


Je vous saurais gré plutôt de me citer une encyclopédie, ou même un simple dictionnaire, qui en donnerait une définition exacte, autre qu'une spéculation intellectuelle sans fondement.





16.Posté par Caton2 le 10/12/2009 13:35

Jean Copans a écrit sur le communalisme insulaire. C'est une notion très difficile à cerner car elle recoupe beaucoup d'autres notions (communautarisme, tribalisme, religion...) Il y a même une théorie marxiste (communalisme révolutionnaire), qui voit dans le communalisme le point de départ d'une possible révolution. Bref c'est une petite niche de recherche pour ethno-sociologues. De ce fait, le reproche: "Le projet quant à lui peine à trouver une cohérence entre des axes trop morcelés et une hétérogénéité des problématiques", a toutes les apparences de la pertinence. Autre défaut relevé, qui stigmatise, hélas le manque d'ouverture au monde de beaucoup de chercheurs de l'université de la Réunion : "les publications se font essentiellement dans des revues locales, ce qui semble aussi renforcer l’hypothèse d’un localisme extrême, un ancrage local qui tourne à l’enfermement."
Mais tout ceci peut être corrigé et ne justifie en rien la suppression du laboratoire.

17.Posté par anonyme le 10/12/2009 23:09

16.Posté par Caton2 le 10/12/2009 13:35


Ça me laisse quand même un goût amer de vagabondage intellectuel à nos frais : au café du commerce, c'est le même type de rasade, sans pourtant qu'il en coûte un sou à la collectivité.

18.Posté par Caton2 le 10/12/2009 23:43

Nous sommes d'accord, anonyme. J'ai simplement voulu ménager certains professeurs et étudiants dont l'engagement professionnel est concret, simple et sincère.

19.Posté par anonyme le 11/12/2009 06:06

Votre sollicitude vous honore caton2 : la grande majorité d'entre eux en sont dignes, je n'en disconviens pas, mais la sincérité n'exclut pas la lucidité.

Quelle utilité peut avoir un diplôme, si c'est pour devenir RMIste ?

20.Posté par Caton2 le 11/12/2009 14:14

Nous sommes d'accord. L'université délivre des diplômes qui ne valent pas plus cher que celui que donne le magicien d'Oz à Dorothy.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter