Archivages - Zinfos974

Mlle André, professeur de SVT

LES ESPECES PROTÉGÉES SUR L'ILE DE LA REUNION

Jeudi 18 Juin 2009 - 15:20

Que pensez-vous des personnes qui s’occupent des actions concernant la protection des pétrels et des tortues marines à La Réunion ?
C’est une action importante qui mobilise beaucoup de personnes à La Réunion. Le Pétrel de barau est une espèce précieuse car elle fait partie des espèces endémiques comme le Fouquette de baillon. Il est donc important de les protéger.

Participez-vous à la protection de ces espèces à La Réunion ?
Oui, je fais de la sensibilisation. Je soutiens aussi l’action de la SEOR (Société d’Etude Ornithologique de La Réunion), car c’est une association extrêmement active concernant l’étude du mode de vie, la protection et la conservation des espèces en voie de disparition.
Il faut savoir qu’un couple de Pétrel ne pond qu’un œuf par an. Un jour, l’oisillon doit se débrouiller seul et sa première sortie du nid représente un grand danger pour sa survie. En effet, aveuglé par la lumière des lampadaires ou des lampes de stades, il risque de tomber à terre et de ne plus pouvoir reprendre son vol. Les rats, les chats et les voitures représentent alors un grand danger.
S’il vous arrive de trouver un Pétrel égaré, mettez-le dans une boîte dans laquelle vous ferez des trous pour qu’il respire, surtout ne lui donnez ni à manger, ni à boire. Appelez ensuite la SEOR.
Nous avons étudié les tortues vertes en classe, nous en parlerons donc principalement. Celles-ci ont déserté le lagon de La Réunion à cause de la surpêche et de la fréquentation excessive des plages. La structure Kélonia à Saint-leu fait avancer la science en étudiant leur mode de vie. On sait qu’une petite partie d’entre elles vient encore pondre sur une plage de Saint-leu, qu’il est d’ailleurs important de préserver. Kélonia lâche des tortues, protège les œufs, aide les pondeuses à repartir au large, tout cela dans le but que les tortues reviennent un jour à La réunion.



Interview menée par Rivière Ulrich et Turpin Alexandre
Alice Lenzini
Lu 1224 fois