Faits-divers

Meurtre du couple Aho-Nienne: Leurs bourreaux jugés fin janvier 2017

Jeudi 24 Novembre 2016 - 07:44

Le procès du meurtre du couple Aho-Nienne aura bien lieu fin janvier 2017. Selon les informations de nos confères du Journal de l'île, le procès se déroulera aux assises du 31 janvier 2017 au 3 février prochain.

Battus à mort par des cambrioleurs, Emile et Odette Aho-Nienne tenaient une boutique dans le quartier de Grands-Bois à Saint-Pierre.

Pour rappel, les deux victimes, qui faisaient volontiers crédit aux plus nécessiteux, avaient été sauvagement tuées par des casseurs venus chercher de l’argent facile. Les deux fils du couple, qui avaient assisté aux scènes d’horreur, avaient bien cru eux aussi leur dernière heure arrivée.

Jimmy Célina et sa compagne, Evelyne Filomar, ainsi que Mickaël Robert, ont été mis en examen pour vol aggravé ayant entraîné la mort. Elsa Gonthier et Carole Gravier, ont de leur côté été mises en examen pour complicité de vol ayant entraîné la mort et la seconde pour recel de biens provenant d'un crime et non-dénonciation.

Leurs bourreaux risquent tous la réclusion criminelle à perpétuité.  
 
 
Lu 1092 fois



1.Posté par noe le 24/11/2016 09:02

Il était temps de les juger ces personnes !
Les français veulent savoir !

2.Posté par Mehdi BOUACHRA le 24/11/2016 09:19

"Leurs bourreaux risquent tous la réclusion criminelle à perpétuité. "

On prends les paris, aucun ne sera condamné à perpétuité.

3.Posté par Damned ! le 24/11/2016 11:42

J'espère qu'ils vont tous y passer...

4.Posté par Pamphlétaire le 24/11/2016 11:51

Leurs bourreaux risquent tous la réclusion criminelle à perpétuité.

Ceci n'est que foutaise de nos jours... tout au moins en France précision à ne pas négliger ou à oublier. Ils seront dehors avant les dix prochaines années...
“Si Hitler avait envahi l’enfer, je me serais débrouillé pour avoir un mot gentil pour le Diable.” Winston Churchill.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 17 Décembre 2017 - 07:11 Le permis à peine obtenu, on le lui retire