Procès Aho-Nienne

Meurtre du couple Aho-Nienne: Le récit de l'horreur

Ce jeudi après-midi, les deux frères Aho-Nienne, rescapés du massacre de Grand-Bois sont passés à la barre. Des témoignages émouvants et dignes, à l’image de cette famille qui aura été présente lors de tout le procès.


Jean-Hugues Aho-Nienne est le premier à témoigner, suivi par Jean Luis Aho-Nienne. Ce dernier a la voix altérée par la paralysie partielle du visage due aux nombreux coups qu’il a reçus. Il livre alors à la Cour un témoignage émouvant.

"J’ai regardé ces photos terrifiantes avec beaucoup de souffrance. Elles racontent beaucoup de choses" commence-t-il, faisant allusion aux photos de la scène de crime montrées le matin-même.

Il raconte comment, ce soir du 22 janvier 2015 à Grand-Bois il a raccompagné ses parents à leur domicile en compagnie de son frère. "Ce soir-là, j’ai trouvé bizarre que les chiens n’aboient pas, la lumière de la cuisine était éteinte. Lorsque maman a ouvert la porte elle a crié au voleur. Je me suis précipité vers elle, mais elle était par terre" poursuit l’homme, la voix emplie d’émotion.

"Au bout d’un moment, je ne ressentait plus rien des coups"

Il raconte alors s’être battu avec Jimmy Célina, celui-ci finissant par le mettre par terre "à coups de poings très puissants". Il poursuit par un détail glaçant, "mon papa criait pitié! S’il vous plait! Pitié!"

Ensuite, les quatre victimes se retrouvent trainées dans la cuisine, puis battues avec une barre de fer. "Un homme me demandait ou est l’argent? Mais à chaque fois que je répondais que je ne savais pas, je recevais des coups. Au bout d’un moment, je ne ressentais plus rien des coups. J’ai dit à Jean-Hugues, donne lui l’argent! C’était pour sauver notre peau."

Dissimulés derrière des cagoules au moment des faits, les agresseurs n’étaient pas identifiables. Le Président de la Cour demande alors aux accusés de se lever et de crier "ou est l’argent!" afin que Jean-Hugues Aho-Nienne puisse identifier l’auteur de l’interrogatoire. La victime reconnait la voix de Jimmy Célina.

"J’ai toujours souhaité une belle mort pour mes parents"

"Je disait à mes parents, vous êtes des gens formidables, des gens courageux" poursuit le fils Aho-Nienne. "J’ai toujours souhaité une belle mort pour eux. Ils étaient en fin de vie mais en très bonne santé. Ils allaient travailler à leur âge et ils avaient le plaisir d’aller travailler."

"Abattus comme des animaux"

"On vit avec cette tristesse. Je vis un cauchemar. Ce qu’on a vécu c’était l’enfer, horrible, je ne trouve pas les mots pour décrire cette barbarie, on a été abattus comme des animaux. J’entend encore les cris aujourd’hui, je ne l’oublierai jamais jusqu’à la fin de ma vie. C’est impardonnable" finira-t-il par lâcher à la barre, avant de retourner s’asseoir.

Une inqualifiable sauvagerie, pour reprendre les mots de l’Avocat Général Bruno Badré, qui finira par requérir la perpétuité contre Evelyne Filomar et Jimmy Célina, 30 ans de prison contre Mickaël Robert pour vol avec violence ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Une peine de 15 ans de prison a été requise contre Elsa Gonthier pour complicité - elle avait fait office de chauffeur au trio - et 7 ans de prison contre Carole Gravier pour recel de vol avec violence ayant entrainé la mort.

Retrouvez le suivi du procès ici:

- Meurtre des époux Aho-Nienne: La "mère aimante a porté les coups de barre de fer

- Meurtre des époux Aho-Nienne: "Une déperdition des valeurs morales".

- L'horreur justifiée du meurtre du couple Aho-Nienne: "Tout ne s’est pas passé comme prévu".

- Meurtre des Aho-Nienne: Partie civile et défense pas d'accord sur le rôle des protagonistes.

- Meurtre des Aho-Nienne: "Ils ont payé mon côté obscur" (Evelyne Filomar).
Jeudi 2 Février 2017 - 19:40
Laurence Gilibert - laurence.gilibert@zinfos974.com
Lu 25219 fois




1.Posté par cmoin le 03/02/2017 14:04

Y a intérêt que les peines oient effectuées!!!

2.Posté par titi974 le 03/02/2017 15:55

Espérons qu 'il n y ai aucune remises de peines pour ces crapules ...

3.Posté par Tanguy Proquo le 03/02/2017 16:10

Un prisonnier dans une prison française coût à la société 191 € par jour combien vont donc nous coûter ces gens là, " 5.925.775 € "ils resteront des parasites jusqu'au bout, au moins auront ils la bienséance de mettre fin à leur pitoyable existence.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter