MENU ZINFOS
Faits-divers

Meurtre de La Convenance : "Vanina était la joie de vivre, elle voulait être libre"


Le procès de Ridaï-Mdallah Mari, accusé du meurtre épouvantable de la jeune Vanina Galais à son domicile de Sainte-Marie en mai 2018, s'est ouvert ce lundi devant la cour d'assises.

Par Isabelle Serre - Publié le Lundi 31 Janvier 2022 à 20:32

C'est un homme au physique bien différent de celui de 2018 qui s'est avancé dans le box des accusés après l'installation des jurés, ce lundi après-midi.

Le trentenaire a pris une bonne vingtaine de kilos. Il porte une barbe longue qui dépasse de son masque blanc. Son tee-shirt assorti lui descend jusqu'aux genoux. Un peu plus tôt, un convoi exceptionnel a quitté la maison d'arrêt de Domenjod. Un véhicule de l'administration pénitentiaire suivi de près par un fourgon de police et escorté par des motards a déboulé toutes sirènes hurlantes dans la rue Juliette Dodu. Il faut dire que le comportement de Ridaï Mari est imprévisible et qu'il s'est en déjà pris aux officiers qui ont croisé son triste chemin.

Mais ce lundi, le mis en cause est calme. Il parcourt régulièrement la salle d'audience de son regard noir et fixe tour à tour ceux qui sont venus assister à son procès.

Une dignité exemplaire

Assise non loin de lui, la mère de Vanina vêtue d'une jupe de cuir noire et d'un haut bleu ciel n'a pas un seul regard pour lui. Sollicitée par le président de la cour, elle s'avance en premier à la barre. D'une dignité exemplaire, elle décrit le caractère de sa cadette toujours plongée dans les livres. Vanina avait évoqué sa rencontre avec Ridaï Mari, dans le centre-ville de Saint-Denis où il vendait des tee-shirt à la sauvette. Elle l'appelait "le Mahorais" et disait "qu'il était gentil", raconte sa mère sans même une inflexion dans la voix. "Elle voulait réussir dans la vie. Et elle aimait que les autres réussissent aussi".

"Il était gentil"

Empathique, Vanina s'est prise d'amitié, ou peut-être plus, personne ne le saura jamais, pour le trentenaire né à Mayotte en 1988. Après deux rencontres, il l'avait invitée chez lui, dans son petit logement de La Convenance qu'il occupait seul. Ridaï Mari a donné plusieurs versions concernant son mobile. Fier d'avoir une petite amie réunionnaise, il se serait senti trahi puisqu'elle ne voulait pas de lui. Mais vraisemblablement qu'il se faisait des idées sur les désirs de Vanina. En attestent de nombreux SMS échangés où Vanina est accusée de l'avoir trompé alors que la jeune fille ne comprend pas à quoi il fait allusion.

Une étudiante en médecine à qui l'avenir souriait

17 coups de couteau plus tard, dont sept dans le dos, Ridaï Mari a éviscéré la jeune fille et jeté ses organes dans la cuvette des toilettes avant de tout nettoyer et de s'y retrancher pour attendre les gendarmes qu'il avait lui-même prévenus vers minuit : "je viens de tuer ma copine parce qu'elle m'a trahi".

A l'arrivée du GIGN, l'assassin présumé tenait des propos incohérents. "Il parlait de la Syrie, puis du Bataclan puis psalmodiait en mahorais", détaille le directeur de l'enquête invité à témoigner devant la cour. Ce dernier évoque "le courant alternatif" pour décrire l'accusé lors de sa garde à vue. "Il est capable de s'adapter aux circonstances et aux interlocuteurs", explique le lieutenant. Parfois lucide, souvent farfelu et incohérent, Ridaï Mari sait manipuler son auditoire. Lors d'une logorrhée verbale sans queue ni tête, il a brièvement donné ce lundi la mesure de son personnage.

Ce mardi matin, il aura la parole ainsi que les experts qui se sont succédé pour l'examiner.




1.Posté par fab le 01/02/2022 02:17

il faudrait un châtiment exemplaire pour cette espèce de sous Merde !
lui couper les mains et les C et renvoyer ce trou duc d'où il vient et arrêtez de tergiverser ! la justice française donne trop d'importance à cette bande de voyous qui croient que tout leur soit permis sur le sol français !

2.Posté par Veritas le 01/02/2022 09:57

C'est malheureux... Mais beaucoup de filles ici aiment ce genre de personne voilà le résultat à la fin.

3.Posté par Bizarre le 01/02/2022 12:25

Le problème c'est que ce genre d'individus savent manipuler les femmes en ayant leur confiance puis par la suite montre leur vraie visage mais a ce moment là c'est trop tard malheureusement, j'espère juste qu'il sera condamné au max de la peine et que l'altération de la conscience ne soit pas retenu, dernier point quatre ans pour juger cet personne trop long ce n'est pas normal que la justice prennent autant de tant, 1 ans max mais pas 4 ans !

4.Posté par Lucide le 03/02/2022 20:44

Au mieux il sera interné quelques années puis relâcher.

Elle est belle notre justice.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes