Faits-divers

Meurtre de Corine Ramouche : J.Y Gobalraja condamné à 22 ans de réclusion criminelle

Mardi 27 Août 2019 - 18:13

Ce mardi débute le deuxième et dernier jour du procès de J.Y Gobalraja, jugé pour le meurtre de sa femme, Corine Ramouche.

L'audience a débuté par l'audition d'un témoin récalcitrant qui, malgré sa convocation, n'avait pas tenu compte des injonctions de la cour. La présidente a donc décidé de le faire récupérer sous bonne escorte, par les forces de l'ordre.

L'homme prétend ne pas s'être rendu au tribunal, car il n'a pas le moral. Considéré comme un témoin important, il avait tenté d'escalader jusqu'au premier étage de la résidence après avoir entendu les hurlements de Corine Ramouche. Il explique avoir vu une partie de la scène dans la chambre de l'appartement, en passant sa tête, s'appuyant sur le rebord. Il prétend avoir vu  l'accusé porter des coups sur la partie haute de la victime avec un objet de couleur noir en main. Il affirme: "il s'acharnait sur elle", décrivant un flot incessant de coups. Il prétend également que l'accusé aurait tenté de l'étouffer avec un oreiller. 

Le témoin insiste sur le fait qu'il était affolé et que tout s'est passé très vite, laissant quelque peu planer un doute sur ses déclarations. Il affirme être traumatisé par ce qu'il a entendu et reconnaît être, encore aujourd'hui, très marqué par ce qu'il a vu.

Un accusé conscient, mais quasi impassible 

Jean-Yves Gobalraja a ce matin de nouveau été entendu à la barre. Le procureur général demande à l'accusé s'il connaît la peine qu'il encourt, ce à quoi ce dernier répond :"Oui la perpétuité". Le procureur général reproche à J.Y Gobalraja de se présenter depuis le début du procès comme un "ayant subi". Lorsqu'il lui pose la question :"Avez-vous tué volontairement votre épouse le 28 octobre 2017?", l'accusé répond une nouvelle fois "oui", sans la moindre hésitation. J.Y Gobalraja ne montre aucune compassion, jusqu'au moment où Me Navarro, son avocat, l'incite à se livrer. L'accusé fond en larmes devant les jurés."C'est dur, comment j'ai pu faire ça, c'est quelqu'un qui ne méritait pas ça". 

La soeur de la défunte témoigne à la barre et confie avoir eu J.Y Gobalraja au téléphone juste après les faits. Ce dernier lui a dit, d'une voix totalement stoïque, "Corine est décédée". Elle décrit sa soeur comme "une belle personne", "une femme de valeur", qui n'avait jamais de mauvais mots envers son mari. "J'ai tout essayé pour sauver mon mariage, je n'en peux plus. Je veux démarrer une nouvelle vie", lui avait-elle confié. 

La seconde soeur de la victime espère notamment que procès fasse figure d'exemple pour toutes les femmes victimes de violences. Elle déclare par ailleurs avoir tout fait pour que la famille proche puisse voir le corps. Mais ils n'ont pu voir que la moitié de son visage, tant ce dernier était mutilé.

La présidente demande à l'accusé si le problème ne viendrait finalement pas de lui. Ce à quoi il rétorque d'une voix sereine "non le problème ne vient pas de moi". Suivi par un psychologue en prison afin de pouvoir travailler sur son enfance difficile, il explique à la présidente qu'il n'a pas encore fait de travail sur lui-même. Compte tenu de la peine encourue, nul doute qu'il aura très certainement de nombreuses années devant lui en milieu carcéral pour pouvoir y réfléchir.

Pour Me Morel, représentant la partie civile, la préméditation ne fait aucun doute. Lorsque la date du divorce a été prononcée pour le 10 novembre 2017,  J.Y Gobalraja aurait clairement déclaré "si tu n'es pas avec moi, tu ne seras avec personne d'autre". L'avocat déclare en s'adressant aux jurés "c'est une mise à mort et elle est implacable. (...) Je vous en prie, soyez juste".

Le procureur général débute les réquisitions en déclarant "l'un des crimes les plus graves est celui d'enlever la vie. Il est puni par la peine la plus lourde que vous avez à juger". En s'adressant aux jurés, il ajoute "la souffrance des familles est indicible, la décision que vous allez rendre doit être le témoignage de ce qu'est notre société, vous allez participer au rôle de régulateur social par votre décision."

L'avocat général déclare qu'en trente ans de carrière il est rare de voir de telles blessures sur une personne: deux coups sur la face et cinq à l'arrière du crâne. Il requiert 25 ans de réclusion criminelle.

L'accusé s'est exprimé une dernière fois. Il a reconnu "la gravité des faits" reprochés et "les conséquences". L'homme a demandé le pardon à sa femme et à sa famille. 

Le verdict est tombé en début de soirée. J.Y Gobalraja a finalement été condamné à 22 ans de réclusion criminelle. 
Regis Labrousse
Lu 6829 fois




1.Posté par Grobaba le 27/08/2019 13:28 (depuis mobile)

On a l''impression, hélas, que pour certains métropolitains, seule La Réunion détient la palme de tous ces crimes odieux..Je note qu''à Toulouse, un homme a tué à coups de couteau son épouse hier... Comme quoi..le mal est de beaucoup plus complexe....

2.Posté par titi974 le 27/08/2019 15:49

Post 1 je pense que vous vous trompez lourdement dans un premier temps que l 'on soit métropolitain , créole ,chinois ou ce que l 'on veut on se préoccupe déjà de ce qu 'il se passe sur les lieux ou l 'on habite ce n 'est pas parce que un meurtre odieux à lieu à Toulouse que l 'on doit faire l 'autruche sur ce qu 'il se passe chez nous à la Réunion......

3.Posté par bakoko le 27/08/2019 20:21

oui, post 2 a raison. C' est un crime odieux qui peut se passer dans n' importe quel département français, mais hélas, la Réunion a la palme d' or des crimes et maltraitances allant jusqu'à la mort...

4.Posté par tourniquet le 28/08/2019 05:14

peu importe l'endroit ,la métropole ,la réunion ou d'autres pays ,c'est dans l'homme cet instinct dans la pulsion d 'un enragé sommeille un assassin .c'est triste de dire ça ,surtout si la personne est alcoolisé il n'y a plus de discernement

5.Posté par Richard Zoreil de Sin Dni le 28/08/2019 08:43

POst 3
C'est faux nous sommes 4ème (bof quand même)

6.Posté par Didou974 le 28/08/2019 08:57 (depuis mobile)

Plein d'hommes prennent leur femme pour un objet qu'ils peuvent manipuler à leur guise. L'inverse existe aussi. Pour "expliquer/excuser" leurs gestes: l'alcool, le zamal, une enfance difficile...c'est pas une raison pour faire du mal à une autre.

7.Posté par Zarin le 28/08/2019 11:07

Femme robot : le fantasme devient réalité
Par Elisabeth Alexandre

Son cerveau tient dans quelques puces de silicium, son corps est pétri de silicone, mais qu'importe c'est pour ses créateurs la compagne idéale : douce, soumise, toujours prête pour le sexe ou la vaisselle. Le fantasme de la première femme robot devient réalité. Et nous dans tout ça ?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie