Faits-divers

Menaces de mort de son conjoint: A-t-elle évité le drame?

Dimanche 13 Mai 2018 - 01:05

Le tribunal correctionnel est rempli le dossiers de violences faites aux femmes. Pire, la cour d'assises l'est aussi. Et trop souvent, elles ont donc perdu la vie. Dans la plupart des cas, l'homme est jaloux, possessif, menaçant. Dans certaines affaires, les menaces n'ont pas été prises au sérieux et le résultat, plusieurs mois ou années plus tard, peut s'avérer dramatique.

Cette mère de famille de Saint-André a-t-elle évité le pire? Il y a un an, son conjoint, sans casier judiciaire, la violente. Elle porte plainte et le quitte. Il l'appelle et lui envoie des textos, lui demandant de retirer la plainte, la suppliant de rentrer, mais aussi menaçant de les tuer elle, et leurs trois enfants. Des témoins l'aperçoivent aussi en train de rôder autour de la maison la nuit.

Devant le tribunal correctionnel de Champ Fleuri ce vendredi, il dit "regretter tout ça". Cela fait un an qu'il n'y a rien à signaler. Il a un droit de visite sur ses enfants et passe parfois dans le quartier où réside sa femme pour y retrouver des amis. Sans incident. Bon, il erre un peu devant l'école quand elle va chercher les enfants.

Elle dit avoir peur mais sans aucun pas de travers de sa part, difficile de lui donner autre chose que du sursis. D'autant plus que son avocat rappelle que pour les violences, il n'a jamais été poursuivi ni condamné. Il a donc écopé de 3 mois de sursis.
Soe Hitchon - soe.hitchon@zinfos974.com
Lu 1941 fois



1.Posté par viande roger le 13/05/2018 20:45

ouai, mais corriger la forme, ne change pas la faiblesse de la réflexion dont cet article est issu.
soit tu donnes les faits, soit tu donnes ton avis, mais de manière argumentée un minimum.

sinon ça donne du alain nivet, ou du jérome chassagne au mieux.
tout pourri.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 21 Septembre 2018 - 07:41 Saïd Larifou jugé en appel pour travail dissimulé

Vendredi 21 Septembre 2018 - 07:26 Il grimpe à un poteau pour insulter les passants