Océan Indien

Mayotte: un trafic de "chimique" démantelé, une métropolitaine suspectée

Mercredi 17 Février 2016 - 15:19

Quatorze personnes ont été interpellées lundi dernier à Mayotte suite à une opération des forces de l’ordre, visant au démantèlement d’un réseau de trafic de stupéfiants.


Photo d'illustration
Photo d'illustration
Selon les informations révélées par Le Journal de Mayotte, chaque "chimiste" a été placé en garde à vue dans une brigade de gendarmerie différente. La juge d’instruction Sylvie Roy devrait décider de leur mise en détention provisoire.

Au coeur de cette enquête, toujours en cours : la "chimique". C’est une poudre blanche peu chère, qui se consomme avec du tabac et peut provoquer des réactions très violentes.

Pour le moment, l’enquête révèle des livraisons de produit par voie postale. Une métropolitaine âgée d’une quarantaine d’années pourrait être à la tête de ce réseau. Elle était placée sous surveillance depuis des mois.
 
Lu 2053 fois



1.Posté par Vulno le 17/02/2016 15:36

à Mayotte, les traficants de drogues sont des métros, soit policiers ou gendarmes avec la complicité des sans papiers comoriens en grande majorité et parfois des malgaches ou africains en situation irrégulière. Combien de saisies dans les kwassa ou dans les voiliers appartenant à des métros et en provenance de Made ?

2.Posté par Eno2016 le 17/02/2016 15:48

Mayotte devient une plaque tournante de drogues dans la zone !
ça commence bien et vite !

3.Posté par Marco le 17/02/2016 16:26

Est-ce que c'est le même réseau qu'à La Réunion? À Mayotte ils ont moins peur des trafiquants?
À la Réunion les consommateurs sont des ptits bourgeois de l'Ouest, et les trafiquants des personnes assez riches pour éviter la prison!

4.Posté par Donneur(s) d'ordres métropolitain(e-s) comme dans l'affaire Roukia/GIR ? (GS) le 17/02/2016 17:00

A Mayotte, les affaires judiciaires se suivent et se ressembleraient suspectement : des sans papiers ou des autochtones qui souvent ne sont que des exécutants, exploités et manipulés par des métropolitains.
Il faut éviter qu'après la mort non-naturelle de la jeune mahoraise Roukia Soundi à Mayotte, en janvier 2011, il y ait une autre victime civile.

5.Posté par Simandèf le 17/02/2016 19:24

Il parait qu'on dit maintenant mahorépolitain comme quoi on en apprend tous les jours.

Sinon s'il y a les dealers il faut les consommateurs et les drogués doivent avoir un minimum d'argent pour se shooter. L'enquête devrait aller vite

6.Posté par Viva le 17/02/2016 20:44

Sacré posté 4 par GS. En quoi la droguée Roukia serait Mahoraise ? Ah j'oubliais : son acte de décès a été délivré à Mayotte. Donc à défaut de nationalité française de son vivant, elle l'a eu posthume. C'est déjà une consolation mourir à Mayotte, n'est ce pas ?

7.Posté par môvélang le 17/02/2016 20:45

encore des francés aussi blanc que leur poison !!!!!!!!!!!, je suis certain, qu'avec un bon avocat, il sera facile de prouver son innocence !

8.Posté par voyous le 18/02/2016 10:32 (depuis mobile)

Pas de commentaires xénophobes de la part des réunionnais. Just 7 blogueurs ont eu quelque chose à dire. Je sais pourquoi : parce que l'article dit qu'au sommet du trafic une métropolitain s'y trouve. Pour les réunionnais c'est acceptable quoi !

9.Posté par La horde le 18/02/2016 12:30

Le zamal de synthèse n'est pas classé comme produit stupéfiant, n'importe qui peut en acheter légalement sur le net......à quoi rime cette procédure ?

10.Posté par 130 victimes parisiennes, toutes sont parisiennes ! (GS) le 18/02/2016 18:18

130 victimes parisiennes à Paris, le 13 novembre 2015, mais elles ne seraient pas parisiennes pour tous ? Quelle honte !

11.Posté par Viva le 18/02/2016 20:34

Parmi les victimes de l'attentat de Bombay, il y avait un couple parisien en vacances attablé dans un coins du restaurant où a eu l'attentat. Ce couple n'etait-il pas parisien parce qu'il est mort à Bombay ? Quelle honte !!!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 9 Août 2018 - 14:46 La terre a tremblé non loin de Rodrigues