MENU ZINFOS
Blog de Pierrot

Mayotte, un baril de poudre qui ne demande qu'à exploser...


Par - Publié le Vendredi 31 Mai 2013 à 18:07 | Lu 22258 fois

Mayotte, un baril de poudre qui ne demande qu'à exploser...
J'ai passé moins de 48 heures à Mayotte et ça faisait longtemps que je n'y étais pas allé. Autant dire que j'y arrivais avec des yeux neufs et les sens en éveil, prêt à écouter et regarder, sans aucune idée préconçue. J'avoue que je n'ai pas été déçu du voyage...

Heureusement que je n'y arrivais pas en terrain totalement inconnu, ayant sur place, quelques vieux amis à même de me mettre rapidement au courant des moeurs et coutumes de l'île aux Parfums.

Première surprise pour les journalistes qui m'accompagnaient et pour moi : le climat de peur qui règne à Mayotte. Il n'est pas rare de voir des maisons, voire même des bureaux en centre-ville, enguirlandés de rouleaux de fil de fer barbelé, du même modèle que ceux que l'on trouve autour des casernes de militaires... Bonjour l'ambiance. La délinquance bat, nous dit-on, tous les records de France...

Deuxième signe : notre accompagnateur, en allant au centre-ville de Mamoudzou le soir au restaurant, a pris bien garde de se garer à un endroit très précis, en pleine lumière, sur une portion de rue faisant pas plus de 200m de long. A l'écouter, en dehors de ce secteur bien déterminé, on a de grandes chances de retrouver sa voiture cassée et pillée en revenant du restaurant. Inutile de vous dire que les places sont aussi rares dans ce secteur qu'un letchis à la Réunion au mois de juin...

Dans le même registre, une personne rencontrée sur place, qui habite à Mayotte depuis 7 ans, nous a avoué avoir fait une demande de retour à la Réunion depuis deux ans, après les fameux événements de 2011, demande qui vient d'être enfin acceptée par son patron, à son grand soulagement et à celui de sa femme.

Parlons-en de ces fameux événements de 2011. Ils sont encore manifestement dans tous les esprits. De nombreuses personnes rencontrées nous en ont parlé avec encore des trémolos dans la voix. A les écouter, ils ont vraiment craint pour leur vie à l'époque, les émeutiers, essentiellement des clandestins, avaient barré toutes les routes et s'en prenaient particulièrement aux voitures et aux maisons de mzoungou, les zoreilles de Mayotte. Avec nous dit-on une attention particulière portée aux familles de gendarmes...

Autre découverte : les Réunionnais ne sont pas aimés à Mayotte. Selon les Mahorais, ils arriveraient avec un esprit colonialiste, avec un air hautain qui déplairait particulièrement aux originaires du coin. Un cadre haut placé m'a même raconté s'être procuré des mails où des Mahorais avaient écrit qu'il fallait se débarrasser de lui pour se venger du sort que les Réunionnais réservaient à leurs frères mahorais à la Réunion...

Dans le même registre, les enseignants mzoungous seraient également dans la ligne de mire. On leur reprocherait leur côté radin, cherchant à mettre le maximum de côté avant de rentrer au pays... Pour info, il n'existe pas à Mayotte de dispositif de sur-rémunération. Toutefois, les fonctionnaires d'État bénéficient d'une indemnité d'éloignement représentant 23 mois de traitement net pour 24 mois de séjour. Dans la pratique, ils doublent quasiment leurs salaires. Un traitement encore plus intéressant que les 53% dont ils bénéficient à la Réunion. Et malgré cela, l'an prochain, ce sont 1.000 postes de professeurs qui seront budgétés mais non pourvus, tellement les candidats ont peur (voir les explications plus haut...).

Autre prise de conscience pour moi : le nombre d'immigrés clandestins. Ils représentent environ 50% de la population, ce qui signifie qu'une personne sur deux que vous croisez dans la rue est un clandestin. Ils habitent dans des zones de non-droit, dans la peur de se faire arrêter et expulser vers les Comores et on nous a également raconté des histoires sordides d'exploitation par les mzoungous ou les Mahorais. Ce sont eux qui effectuent les travaux les plus durs, notamment dans le bâtiment. Et on nous a cité plusieurs cas où, alors que le chantier était presque terminé, le propriétaire les a dénoncés à la police pour ne pas avoir à les payer...

Et on nous dit que plusieurs kwassas-kwassas -enfin ceux qui n'ont pas coulé en mer- continuent à arriver tous les jours sur l'île. Il en coûterait 300 euros pour effectuer la traversée, les prix ayant été multipliés par 6 en quelques années. Selon nos interlocuteurs, plus de 50 clandestins supplémentaires arriveraient tous les jours, alors que les reconduites à la frontière sont bien moins importantes... A Mayotte, le travail de préfet ressemble par beaucoup de points au remplissage du tonneau des Danaïdes qui se vidait à mesure qu'on le remplissait...

Pendant ce temps, l'argent coule à flot

Parallèlement à cette situation explosive -tout le monde prédit de nouvelles émeutes à plus ou moins court terme- la vie continue. Surtout la vie économique d'ailleurs. La transformation de Mayotte en département français a eu pour première conséquence de permettre le déversement de tombereaux d'argent public sur l'île pour financer une multitude de projets, histoire de mettre l'île au niveau des autres départements français.

Et cet argent n'est pas perdu pour tout le monde. Certaines grosses entreprises françaises, souvent les mêmes que celles que l'on trouve à la Réunion mais avec un nom "mahorisé", se goinfrent allègrement et veillent sur leur pré carré comme sur la prunelle de leurs yeux.

Pas question que d'autres viennent se partager le gâteau. Ce sont eux les maîtres du royaume et ils sont prêts à utiliser tous les coups fourrés pour gagner encore plus d'argent et écarter les gêneurs. En n'hésitant pas au passage à manier la corruption. Car c'est bien connu, il n'y a que des corrompus, rôle ici joué souvent par les élus mahorais accusés de tous les maux, et jamais de corrupteurs. Les patrons qui embauchent des membres de la famille d'élus ou qui glissent discrètement sous la table des malettes remplies de billets ne sont que des victimes, bien évidemment.

Pendant les 48 heures que j'ai passées à Mayotte, il m'est venu aux oreilles un nombre incalculable d'histoires de corruption ou de détournements de fonds. Un seul exemple : le directeur de la DEAL, une administration d'Etat, et sa prédecesseur (qui est maintenant basée à la Réunion, mais n'y voyez aucune chasse aux primes, on vous taxerait de mauvais esprit...) viennent d'être mis en examen pour concussion et complicité de concussion. Cette affaire aurait éclaté en métropole, elle aurait fait la Une de la presse nationale. Là, rien ou presque rien. Que voulez-vous? Ca se passe à Mayotte, sous les tropiques. C'est presque normal...

Une autre affaire : un grand patron local, et pas n'importe lequel, est en train d'essayer de fomenter un coup d'Etat au sein de la Chambre de commerce, ce qui semble être une grande spécialité locale. Ca tient du secret d'Etat et peu de gens le savent, mais ce grand patron entend faire payer au président de la Chambre de commerce actuel son engagement en faveur du projet de compagnie aérienne Ewa, porté par Air Austral, au motif que son fils a lui aussi un projet concurrent, en association avec Inter Iles, une compagnie comorienne concurrente dont un avion s'est abimé en mer en novembre 2012... Le dernier décompte donne 4 élus avec l'actuel président et 3 pour les putchistes. Autant dire que chaque voix vaut actuellement très, très cher...


Pierrot Dupuy
Pierrot Dupuy est le fondateur de Zinfos974. C’était le 1er septembre 2008… Aidé d’une petite... En savoir plus sur cet auteur

Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

10.Posté par L'Ardéchoise le 31/05/2013 23:34

A 2 : à Mayotte comme ailleurs, ce sont ceux qui arrivent d'ailleurs qui doivent s'adapter.

Désolée, mais je pense que pour beaucoup, ce n'est pas une histoire de malentendus.
L'attitude de certains mzoungous laisse vraiment à désirer.
Je crois que c'est le seul endroit où j'ai compris le sens du mot "colonialisme"', le seul endroit où j'ai eu honte de mes compatriotes, au point que certains, comme nous, venant de La Réunion, sont traités comme des me.des par les envahisseurs, je mesure mes mots !!!
Virés d'un parking (ouvert à tout le monde), virés d'une plage, c'était le leur, témoins dans un resto pour tzoungous ( le seul ouvert un dimanche soir) de la façon dont le personnel local était traité, sortie dans les îles du lagon avec des enseignants puants au point de nous faire la gueule parce que nous étions ravis des services offerts, réflexions à la con parce qu'en randonnant, nous étions arrivés sur une plage superbe après 2 heures de marche et que nous avions "squatté leurs arbres, leur ombre", eux qui arrivaient en bateau..
J'en ai plein comme cela.
Département français ? Laissez-moi rire, ce n'est pas demain la veille que les choses vont s'arranger.
C'est triste, mais c'est ainsi, la verrue va pousser et finira par devenir une grosse pathologie.
Ce ne sont pas forcément les mahorais qui entraîneront l'épidémie !

N'arrivant pas à poster, j'ai donc eu la primeur d'autres commentaires, dont le O7 (hélas).
Quand on ne sait pas de quoi on parle, on s'abstient !

Pierrot, sur ce coup-là, je te suis.

9.Posté par KAFIR le 31/05/2013 23:11

Apres cette brillante exposition concernant le dédale mahorais que Pierrot Dupuy a cerné avec une précision chirurgicale j'estime qu'il n'y a plus rien a rajouter. Pour un supplément d'information; une autre forme de délinquance sévit sans partage et génère plusieurs millions d'euros payés par les contribuables français. La reconduite des "clandestins" comoriens est exploitée par une société maritime appartenant à des mouzoungous qui partagent le gâteau avec l'Etat voyou des Comores.

KAFIR

8.Posté par Woody Wood le 31/05/2013 21:57

Ma Yotte ? mais qu'on leur rende !!!! ....

7.Posté par Abominablog le 31/05/2013 21:44

Personnellement, je ne suis jamais allé à Mayotte mais ce qui me fais sourire dans les propos de Pierrot Dupuy, c'est que vous en changez quelques détails et vous obtenez trait pour trait le discours d'un zozo arrivé ici depuis quelques mois ou bien d'un métro installé dans un ministère à Paris. Avec rigoureusement la même question : " comment se fait-il que ça ne pète pas ? ". Comme quoi ... La paille, la poutre et l'œil du voisin, tout ça, tout ça ..... Ah mais oui j'oubliais ....Dans le cas de La Réunion, ce sont les autres qui se trompent, qui ne savent pas de quoi ils parlent et qui portent des jugements hâtifs et racoleurs ......

Quand au commentaire 4 qui empeste le sous entendu racial le plus dégueulasse, je rappellerais qu'avant la départementalisation de l'an passé, la première maternité de France était chez nous ...... Comme quoi ......

6.Posté par RIPOSTE le 31/05/2013 20:50

Celui qui n'aime pas la république reste chez lui et les vaches seront bien gardées

5.Posté par Kaloupillé le 31/05/2013 20:44

Et LARIFOU .... il est aimer avec sa double Nationalité D' AVOCAT à MAYOTTE ? et pourtant il joue sur les deux tableaux quand il y va non ?

4.Posté par jason bourne le 31/05/2013 20:29

merci jospin pour le droit du sol ..mayotte a la première maternité de France

3.Posté par Tonton le 31/05/2013 20:14

Maintenant c'est un departement et tout changera.
Vive la République !

2.Posté par David Asmodee le 31/05/2013 19:49

Autre découverte : les Réunionnais ne sont pas aimés à Mayotte. Selon les Mahorais, ils arriveraient avec un esprit colonialiste, avec un air hautain qui déplairait particulièrement aux originaires du coin.
...
Dans le même registre, les enseignants mzoungous seraient également dans la ligne de mire


Pourtant ce ne sont, je pense, qu'une série de malentendus.

Certains concepts qui sont naturels à un peuple semblent totalement étrangers à un autre. Comme par exemple se dire bonjour, s'il vous plait, merci, au revoir...etc...

Certains passent donc pour des colonialistes, d'autres pour des rustres. Cela crée des incompréhensions et tensions. C'est la vie.

J'avoue que je n'ai pas été déçu du voyage...

Je suis content pour Mr Dupuy. Mais personnellement, les états-d'âme des Mahorais, ça ne m'excite pas des masses....

1.Posté par Booba le 31/05/2013 17:07

Quand mon ami, travaillant a mayotte, vient en vacances a la reunion, il doit demenager quasiment toute sa maison.... De plus tout les dispositifs de securité pour maison ne servent a rien puisquil arrive que les voleurs cassent les murs pour cambrioler les maisons .... L insecurite est tel quil trouve le front de mer de st pierre un samedi soir a 2:00 du matin un vrai havre de paix .....

1 2 3
Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes