Océan Indien

Mayotte: l'Etat envisage d'abattre des centaines de lémuriens et de jeter leurs corps à la mer !

Dimanche 8 Janvier 2012 - 11:26

Maître Arielle Moreau, avocate au barreau de Saint-Pierre, est une ardente protectrice des animaux. Elle a donc naturellement été choquée par le projet de l'Etat français, qui par le biais de la Réserve naturelle nationale (RNN) et de la DEAl (Direction de l'environnement, de l'aménagement et du logement), envisage la mise à mort à Mayotte de plusieurs centaines de lémuriens protégés par différentes conventions internationales. Et comme ces fonctionnaires se doutent de l'opposition qu'une telle mesure suscitera, ils préconisent de se débarrasser des cadavres en mer, de façon à préserver le secret devant entourer l'opération...
Dans une note publiée sur la page Facebook "Sauvons les lémuriens de Mbouzi à Mayotte", Me Arielle Moreau détaille les raisons qui ont mené à cette situation, et décrit les horreurs envisagées par le gouvernement pour résoudre, à sa façon, le problème.
A lire absolument jusqu'au bout sa note que nous reproduisons ci-dessous, même si c'est un peu long.


Mayotte: l'Etat envisage d'abattre des centaines de lémuriens et de jeter leurs corps à la mer !

Le Lémur brun ou Eulemur fulvus mayottensis est une sous-espèce du Eulemur fulvus, qui est endémique à Madagascar.


Le maki est présent à Mayotte depuis plusieurs siècles, et il se trouve encore à l’état sauvage sur la Grande Terre.

 

En raison de la déforestation et de la dégradation de leurs équilibres naturels - des études récentes font état de la disparition de 40 % des surfaces boisées de Mayotte entre 1999 et 2008 - cette espèce est aujourd’hui en voie de disparition.

 

Depuis 1974, la population des makis a diminué de 60 %, de 1999 à 2008 le nombre a été divisé par deux,  et en 2008 on recensait 21.000 individus (Tattersall 1976/1977, 1989 et Tarnaud et Simnen 2002).

 

Les makis sont protégés à double titre par la convention de Washington ou convention C.I.T.E.S (commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction), où ils sont inscrits en annexe I, comme tous les lémuridés, et par l’arrêté préfectoral n°347 du 7 août 2000, fixant la liste des espèces protégées à Mayotte.


Le lémurien brun est considéré comme une espèce à Bas Risque qui est proche de passer au statut d’espèce en danger par la Liste Rouge de l'IUCN  - Union Internationale pour la Conservation de la Nature en France -(2008).

 

Un conflit de territoire oppose cette espèce frugivore et les agriculteurs qui empiètent de plus en plus sur les forêts.

 

Les makis vont ainsi se nourrir dans les jardins et les cultures, suscitant le mécontentement des agriculteurs ou des particuliers qui se font voler de la nourriture.

 

A l’occasion de ces rencontres, les makis sont parfois attaqués par des chiens domestiques ou blessés par des humains.

 

Du fait de la pression anthropique (disparation des forêts, manque de mesures de protection des habitats des makis, circulation automobile, etc.), nombre de makis blessés sont régulièrement trouvés par des particuliers, certains sont également victimes d’abandon après avoir été capturés à l’état juvénile pour servir comme animal de compagnie.

 

Dans l’un ou l’autre cas,  leur état de santé ou de dépendance à l’homme ne permet pas de les relâcher immédiatement dans la nature.

 

Faute de refuge, les particuliers qui trouvent à un animal nécessitant une prise en charge, se retournent naturellement vers les vétérinaires, les forces de l’ordre ou les pompiers, lesquels contactent aussitôt Mme Gandon.

 

C’est donc dans ce contexte qu’est née l’association TERRE D’ASILE le 2 mai 1987.

 

Cette association agrémentée par la préfecture de Mayotte, a pour objet de recueillir les individus blessés, capturés, orphelins ou encore abandonnés par des particuliers.

 

La présidente, Mme Gandon, qui dans un premier temps accueillait les makis à son domicile situé à Grande terre, s’est trouvée très vite dépassée par le nombre des animaux blessés ou orphelins que l’on venait lui déposer,  aucune infrastructure officielle n’existant.

 

La création d’un refuge s’est alors imposée

 

L’association TERRE D’ASILE avec l’appui de l’État, du conseil général et de la commune, propriétaire du site, a donc créé un refuge dans un ancien lazaret situé sur l'îlot MBouzi d’une surface de 85 ha, sur lequel vivait déjà à l’état naturel une petite colonie de makis d’environ 30 individus, introduits  par un agriculteur de Petite terre.                                

 

Depuis 14 ans, l’association y recueille, y soigne, y nourrit et y abreuve les lémuriens blessés ou maltraités en provenance de la Grande Terre, avant leur relâchage dans la forêt.

 

L'îlot ayant peu de ressources fruitières et étant dépourvu de source d'eau douce, la population des lémuriens doit sa survie à l’association "Terre d’Asile" qui achemine chaque jour depuis Grande-Terre, par barque, plusieurs centaines de litres d’eau et de kilos de nourriture.

 

L’association finance le fonctionnement de ce refuge sur ses fonds propres et ceux de sa présidente, sans aide de l’État.

 

En 14 ans, le nombre des makis a augmenté dans des proportions importantes du fait de l’introduction de nouveaux protégés, mais également en raison de la reproduction des makis qui ont été relâchés.

 

A ce jour près de 800 makis (rescapés ou natifs), vivent en totale liberté dans la forêt de l'îlot MBouzi. D’après les études menées, il existerait une quarantaine de clans et, à l’intérieur de ces clans, des groupes d’une dizaine d’individus comportant autant de mâles que de femelles

 

En 2007, l’îlot de MBouzi a été classé Réserve Naturelle Nationale (RNN) par décret n°2007-105 du 26 janvier 2007, dans une démarche de reconquête de la forêt sèche disparue depuis de  nombreuses décennies.

 

La création de la réserve stipule qu'une zone terrestre de 3 ha peut être affectée à d’autres activités que celles liées directement à la gestion de la réserve ou à sa valorisation et que des espèces animales ou végétales ayant existé sur l’îlot ou à Mayotte peuvent être réintroduites.

 

Cette dérogation aux activités de la gestion de la réserve a été adoptée précisément pour permettre à l’association TERRE D’ASILE de poursuivre sa mission d’intérêt public.

 

C’est donc dans cette même logique qu’un arrêté préfectoral N°078/DAF/SEF/2007 a autorisé l'activité de Terre d'Asile sur la RNN.

 

La gestion de cet îlot était jusque là du ressort de l’ancienne Direction de l'Agriculture et de la Forêt (DAF), chargée de la protection de la faune sauvage sur Mayotte.

 

Conformément au décret, un gestionnaire de cette RNN a été désigné  en lieu et place de la DAF.

 

C’est ainsi que (semble t-il, sans appel d’offre ou appel à la concurrence préalable), le 23 Septembre 2008, l’"Association des Naturalistes de Mayotte", dont le président est M. Michel Charpentier, a été désignée comme gestionnaire de la RNN.

 

Depuis cette date, l’association TERRE D’ASILE est victime d’une campagne de dénigrement de la part du gestionnaire de la réserve qui lui fait grief d’être à l’origine de la prolifération des makis sur l’île.

 

Le gestionnaire met tout en œuvre pour évincer l’association et les makis de la RNN.

 

C’est dans ce contexte polémique que le préfet a pris un arrêté n° 094-2010 du 19/09/2010, notifié le 01/10/2010, donnant tout pouvoir au gestionnaire de la RNN pour mettre en œuvre un plan de suppression progressive du nourrissage des lémuriens de l'îlot M'Bouzi et abrogeant l'arrêté n° 078- 2007 du 30/07/2007.


Le 30 septembre, un arrêté de subvention de 9.372 euros a été signé au bénéfice du gestionnaire pour la phase 2010 de mise en œuvre du plan d’alimentation.

 

Cette subvention qui a été perçue par l’association gestionnaire n’a jamais  été affectée à la mise en œuvre du plan d’alimentation.

 

Une sommation intepellative a été signifiée le 30 novembre 2010, par voie d’huissier au gestionnaire qui confirme cet état de fait.

 

Différentes missions ont été menées à la demande de l’État pour tenter de dégager des solutions : rapport conjoint du conservateur de la RNN et de la DEAL de mars 2011, et rapport de M. Estève pour le compte du Conseil National de Protection de la Nature.

 

Force est de constater que ces rapports  ne reposent que sur des présupposés et non sur des études scientifiques et que par ailleurs le peuple mahorais a été tenu à l’écart de ces missions !!! Et ce alors même que nombre d’associations locales ont manifesté leur souhait d’être associées au devenir de l’îlot de MBOUZI et des makis (notamment M. Ali MADI président de la Fédération mahoraise des associations environnementales).

 

Trois solutions sont proposées par l’État pour réduire la population de makis : la réintroduction des makis sur la Grande terre ou leur transfert dans des parcs zoologiques, la stérilisation, et leur mise à mort, mesure présentée comme la mesure la plus "propre" et la moins onéreuse….

 

C’est ainsi que l’on peut lire dans le rapport de 2011 rédigé conjointement par le conservateur de la RNN et la DEAL de Mayotte, les conclusions suivantes :

 

"La réaction des animaux à une campagne d'euthanasie n'est pas connue, elle variera selon la méthode utilisée.

Cela pourrait s'avérer plus complexe que prévu :

- dispersion des individus sur l'îlot qui est escarpé et difficile d'accès pour les humains compte tenu d'une végétation inextricable ;

- Agressivité accrue.

 

Une compilation des trois modes d'abattage pourrait s'avérer nécessaire. A planifier avec les personnes compétentes à l'ONCFS.

 

6.5.3 Avantages

1/ Le coût de l’opération est réduit.

2/ Il s’agit de la solution la moins préjudiciable en terme de bien être animal ceux-ci ne mourant pas de faim.

(…) L'idée est de protéger le gestionnaire et les services décentralisés de l'État qui risquent de pâtir de la vague médiatique qui s'en suivra (à l'image de la problématique « loup »).

4/ Les associations de défense des animaux n’auraient pas le temps de s’organiser. La polémique s’essoufflera rapidement avec la disparition du sujet (contrairement à l'option du plan de réduction du nourrissage qui étalerait l'effet médiatique sur plus de 8 ans).

Il s’agira de bien mettre en avant :

- L’aspect "risque sanitaire" réel pour les makis de Grande Terre ainsi que pour l’Homme de la concentration des animaux sur cet espace réduit ;

- L'impact écologique négatif d'une population artificielle qui prolifère hors de son habitat naturel ;

- La volonté de préserver une population autonome de 120 à 180 individus qui ferait alors partie intégrante du patrimoine naturel de la réserve.

6.5.4 Inconvénients

Il conviendra :

1/ de répondre fermement aux attaques médiatiques violentes et ce de façon conjointe : DEAL, Préfecture, gestionnaire, Ministère, ONCFS ;

2/ de garder toute discrétion sur la préparation de l'action pour éviter toute levée de bouclier en amont de sa mise en œuvre ;

3/ de mobiliser les services de police localement pour "barricader" l'accès à la réserve naturelle pendant la durée de l'opération ;

4/ Dans le cas d'une euthanasie par le tir, les conséquences médiatiques pourraient être importantes, les coups de feux pouvant être perçus depuis Mamoudzou, chef lieu de Mayotte (A voir avec l'ONCFS s'il existe des armes adaptées silencieuses) ;

5/ Si la mise en œuvre a lieu en 2011, il faudra supprimer 520 makis au minimum. 610 si l'on attend 2012.

L'export de près de 1.400 kg de cadavres par voie maritime jusqu'en décharge sur Grande Terre nécessitera de transiter par le port de plaisance de Mamoudzou où des manifestations de protestation sont à prévoir.

L'idéal serait alors d'éliminer les cadavres en haute mer où la décomposition sera rapide et la pollution nulle en comparaison d'une mise en décharge à ciel ouvert (pas de centre d'équarrissage à Mayotte)

6.5.5 Coûts

Le coût dépendra du mode d'euthanasie choisi. Le temps de travail / agents ONCFS est à ajouter aux coût évalués ci-dessous.

1. Le tir avec armes à feu (fusil ou carabine)

1000 cartouches à grenaille d'acier à 20€ les 25 : 480€

1000 cartouches à balle à 1,5€ pièce : 1500€ (plus dangereux)

Armes fournies par l'ONCFS

5 agents ONCFS pendant trois jours frais de fonctionnement compris : 2000€

Surveillance de l'îlot à la charge des services de polices et de la RNN

Évacuation des cadavres en haute mer pour éviter toute contamination/pollution à Mayotte ainsi qu'une manifestation lors du débarquement des makis morts à la charge de l'ONCFS

Coût total de l'opération avec cartouches à grenaille : 2 480€

Coût total de l'opération cartouches à balles : 3 500€

2. L'injection létale

800 fléchettes hypodermiques à 60€ pièce : 48 000€

Carabine hypodermique fournie par l'ONCFS

Surveillance de l'îlot à la charge des services de polices et de la RNN

Évacuation des cadavres en haute mer pour éviter toute contamination/pollution à Mayotte ainsi qu'une manifestation lors du débarquement des makis morts à la charge de l'ONCFS.

Coût total de l'opération : 48 000€

Présente plusieurs avantages par rapport au tir avec arme à feu :

- moins « sanglant » et moins « brutal » que le tir à grenaille ou à balle ;

- Risque de « panique généralisée » des makis réduit ;

- Abattage silencieux non audible depuis grande et petite terre ou depuis les bateaux croisant au large de l'îlot.

3. L'empoisonnement par la nourriture

Intégrer un poison à la nourriture des makis induit un potentiel fort de dégâts co-latéraux sur la faune notamment sur les passereaux et la Tourterelle peinte qui consomment régulièrement la nourriture distribuée aux makis. S'il est possible d'effaroucher les oiseaux pour éviter au maximum les pertes, cela s'avère problématique pour la microfaune vertébrée ou invertébrée (reptiles et insectes principalement)".

 

Rapport de mars 2011 rédigé conjointement par le conservateur de la RNN et la DEAL de MAYOTTE.

 

Les représentants de l’État font ainsi une belle démonstration juridique de ce qu’est un État de droit !!!

 

Ainsi alors que l’association TERRE D’ASILE a introduit devant le tribunal administratif de Mayotte un recours en annulation contre l’arrêté qui la dépossède illégalement de son autorisation d’occuper une partie de l’îlot MBouzi, que cette action eu justice est toujours en cours, que le maki est protégé tant par les textes internationaux que nationaux, l’État n’hésite pas à préconiser de contourner les règles de droit et d’exterminer sans autorisation, ni contrôle, une population de 500 à 600 makis, et de faire disparaître leurs corps aux larges des côtes de Mayotte !!!!

 

Le ministère de l’Écologie doit rendre prochainement une décision officielle sur ce dossier.

 

Parallèlement de nombreux projets associatifs ou scientifiques font écho depuis trois ans à cette menace qui pèse sur les makis:

- apparition de projets scientifiques avec les projets ECOLEMUR ou plus récemment IBIOMA dans lesquels une  station d’Etude des Lémuriens  serait créée sur l’ilot,

- la création d’un refuge pour makis sur la Grande Terre par l’association "Maecha, Komba na Zoumbe" (vie, lémurien, êtres vivants), MKZ, et sa présidente Emilie Maltaverne, ce refuge pouvant accueillir 50 lémuriens adultes.

 

Les solutions avancées par les différentes associations locales passent par un plan plus ou moins long de réintroduction des lémuriens dans des forêts situées sur la Grande Terre et la Petite Terre, voir éventuellement le transfert de quelques individus dans des parcs zoologiques

 

La solution privilégiée par TERRE D’ASILE serait que le décret portant création de la RNN soit abrogé et que cet îlot devienne un sanctuaire pour les makis.

 

A défaut, l’enclave de 3 hectares, qui a été instituée par le décret ayant créé la réserve naturelle nationale, doit continuer de servir de refuge aux makis trop imprégnés des humains ou handicapés avec mise en place de méthodes contraceptives (implants sur femelles) et parallèlement adoption d’un plan de réintroduction des animaux sains et sauvages sur Grande Terre et Petite Terre.

 

L’association TERRE D’ASILE a exécuté gracieusement une mission de service public pendant plus de 14 ans à ses propres frais et l’État a favorisé la création de ce refuge sans poser aucune condition ni restrictions particulières quant au contrôle des naissances ou à l’introduction de nouveaux animaux.

 

Ce n’est qu’à compter de 2004 que l’association Terre d’Asile a été tenue de déclarer à la DAF toute nouvelle introduction, étant précisé qu’en l’absence de tout refuge sur Mayotte, les pouvoirs publics eux-mêmes ont régulièrement sollicité l’association TERRE D’ASILE pour la prise en charge des animaux blessés ou orphelins.
 

Si les pouvoirs publics, qui appellent aujourd’hui à l’extermination des makis avaient agi à temps pour enrayer l’augmentation de la population des makis par des actions telles que la sensibilisation de la population, la pose d’implants sur les femelles, etc, la situation ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui.

 

D’ailleurs l’État avait pleinement conscience des problèmes posés à terme par cette augmentation des makis. Une réunion avait été tenue le 3 septembre 2006 pour tenter d’apporter des solutions mais faute de moyens et d’une réelle volonté des pouvoirs publics, les résolutions qui avaient été arrêtées sont demeurées sans suite.

 

La défaillance de l’État est donc établie et il n’est pas envisageable que 600 makis, appartenant qui plus est à une espèce protégée par les textes internationaux et nationaux, paient de leur vie les erreurs commises par l’administration.

 

Le maki joue un rôle important en tant qu'emblème de la préservation de l'environnement sur Mayotte, et sa protection, a un impact sur le maintien de la biodiversité au sens le plus large sur ce département.

 

Le Congrès français de la nature (UICN), alors qu’il s’est prononcé, à Paris le 27 juin 2011, en faveur d’une suspension du projet d’extension de la piste d’aéroport à Mayotte, a demandé au Conseil Général de Mayotte et à l’Etat de PRENDRE CONSCIENCE que la départementalisation conduit nécessairement à aligner Mayotte sur les normes françaises et européennes en matière de protection des espèces et des habitats naturels.

 

Le pouvoir conféré à l’État implique de façon corollaire qu’il a des responsabilités à assumer dans les domaines qui ressortent de sa compétence.
 

L’État doit protéger le patrimoine de Mayotte, l’État doit protéger les makis de Mayotte.

 

Maître Arielle MOREAU – Avocate au barreau de Saint-Pierre
Sauvons les lémuriens de Mbouzi à Mayotte

Pierrot Dupuy
Lu 11594 fois



1.Posté par Cambronne le 08/01/2012 12:53

Preuve que nous avons bien des tyrans à la tête de ce pays , j'adore lorsqu'ils osent venir nous faire chier pour une plante endémique et pour un parc national des hauts lorsque ailleurs nos experts jacobins vont être les commanditaires d' un génocide, elle est belle la Dictature Merde In France

2.Posté par Tonton le 08/01/2012 13:03

Scandaleux !
Je pense, qu'on devra aussi se preparer à accueillir qq refugis makis de mayotte à la Réunion.

3.Posté par Cambronne le 08/01/2012 13:22

2.Posté par Tonton le 08/01/2012 13:03
Scandaleux !
Je pense, qu'on devra aussi se preparer à accueillir qq refugis makis de mayotte à la Réunion.

Bonne idée vu qu'ils ont transformé la Réunion en sanctuaire Unescon ils sont capable de tous nos jacobins

4.Posté par Pierre Darmangeat le 08/01/2012 13:33

Le gros problème de cette île promue au rang de réserve à juste titre car elle héberge des plantes uniques au monde (elles y sont endémiques, même au sein de l'archipel mahorais), est qu'une association a voulu y installer des lémuriens qui n'ont rien à y faire.
Cela a commencé dans les années 1994~98 et, s'il y avait bien à cette époque quelques makis (Lemur fulvus mayottensis) sur l'îlot Bouzy, leur population était très faible et en équilibre avec un milieu difficile.
Le surnombre des makis introduits volontairement et sans souci du maintien de l'équilibre biologique de l'îlot (uniquement sur de "pieuses" intentions anthropomorphiques larmoyantes et stupides) était prévu depuis longtemps.
La solution actuelle est cruelle et tout aussi inutile car le maki manque en mainte endroits de Grande Terre. Le problème, c'est que ces makis sont très habitués à l'homme, puisqu'ils ont été nourris artificiellement pour être maintenus en vie, et que leur réadaptation au milieu sauvage n'irait pas sans poser de gros problèmes. On pourrait le faire, il suffit de le vouloir.
L'affaire est d'autant plus grave que l'on a confondu un milieu fragile (l'îlot Bouzy) avec un zoo, et que d'autres espèces de lémuriens y ont été introduites, espèces qui n'ont rien à faire à Mayotte.

Il eût été beaucoup plus intelligent et plus efficace de protéger et d'étudier l'authentique population de Lemur fulvus mayottensis, et d'empêcher les M'zoungous d'en faire des animaux de compagnie. Ce n'en sont pas : ce sont des animaux sauvages qui s'apprivoisent facilement et qu'il faut laisser vivre normalement. Mais l'association en question avait sans doute le bras long, puisqu'elle avait fait échouer en 1997 une action de la DAF (et reculer le préfet) visant à enrayer cette monstrueuse bêtise.
Aujourd'hui, les résultat est là : débrouillez-vous !

5.Posté par swen barjonnet le 08/01/2012 13:51

plutot que d'aligner le smic et les diverses allocations sur la metropole notre gouvernement prevoit de depenser notre argent pour exterminer une espece protegée

6.Posté par noe2012 le 08/01/2012 14:07

Nous avons besoin d'agrandir notre territoire alors quelques lémuriens nous en empêchent ...
Pas de problème , il faut les éliminer , en faire de la nourriture pour chiens et le tour est joué !!

L'homme avant , l'animal après !!!

"Il y deux moments dans la vie d'un homme où il ne devrait pas spéculer : quand il n'en a pas les moyens et quand il les a." (Mark Twain)

7.Posté par Gajik le 08/01/2012 14:10

Il doit être possible de stériliser les makis qui sont en surnombre en les capturant peu à peu. Si il est possible en trois jour d'en massacrer je ne sais combien par des fléchettes empoisonnées, on peut les stériliser sur une longue période.

Ce texte est intéressant parce qu'il montre comment des textes ultra secrets comme celui-ci doivent foisonner sur tout sujet sensible, de la part d'un Etat composé non de démocrates mais de serviles hommes de main d'une poignée de ministres ou Préfets.

Une démocratie s'empare d'une question, consulte les associations, les scientifiques, les spécialistes, etc ... on médiatise tout par souci de respect de l'intérêt public.

Mais ici, en l'occurrence, on agit en mafieux, c'est à dire dans l'omertà et on met au point un stratagème pour détourner tout contrôle démocratique de l'opération.

On sait que l'Etat fait exactement la même chose pour les humains dans les massacres historiques en Algérie, au Viet-Nam, dans l'affaire Tutsi, ou plus récemment dans la prise de contrôle de la Côte d'Ivoire puis dans l'invasion de la Libye et l'assassinat de Kadhafi et la préparation par Juppé de l'invasion occidentale de la Syrie puis de l'Iran.

Ce que ces gens préparent pour les lémuriens de Mayotte, me rappelle ce qu'on a fait en Argentine aux opposants à la dictature, on les mettait dans des avions et on les jetait dans la mer, c'est propre, c'est net, çà fait pas de bruit. Ces militaires argentins ont été formés par l'armée française, ne l'oublions jamais. Ces méthodes criminelles envers les animaux sont du même ordre que celles qu'on a employé et emploie toujours dans toutes les dictatures contre les êtres humains.

Vous avez dit que la france est une "démocratie" ? en voilà une preuve à minima, et ce n'est bien entendu que la face immergée de l'iceberg.

8.Posté par Mayotte Man le 08/01/2012 14:31

On ferait mieux d'envoyer les makis à La Réunion comme appats pour vos pêcheurs de requins comme çà ils arrêteront d'utiliser les pauvres chiens errants de La Réunion comme appats pour pêcher les requins ... une autre scandale qu'avait dénoncé Brigitte Barrdot , scandale vite tombé aux oubliettes grace au chikunguna qui lui a volé la vedette du JT de TF1

9.Posté par noe2012 le 08/01/2012 14:38

Finalement c'est bon à manger en civet ou avec du massalé , même en grillade m'a-t-on dit quand j'étais en Guyane ....

10.Posté par Franck Arnaud le 08/01/2012 14:43

Si cette information es avérée exacte, c'est doublement un scandal.
On ne fait tout un "patacaisse" pour le grave problème des requinss bouledogues à la Réunion, et pour des lémuriens, qui pourraient être consudérés comme plus proche de nous, on n'hésite pas à trucider. Mais cela ne m'étonne pas outre mesure!
Toujours les conflits économiques et financiers qui se cachent derrières des cosnsidérations pseudo écologiques.
Nous ne sommes que quelques uns à avoir "prévenus", que nous assistions à véritable "colonisation" du bassin écologique marin entourant l'Ile d la Réunion, par le requin bouledogue.
La ministre en charge de ces affaires nous a même qualifié d'éléments suspicieux contre l'élevage aquacole et les bouées de la réserve nationale, alors qu nous émettons des hypothèses vérifiables scientifiquement comme elle se plait à le dire. Nous savons tous pour qui roulent les personnalités, chargées par le "Vote" , je répète, chargé par le "Vote de la Population". Normalement, ils ont un mandat du Peuple. Et, comment se comportent ils? Comme des Précepteurs! Quelles différence entre eux et nous, s'ils n'avaient pas été nommés ministre? OU Elus par nos soins. Réfléchissez à tous cela. Ziska kan oté?
Nous nageons dans du Néo fascisme et du Néo colonnialisme......
Néanmoins: "Toute, chacunn, nous mérite le ban chefs nou nana!

11.Posté par Cambronne le 08/01/2012 14:56

10.Posté par Franck Arnaud le 08/01/2012 14:43

On ne fait tout un "patacaisse" pour le grave problème des requinss bouledogues à la Réunion, et pour des lémuriens, qui pourraient être consudérés comme plus proche de nous, on n'hésite pas à trucider. Mais cela ne m'étonne pas outre mesure!

rien d'étonnant je vous rappellerez juste que nous sommes au pays de Tintin chez les Soviets Français alors avec nos énarques Jacobins ils sont capable des pires exactions

12.Posté par Rachel le 08/01/2012 16:23

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter l'article publié ce jour sur le blog de l'Association Citoyenne de Saint Pierre, dans lequel il y a un lien pour signer la pétition en ligne :
http://www.petitionduweb.com/Petition_les_makis_de_mbouzi_en_danger_de_mort-10624.html

13.Posté par Cambronne le 08/01/2012 16:48

3.Posté par Rachel le 08/01/2012 16:23
Pour en savoir plus, vous pouvez consulter l'article publié ce jour sur le blog de l'Association Citoyenne de Saint Pierre, dans lequel il y a un lien pour signer la pétition en ligne :
http://www.petitionduweb.com/Petition_les_makis_de_mbouzi_en_danger_de_mort-10624.html

Qu'est ce que la puanteur d'esprit gauchiste de l'Association Citoyenne de Saint Pierre ne ferait elle pas pour faire de la récupération à faire parler d'elle surtout lorsque cette dernière déteste l'humain ils me font doucement marrer les crétins de cette association vous savez il est possible aussi d'ouvrir des pétitions sur Zinfos974 pas besoin des fantasmes de cette association de gauchistes bisounours

14.Posté par Chuck Norris la moukat le 08/01/2012 16:52

Amenez les a la Réunion ;-)))) Ça fera des macaques de plus si on prend en compte les politichiens péi !

Je suis Chuck Norris et j'approuve ce message stupide ;-)))) lol

15.Posté par Cambronne le 08/01/2012 17:38

Je suis curieux de savoir ce que le ministère de la schizophrénie l'Ecologiste, du Développement durable, des Transports et du Logement la duchesse Nathalie Kosciusko-Morizet va pouvoir inventer pour sortir l'état de ce merdier , va t'elle nous la jouer Lieutenant Colonel Bill Kilgore I love the smell of napalm in the morning. ...ou comme l'autre péronnelle inutile pseudo ministre des DOM TOM se prendre pour la primatologue Dian Fossey.. ce pays est vraiment malade de ces réglementations préfectorales à la cons

16.Posté par tic tac tic tac le 08/01/2012 18:29

il fo les elimines tt c animaux ki nous emerde et ki nous empeche de faire se ke l'on veu ou l'on veu.o merde il ny a plus d'animaux keskon va manger?,jiré bien bouffer mon voisin.o merde plus voisin,extinction de l'espece humaine.la nature a tt les droit sur nous,se n'est pa l'homme ki ete la le premier sur terre, mai bien les plantes et les animaux et n'oublier pa con descend du singe.

17.Posté par Rougaillapobanane le 08/01/2012 18:30

Bonne année 2012 aux animaux !

J'espère que l'Etat n'utilisera pas cette stratégie en cas de surpopulation dans les DOM, par exemple à la Réunion ...

18.Posté par Bauts le 08/01/2012 19:53

La pire des créature de cette planète c'est l'humain...

19.Posté par Melanchon viens le 08/01/2012 19:55

les neocons de la dette sont en train de faire pareil avec leur "plan de rigueur"

L'espérance de vie des pauvres a chuté en Allemagne depuis 10 ans

20.Posté par Tonton le 08/01/2012 22:11

Je propose de les capturer vivants et de financer l'operation par la vente aux laboratoires pharmaceutiques !

21.Posté par maysoula le 08/01/2012 23:21

Ce sont des assassins,ils n'ont qu'a transférer ses makis en grand terre au lieu de tous les massacrer,franchement c scandaleux.

22.Posté par Cambronne le 09/01/2012 06:06

18.Posté par Bauts le 08/01/2012 19:53
La pire des créature de cette planète c'est l'humain...

Non le pire prédateur est l'énarque jacobin fonctionnaire arrogant français pétant dans la soie avec notre pognon de cette république bananière, car ils n'ont pas leur pareil pour pondre des lois destructrices, suffit de voir ici comment ils fini par réussir à spolier l’environnement pour transformer la Réunion en sanctuaire UNESCON

23.Posté par môvélang le 09/01/2012 06:33

quand on voit des gens crever de faim, on se demande si avoir fait des études rends les gens bêtes, zaka envoyer ces charmants bébêtes en pension à la madrague chez la bardot

730 lémuriens ? combien de ventres soulagés pendant quelques temps?

l'Etat envisage d'abattre des centaines de lémuriens et de jeter leurs corps à la mer ?? oulé pas un peu menteuse ou??????????

24.Posté par Cambronne le 09/01/2012 07:55

19.Posté par Melanchon viens le 08/01/2012 19:55
les neocons de la dette sont en train de faire pareil avec leur "plan de rigueur"

L'espérance de vie des pauvres a chuté en Allemagne depuis 10 ans
http://www.romandie.com/news/n/_L_esperance_de_vie_des_pauvres_a_chute_en_Allemagne_depuis_10_ans12...

regardez moi les conneries des néocommunistes et leur religion de morts pour refuser avec les 100 millions de morts qu'ils se trimbalent en même pas un siècle d'accepter que la dette est du à des états hyper interventionnistes que les états baisent leur train de vie intolérable à dépenser l'argent des autres pour en octroyer socialement gratuitement à d'autre sans la moindre contrepartie ça aussi c'est votre appréciation du monde réel surtout ne rien glander et profiter du système ensuite envoyez nos d’armées pour soit disant venir en aide à des populations à se sortir de la merde dans laquelle elles se trouvent en leur promenant la liberté alors que chez nous pays anti libéral la démocratie est bafoué chaque jour davantage et des pignoufs de votre genre osent encore ramener leur science infuse sans voir le problème l'allemand est un travailleur le français un glandeur assisté . ils sont comique les communistes intégristes anti libéraux ils pensent qu'en 2012 ils peuvent encore inverser la tendance auraient ils oublié l'histoire passée dans des respects aux crimes de guerre ? Les communistes ont commis sur les peuples qu'ils prétendaient aider. c'est vu sous cette angle le libéralisme c'est vraiment infecte , il est étrange qu'en France il puisse y avoir encore autant de communistes , ce pays est vraiment gangréné

25.Posté par mazenbron le 09/01/2012 09:04

ah!Si maki c'était du poulet,on aurait 4 mabawas par animal ...
Et jeter les cadavres de maki à la mer attirerait les requins de La Reunion vers Mayotte .

26.Posté par 974 le 09/01/2012 09:26

Tout à fait édifiant.
Un texte secret qui prépare le massacre d'animaux inoffensifs .
Il existe un délit de cruauté envers les animaux , et ce n'est pas pour rien .

Transférez ces animaux à la Réunion ou même à Madagascar et stérilisez ce pays qui un jour si ça continue ressemblera à Haïti dont on distingue les frontières avec St Domingue de façon très claire par avion ( désertification ).
Quant on pense que certains s'inquiètent cette année de la "fin du monde" .
L'humain est vraiment une espèce nuisible

27.Posté par ST LOUISIEN le 09/01/2012 10:21

DEJA ABBATRE LES GROS MAKIS QUI VOLE DANS TOUTES LES COLLECTIVITER DE LA REUNION C'EST CELA QUI FUDRAIS ABBATRE EN PREMIER

28.Posté par polo974 le 09/01/2012 12:36

ça a quel gout le lémurien en question?


29.Posté par zorro !!!!!!!!!!!!!!!! le 09/01/2012 14:34

POST 27 ON TA RECONU TU EST PASCAL FACULCI §§§§§§

30.Posté par Mayotte Man le 09/01/2012 15:05

Faut vendre les makis au Japon ils adorent çà

31.Posté par Choupy le 09/01/2012 16:22

Si seulement l homme pouvait se rendre compte de sa connerie, quand je lis ce qu il ya d écrit j ai honte de la race humaine !!!!!

32.Posté par swen barjonnet le 09/01/2012 16:35

que des reactions vraiment stupides,d'après les mahorais que je connais C une viande vraiment forte ,de plus lorsque l'on connait les makis on a aucune envie de les becter .perso plutot devenir vegetarien que d'en manger.pour l'abruti qui parle de se servir des makis pour pecher les bulldogs , nocomment avec des anes on ne fera jamais un cheval de course,cons ils sont ,cons ils resteront

33.Posté par poupoune le 09/01/2012 20:36

on doit etre capable de faire de la place a ceux qui etaient la avant nous
quand on veut tuer son chien
apres sur les pieds l'humain marche sur la terre pffff!!!!

34.Posté par Petition en ligne le 09/01/2012 21:03

Réagissons, une pétition est en ligne sur notre site :
- http://citoyennedestpierre.viabloga.com/
- Les makis ne sont pas les responsables de cette situation, ils n’ont pas à subir une extermination.
- ( zinfos va-t-il continuer à censurer ce message avec lien vers la pétition, ce que même clicanoo n'a pas fait ...) Où est le problème ? A la direction de zinfos ?

35.Posté par Mayotte Man le 09/01/2012 21:16

Les réunionais sont mal placés pour faire la morale eux qui utilisent des chiens vivants pour la pêche au gros

36.Posté par Cambronne le 10/01/2012 07:10

34.Posté par Petition en ligne le 09/01/2012 21:03

http://citoyennedestpierre.viabloga.com/
Où est le problème ? A la direction de cette association de menteurs ?
mdr regardez moi ça ils sont si arrogant nos gauchistes antihumanistes qu'ils s'imaginent que Zinfos974 est leur obligé , dites donc votre blog de désinformation ne rassemble plus comme au premier temps preuve que les concitoyens ont compris les mensonges de votre propagande à la récupération il est logique que zinfos974 n'est pas la pour vous faire de la pub

37.Posté par ecolo bobo le 10/01/2012 18:53

cambronne tu nous gaves avec ta litanie d'insulte alors que tu n'es meme pas capable de monter un projet béton dans ton boulot. Tes amis commercants qui esperaient que l'hotel de cilaos puissent ré ouvrir doivent l'avoir mauvaise d'avoir été plombés par les grandes lecons d'un tocard comme toi.


allez continue de pleurnicher sur l'etat jacobin, les ecolo pasteques, l'air du temps, c'est sûr, ta nullité n'est pas en cause en cause, pov naze

38.Posté par Mayotte Man le 10/01/2012 19:10

Quand on pense que Mayotte et la Réunion étaient à l'origine des îles désertes .... Ce serait super si cela l'était toujours

39.Posté par Cambronne le 11/01/2012 06:59

37.Posté par ecolo bobo le 10/01/2012 18:53
cambronne tu nous gaves avec ta litanie d'insulte alors que tu n'es meme pas capable de monter un projet béton dans ton boulot. Tes amis commercants qui esperaient que l'hotel de cilaos puissent ré ouvrir doivent l'avoir mauvaise d'avoir été plombés par les grandes lecons d'un tocard comme toi.


allez continue de pleurnicher sur l'etat jacobin, les ecolo pasteques, l'air du temps, c'est sûr, ta nullité n'est pas en cause en cause, pov naze

mdr

j'adore les connards dans votre genre lorsqu'ils parlent d'insultes alors que l’insulte au pays se sont des gens comme vous qui trouvez normal que des crétins de politiques bloquent la création d'emplois pauvre débile vous inquiétez pas pour Cambronne , d'autant que vous ignorez totalement les dessous de la corruption concernant l’hôtel des thermes, et en réfléchissant bien ce n'est pas plus mal car les hommes politiques porteront une lourde responsabilité pour avoir refuser le développement économique touristique de la Réunion comme ça la Révolution libérale sera encore plus rapide mon pauvre pastèque vous devez être encore un de ces planqués de fonctionnaire vivant comme un parasite sur le dos des autres pour avoir des idées pareilles comme je vous plein et que votre vie doit être triste à vivre surtout à vivre dans vos mensonges

40.Posté par Marojejy le 11/01/2012 20:59

A tous,

Les textes 'cachés' de notre administration sont absolument scandaleux, ils sont à vomir.

Mais pour revenir au problème des lémuriens (très proches cousins, hybridation de base, de ceux de Madagascar donc très propres à la consommation et très apprécié ici - autre scandale, faudrait être fou !), la faute est partagée entre l'association qui n'a pas su gérer la croissance de la population des lémurs et également à l'administration qui ne s'est sentie en rien concernée sauf quand il faut envoyer les viandards avec leur vinasse et leurs cartouchières. L'appel doit être le plus médiatique possible et la répartition des groupes excédentaires doit se faire dans tout un tas d'endroits différents, des zoos malheureusement, des forêts privées pourquoi pas (mais attention à l'impact sur la biodiversité originelle, tout n'est pas compatible, loin de nous les Bisounours), des îles perdues... Il faut se concerter et étudier. Madagascar ne peut être récepteur car tout va dans le mauvais sens, réduction des surfaces forestières, et braconnage en croissance certaine...

D'un autre côté, où est le rapport avec les requins bouledogues ? Franchement, ce problème est également issu de l'irresponsabilité de l'administration qui en donnant trop d'autorisation à trop d'élevages divers qui balancent toutes leurs saloperies en mer, et qui aurait surtout dû étudier l'arrivée progressive de cette espèce. L'origine du problème est anthropique, rien d'autre et ce n'est pas en dégommant les symptômes (tuer les requins) qu'on en réduira la cause. C'est ridicule, une solution à deux balles. Il faut remonter à la base, quand a commencé l'invasion, comment, où, il y a des traces à réunir et des personnes de tout bord, compétentes, à réunir également. Débattre mais pas de crises d'hystérie pathétique comme certains surfeurs en ont semblé être des victimes.

A bon entendeur.

41.Posté par Mayotte Man le 11/01/2012 22:23

Dans un monde parfait on euthanasie les makis de Mayotte et les réunionais à La Réunion

42.Posté par Nimo le 09/04/2012 07:15

Cambronne...??? kes ki t arrivé dan ta jeunesse??? un problème particulier, personnel?? koi kil en soit garde ta haine pour toi , on en a un peu rien a foutre... tu parle tout seul! Frustré de la vie!

Bref je m'interresse un peu au maki actuellement et j'avoue ke le problème est bien tendu... mais en aucun cas je suis pr le massacre de cette espèce... une espèce kel kel soit , lorskelle est en danger , doit être protégé , elle est forcément utile....

43.Posté par Rachel NAGES le 27/01/2013 17:04

Pauvres makis ! Beaucoup d'animaux sont en voie de disparition !!! Et y veulent aussi terrasser les makis ! Mais dans quel monde vit-on ??? :(

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 9 Août 2018 - 14:46 La terre a tremblé non loin de Rodrigues