Océan Indien

Mayotte: Une natalité record en 2016

Jeudi 31 Août 2017 - 18:13

L'Insee a publié son rapport annuel des naissances pour l'année 2016 à Mayotte. L'évolution du nombre de naissances et l'origine des parents sont notamment analysées.


En 2016, 9 500 enfants sont nés à Mayotte de mères domiciliées sur le territoire, soit le plus haut niveau jamais enregistré.

Le nombre de naissances a ainsi augmenté de 45 % entre 2013 et 2016.

Les mères natives de l'étranger sont les principales contributrices de cette forte progression. Les trois quarts des enfants nés en 2016 ont une mère de nationalité étrangère, comorienne pour la plupart. La moitié ont un père de nationalité étrangère. Mais près de six bébés sur dix ont au moins un de leurs parents français.


À la naissance de leurs enfants, les mères sont plus jeunes que dans le reste de la France. Les deux tiers des accouchements se font à Mamoudzou. Neuf naissances sur dix ont lieu hors mariage civil, le mariage étant principalement coutumier. 

En 2016, 9 500 bébés naissent de mères domiciliées à Mayotte, alors qu’en 2013, 6 560 bébés ont vu le jour. Le nombre de naissances dépasse les niveaux atteints jusqu’à présent dans le département.

En comparaison, 2230 naissances de moins ont été enregistrées en 2016 en Guyane, dont le nombre d’habitants est pourtant proche de celui de Mayotte. 

En 2016, trois quarts des enfants sont nés d’une mère native de l'étranger. Celles-ci sont les principales contributrices de la forte progression du nombre de naissances à Mayotte. En particulier, les mères nées aux Comores mettent au monde 69 % des bébés nés sur le sol mahorais en 2016, soit une progression de 7 points par rapport à 2014.


Entre 2014 et 2016, elles ont donné naissance à 2 000 enfants supplémentaires (+ 44 %). Quant aux mères natives de Madagascar, elles contribuent en 2016 à 5 % des bébés de Mayotte, soit 470 nourrissons contre 290 naissances l'année précédente. En comparaison, la hausse des naissances issues de mères natives de Mayotte est très modeste: 100 naissances de plus en 2016 par rapport à 2014, soit une augmentation de 5 %.

Moins de 2 % de ces mères natives d’un pays étranger ayant accouché à Mayotte en 2016 ont la nationalité française. Au niveau national, les Comores apparaissent désormais parmi les nationalités les plus fréquentes des mères étrangères.

4 enfants sur 10 nés de parents étrangers

Parmi les départements français, c'est à Mayotte que la proportion de naissances de mères de nationalité étrangère est la plus élevée (74 %), loin devant la Guyane (51 %) et la Seine-Saint-Denis (41 %).


Parallèlement, un enfant sur deux est né en 2016 d’un père de nationalité étrangère, principalement comorienne ; cette proportion est identique à celle de 2015. Au final, le nombre d’enfants nés de parents tous deux de nationalité étrangère augmente fortement. Ils représentent 42 % des naissances en 2016, contre 28 % des naissances en 2014.


La proportion de nouveau-nés dont au moins un des parents est français diminue donc nettement. Mais leur nombre augmente, passant de 5 200 en 2014 à 5 500 en 2016. Ceux-ci acquièrent directement la nationalité française par filiation.

Deux tiers des mères accouchent à Mamoudzou

La maternité de Mamoudzou concentre les deux tiers des accouchements. La grande majorité des autres naissances sont prises en charge dans les maternités de Dzaoudzi, Dzoumogné, Kahani et Mramadoudou.

À la naissance de leurs enfants, les mères sont âgées en moyenne de 28 ans : elles ont deux ans de moins que sur le reste du territoire français. 

Laurence Gilibert - laurence.gilibert@zinfos974.com
Lu 1678 fois



1.Posté par Pamphlétaire le 31/08/2017 18:32

Les alloc y sont pour 99,999%. Il faudrait comparer avec les Comores pour mieux appréhender et comprendre les chiffres, n'est-ce-pas? Après, si les enfants sont délaissés, c'est une autre histoire du moment que les alloc sont rentrées au foyer....
Au fait, les maris qui ont plusieurs femmes, c'est cumulé au mari n'est-ce-pas?

2.Posté par legendre de noé le 31/08/2017 19:52

Tant que les allocs tombent pourquoi s'arrêter ?? les mahorais doivent dire merci aux politiciens français qui gouverne la France comme un pied. Des gars qui ont fait l'ena, cherchez l'erreur !!!

3.Posté par Dani le 31/08/2017 22:53

Posté 2.
C'est l'hôpital qui se moque de la charité. Tout comme ã la Réunion, Tant qu'il y aura les allons, le taux de natalité sera élevé mais personne ne dira merci à la France. Et si tu avais lu l'article, tu aurais compris que plus de la moitié des bébés nés dans les maternités de l'île sont nés de mères comoriennes ou malgaches.

4.Posté par Ice le 01/09/2017 06:14

Merci Sarko pour ce beau cadeau .

5.Posté par Grangaga le 01/09/2017 13:30

L'akimilacyion dé fanm'.....(zènn' ).....
Bann' ......z'Amiss' ossi y fé sa !!!!!!!!!
Sé la rélizyion y domann' .....largu' la soss'........
La Pirr' Nwarr' y fini bous'kilé oté...........

6.Posté par Zarin le 01/09/2017 15:56

Pas trop de grumeaux dans la (bonne) soupe ?

7.Posté par Hugues le 01/09/2017 17:10

Michel Jonasz……...La Bossa

Ca vous transporte en altitude tout près des corbeaux ça
M'emporte en Amérique du sud sans prendre un paquebot ça
Vous fait traverser les mers loin du pont Mirabeau ça
Donne l'impression d'être en l'air de quitter ses sabots
C'est quoi ça, c'est Kwassa, c'est Kwassa.
Piano va piano va piano VA !!!!!

8.Posté par Dada le 01/09/2017 18:48

Largue dedans c'est l'état qui paye..et c'est nos zimpo ki trinque..

9.Posté par Choupette le 01/09/2017 21:20

3.Posté par Dani

C'est quoi des " ... allons ... " ?

10.Posté par babar run le 02/09/2017 04:33

droit du sol...les gars.....droit du sol.....allocs OK......mais surtout droit du sol......

11.Posté par pfffff le 02/09/2017 08:21

ouais de toutes les façons nous avons nous aussi nos pondeuses d'allocs alors ne critiquez pas le voisin CREOLE I FAIT PAS MIEUX!

12.Posté par 972 le 02/09/2017 09:58 (depuis mobile)

Mes colons je vois signal juste que à Mayotte l'étranger n'a pas droit au allocation comme vous le dîtes vous avez beau à avoir une carte de séjour temporaire mais le R.S.A n'est pas versé au étrangers.
Non mais allô quoi..

13.Posté par Fermez la le 02/09/2017 13:51

Fermez-la. Les gens n'ont pas besoin de la France pour choisir de faire un enfant. En Afrique, en Chine, en Inde, les gens naissent, grandissent, meurent sans l'argent de la France. Les conditions ne sont pas les mêmes, mais ça ne vous regarde pas. Allocs ou pas, les gens feront des enfants si ça leur chante. Cela n'est pas votre affaire.

Qu'est-ce que vous voulez ? Imposer l'avortement obligatoire comme en métropole ?

14.Posté par Tony Truand le 02/09/2017 15:13

À post 12, après avoir vécu près de 9 ans à Mayotte il me semble bien que les mamans étrangères ont droit aux allocs . Mais à Mayotte les allocs sont inférieures à celles de La Réunion et en plus elles sont plafonnées au 4e enfant.
Pour le RSA, ceux qui y ont droit ne le demandent pas tous, faute d'être au courant et aussi faute de comprendre comment monter un dossier. Trop d'illettrisme.
Pour les 32% de bébés nés de mère étrangère et père français, ce pourcentage est sujet à caution. En effet, il n'est pas rare que des hommes mahorais (et donc français) vendent leur reconnaissance en paternité à des mères étrangères ayant les moyens de payer. Mais l'Insee ne va pas aller faire des tests de paternité...
En attendant, les mairies doivent faire construire une salle de classe par jour avec 26 bébés par jour, et le vice rectorat n'arrive pas à trouver d'enseignants qualifiés.

15.Posté par Dani le 02/09/2017 21:27

Choupette.
Réfléchis un peu. C'est une faute de frappe. Je parlais des allocs qui sont versées aux réunionnaises qui font des bébés matin, midi et soir

16.Posté par Change le 03/09/2017 08:43

Tony Truand a raison. Les mères de famille étrangères ont droit aux allocations familiales dès qu'elles ont un titre de séjour. Mais petit rectificatif. Ce n'est plus plafonné à 4 enfants. Elles peuvent avoir 10 enfants et elle toucheront les allocs pour les 10 gamins. Et pour la prime de rentrée scolaire, depuis 2014, pas besoin d'être en situation régulière. Il suffit de présenter une attestation d'inscription de l'enfant de 6 à 16 ans dans un établissement scolaire. Et pour le virement de la prestation de rentrée scolaire, Les mères de famille étrangères sans titre de séjour s'arrangent avec celles qui ont un compte en banque pour le RIB. D'ailleurs, ça finit toujours mal puisque celle qui a fournit son RIB refuse parfois de restituer l'argent.

17.Posté par Assez le 11/09/2017 22:32

Ah le droit du sol, c'est beau l'amour de la France,
Mon Dieu Sainte France faites que ça dure encore longtemps que les alloc tombent
réguliérement et qu'on reste Français même si on parle pas la langue....

18.Posté par Gamover le 14/11/2017 22:49

Quelle honte de savoir ça.
Tout ça pour par ce que y a les allocation à clé c'est une honte
et en plus on s' en vente qu'à Mayote il y a le plus de naissance
que n'importe . Quelle honte !!!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >