MENU ZINFOS
Communiqué

Mayotte: Soutien sans condition aux forces de l’ordre et demande de renforts


Mansour Kamardine, député de Mayotte, réagit aux violences survenues les nuits dernières et demande l’envoi de renforts de "professionnels aguerris à la sécurité publique en zone difficile".

Par Aurélie Hoarau - Publié le Lundi 4 Mai 2020 à 08:25 | Lu 548 fois

La multiplication des vols en bande organisée et le retour du phénomène de bandes violentes sur la voie publique oppressent les habitants de Mayotte de nouveau depuis plusieurs semaines. De plus, l’organisation de rassemblements en contravention avec la réglementation sanitaire se multiplie, notamment lors de mrengués, participant à la propagation de l’épidémie de coronavirus, sapant l’autorité de l’Etat, servant de prétexte à des heurts avec les forces de l’ordre et de moyens de planification de pillages.
 
Je le condamne avec la plus grande fermeté et me félicite de la mobilisation des forces de l’ordre auxquelles j’apporte un soutien inconditionnel.
 
Mais le soutien des Mahorais ne suffira pas. Le gouvernement doit aussi les soutenir en leur donnant les moyens d’action adéquats. C’est pourquoi j’ai interpelé à plusieurs reprises les autorités notamment le Président de la République (20 mars), le Premier Ministre (23 mars) et le Ministre de l’intérieur (17 mars) sur la nécessité de renforcer sans délai les effectifs de forces de l’ordre pour prévenir le risque qu’une crise sécuritaire s’ajoute à la crise sanitaire et humanitaire.
 
En effet, les forces de l’ordre sont en sous-effectif notoire puisqu’elles sont calibrées sur la population administrative officielle et non la population réelle. Il nous manque, de fait, plusieurs centaines de policiers et gendarmes pour avoir un dispositif complet.
 
Pour l’heure, les forces de l’ordre sont obligées de sélectionner les lieux d’intervention et les délits contre lesquelles elles agissent. Le retour en force de leurs actions contre les rassemblements illégaux nécessite de les renforcer pour leur donner la capacité d’être efficace. Rien ne serait pire que de déshabiller Pierre pour habiller Paul.
 
C’est pourquoi j’appelle les parents à prendre leurs responsabilités vis-à-vis de leurs enfants. De plus, j’invite le procureur de la République à vérifier la constitution de délit de mise en danger par les parents qui laissent leurs enfants rejoindre des manifestations interdites susceptibles entraîner des opérations de maintien de l’ordre qui par définition peuvent conduire à des blessures.
 
Surtout je réitère ma demande d’envoi à Mayotte de professionnels aguerris à la sécurité publique en zone difficile et en nombre suffisant pour garantir la sécurité publique.
 
Le gouvernement doit prendre ses responsabilités. Force doit rester à la loi mais encore faut-il que la loi soit appuyée par une force suffisante.




1.Posté par spartacus974 le 04/05/2020 10:41

Je l'ai dit dès le début que le mitral n'arrivait pas sur zone pour se transformer en hôpital de campagne.Outre sa mission de ravitaillement de l'ile,il a amené des renforts militaires pour le maintien de l'ordre mais pourrait en cas de soulèvement violent,à exfiltrer les Français .Certains ont ri mais le COVID exacerbe les tensions qui pourrait très vite dégénérer.La faim et la peur de la maladie accroissent le désespoir des populations les plus défavorisées.Le désespoir est la porte ouverte à tous les excès car beaucoup n'ont plus rien à perdre pour sauver leur peau et celle de leurs proches.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes