Océan Indien

Mayotte: "Les gens ont l'impression d'être volés"

Mardi 11 Octobre 2011 - 11:00

Mayotte est entrée dans sa troisième semaine de manifestations contre la vie chère. Sur place, la population mahoraise a le sentiment d'être lésée, entre des enseignes alimentaires qui pratiquent des tarifs élevés, dans une situation estimée quasi-monopolistique, et des négociations qui n'avancent pas.


Le Jumbo Score, seule grande surface de l'île
Le Jumbo Score, seule grande surface de l'île
Les primaires socialistes sont passées à la trappe dans le 101e département français. A Mayotte, ce sont des préoccupations plus urgentes qui animent la population depuis maintenant près de trois semaines: la cherté de la vie.

Chaque jour, la cause rassemble les foules à Mamoudzou. "Les gens craignent qu'il n'y ait des ententes entre les enseignes. On n'explique pas que certains produits coûtent plus cher à la Réunion qu'à Mayotte, alors qu'ils arrivent en premier dans notre île. Ils ont l'impression d'être volés et en ont marre qu'on les prenne pour des vaches à lait", avance Ali Chamsudine, rédacteur en chef de la radio Mayotte Première.

Dans ce contexte, l'effet "cocotte-minute" évoqué par le professionnel de l'information apparaît inévitable, si l'on ajoute au problème du coût de la vie, celui du "fort taux de chômage" et le "peu de débouchés". Face à cela, les syndicats et associations de consommateurs s'organisent. Les manifestations mènent dans la rue plusieurs centaines de personnes et le préfet de Mayotte, Thomas Degos, a reçu ces derniers jours plusieurs délégations.

Naissance d'une économie parallèle

Certains membres de l'Association des consommateurs Mahorais (Ascoma) ont, quant à eux, débarqué hier à la Réunion pour se prêter à un relevé des prix sur une liste de produits de première nécessité, avec notamment l'objectif de faire un comparatif et de mieux informer la population.

Jusqu'à jeudi, date des prochaines négociations, la situation reste bloquée. D'un "calme précaire", décrit Ali Chamsudine depuis Petite Terre. Selon lui, la situation est d'autant plus difficile qu'avec la fermeture des magasins, une "économie parallèle" apparaît peu à peu. "Des gens vendent en douce des denrées alimentaires, à des prix encore au-delà de ce qu'ils étaient avant", témoigne-t-il.

En fin de semaine dernière, les propositions d'une première baisse des prix ont été rejetées. Alors que l'économie mahoraise est paralysée, jeudi, un compromis pourrait enfin être trouvé et un climat serein restauré. "C'est la grande interrogation", conclut Ali Chamsudine.
Lu 2584 fois



1.Posté par noe le 11/10/2011 12:12

IL semble que les prix à la Réunion sont plus élevés ... On ne peut tout subventionner , comme jadis à la Réunion pour la morue et le lait ...

Quelle idée est passée dans la tête de nos responsables du moment pour donner à cette île le statut de département ?
Les gens croient que des millions d'€ d'aides vont tombés sur Mayotte sous forme d'étoiles filantes ...La vache à lait = la France , est à sec , ses mammelles ne coulent plus depuis que la dette atteint 1700 milliards d'€ .....

2.Posté par Le troll 974 le 11/10/2011 19:16

Mayotte: "Les gens ont l'impression d'être volés" Ici c'est pas une impression !! C'est une certitude !!

3.Posté par Kaniar-Tine "à qui profite le crime" le 12/10/2011 09:05

à post 2: Sauf qu'ici on aime se faire enc...r par les Gogos de la haute sphère!Apparament çà ne gêne personne vu k'çà continue de bien belle.On devrait prendre la situation de Mayotte comme un bel exemple de lutte contre l'empiffrement des mêmes nantis à la bedaine débordante!
à post 1: La vache à lait n'est sec que pour le petit peuple Français.Cette sècheresse n'empêche pas le gou de revoir à la hausse les salaires et retraites des parlementaires,d'octroyer des primes aux Recteurs pour "chasse aux sorcières",de renflouer la caisse des banques qui ne le répercutent guère sur les acteurs économiques!!Les histoires de détournement de fonds publiques engendrant les déboires politico-judiciaire de ces temps-ci montrent ô combien la France riche n'est accessible qu'au riches!

4.Posté par Gvar le 12/10/2011 09:24

"Rome ne s'est pas faite en un jour", Mayotte non plus...
Mayotte en est pile poil au point de la Réunion 50 ans en arrière. Le coût de la vie qui augmente exponentiellement mais des salaires et des aides gouvernementales qui ne suivent pas, ou très (trop) lentement. Je suis d'accord avec la petite phrase du post 1 :
Les gens croient que des millions d'€ d'aides vont tomber sur Mayotte sous forme d'étoiles filantes

C'est pas près d'arriver ça...
On peut reprocher aux Mahorais de trop croire au Père Noël, on ne peut cependant pas leur reprocher de râler parce qu'ils en chient, on devrait en faire autant à la Réunion d'ailleurs...

5.Posté par ahah le 12/10/2011 10:45

un conseil aux mahorais: restez le plus possible en retrait de cette société de consommation qui ne vous apportera rien de bon. Garder vos habitudes alimentaires , essayez de cultiver vos petits carreaux de terre, il en va de votre santé et de votre indépendance d'humain !. " il vaut mieux être pauvre à la campagne que pauvre en ville" !.

6.Posté par Coluche le 12/10/2011 11:03

Que risque le gendarme ? Un avertissement... Et au bout de 10 avertissements, un blâme... Et au bout de 10 blâmes, une mise au piquet !

7.Posté par Le troll 974 le 12/10/2011 17:14

Pour l'affaire d'Outreau , le petit juge a reçu un blâme une mutation et une promo !! Ce gendarme risque de se faire tirer les oreilles , cent lignes , une heure de colle et en fin d'année une médaille pour récompenser son zèle !!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 9 Août 2018 - 14:46 La terre a tremblé non loin de Rodrigues