Océan Indien

Mayotte : Le cas de la prison de Majicavo abordé au cours d'une réunion au ministère de la Justice

Jeudi 12 Septembre 2013 - 17:36

Mayotte : Le cas de la prison de Majicavo abordé au cours d'une réunion au ministère de la Justice
La ministre de la Justice, Christiane Taubira, a réuni hier à son ministère un groupe de travail composé de parlementaires et de représentants des administrations ultramarins, afin d'aborder la situation des prisons en Outre-mer.

Le cas de la prison de Majicavo, régulièrement citée comme étant une des prisons les plus surpeuplées de France, a été évoqué au cours de cette réunion, qui a passé en revue plusieurs thématiques pour une réflexion poussée sur l'univers carcéral dans son ensemble.

"Politique pénale, surpopulation, activité et insertion, santé, fonctionnement des établissements et du mobilier pénitentiaires, coopération régionale et la situation des mineurs avec notamment des alternatives à l'incarcération" seront au cœur des travaux du groupe de travail et des solutions pérennes préconisées en mai 2014.

Le sénateur de Mayotte, Thani Mohamed Soilihi, l'ex-directeur de la maison d'arrêt de Majicavo, Gilbert Marceau, l'ancienne présidente du Tribunal de Grande Instance de Mamoudzou, Gwenola Joly-Coz, et aussi l'ancien préfet, Thomas Degos, ont notamment participé à cette réunion, comme rapporté par Mayotte Hebdo.
S.I
Lu 960 fois



1.Posté par Kikouyou le 12/09/2013 18:56

Voici le rapport complet du Contrôleur Général des Lieux de Privation de Liberté sur Majicavo (en Shi-Maoré, Majicavo veut dire : "sec, là où il n'y a pas d'eau" )

La promiscuité y est très dure à supporter surtout avec la chaleur qui est beaucoup à plus forte qu'à la Réunion (plus près de l'équateur) et si les gens supportent malgré tout, c'est qu'ils sont habitués à vivre dans des conditions de misère et d'insalubrité absolues pour la plupart (les Anjouanais pilotes de kwassa surtout, des hommes très endurcis par la misère et la lutte pour la survie).

Vive la France qui a volé Mayotte aux Comores contre toutes les lois internationales mais qui la conserve par la force et un deal tacite faute d'être secret ou écrit à l'ONU qui laisse les membres du Conseil de Sécurité gérer chacun leurs néo-colonies et les pays qu'ils dirigent de fait en sous-main !
Vive la France qui condamne illégalement des pilotes de kwassa à des peines de prison folles, eux qui ne font en fait que traverser entre deux îles COMORIENNES en Droit International, où la Loi française ne peut s'appliquer. Tous les jugements prononcés à Mayotte sont illégaux et susceptibles d'être attaqués devant une Cour Internationale. Mais les avocats préfèrent marcher au pas de Sénateur et n'ont jamais eu la courage de s'exposer en de dénonçant cette violation permanente par la France du Droit International.

La Garde des Sceaux de Sarkozy a osé répondre au contrôleur que la chaleur n'est pas un problème à Majicavo. Circulez, contrôleur, il n'y a rien à voir, et comme vos rapports n'ont rien de contraignant, je vous lis, ok, je vous réponds et je mets votre rapport à la seconde aux oubliettes. Ainsi va la démocratie à la française.

Bonne lecture !

2.Posté par riko le 29/09/2013 17:03

@ post 1 :
Pauvre idiot va!! Étant d'origine mahoraise, je suis bien placé pour te dire qu'à MAYOTTE nous sommes bien contents d'être et de devenir Français (pour tous les avantages sociaux qu'on en retira, pour l'éducation de nos enfants et parce que pour nous, pauvre débile, La France représente encore quelque chose)! Et si l'avis du peuple Comorien 5nos frères, nos cousins) lui était demandé il en ferait de même sans hésiter une seconde! Les pilotes de Kwassa méritent mille fois leur sort et même Majicavo est trop luxueuse pour ces enc.... qui s'engraissent sur le dos des Comoriens (racket, viols, meurtres et j'en passe) que tu sembles aimer tant!!
Vas faire un tour là bas, parlent avec des clandestins et arrêtes de passer ton temps sur internet à avaler toutes les conneries qu'on y trouve!!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 9 Août 2018 - 14:46 La terre a tremblé non loin de Rodrigues