Océan Indien

Mayotte : La présidente de la Cimade interpellée pour s'être opposée au contrôle d'identité d'un mineur

Mardi 10 Juillet 2012 - 07:41

Mayotte : La présidente de la Cimade interpellée pour s'être opposée au contrôle d'identité d'un mineur
Marie Ballestero, la présidente de la Cimade de Mayotte  et par ailleurs enseignante au collège de Koungou a fait l'objet d'une interpellation musclée et d'une garde à vue. Ella a voulu s'opposer au contrôle d'identité d'un de ses élèves de 3e samedi matin sur Grande Terre. Elle a montré ses papiers mais a refusé que son élève, mineur soit contrôlé.

Elle raconte la suite sur Médiapart : "J'ai refusé que mon élève se soumette au contrôle d'identité. Ils n'ont pas supporté. Ils l'ont pris en poids, l'ont mis violemment à terre et ont commencé à le molester. J'ai alors commencé à crier demandant à ce qu'ils le laissent. Comme ils ne voulaient rien entendre et que je continuais à crier, ils sont allés chercher du renfort. Ils m'ont menottée et m'ont amenée avec mon élève".


Les policiers emmènent Marie Ballestero et son élève au centre de rétention, où la présidente de la Cimade est également intervenante. Elle y est placée en garde à vue et son élève est interrogé. "Finalement, le parquet ordonnera la libération de Marie Ballestero à 15h45 et son élève sera également relâché à 16h", explique un communiqué de l'association. 



Mayotte, "machine à expulser"



Pour la Cimade, "ces faits graves illustrent les pratiques répressives de l’administration vis-à-vis des militants et militantes associatifs qui sont régulièrement menacés pour l’aide qu’ils peuvent apporter aux Comoriens en situation irrégulière. Certains d’entre eux, fonctionnaires en poste venus de métropole, ont ainsi vu leur contrat non renouvelé sur décision du préfet. Marie Ballestero, pour sa part, avait déjà eu sa carte grise saisie pendant plus d’un an par la préfecture. À Mayotte, la machine à expulser est devenue un véritable "rouleau compresseur". Les forces de police interpellent et expulsent massivement sans tenir compte de la situation des personnes ni de leurs droits."

Marie Ballestero n'exclut pas de porter plainte contre les policiers. "Cest par hasard qu'ils sont tombés sur moi, sans connaître mes activités auprès des migrants".

Cet épisode intervient alors que Mayotte n'a pas été destinataire de la circulaire publiée samedi par le ministère de l'Intérieur, qui interdit le placement en rétention administrative des mineurs étrangers en situation irrégulière.
Gabriel Kenedi
Lu 1968 fois



1.Posté par noe le 10/07/2012 08:44

"Bien faites pour vous !" (pub)

On doit laisser agir les Forces de l'Ordre pour le bien de tous !
A Mayotte il y a trop de clandestins qui prennent des barques puissantes pour venir dans l'île chercher l'Eldorado ....

2.Posté par syndiqué EN le 10/07/2012 08:49

Les policiers sont trop méchants. A l'heure Hollande les contrôles d'identité devraient être interdits. La gauche a gagné!!!!! vive Mayotte, le congo brazzaville, la tanzanie et la révolution arabe qui a libéré nos frères d'afrique du nord .
A bas lles contrôles. Vive les comores.

3.Posté par Zoubeiri le 10/07/2012 10:34 (depuis mobile)

L'île comorienne de Mayotte est une territoire occupée par une force étrangère. L'ile est devenue un laboratoire de test pour la médecine française et les maorais sont utilisés pour des cobailles.

4.Posté par LOR-HEIN le 10/07/2012 11:12

Il faut choisir être Enseignant ou Présidente d'une association, retour en Métropole pour celle-là pour faute professionnelle !!!

5.Posté par tonton le 10/07/2012 14:21

On peut pas l"expulser aussi??? Ou muter aux Kerguelen??

6.Posté par marius le 10/07/2012 14:46

Comment ZINFOS 974 peuvent laisser passer des post aussi stupide que celui de Zoubeiri, s'il le veux il peux aller "bailler" sur les autres iles qui n'ont pas votées pour la FRANCE

7.Posté par indigné-e-s 976 le 10/07/2012 20:56

Mayotte état de non droit

Mayotte, retour au code de l'indigénat

Mayotte, policiers hors là loi

Mayotte, la stupidité et le racisme devient loi (voir les post)

Mayotte, Marie, merci d'être là

Mayotte, les indigné-e-s seront là !!

8.Posté par Gajik le 11/07/2012 09:45

Heureusement qu'il y a des enseignants comme Marie Ballestéro qui voient leur métier comme une passion au point de le vivre aussi dans leur quotidien. Ils sont militants pour un monde meilleur et sont solidaires des petits sans voix.
Le Réseau Education Sans Frontière, comme la Cimade, mènent des actions de résistance au moins pour tenter et parfois réussir à protéger les enfants étrangers scolarisés de la sauvagerie des Préfectures qui souvent se conduisent avec brutalité et inhumanité dans une tradition des rafles héritée de 1940, et presque toujours en violation de la Convention européenne des droits de l'homme.
Où sont ils les Préfets courageux qui ont, comme Jean Moulin, délaissé leur salaire, les honneurs feutrés et le luxe de l'apparat dans le confort de la servilité à l'Etat pour dire non aux abus commis au nom de lois iniques qui envoient des enfants à la mort en les expulsant vers des pays où leur vie est en danger immédiat ?

Malheureux pays de France qui se targue d'avoir "inventé" les droits de l'Homme (quelle imposture !) en coupant des milliers de têtes pendant sa révolution bourgeoise et dans des flots de sang impur qu'il glorifie dans son chant "patriotique" à chaque occasion et qui a terminé comme laquais du Reich Etasunien !

Même l'ONU n'a toujours pas reconnu que Mayotte est française et au nom de la loi universelle qui dit que le Droit International prime sur les Droits nationaux, l'Etat français et sa Justice n'ont aucune légitimité sur Mayotte.
Seulement voilà, les puissantes dictatures militaires, démocratiques ou non, on inventé le "Droit de véto" du Conseil de Sécurité que seuls certains pays se sont arrogés, dont la France. Et notre beau pays "démocratique" s'assoit ainsi sur les lois Internationales pour étouffer toutes les résolutions la condamnant pour son occupation illégale de Mayotte.

Alors voilà, c'est la loi française qui s'y applique dans le concret du quotidien, de façon illégitime, mais réelle et les enseignants et autres, qui ont conscience de l'imposture de "Mayotte française" en Droit International, se battent avec les armes du Droit français, en jonglant avec cette contradiction d'un Droit vicié, mais en utilisant le recours que permet la Loi française aux principes universels de la convention européenne des droits de l'Homme. C'est çà que veut dire Zoubeiri dans sa première phrase.

La seule solution légale dans l'esprit des Lois Internationales sur la décolonisation était un referendum global et non île par île, point. Le fait d'avoir "acheté" Mayotte à un Mpanjaka Malgache Sakalava, Andriantsoly ne donne aucune légitimité à la France d'avoir soustrait Mayotte au referendum global sur l'indépendance des Comores.

Pourquoi ? parce que Andriantsoly était un Malgache qui s'est enfui de Madagascar et s'est installé sans droit ni titre sur Mayotte, sous administration Anjouanaise, île très peu peuplée à l'époque.

Acheter une île avec une bourse d'étude pour son fils, trois cacahouètes et 6 noix de coco à une personne qui ne la possède pas mais en a pris possession illégalement, ne me paraît pas un argument valable, pourtant c'est celui que la France avance devant l'ONU en prétextant avoir "acheté" cette île bien avant d'avoir colonisé les trois autres îles Comoriennes et ceci légitimerait le fait de l'avoir consultée séparément.

De cette manipulation inique d'un droit de propriété illégitime qui est en fait issu d'un achat par les français à un Prince malgache démuni de titre de souveraineté sur cette île, découle cette aberration actuelle d'une île socialement, culturellement, historiquement Comorienne qui se retrouve 'Française", car achetée une deuxième fois par une France irrespectueuse du Droit International.

Pourquoi ne pas avoir aussi par exemple conservé française Hassi Messaoud et son pétrole en Algérie en préparant les Targui du Sahara à faire sécession, en leur promettant, comme aux Mahorais argent, infrastructures, écoles, développement, etc ... pour acheter leur "patriotisme français" et attenter ainsi à la souveraineté de l'Algérie sur le Sahara ?

Vous me direz, c'est exactement ce que vient de faire la France dite "desdroitsdel'homme" en détruisant la Libye et en armant et en sponsorisant les Sahariens de l' Azawad du Nord Mali. Il n'est jamais trop tard pour installer des marionnettes à la tête des zones pétrolières ou stratégiques qu'on veut s'approprier. Voilà, c'est presque fait. Hollande va parachever l'oeuvre néocolonisatrice de Sarkozy et les Français applaudir à s'en faire péter la sous ventrière d'auto satisfaction.

Belle France des "Droits de l'Homme", assurément !
Bravo à Marie Ballestéro en tous cas pour sa résistance à la violence coloniale !

9.Posté par LG974 le 11/07/2012 17:40

Encore un post plein de médisance de notre ami Gajik !

10.Posté par Rolland le 11/07/2012 20:42

Pierrot, tu devrais te pencher un peu sur ce qui se passe à Mayotte: 100 000 expulsions en 4 ans pour une île de 180 000 habitants, ça ne te met pas la puce à l'oreille? T'as pas l'impression qu'il y a quelque chose qui cloche? Tu ne te demandes pas pourquoi il y a un juge qui rencontre des problèmes là-bas? Tu n'es pas interpelé par l'absence visible de baisse de la population? Après les trafics de drogue qui pourraient être organisés par le GIR lui-même, tu ne te poses pas la question du trafic de clandestins? Agents de l'état, forces de l'ordre, opérateurs économiques, autorités comoriennes etc ... Beaucoup beaucoup beaucoup d'argent...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter