Océan Indien

Mayotte: La grève générale se transforme en violentes manifestations

Vendredi 30 Septembre 2011 - 11:45

Mayotte: La grève générale se transforme en violentes manifestations
 
Mayotte, le dernier département d'Outre-Mer, est meutri par "une grève générale illimitée" qui s'étale dans le temps (depuis le lundi 26 septembre).

Pour lutter contre la vie chère, les Mahorais ont transformé leur île en un véritable champ de bataille: violences, turbulences routières, pillages des magasins proches, affrontements entre les civils et les forces policières...

Selon malango-actualite.fr, les forces de l'ordre auraient utilisé des bombes lacrymogènes pour répliquer aux jets de pierres dont la police a été victime. Selon cette même source, des journalistes auraient été malmenés par les manifestants.

La semaine dernière, trois centrales syndicales: CGT Ma, Cisma CFDT et FO, ainsi que l'association des consommateurs ASCOMA ont déposé un préavis de grève illimitée. Hier, les manifestants étaient dans les rues de Kawéni et du chef lieu Mamoudzou, notamment au rond-point stratégique El Farouck, où ils bloquaient la circulation.

Les militants revendiquent une baisse des prix dans le secteur alimentaire et plus de concurrence pour favoriser la compétitivité des prix et ainsi le pouvoir d'achat.

Jeudi, Alamidou Madi M'Colo (FO), équipé d'un mégaphone et à bord d'une voiture policière, a appellé au calme et a surtout demandé le dégagement du rond-point El Farouck, axe central qui relie le Nord et le Sud.
O.L
Lu 3664 fois



1.Posté par Custer le 30/09/2011 16:02

Sans doute pour remercier la France de son immense bonté ( départementalisation )

2.Posté par M''zungu le 30/09/2011 17:59

Premièrement, je ne vois pas le rapport entre la soi-disant "bonté" de la France et les grèves qui sévissent à Mayotte ? J'ai déjà lu des commentaires de ce type sur des articles de journaux de droite ou d'extrême droite. Mais j'ai beau faire tous les efforts du monde, je ne vois vraiment pas en quoi ce genre de remarques peut faire avancer le débat, et je me demande comment les sites d'information les laissent passer. Ces mesquineries ne font qu'attiser l'incompréhension et la haine. Deuxièmement, je vous rappelle messieurs et mesdames les rédacteurs de Zinfos974 que le rôle des journalistes est de relater les faits tels qu'ils se déroulent. Je vis à Mayotte, je vois ce qui se passe, et il n'a jamais été question pour les manifestants contre la vie chère de transformer l'île en champ de bataille, il s'agit en réalité (et c'est reconnu par la préfecture, les journalistes et la police) d'actes isolés de casseurs. Je vous remercie, pour le bien de vos lecteurs et lectrices, et par respect pour tous ceux qui luttent pour des droits légitimes (dont tout le monde profitera lorsque la lutte aura abouti) de bien vouloir corriger l'article. Bien cordialement.

3.Posté par c pas gagné !!!!!!! le 30/09/2011 18:57

ils brulent les voitures des travailleurs ..;et là il s'agit d'actes isolés....bonjour la départementalisation....DEMANDER aux profs ,instits , dans les quartiers difficiles ,le nombre de viols et de mineurs prostituées ...

4.Posté par fiuman le 30/09/2011 19:04

Mayotte aux Comores et vite

5.Posté par ggrun le 30/09/2011 22:02

Soutien à la grève générale à Mayotte
Depuis plus de 8 jours, les manifestations se succèdent à Mayotte.
Depuis le 27 c’est la grève générale regroupant les syndicats, les fonctionnaires, les salariés du privé, les consommateurs contre la vie chère.
Face à des manifestants qui bloquent des ronds points au simple cri de « Mabawas nachouké ! (« les ailes de poulet moins chères »), la réaction gouvernementale est totalement disproportionnée, comme chaque fois que des mouvements sociaux se déclanchent dans un département ou territoire d’outre mer, comme ici à La Réunion. Comme « au bon temps des colonies », car pour la « métropole », ses pays sont les « dernières colonies françaises ».
Mépris des autorités, propos racistes de certains hauts fonctionnaires, interventions policières devenues ces derniers jours déploiements de blindés et arrivée de renforts de gendarmerie pour s’opposer au mouvement, chasse aux comoriens et autres tentatives de division de la population sont les facteurs d’exaspération de la population qui manifeste avec force cette semaine.
En lutte contre la vie chère, mahorais et mahorais appellent la solidarité des réunionnais et réunionnaises qui ont manifesté ce 27 sur le même thème.

GGrun

6.Posté par Copas le 01/10/2011 14:17

Soutien pour la baisse des prix et il faudrait arrêter les envois de policiers en tenue de combat qui viennent faire dégénérer la situation.

Le coût de l'envoi de troupes, leur entretien, les tensions qu'elles provoquent, leurs mises aux côtés systématiques de ceux qui profitent de leurs positions pour pomper toutes les ressources, pourraient être utilisés à bien autre chose.

Ma solidarité avec les Mahorais.

7.Posté par raména le 01/10/2011 20:33

CUSTER, cette manif n'a rien avoir avec la départementalisation de mayotte!si tu es en manque d'argument,mieux vaut te taire! le silence d'or!
C PAS GAGNE, tu as vu où des voitures qui brûlent? reste dans ta case car les évènements te dépassent! Arrête la fumette!
Quant à la provocation de FIUMAN et bien je lui réponds ( mange ton rougaille saucisse et tais toi)!
pour finir, j'en courage les mahorais dans leur démarche sans bloquer l'économie de cette île!

8.Posté par superdupont le 03/10/2011 07:41

Michel Sardou s'amuse ou pourrir la page de ses commentaires? (Custer... quel pseudo poétique...)

9.Posté par Anti cons et connes le 04/10/2011 22:25

Vive Mayote libre !
Donnons l'indépendance que les mahorais sont en train de réclamer !
Nous noterons les très justes et pertinents propos de M''zungu le 30/09/2011 à 17:59 : "la soi-disant "bonté" de la France".
En effet, la France n'a pas suffisamment de bonté vis à vis de Mayotte. La France colonise Mayotte sous une forme perverse. Les mahorais qui ont un niveau de vie comparable à celle du citron présuré vidé de son jus (un pouvoir d'achat très en dessous des autres comoriens) décident donc en toute légitimité de faire la grève, de casser, de caillasser les forces de l'ordre.
Demain les bombes ? Après demain un petit avion bourré d'explosif sur la tour Montparnasse ?
Ce serait normal et mérité. Vergez ne plaidait-il pas en Algérie que les Fellagas n'étaient jamais que les équivalents des résistants aux nazi ? Il avait raison ! (la meilleure preuve était des décisions de justice favorables).
Résistez messieurs dames les comoriens ! Résistez !!!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 9 Août 2018 - 14:46 La terre a tremblé non loin de Rodrigues