MENU ZINFOS
Océan Indien

Mayotte: La CRC pas tendre avec la gestion du Centre de gestion de la fonction publique


Le centre de gestion de la fonction publique territoriale de Mayotte se fait étriller dans le dernier rapport d'observation de la Chambre régionale des comptes. La CRC constate en effet plusieurs errements au sein de l'établissement public administratif, qui gère la carrière des 5 600 agents des 36 collectivités que compte l'île aux Parfums, que ce soit sur sa politique de rémunération et de recrutement ou encore sa gestion des deniers publics.

Par Nicolas Payet - Publié le Vendredi 17 Juillet 2020 à 14:40

Photo d'archives
Photo d'archives
Ce rapport d'observations définitives de la CRC a été notifié fin juillet 2019 au CDG de Mayotte mais n'a été présenté au conseil d'administration de l'établissement que ce mois de juillet 2020, soit un an plus tard. "Regrettable" déplore la CRC qui ne s'est pas priée pour émettre quelques critiques sur la gestion du CDG 976.

À commencer sur ses missions obligatoires d'information et de gestion de l'emploi, qui ne seraient  que "partiellement remplies". "L’organisation des concours, dont la validité est nationale, a donné lieu à des irrégularités notamment dans l’établissement des listes d’aptitude", indique la CRC dans sa synthèse.

Autre critique faite à l'encontre du centre de gestion mahorais: l'absence d'objectifs chiffrés, d'indicateurs de performance ou encore de budgets et de comptes fiables. Des manques qui ont une incidence sur l’évolution de son activité. "La gestion des recettes s’avère défaillante s’agissant par exemple des cotisations obligatoires. Ni leur assiette, ni leur liquidation ne font l’objet d’un contrôle fiable", relève la Chambre.

Sur les charges du personnel, qui représentent plus de 1,2 million d'euros, leur augmentation de 12% entre 2014 et 2018 "résultats de la mise en place de la 'sur-rémunération' et de l’évolution des effectifs de l’ordre de 20 %'. Ces derniers sont ainsi passés de 22 agents en 2014 à 26 en 2018. Par ailleurs, la part des charges de personnel représente 76 % des charges de l’établissement soit les trois quarts de l’ensemble de ses dépenses.

"La politique de rémunération et de recrutement de l’établissement est perfectible", poursuit la CRC, qui rappelle que le directeur du CDG 976, Mohamed Majani, "a été recruté sur un emploi fonctionnel malgré son statut contractuel". De plus, les agents non titulaires bénéficient à tort de la prime de vie chère.

"Ces errements sont d’autant plus contestables qu’ils émanent d’un organisme supposé référent et expert en matière de ressources humaines. Expertise et exemplarité sont les clés de son action pour garantir, sur un territoire marqué par des dérives récurrentes, son rôle au sein de la fonction publique territoriale", termine la CRC dans sa synthèse.


Dans un courrier adressé à cette dernière, Mohamed Majani répond point par point aux recommandations émises par la CRC:





1.Posté par Pascal pro le 17/07/2020 19:51

Vivement un audit de la cssm.. Les professionnels de santé de Mayotte sont désespérés..

2.Posté par Rive Sud le 19/07/2020 12:11

Mayotte.... What else ?

3.Posté par ah,ahah, le 19/07/2020 12:15

Ben quoi, ils font juste comme le centre de gestion de la Réunion!!
Faut-il rappeler que la mafia locale s'est attribué des postes fictifs grassement payés ( mais bon , avec un papa qui vide les caisses de sa vile avant de se casser comme un malpropre grâce aux dernières municipales elle a été à bonne école la gamine!)

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes