Océan Indien

Mayotte: L'islamisation de l'aristocratie s'est faite progressivement dès le XIe siècle

Mardi 12 Mars 2013 - 09:11

Mayotte: L'islamisation de l'aristocratie s'est faite progressivement dès le XIe siècle
Il n'y a pas qu'à la Réunion où les archéologues font des découvertes importantes pour comprendre le passé de notre île. De passage à la Réunion, Martial Pauly, archéologue à Mayotte, est venu présenter au cours d'une conférence à la DAC OI (Direction des affaires culturelles de l'océan Indien) le résultat de ses fouilles menées dans plusieurs villages de Mayotte. Une certitude ressort, l'islamisation de l'aristocratie mahoraise s'est faite progressivement dès le XIe siècle.

"De passage à la Réunion, nous avons décidé de présenter mes recherches à Mayotte avec le conservatoire. J'étudie une période entre le XIIe et le XVe siècle, notamment le village d'Acoua. Un village qui se développe jusqu'au XVIIe siècle puis est abandonné par la suite. C'est une importante chefferie où beaucoup de vestiges maçonnés, un enclos villageois, une porte de village de l'habitat aristocratique en pierre ont été découverts", explique Martial Pauly.

"Transition entre les rites pré-islamiques et les nouveaux rites musulmans"

Ce professeur d'histoire et archéologue mène des recherches archéologiques à Acoua depuis 2006. Elles ont permis de retrouver des vestiges datant du XII au XVe siècles, qui témoignent d'une période "médiévale prospère". "Cela ne fait que confirmer ce que l'on savait sur le passé de Mayotte. L'île était un trait d'union entre Madagascar et la côté Africaine en matière de commerce. L'aristocratie locale, autour du XIe et XIIe siècle, est en voie d'islamisation par contact avec les marins du golfe persique", souligne Martial Pauly.

A Mayotte, se développe une "élite islamisée" avec un mode de vie influencé par "l'aire culturelle swahilie". On a retrouvé des vestiges de quartier de notables construit en pierre et comportant une mosquée ainsi qu’une porte de village ouverte dans l’enclos pastoral. "A Acoua, l'aristocratie locale profitait de la position stratégique de Mayotte pour faire du commerce", précise-t-il.

Plus récemment, au lieu dit Antsiraka Boira, on a découvert des sépultures qui conservaient un mobilier funéraire remarquable, composé de milliers de perles en coquillage et en pâte de verre de couleurs variées. "En 2012, nous avons découverts des perles datées du XIIe siècles, venant d'Asie du Sud-Est, dans des tombes d'enfants (…). Une de nos problématiques à Acoua résidait dans le fait qu'il nous manquait un aspect pour établir le passé complet de ce village, les pratiques funéraires. On a ciblé une nécropole et la chronologie est celle attendue. On a pu documenter les rites funéraires très intéressants de transition entre les rites pré-islamiques et les nouveaux rites musulmans", conclut Martial Pauly.

Photo : Perles retrouvées à Antsiraka Boira en 2012
Photo : Perles retrouvées à Antsiraka Boira en 2012
Lu 1421 fois


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 9 Août 2018 - 14:46 La terre a tremblé non loin de Rodrigues