Océan Indien

Mayotte: Face à face tendu entre grévistes et forces de l'ordre devant la préfecture

Vendredi 15 Novembre 2013 - 09:38

Mayotte: Face à face tendu entre grévistes et forces de l'ordre devant la préfecture
Les fonctionnaires en grève à Mayotte, dont une grande majorité d'enseignants, ont manifesté à nouveau hier matin dans les rues de Mamoudzou. Ils expriment leur colère depuis le début de la semaine dernière contre la fiscalisation de leur indemnité d'éloignement prévue à partir de 2014.

700 manifestants selon les estimations de la police et 1.000 pour l'intersyndicale ont pris part au cortège qui a quitté la Place de la République pour se diriger vers le vice-rectorat où attendait un déploiement important de gendarmes sécurisant les accès. Puis selon le parcours initialement prévu, les fonctionnaires en grève se sont rendus devant la préfecture où là encore les forces de l'ordre s'étaient positionnées derrière des barrières solidement attachées entre elles par des chaînes.

Les grévistes qui avaient décidé de remettre au préfet, Jacques Witkowski, une masse imposante de courriers nominatifs et signés pour l'informer symboliquement "dans le cadre d’un départ collectif", de leur "décision de réintégrer leur affectation d’origine", ont été bloqués à une cinquantaine de mètres de la préfecture.

Des dizaines de grévistes ont alors tenté de forcer le cordon de sécurité tenu par des gendarmes et policiers, avant que les manifestants ne se dispersent aux alentours de midi.

"C’est l’énergie du désespoir", a commenté Frédéric Muller, représentant FSU et membre de l'intersyndicale. Les représentants de l'intersyndicale ont pu néanmoins remettre au préfet de Mayotte quelque 250 demandes de départ anticipé.

Autre mauvaise nouvelle pour les fonctionnaires grévistes, le "différentiel logement" dont ils bénéficient serait supprimé dès le 1er janvier 2014. Cette aide au logement qui varie de 50 à 300 euros par mois est établie selon le montant du loyer et le niveau de rémunération de chaque fonctionnaire.

"On n’a rien obtenu, c’est le moins que l’on puisse dire ! On perd encore un avantage", fustige Thierry Wuillez, co-secrétaire général départemental du SNES (Syndicat National des Enseignements du Second degrés). De plus au terme de l'assemblée générale, l’intersyndicale a opté pour un changement dans les actions de contestation engagées sur le terrain.

Le blocage des établissements scolaires a été notamment suspendu dès ce vendredi.

Les leaders syndicaux appellent à boycotter les examens

La grande majorité des fonctionnaires devrait reprendre le travail aujourd'hui, tout en maintenant la pression avec une manifestation unitaire programmée pour le jeudi 21 novembre dans le sillage d'un préavis de grève toujours en cours jusqu'à la fin de la semaine prochaine.

L’intersyndicale exhorte aussi ses troupes à la "démission dans les établissements de toutes les fonctions et activités annexes : coordonnateurs, conseil pédagogique, devoir commun, projets divers".

Les leaders syndicaux appellent également dans la foulée à boycotter les conseils de classe, les examens blancs et voire les examens de fin d’année, comme l'indique le Journal de Mayotte.

Indian Ocean Times
.
Lu 588 fois



1.Posté par Zarin le 15/11/2013 10:36

... dont une grande majorité d'enseignants

ILS ENSEIGNENT QUOI ???

2.Posté par Dimitri ALAIN le 16/11/2013 18:34

paye pas impôts quitte la france ici tricolore

3.Posté par darky le 16/11/2013 20:14

qu'ils démissionnent et qu'ils rentrent dans leur affectation de départ. les chasseurs de prime n'ont rien à faire à Mayotte, pas plus qu'à la Réunion.

4.Posté par le vieux singe le 17/11/2013 13:12

KO CA OU VEU LE BEURRE L ARZENT LE CUL LA FERMIERE LE NORMAL OU PAYE ZIMPOTS

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 9 Août 2018 - 14:46 La terre a tremblé non loin de Rodrigues