Océan Indien

Mayotte: Des milliers de personnes dans les rues contre l’insécurité

Jeudi 8 Mars 2018 - 11:31

Après plusieurs semaines de grève, Mayotte a lancé une manifestation ce mercredi 7 mars 2018. Avec cette opération "île morte", les citoyens, accompagnés des élus, ont voulu faire entendre leur colère face à cette insécurité omniprésente. Ils demandent la venue de, soit "Gérard Collomb, soit Edouard Philipe, et pas un autre ministre" à Mayotte, comme le souligne Les Nouvelles de Mayotte.


Photo : Les Nouvelles de Mayotte
Photo : Les Nouvelles de Mayotte
Grand nombre de Mahorais vivent en dessous du seuil de pauvreté depuis 2011. De nombreux problèmes d’insécurité, et notamment dans le milieu scolaire, ne cessent d’aller crescendo. Entre barrages routiers, barricades et autres moyens de blocage, Mayotte est, depuis ce début d’année, toujours plus victime de violences. L’île a donc voulu exprimer son sentiment face à cette insécurité qui règne.
 
Après plusieurs tentatives de manifestions et autres opérations, en ce mercredi, les rues de Mamoudzou ont été envahies par des milliers de personnes, selon la police. Les élus, l'intersyndicale, le collectif des citoyens de Mayotte et toute la population ont tenu à participer à l’opération "île morte". "Ils étaient des milliers peut-être 5000 ou peut-être 10 000 personnes, toutes catégories socio- professionnelles et communautés confondues." comme le souligne LNDM. Mais tous avaient un unique but, dire "NON à l’insécurité".
 
Les Mahorais ne se sont pas découragés face à la pluie battante et ont tenu tête pour faire entendre leur cause. On pouvait entendre des "shengue" (chants traditionnels mahorais) mais également la Marseillaise, chantée en choeur, avec des drapeaux tricolores dressés. Cela montre "la détermination de l’ensemble des forces vives du 101ème département français à se battre pour la paix et le développement économique et social de Mayotte", précise LNDM.
 
Malgré l’annonce de plusieurs solutions par le gouvernement, comme le renforcement des forces de l’ordre, les violences sont toujours aussi présentes sur l’île. Après concertation, et face aux dernières déclarations de la ministre des Outre-Mer, Annick Girardin, les élus ont affirmé que "le seul interlocuteur crédible est désormais le Premier Ministre, à défaut le Ministre de l'Intérieur dont ils demandent la venue en urgence à Mayotte", comme le révèle LNDM.
 
Laurent Wauquiez, président des Républicains, était présent sur l’île pour soutenir un candidat pour la prochaine élection législative, mais n’a pas participé à ce cortège. La Ministre des Outre-Mer, Annick Girardin, a cependant déclaré qu’elle viendrait à Mayotte après les législatives. Elle va donc tenir prochainement une conférence sur l'avenir de Mayotte, pour annoncer de nouvelles mesures pour la sécurité. Comme sa présence n'est plus vraiment la bienvenue, elle sera en accompagnée du ministre de l’intérieur, Gérard Collomb.
Charline Bakowski
Lu 2319 fois



1.Posté par Zouave le 08/03/2018 13:07

Ils ont voulu devenir français et voilà le résultat: ils sont traités comme des français de dernière catégorie!

2.Posté par Disons la verité le 08/03/2018 16:32 (depuis mobile)

L''insecurité releverait de la presence de clandestins...or les clandestins ne peuvent vivre que de larcins.. Certains mahorais profiteraient ils de.cette situation en faisant travailler au noir cette main d'oeuvre taillable et corveable à merci?

3.Posté par Fiort le 08/03/2018 17:10

je ne vois pas très bien comment ils vont s'en sortir là bas, compte tenu du flux migratoire, des élus locaux qui fleurent bon la corruption, des tensions sociales, du chômage, et de leur culture qui tranche assez bien avec la nôtre ! .....j'essaie de me projeter dans l'avenir mais..... je tombe rapidement sur un mur.... et.... je tourne en boucle.......ou plutot je bugg !

4.Posté par LAMENTABLE le 08/03/2018 17:54

Ils ont voulus devenir Français ils n'ont qu'assumer
Ils ont mérités ce qu'ils ont ils n'avaient qu'à pas à demander à être Français
Le beurre l'argent du beurre et la fermière et puis quoi encore ?

5.Posté par FBI le 08/03/2018 20:14 (depuis mobile)

Dommage qu''ils aient pas d''investisseurs pour démarcher des marchés australiens qui pourrait créer beaucoup d''emplois pour Mayotte mais peut-être un jour viendra et là on verra qui rira le dernier ce que je trouve que c'est bien facile de cassé
C

6.Posté par Rod BEBTOT le 08/03/2018 20:34

3.Posté par Fiort le 08/03/2018 17:10
Moi je voit bien une solution : que l'état assume son île et protège ses frontières en mettant 24h/24 pendant un moments des brigades aux niveaux des points de passages(y 'en que 2) qui donnent sur l'île, c'est pas le truc qui coutera le plus cher, il va falloir qu'on envoie un juge de métropole pour nettoyer un peu les corruptions et toutes les dérives politique qui sévissent là-bas en enfermant le maximum d'élus comme ce qui s'est fait à La reunion durant les années 90 et puis décager tous ceux qui squattent des terres. Avec ça l'île perdra 1/3 de sa population et peut-être qu'on pourra enfin en faire quelque chose.

7.Posté par Isma le 08/03/2018 21:32

@disons la vérité.
Pour dire la vérité, tous ceux qui peuvent profiter de la situation exploitent les clandestins : des,mahorais, des métropolitains, des réunionnais installés à Mayotte et des franco-comoriens. C’est comme à la Réunion où certains agriculteurs font venir des mauriciens pour les faire travailler à cueillir des letchis et mangues, des comoriens sans papiers contrôlés sur des chantiers à la Réunion ou bien exploités au marché par des bazardiers réunionnais qui les dénoncent à la PAF lorsqu’ils réclament leur « salaire ». Justement les clandestins vivent de larcins.
@lamentable.
Nous avons voulu rester français. Est ce une raison pour qu’on subisse cette insécurité sans rien dire ? Lorsque ça chauffe au Chaudron, les réunionnais méritent-ils cela car ils avaient qu’à ne pas demander à être français ? Est ce beurre, l’argent du beurre et la crémière de demander plus de sécurité ? Votre commentaire est lamentable comme votre pseudo.

8.Posté par kosakosasa le 09/03/2018 11:39

Attention ça pourrait être un danger pour la Réunion au cas ou ces mahorais mal dans leur pays fuient vers l'Eldorado REUNION....on est déjà assez emmerdé comme ça avec certains d' ici..pas tous mais ne soyons pas hypocrites...la vérité est ainsi hélas

9.Posté par mon ami comorien mahorais le 09/03/2018 22:04

pourquoi les mahorais sont racistes avec les comoriens poutant ils viennet du meme archipel,nous a la réunion ont aiment les mahorais ,ont leurs donnent des salles de dancing partout dans l'ile pour faire leurs fete ,au port stdenis riviére des galets st aandré etc...b[b[

10.Posté par Dazibao le 10/03/2018 00:12

L'insécurité à Mayotte ne sera jamais réglée comme dans les banlieues métropolitaines. Faudra s'habituer.

11.Posté par jean gilles le 10/03/2018 09:17

Euh...c'est ou cette ville MAYOTTE ?

12.Posté par Merlu le 10/03/2018 13:09

Ben c'est dans l'Archipel des Comores et il parait qu'ils sont Français
ça doit être sûrement une erreur de l'histoire, mais non ils ne sont pas Français
c'était une blague...

13.Posté par Rod BEBTOT le 10/03/2018 14:42

9.Posté par mon ami comorien mahorais le 09/03/2018 22:04

Mayotte et les comores c'est comme le rwanda avec les tutsis, ils habitent peut-être dans un même archipel, ont la même religion, une culture presque similaire et des populations qui se ressemblent(en sachant qu'un tiers des mahorais natifs sont d'origine malgaches) mais il ne faut absolument pas les mélangé, même avant son achat par la France, Mayotte se mettait à l'écart des autres îles qui elles même se battaient entre elle mais il y avait un certain lien, lien qu'ils n'ont jamais eu avec Mayotte.
La France aurait du donner dès 1974 à Mayotte une certaine autonomie vis à vis des autres îles, l'île aurait du avoir le même statut que la polynésie ou la nouvelle caldédonie mais bon vu que la population et la France ne voulaient pas de ça, on se retrouve aujourd'hui dans des situations catastrophiques pour les habitants.
Ah oui sinon concernant ses mahorais fétards à la Reunion, faites vous respecter, ils font des choses qu'ils n'auraient jamais fait à Mayotte pour la plus part, une vraie honte pour l'île.

14.Posté par Nabo Zabo le 11/03/2018 16:19

La population est poussée par des leaders syndicaux pour descendre dans la rue et bloquer les routes principales.
Ils téléguident les simples d'esprit. D'ailleurs, ils ne marquent des points que dans le chaos total. C'est leur seul moyen d'avancer.
Ceux qui produisent le peu d'emploi à Mayotte sont pris en otage. La raison ne marche plus, il ne reste que la force pour retrouver une situation normale et surtout d'identifier les fauteurs de trouble.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 9 Août 2018 - 14:46 La terre a tremblé non loin de Rodrigues