Océan Indien

Mayotte : Des "Maillots Jaunes" luttent contre la délinquance

Mardi 28 Mai 2019 - 12:08

Alors que les "gilets jaunes" peï manifestaient contre la vie chère à La Réunion en fin d’année dernière, les Mahorais eux, avaient déjà enfilé leurs gilets fluos depuis plusieurs mois, mais pas pour les mêmes raisons : sur l’île au parfum, le gilet signifiait l’appartenance aux groupes qui patrouillent les villages pour lutter contre la délinquance. Aujourd’hui, ces bénévoles sont devenus "maillots jaunes", des citoyens volontaires encadrés par la police nationale, quelque peu débordée.


Photo : facebook Police Nationale de Mayotte
Photo : facebook Police Nationale de Mayotte
Il y a d’abord eu des manifestations d’une ampleur inédite en début d’année dernière. Durant des semaines, la population s’est mobilisée pour protester contre le fléau de l’île aux parfums : la délinquance.
 
Malgré l’annonce de l’envoi de renforts de forces de l’ordre par Annick Girardin, des citoyens mahorais ont préféré pendre les choses en main face à une situation invivable.
 
Gilets jaunes ou oranges sur les épaules, ces groupes organisent des patrouilles dans les villages et les quartiers. Se passant parfois de la police, il leur arrive d’attribuer eux-mêmes des sanctions, d’eux d’entre eux ont d’ailleurs été condamnés.
 
Et en quelques mois, les résultats se font vite sentir, et la délinquance affiche une légère baisse fin 2018, dans la zone du Grand Mamoudzou, comme l’indiquent nos confrères du Journal de Mayotte.

Le ministre Christophe Castaner à la rencontre des Maillots jaunes Avril 2019 - Photo : facebook Police Nationale de Mayotte
Le ministre Christophe Castaner à la rencontre des Maillots jaunes Avril 2019 - Photo : facebook Police Nationale de Mayotte
Des "maillots jaunes" dans un cadre institutionnel
 
Mais voilà que les gilets jaunes se font plus rares, au grand dam de la police. Certains auraient abandonné la mission une fois compris qu’elle ne leur permettrait pas d'obtenir la nationalité française …
 
C’est pourquoi le dispositif de "Citoyens Volontaires", créé il y a 5 ans lors des premiers attentats en métropole, est officiellement lancé par les autorités : sur la base d’un bénévolat contractualisé, les volontaires retenus reçoivent une formation auprès des policiers.
 
En février dernier, 115 bénévoles sont sélectionnés pour assurer d’abord une présence autour des établissements scolaires, et dans les lieux publics à forte affluence. Une mission de proximité qui n’a pas vocation à se substituer au rôle de la police. Les volontaires, à qui des t-shirts jaunes ont été distribués, ne sont autorisés à intervenir qu’en cas de flagrant délit, et doivent impérativement conduire l’auteur d’un fait devant l’officier de police judiciaire.

Polémique autour des propos racistes d’un policier
 
Mais voilà que les "maillots jaunes" sont à nouveau à la une de l’actualité mahoraise : il y a deux semaines, alors qu’ils étaient en formation au commissariat de police, ils auraient été insultés par un policier, à coup de "putain d’Ajouanais" et de "on a pas besoin de vous ici", comme l’indique le Journal de Mayotte. Une enquête administrative a été ouverte, mais les maillots jaunes veulent plus qu’une sanction : ils ne veulent plus avoir affaire à l’auteur des propos racistes, et proposent sa mutation à La Réunion.
 
Les policiers comme les volontaires ne veulent pas voir leur dispositif disparaître à cause de cette affaire.
Charlotte Molina
Lu 2307 fois



1.Posté par Ald'eau le 28/05/2019 14:23

J'ai du relire cet article, afin de me dire que je n'avais pas tout compris:

- Nous avons d'une part: "115 bénévoles ... sélectionnés" et "des citoyens mahorais (qui) ont préféré pendre les choses en main",

- d'autre part :"Certains auraient abandonné la mission une fois compris qu’elle ne leur permettrait pas d'obtenir la nationalité française " et "ils auraient été insultés par un policier, à coup de "... Ajouanais" ... "on a pas besoin de vous ici".

> Question 1 : La République aurait-elle contractualisé une mission de maintien de l'ordre public avec des ressortissants étrangers ?
> Question 2: Si tel est le cas, pourquoi les ressortissants anjouanais doivent-ils assurer cette mission et qui protègent-ils ?

2.Posté par @ post 1 ald''''eau le 29/05/2019 06:45 (depuis mobile)

Même questions !
Avons nous mal lu ? À quand en métropole des Syriens, Algériens et autres pour "maintenir l''''ordre"? Ce sera comme nos "médiateurs" qui souvent sont plus délinquants que ceux qu''''ils sont censés surveiller...

3.Posté par Ti gars la cours le 29/05/2019 07:10 (depuis mobile)

Dit à zot viens fayard

4.Posté par Thomas Gilbert le 30/05/2019 17:51

Le plus simple est de demander l'autorisation au Journal de Mayotte de reprendre l'article plutôt que de ré écrire avec des "fôte" et des "imprécisions confuses".

5.Posté par Point Zéro le 10/06/2019 10:26

Ah ah ah c'est l'hopital qui se fout de la charité
Des délinquants qui font la Police maintenant
on aura tout vu....

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie