Océan Indien

Mayotte: 2.300 emplois menacés

Vendredi 28 Octobre 2011 - 18:11

Mayotte: 2.300 emplois menacés
 
Suite à la crise sociale qui touche Mayotte depuis bientôt un mois, un parfum de chômage plane.

Selon Europe1, le président du Medef Mayotte, Michel Taillefer, a annoncé: "50 entreprises sont touchées et 2.300 emplois sont en péril". Ce qui correspondrait "à l'équivalent de 15 % des salariés du secteur privé". "Beaucoup d'entreprises ne se relèveront pas de ce conflit social", a-t-il ajouté.

Cette protestation contre la vie chère a pris des proportions très grave sur l'île qu'elle transforme en un siège de violence, de vandalisme, de vols et de barrages.
Orly
Lu 1568 fois



1.Posté par Dudule le 28/10/2011 18:37

Ca va finir par vous revenir dans le nez comme un boomerang ; Mayotte devrait se faire oublier et faire profil bas ; il y a déjà trop de chômeurs et d'assistés en France .
Après tout "on" n'a pas demandé aux français (métropolitains) ce qu'ils pensaient de cette adhésion ; je ne serais pas étonné qu'un jour ces mêmes français reprennent par la force leur pouvoir décisionnaire et rendent illico l'indépendance à cette île réclamée par l'ONU pour un retour dans le giron de l'archipel comorien , depuis 1974 !
Faire la chasse aux MZOUGOUS tous les soirs plaide en faveur d'un lâchage rapide et sans retour de cette île ; le règne de Sarkozy l'autocrate et seul décideur est bientôt terminé .

Depuis un mois, la grève générale sur le coût de la vie à Mayotte paralyse complètement le fonctionnement de l’île. LEXPRESS.fr fait le point, avec le témoignage d’une métropolitaine installée à Mayotte depuis deux ans, et refugiée à la Réunion depuis le début du conflit.

Dans certaines régions de l’île, les forces de l’ordre n’interviennent même plus . Elles laissent les manifestants ou les voyous clandestins faire régner leur loi, en mettant en place des barrages payants. Les voitures des métropolitains se font caillasser, certains barrages sont filtrants…

La situation des expatriés [ndlr: les métropolitains installés à Mayotte] est vraiment menacée, et personne n’intervient. Où est l’armée? Si on était en Côte-d’Ivoire dans la même situation, on aurait ordre d’évacuer et de rentrer en France!

Mais là, comme c’est la France, l’Etat ne peut pas dire “les Français rentrez”. Le politiquement correct ne peut pas faire dire non plus “les Blancs rentrez chez vous”, alors que c’est exactement ce qu’il faudrait faire!

2.Posté par l''''''''''''''''écureuil le 28/10/2011 18:59

on sang fout .
les jeunes mahorais crachent sur la france
Moi, on ne m'a demandé mon avis pour que mayott' soit le 101 ème département francais.
La france n'a pas besoin d'un département qui ne respecte pas les blancs.

Démerdazot .
Sarko , tu es le seul responsable de ce merdier.

3.Posté par sardina le 28/10/2011 19:45

on voit où ça mène de laisser les apprentis sorciers faire ce qu'ils veulent (la départementalisation)
cela dit l'intransigence de la grande distribution a une grande responsabilité dans les désordres actuels

4.Posté par ndldlp le 28/10/2011 20:24

ce qui est grave, ce sont les marges abusives pratiquées.
si un spécialiste de la fiscalité des sociétés et des personnes voulait bien déployer ici sa science..?

5.Posté par benouze le 28/10/2011 21:30

Le PCR et son chef était pour la départementalisation de cette île et il a parlé en son nom et au nom des réunionnais.mais de quels réunionnais a-t-il parlé?Et les Métropolitains, ceux qui ne sortent jamais, qui ne connaissent même pas où se trouvent La Réunion, ceux qui travaillent et qui n'ont rien à foutre des départements d'outre mer, j'ai bien dit les Métropolitains qui sont en France Métropolitaine, ceux qui ne sont pas fonctionnaires ou travaillent dans les grandes entreprises,donc prolétaires et ouvriers, ceux qui n'ont jamais pris et ne prendront jamais l'avion, ceux qui ont comme seul plaisir le weekend ou en vacances d'aller en bord de rivière taquiner le goujon ,ou ceux qui ne sortent jamais de leurs villages, leurs villes, leurs bidonvilles, leurs boui-boui quotidien, aucun membre du gouvernement de Chirac ne leur a demandé leur avis.Le référendum a été fait seulement à Mayotte, mais pas à ceux qui travaillent et payent leurs impôts, cette classe moyenne qui a du mal à joindre les 2 bouts .Que le PCR et ses membres se démêlent de cette m.... et donnent du boulot à tous ces gens hommes et femmes et qu'ils nous foutent la paix, mais qu'ils travaillent et paient eux aussi leurs impôts.Ils ne peuvent pas avoir le beurre et l'argent du beurre.

6.Posté par touriste le 28/10/2011 22:55

Il faut se séparer de cette ile, c'est un merdier, et en plus les mahorais sont racistes... De toute façon , Mayotte va être mis en quarantaine car tout le monde s'en fou...les réunionnais et ne parlons pas des métropolitains qui ont leurs problèmes à 10000kms.Petit à petit , l'ile va se vider, les chefs d'entreprises,les professions libérales........ et il ne restera que des missionnaires....... et des comoriens !

7.Posté par fiuman le 29/10/2011 09:47

Il restera également la distribution des aides sociales .............................

8.Posté par Caton2 le 29/10/2011 19:25

La réalité à Mayotte, est plus nuancée que vos commentaires.
Lu sur le site du journal mahorais Flash Infos (http://www.mayottehebdo.com/201110289709/manifestation-contre-la-vie-chere)

"En général, le Mahorais est un peuple digne qui ne montre jamais sa misère. Cette grève est l'opportunité de voir qu'on n'est pas seul. Ensemble ce n'est pas honteux d'exposer sa pauvreté", explique une maman. L'appel de l'intersyndicale est par conséquent accueilli comme la voix du messie, pour ne pas osé dire celle du prophète. Des paroles ensuite portées par ceux qui se considèrent comme "l'intelligentsia" mahoraise, protecteurs de la veuve et de l'orphelin.
Conséquence, toute personne qui va à l'encontre de cette revendication est aussitôt perçue comme un renégat, un traitre. Et au fil des jours, la situation entre les manifestants et les autres, notamment ceux qui auraient aimé pouvoir travailler pour avoir un salaire à la fin du mois, s'est dégradée : "tu dois absolument dire Amina* à tout ce que font les manifestants, à défaut, tu te fais malmener'", accuse une femme.
"Cela fait quatre semaines que les manifestants me forcent à fermer mon magasin, si je résiste ils me menacent de mort ?", s'indigne un chef d'entreprise. "Quand tu commences à partir travailler avec la peur au ventre, c'est vraiment qu'il y a un problème", dénonce un jeune homme. "Les barrages sont tenus par des enfants. Ils te réclament 10 euros pour passer. Des gamins pas plus grands que trois pommes", se scandalise une autre femme. Des exactions qui se justifient selon les manifestants par la répression des forces de l'ordre, avec en tête des arguments la mort d'un manifestant et les tirs de flashballs. "Des drames condamnables, et on espère que toute la lumière sera faite sur ces affaires. Mais nous les non-grévistes, nous n'en sommes pas responsables et nous aimerions pouvoir vivre normalement", revendiquent beaucoup.
Injures, racket, vandalisme, menaces de mort, toutes les armes sont permises pour manifester son mécontentement. "Même les ambulances sont caillassées et nous sommes obligés d'user de fins stratagèmes pour parvenir à évacuer les malades, comme cette femme enceinte qui nécessitait une césarienne et qu'au final nous avons dû évacuer par hélicoptère", regrette Alain Daniel le directeur de l'hôpital. Et au fil des jours, nombreux sont les habitants de cette île qui ne se sentent vraiment plus en sécurité. "Moi, les manifestants ont attaqué ma voiture. Ils se sont emparés des courses que je venais de faire et les ont saccagées. Ils ont cassé les vitres en présence de mes deux enfants", regrette amèrement une mère de famille. Une autre accentue : "ils m'ont arraché les couches et le lait du bébé. Vous vous rendez compte : des couches et du lait pour bébé !".
Autour de cette insécurité vécue au jour le jour par beaucoup, toujours la même interrogation : que font la police et les forces de l'ordre ? Que peuvent-elles faire face à des barrages tenus par des enfants ?...
(*Amina : "amen")
Denise Harouna

9.Posté par raména le 31/10/2011 04:20

HAHAHA! ils y en ont qui se sentent français plus que les autres?eh bé regardez comment ça brûle chez vous.Ils sont où les hydra avions pour aider les pompiers qui sont au sol?
Dudule,le démégogue! tu racontes vraiment des conneries, c'est énormes!tu n'as pas hontes franchement?
je m'arrête là sinon je m'emporte. Manif en guadeloupe,tous les métros criaient aux racismes. Et vas y que ça recommence encore et encore. vous n'en avez pas marre de cette chanson, non?Je te signale que si les mahorais voulaient faire la chasse aux blancs comme tu dis,aucun blanc ne serait sorti vivant de cette île.ALORS STOP à la manipulation.
Des mahorais noirs ont été menacés,et certains agressés et laissés pour mort.ALORS arrêtez de charger un peuple qui est lui aussi victime de certains groupes de personnes.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >