Océan Indien

Maurice: Les autorités libèrent 2000 bœufs pour l’Eid malgré la fièvre aphteuse

Mardi 13 Septembre 2016 - 11:07

La communauté musulmane de l'île Maurice a eu l'autorisation de récupérer 2000 bœufs à compter de dimanche soir dernier, et ce, en dépit de risques de propagation de la fièvre aphteuse.


Photo d'archives : Le Plus Rodrigues
Photo d'archives : Le Plus Rodrigues
Les musulmans célèbrent la fête de l’Eïd el-Kebir durant laquelle ils marquent également le Qurbani. La forte demande en bétail le week end dernier à l'île Maurice a donné lieu à un énorme cafouillage entre les autorités et les familles qui avaient déjà réservé un animal auprès des fermes.

700 bœufs étaient déjà disponibles sur le marché samedi mais un nombre largement insuffisant au vu de la demande. Après de longues heures de négociations au Sir Harilal Vaghjee Hall, le comité de crise sur la fièvre aphteuse a décidé de "libérer" quelque 1300 autres animaux pour le sacrifice rituel pratiqué par la communauté musulmane de Maurice.

Le service vétérinaire du ministère de l’Agro-industrie a cependant mis en garde que les bœufs des fermes de Jhurry et de Soreefarm n’avaient pas de certificat de santé. Les animaux provenant de ces endroits avaient été en contact avec leurs congénères touchés par la fièvre aphteuse...
 
En dépit de cette mise en garde, des musulmans se sont manifestés samedi soir et dimanche devant trois fermes, dont celle de Jhurry et celle de Soreefarm pour réclamer la livraison des bœufs qu’ils avaient commandés. Une manifestation qui a mobilisé la police anti-émeute et les pompiers. Au final, il a été décidé que les 2000 animaux jugés sains de ces fermes seraient livrés pour la fête musulmane. Mais le débat continue à l'île Maurice.

"C’est une mauvaise décision et les autorités ont pris un grand risque en autorisant de véhiculer ces animaux. La maladie risque de se propager davantage", a ainsi déploré Radhakrishna Veerapa, le président de l’association des vétérinaires, au journal L’Express ce lundi.

Lu 1041 fois



1.Posté par jean claude payet le 13/09/2016 12:39

la reun ferait mieux de s'occuper du bordel qu'elle a deja bien complet et avec un bel avenir.....

2.Posté par BARBARIE le 13/09/2016 13:41

A la Réunion les égorgeurs ont sévi dans de nombreuses cours du centre ville hier. Et certainement dans les autres communes aussi. On entendait les animaux victimes des tortures insupportables gémir et râler jusqu'à la mort. C'est dur et incompréhensible de constater que les autorités ne réagissent pas et laissent faire ces pratiques barbares qui appartiennent au moyen âge. Nous sommes au 21 ème siècle et ces pratiques sanguinaires sont tolérées alors que le droit de l'animal est désormais inscrit dans le code civil de notre pays. Ces pratiques sont intolérables et scandaleuses. On se demande ce que font les associations protectrices des animaux ?

3.Posté par créole le 14/09/2016 05:08

Faudrait que certains s'habituent a nos coutumes locales Y a pas que les musulmans qui abattent des animaux y aussi les tamouls , les malgaches et même le créole y tue son cochon pour Noël Alors ou est le problème ?

4.Posté par môvélang le 15/09/2016 07:08

""""""" 2.Posté par BARBARIE le 13/09/2016 13:41
A la Réunion les égorgeurs """"""""""""""
eh! oui, les barbares francés, eux, ils sont civilisés puisque blancs et catholiques!!!!!!!!!!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 13 Octobre 2018 - 18:38 Madagascar : Nouveau kidnapping d'un Karane