Océan Indien

Maurice : Le Collectif des familles des 6 victimes du Caudan Waterfront réclame justice après les inondations meurtrières

Mardi 1 Octobre 2013 - 07:56

6 personnes avaient péri le 30 mars 2013 dans le passage souterrain au Caudan Waterfront que les Mauriciens appelent désormais "le tunnel de la mort"
6 personnes avaient péri le 30 mars 2013 dans le passage souterrain au Caudan Waterfront que les Mauriciens appelent désormais "le tunnel de la mort"
Les proches des six victimes décédées après la brusque montée des eaux lors des inondations meurtrières du samedi 30 mars 2013, dans le tunnel souterrain du Caudan Waterfront de Port-Louis, ont décidé hier lundi de se regrouper en collectif pour "réclamer justice", afin qu'un nouveau drame similaire ne se produise plus à l'avenir et endeuille à nouveau d'autres familles mauriciennes, six mois après les fortes intempéries qui ont frappé de plein fouet la capitale mauricienne avec 11 morts dénombrés.

Allan Wright, à la tête du collectif qui a perdu son fils (18 ans) et sa femme (48 ans) lors de ces inondations meurtrières veut aujourd’hui se faire entendre des autorités mauriciennes et déplore le silence de la State Property Development Corporation (SPDC), gestionnaire du site et de la sécurité au Caudan Waterfont de Port-Louis, comme l'indique le journal Le Défi Quotidien.

"Nous sommes des parents modestes. Nous n’avons pas obtenu les services d’un avocat. Six mois se sont écoulés et nous attendons toujours une réponse", souligne amer Allan Wright.

Pour rappel, Allan Wright a réclamé début septembre 20 millions de roupies (500.000 euros) à la State Property Development Company (SPDC).

Le père de famille de 54 ans qui a vu mourir son fils et sa femme lors du terrible drame voulait ainsi que la SPDC l'indemnise en dommages afin d'honorer la mémoire de ses proches qui ont péri lors des inondations meurtrières.

Déterminé à mener son combat pour la vérité jusqu'à son terme, le père de famille sait pertinemment que l'argent demandé ne permettra pas de changer le cours tragique de son destin, comme le relate le journal Cinq Plus Dimanche.

"Je veux qu'on me dise d'où vient cette eau tueuse ? Qu'on me dise enfin, enfin, pourquoi c'est arrivé ? Si une telle catastrophe a pu avoir lieu et selon mes informations, l'eau a envahi le tunnel en 2 minutes et 34 secondes, c'est qu'il doit bien y avoir des failles dans ce tunnel", avait précisé le père meurtri et qui avait envoyé le 23 août dernier un courrier officiel à la SPDC pour une demande d'indemnisation après le lourd préjudice subi avec la perte de ses êtres chers.

Source : Indian Ocean Times http://www.indian-ocean-times.com
Lu 339 fois


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >