Océan Indien

Maurice : La richesse de la canne à sucre en baisse

Jeudi 27 Août 2015 - 08:20

Quelque 89.955 tonnes de sucre ont été produites pour le moment par les quatre usines de l'île Maurice, contre 113.744 tonnes recensées durant la même période calendaire en 2014. Le taux d’extraction moyen est en baisse et avoisine 8.39% en comparaison aux 9.56% de l’année dernière.

La campagne sucrière 2015 devrait atteindre cette année les 410.000 tonnes de sucre contre 403.603 tonnes enregistrées un an plus tôt. Les usines devraient broyer près de 4 millions de tonnes de cannes en 2015.

Pour rappel, la culture de la canne à sucre sur l'île représente aujourd'hui 0,8% du PIB alors que ce chiffre était de 1,3% en 2011.
Lu 583 fois



1.Posté par Pamphlétaire le 27/08/2015 15:28

Est-ce que la pesée s'effectuait jusqu'à l'année dernière (2014) par des contrôleurs en chair et en os et que depuis cette année, 2015, la pesée est effectuée électroniquement? Cela voudrait dire soit que les balances ne sont pas justes ou ont été mal étalonnées, soit que les contrôleurs humains majoraient le poids, la charge nette de la canne....
Vous souvenez-vous? Il y a eu cette escroquerie à la Réunion il y a quelques années, des contrôleurs majoraient ainsi certaines charges nettes de la canne...Et pour quelle finalité? Avec plus de poids, de masse, de charge nette, on fait moins de sucre, moins de rhum? Est-ce pour que certaines personnes se remplissent plus les poches au détriment des autres ou de l'Etat? Car si la récolte n'est pas bonne, des subventions sont demandées, quémandées, quêtées, sollicitées à la bonne filière constituée par l'Etat. Et comment se base t-on? Je pense que c'est la récolte précédente.
Au fait, à Maurice, quels étaient les prix du kilo de litchis en 2001 et en 2015? C'est pour connaître l'augmentation et comparer à son île sœur. A la Réunion, le kilo de litchis a augmenté de plus de 260% en 40 heures seulement (2,50 francs le 31 décembre 2001 à 17 heures, un euro le 2 janvier 2002 à 9 heures). Il serait judicieux de connaître les prix de ce fruit à Maurice pour être comparé à celui de la Réunion. Car c'est un produit local, où il 'y a peu ou pas d'intervenants, et surtout aucun frais de transport, de chargement-déchargement dans les zones portuaires ou aéroportuaires, de stockage dans des chambres froides, d'octroi de mer,...Je précise le fruit récolté sur place, vendu sur place et consommé sur place (place = l'île sur laquelle on se trouve). Et non le fruit exporté en Métropole ou ailleurs.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >