Océan Indien

Maurice : L'ex-directrice réunionnaise de la Banque des Mascareignes inculpée

Mercredi 7 Octobre 2015 - 07:58

Photo : L'express de Maurice
Photo : L'express de Maurice
La Réunionnaise Nelly Marie Isnelle Jirari, ancienne directrice de la Banque des Mascareignes, arrêtée lundi alors qu'elle se trouvait en transit à Maurice a été inculpée  de complot avec les directeurs de la Bristish American Investment pour avoir dissimulé la banqueroute du groupe qui était déjà effective au 31 décembre 2009.

Les policiers la suspectent d'avoir autorisé un transfert fictif d'un compte de la BAI d'un montant de 3,6 milliards de roupies (90 millions d'euros) alors que le solde réel du compte était de 1.000 roupies (25 euros).

La Banque des Mascareignes précise dans un communiqué que Nelly Jirari "ne fait plus partie de la banque depuis janvier 2012".

L’établissement souhaite travailler "pleinement avec la Banque de Maurice et les autorités judiciaires afin que toute la lumière soit faite sur cette affaire"
Lu 2197 fois



1.Posté par ungars le 07/10/2015 10:06

Il faut la déposer en prison à Maurice ....................................comme celà elle apprendra à compter car 1000, roupies ne sont pas 3,6 milliards de roupies : maintenant ce sont les clients qui vont payés l ardoise ou l argent public.

Surtout qu'elle reste à Maurice............................

2.Posté par kld le 07/10/2015 20:50

les " voyous" comme dit le pov valls sont partout ? hein ? dan notre chère " Océan Indien"..........meme chez les cols blans .............

3.Posté par matthieu le 08/10/2015 00:01

Cela mérite au moins 10 ans de prison ferme.

4.Posté par ALEXANDRA le 08/10/2015 07:48

c'est pour la famille, son frère......

5.Posté par Pamphlétaire le 11/10/2015 04:19

Je pense qu'elle n'a pas appris l'escroquerie dans ses études. Elle a voulu imiter les élus, ministres de la République et les dirigeants d'entreprises (pourquoi eux et pas moi), en oubliant que ces personnes prêchent "Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais." tels que TAPIE, CROZEMARIE, affaire URBA, ...(Je ne peux citer tous les noms car cela lasserait mais chaque lecteur peut y ajouter les escrocs auxquels il pense.)

Retour en arrière avec l'affaire URBA
Dire que la découverte de cet incroyable réseau de fausses factures résulte, au départ, d'un accident du travail, survenu en 1990 au Mans ! Instruisant l'enquête diligentée sur les causes de cet accident (ayant entraîné la mort de deux ouvriers), le juge manceau Thierry Jean-Pierre tombe, par hasard, sur le pot aux roses.
Dire qu'on nous avait seriné que la Gauche, c'était la morale ! On a pu vérifier l'authenticité de cette parole verbale, dès lors que le PS était visé pour extorsion de fonds, corruption, faux et usage de faux... et autres babioles.
Le juge Jean-Pierre, comme l'inspecteur de police Gaudino (c'est lui qui, au cours d'une perquisition en avril 1989, eut la bonne fortune - mais funeste pour sa carrière - de tomber sur les quatre "cahiers Delcroix") ont, quant à eux, dans des registres différents, pu mesurer l'ignominie du monde politique, ici "progressiste" - ou se prétendant tel.
Les Henri Nallet, Lionel Jospin (mais oui, mais oui, l'incorruptible), Michel Rocard (mais oui, mais oui), Pierre Arpaillange, Pierre Joxe, Pierre Mauroy (sur ces Pierre je bâtirai mon pouvoir) et bien d'autres encore ont été sauvés par l'incroyable amnistie (dont une grande partie des dispositions avait été déclarée inconstitutionnelle par le Conseil constitutionnel) destinée, paraît-il, à "moraliser" la politique...
En définitive, seul Emmanuelli, sorte de paratonnerre ou de fusible de type (relativement) naïf écopa d'une peine légère. Il n'était pourtant pas le plus mouillé, loin de là.

Dans une interview accordée à l'Humanité, le juge Jean-Pierre devait déclarer : "1981 marquait pour moi l’arrivée d’une éthique, d’une certaine morale. (…) C’est pour cela qu’on élit la gauche. Et quand on voit ce qu’elle est devenue dix ans plus tard, c’est vrai que ça rend très très amer". Ah, la politique n'est plus ce qu'elle était, comme dit René Rémond, et les enfant de Marie de la SFIO font bien pâle figure, à côté des sinistres magouilleurs et autres aigrefins du PS !
Les habituels défenseurs de l'indéfendable auront beau crier sur les toits que Jean Montaldo, qui a publié et commenté les "cahiers Delcroix" (Jo Delcroix, scribe particulièrement scrupuleux de tous les rackets, de toutes les combines et malversations du PS) est un fieffé homme de droite, qu'il sue la haine anti-socialiste, et autres pauvres arguments éculés, ce n'est pas lui, le malhonnête. Et rien ne vaut la lecture de quelques-unes de ses pages pour se faire une idée de l'incroyable corruption appliquée à la France dans les années Mitterrand : quand on affirme que le texte complet est abominable, on est encore en-dessous de la vérité. Ce n'est pas parce q'un Inspecteur de police plus curieux, ou plus courageux, que bien d'autres a été vidé de son poste (c'est vrai que Pasqua, ultérieurement l'a réintégré - pour la forme, car l'oiseau avait compris la musique) que pour autant, le fil qu'il avait commencé à tirer - au milieu de quelles difficultés ! - n'avait pas, à son extrémité, des choses fort intéressantes à montrer pour l'édification du citoyen moyen, pratiques peu ragoûtantes (en comparaison, les incontestables filouteries chiraquiennes ne sont que roupies de sansonnet) qu'il fallait à tout prix cacher. Pratiques peu ragoûtantes qui ont été bien oubliées, depuis...
Et les socialistes se sont refait une virginité, se montrant aujourd'hui plus blancs que neige, et naturellement impitoyables censeurs de l'ère sarkozyste. On songe irrésistiblement à cette phrase de Proust : "Des ministres tarés et d'anciennes filles publiques étaient tenus pour des parangons de vertu". Aussi, lorsqu'une certaine Martine Brochen, dite Aubry, s'exclame que Sarkozy fait honte à la France, la main démange de toutes les paires de claques qui se perdent...
Mais depuis Sarkozy s'est rattrapé et a fait autant sinon mieux vu qu'il n'a pas été réélu. Tous les citoyens ne lui con...cédent pas leurs voix. Heureusement!
concéder : Accorder quelque chose à quelqu'un comme une faveur. Accorder, allouer, céder, donner, octroyer.
Tiré de : http://www.samuelhuet.com/kairos/37-phileo/366-urba2.html

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 15 Décembre 2017 - 19:17 Maurice : Un requin pêché à Grand Gaube