Océan Indien

Maurice: Des voix s'élèvent pour dénoncer l'arrestation des deux hommes soupçonnés de menaces terroristes

Samedi 30 Janvier 2016 - 11:43

Maurice: Des voix s'élèvent pour dénoncer l'arrestation des deux hommes soupçonnés de menaces terroristes
Un informaticien et un propriétaire d'un cyber café sont depuis une semaine sous le coup d'une inculpation provisoire, soupçonnés d'être mêlés à l'affaire du courriel qui portait des menaces terroristes sur l’île Maurice.

Le samedi 23 janvier, Ish Sookun et de Kishan Sooklall ont été arrêtés puis incarcérés dans le cadre de la Prevention of Terrorisme Act (Pota). Le cyber café d'Ish Sookun d'où le courriel aurait été envoyé, a été perquisitionné. Plusieurs ordinateurs et disques durs ont été saisis. Lundi 1 er février, la cour examinera de nouveau leur demande de remise en liberté.

Depuis quelques jours un élan de sympathie s'est créé sur les réseaux sociaux avec pour slogan “#JeSuisISH”. Dans un communiqué, Le Parlement Populaire et l’ONG Dis-Moi condamnent "fermement l’arbitraire de l’arrestation et de l’incarcération" . 

Selon ces derniers, la loi anti-terrorisme POTA confère "un immense pouvoir à la police, qui n’hésite pas à s’en servir sans prendre la peine de collecter des preuves avant de procéder aux arrestations et sans considération aucune pour les préjudices causés". 

Les deux organisations affirment que leur dossier "contient des incohérences et des lacunes flagrantes qui prêtent à des dérives de nature liberticide'. Ils demandent à ce que leur droit à la liberté soit respecté. 
Lu 2873 fois



1.Posté par Eno2016 le 30/01/2016 11:57

Il faut éradiquer les jihadistes de tout poil !

2.Posté par A mon avis le 30/01/2016 13:26

Extrait du communiqué de l'ONG de défense des droits humains "Dis-Moi" et du "Parlement Populaire"

" ...
b[Notre République [mauricienne] est un des rares Etats au monde où déjà en temps ordinaire, la police peut emprisonner un citoyen sur la base d’une simple allégation. Ce que la police appelle
« reasonable suspicion » suffit ici pour faire arrêter quelqu’un. Le système de la charge provisoire confère donc un immense pouvoir à la police, qui n’hésite pas à s’en servir sans prendre la peine de collecter des preuves avant de procéder aux arrestations et sans considération aucune pour les préjudices causés.

Il en résulte des abus flagrants de l’incarcération et, conséquemment, des violations répétitives
des droits humains. Malgré le changement de gouvernement, des citoyens continuent d’être victimes de ce fonctionnement arbitraire et inique qui n’est pas en conformité avec ce qu’on peut attendre d’un Etat de droit.

Dans l’affaire d’Ish Sookun et Kishan Sooklall, la police n’a pas hésité à procéder à une arrestation sur la base de présomptions et à demander le maintien en détention sans fournir à la Cour de prima facie evidence. De surcroît, la législation anti-terroriste est utilisée par la police pour justifier l’incarcération et refuser la libération conditionnelle à deux simples citoyens sans aucune appartenance ni idéologie jihadistes.]b

3.Posté par Degage le 30/01/2016 16:34 (depuis mobile)

Bravo au GM détruisez les..

4.Posté par A mon avis le 30/01/2016 21:10

@ 1 et 3 : les jeunes embastillés n'ont rien à voir ni de près ni de loin avec le djihadisme !

De plus ils n'étaient pas sur les lieux d'où a été envoyé le mail !

"Mercredi, Tina Gokul a été convoquée au Central CID. Kishan Sooklall, gérant de l’Indra Cybercafé de Lakepoint, avait déclaré aux enquêteurs qu’il était en compagnie de la jeune femme à 11 h 37, le mercredi 20 janvier. Heure à laquelle le mail évoquant des menaces terroristes a été envoyé au Prime Minister’s Office. "
http://defimedia.info/menaces-terroristes-tina-gokul-confirme-lalibi-de-sooklall-16365/

"Mais où était Ish Sookun au moment des faits ? Nous nous sommes posé la question et nous avons vérifié les caméras de surveillance de l’entreprise ainsi que les données du logiciel de présence. Selon ces informations, Ish Sookun était, bel et bien, dans les locaux de La Sentinelle au moment des faits, c’est-à-dire, à 11h37, soit à l’heure où le mail aurait été transmis."
http://www.lexpress.mu/article/274754/menace-terroriste-ca-ne-peut-pas-etre-lui-disent-collegues-dish-sookun

5.Posté par kld le 31/01/2016 00:28

ayo bonhome !! définitivement une démocratie à moooooorice !

6.Posté par Alain le 31/01/2016 12:38

POST 1 ta rien compris on n'est tous éradiquer , la pilule ? "un immense pouvoir à la police, qui n’hésite pas à s’en servir sans prendre la peine de collecter des preuves avant de procéder aux arrestations et sans considération aucune pour les préjudices causés".

7.Posté par polo974 le 31/01/2016 13:55

bah, c'est un peu comme les écolos qui ont été assignés à résidence en France grâce à l'état d'urgence...


8.Posté par A mon avis le 02/02/2016 12:56

2février : les deux "accusés provisoires" ont comparu. La police mauricienne a cloné tous les ordinateurs. Mais toujours sans trouver de preuve !
Les deux sont malgré tout accusés "provisoirement de terrorisme". Et placés en liberté sous caution !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >


Suivez
le Grand Raid 2018
avec ZINFOS974
PARTENAIRE
Au coeur du Grand Raid
70 heures en direct live
Non Stop