Océan Indien

Maurice : Des journalistes de l’Express arrêtés

Lundi 25 Septembre 2017 - 10:50

Photo : Capture d'écran l'Express
Photo : Capture d'écran l'Express
Mandats d’arrêts et perquisitions s’enchaînent depuis tôt ce matin au sein de la rédaction de l’Express de Maurice. Ces interpellations se déroulent dans le cadre des révélations de deux affaires par le journal.

La première, le Yerrigadoogate révèle le plan de création de comptes à Dubaï et en Suisse. Ravi Yerrigadoo, Sylvio Sundanum et Dick Kwan Tat, un avocat financier, ami de l’Attorney General, auraient décidé de monter une structure pour légitimiser des fonds douteux.

La deuxième affaire concerne la rétractation de Husein Abdool Rahim, le dénonciateur du scandale.

Les policiers ont débarqué aux aurores, chez trois journalistes: Nad Sivaramen, Yasin Denmamode et Axcel Chenney. Ces derniers déplorent une démonstration de force alors qu’une simple convocation aurait suffi.

"Pourquoi la police n’invite pas les journalistes aux Casernes, comme elle le fait avec des politiciens?" s’est interrogé sur les ondes de la radio le directeur des publications du groupe La Sentinelle, Nad Sivaramen ce matin.

Un des journalistes n'étant pas présent à son domicile, les policiers ont effectué une descente au sein de la rédaction.
Laurence Gilibert - laurence.gilibert@zinfos974.com
Lu 4850 fois



1.Posté par pipo le 25/09/2017 11:08

Comme quoi un "express" peut en cacher un autre....

2.Posté par Perplexe le 25/09/2017 12:02

Baisement dans la cour patel !

Apparemment, dans l'enquête des journalistes de l'Express, un dénonciateur avait accusé le ministre de la justice de blanchiment d'argent et qui a dû démissionner à la demande du 1er ministre...

Mais retournement rocambolesque de situation, voilà que l'accusateur se rétracte, s'excuse auprès du ministre de l'avoir sali, et accuse ces même journalistes de l'avoir acheté pour raconter des mensonges afin de couler l'homme politique...

Voilà ce qui arrive aux journalistes qui font de la politique au lieu juste faire de leur métier à savoir informer en toute neutralité...

L'arroseur arrosé ?!?

3.Posté par omo le 25/09/2017 13:36

Perplexe,
C'est définitivement du second degré votre commentaire n' est- ce - pas ?

4.Posté par Perplexe le 25/09/2017 15:26

@ post 3 :

non, ce n'est pas du second degré. Ayant de nombreux amis à Maurice je suis au courant de l'actualité là-bas...

Et je peux affirmer que la "Yerrigadoogate" 'est le feuilleton rocambolesque qui défraie la chronique et passionne le Mauriciens en ce moment...

Un journal, l'Express, qui s'allie avec un accusateur louche pour faire une enquête sur un politicien dans le but de le faire capoter (c'est réussi puisque l'homme politique est obligé de démissionner, ), mais qui est pris dans les mailles de son propre filet suite au revirement de l'accusateur qui accuse maintenant le journal de complot contre le politicien apparemment innocent...

Et cerise sur le gâteau, l'autre media vedette sur le net, Defimedia.com, accuse aussi les journalistes de l'express de tricherie et en apporte même les preuves... Concurrence médiatique oblige !

Ah ! J'aime ça ces affaires à rebondissement explosive, tout comme les Mauriciens !

On ne voit pas ça sur notre petite île tellement sage et exemplaire...

5.Posté par A mon avis le 25/09/2017 15:34

Nad Sivaramen de l'Express, a-t-il voulu faire un "coup médiatique" en chaperonnant Husein Abdool Rahim dans ses démarches de dénonciation (transport en voiture, hébergement, recherche d'avocat). ?

Mais n'a-t-il pas outrepassé ses fonctions de journaliste ?

En tout cas, Nad est dans la panade !

6.Posté par Perplexe le 25/09/2017 16:21

Par contre la dernière phrase de mon second commentaire est à prendre au second degré...

7.Posté par Truelle le 26/09/2017 13:39

L'article donne le sentiment que la justice la bas aussi plus prompte à persécuter ceux qui révèlent les affaire politico financières que de s'occuper des révélations de base... Ca m'étonnerait pas qu'il y ai un paquet de ménage à faire chez eux aussi..

8.Posté par klod le 26/09/2017 17:51

des journalistes arrétés ? Maurice a encore des progrès à faire pour etre "une ile tropicale, fier de l'état de droit"

Kaya, assassiné en prison "moricienne" s'en souvient .................. JAH never forget him . ici ou APRES, "the day of judgement will come" .................. .................... ben , ya.

9.Posté par A mon avis le 26/09/2017 18:34

@ 7 Truelle : cette affaire révèle un manque flagrant de déontologie journalistique, et que, particulièrement à Maurice, le mélange des genres (politique-journalistique-milieu du jeu ) est monnaie courante

10.Posté par Miguel le 13/10/2017 19:18

Derrière la "démocratie" mauricienne, la dictature de la mafia au pouvoir politique et économique, la concussion.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 9 Août 2018 - 14:46 La terre a tremblé non loin de Rodrigues