MENU ZINFOS
Océan Indien

Maurice : Des hommes d’affaires réunionnais accusés d’escroquerie immobilière


- Publié le Lundi 15 Octobre 2012 à 07:51 | Lu 2671 fois

Maurice : Des hommes d’affaires réunionnais accusés d’escroquerie immobilière
Un scandale politico-immobilier risque dans quelques semaines d'ébranler en profondeur l'Ile Maurice. Paul Bérenger, chef de l'opposition et leader du MMM n'y va pas par quatre chemins, depuis quelques jours, en jetant un véritable pavé dans la mare.

Sous le feu nourri des accusations, une famille d'origine réunionnaise et ses quatre frères, hommes d’affaires aux passeports mauriciens, qui auraient participé à une fraude immobilière à la Madoff, escroquant au passage plusieurs dizaines d'investisseurs étrangers et une clientèle mauricienne huppée.

Des banques connues de la place seraient même tombées dans le panneau, avec des pertes avoisinant pour l'une d'elles 300 millions de roupies (8 millions d’euros), comme le relate le site defimedia.info.

Biens immobiliers haut de gamme jamais achevés

Les rouages de la combine semblaient bien huilés et auraient rapporté à leur instigateur un beau pactole. Sur le dos de propriétaires spoliés, de nombreux biens immobiliers haut de gamme n'ont jamais été achevés et livrés.

C'est le cas notamment pour 20 appartements et 10 villas dans le nord de l'île. Les futurs acquéreurs ont payé rubis sur ongles et aucun de ces projets n’a été terminé. Et même pire, l'argent amassé aurait servi à la création d'un centre commercial à Trianon, dans le centre de l’île, pour 100 millions de roupies (2,6 millions d’euros), qui lui aussi n'a jamais été complété.

Sociétés-écrans permettant aux étrangers de devenir propriétaires

Des montages financiers élaborés pour mettre en place des sociétés-écrans permettaient aux étrangers de devenir propriétaires sous la forme de l’actionnariat, sans passer par les dispositifs légaux mauriciens. Limitées initialement, les actions sont multipliées ensuite, réduisant à une peau de chagrin leur valeur numéraire. D'autres méthodes illicites auraient été utilisées pour alimenter l'arnaque.

Paul Bérenger, le chef de l'opposition et leader du MMM, allègue que deux personnalités politiques et des avocats seraient également impliqués dans cette fraude immobilière à grande échelle.

Pour les hommes d’affaires réunionnais : Une machination d’un ex-client

Pour les quatre frères réunionnais aux passeports mauriciens, hommes d’affaires à Maurice et incriminés dans ce scandale politico-immobilier, ils crient avant tout à la machination d’un ex-client Sud-Africain, avec qui ils ont eu un litige important sur sept villas construites à Grand Baie.

Le Sud-Africain, affirme avoir déboursé 3 millions de dollars entre 2007 et 2009 (2,3 millions d’euros) pour la construction de bungalows de luxe. Au terme du projet, on ne lui propose qu’un bail locatif et non le transfert des titres de propriété des villas. Ce qu’il refuse sur le champ, ne voulant pas louer ce qu’il a préalablement acheté.
 
En 2011, l’homme excédé porte plainte, car il n’a pas pu aussi récupérer sa mise de départ, considérée comme un acompte initial, alors que lui estime que les 3 millions de dollars représentent presque la totalité de la valeur des biens et non un simple dépôt.

Mais pour les hommes d’affaires réunionnais détenant des passeports mauriciens, le contrat stipule selon eux que l’acompte n’est pas récupérable. Les hommes d’affaires revendent ensuite les biens immobiliers à d’autres clients. Le lourd différent commercial entre les deux parties sera jugé en janvier 2013.
 
"Il n’y a jamais eu de sociétés-écrans. D’ailleurs, nous ne vendions rien. Nous ne faisions que louer des propriétés pour une durée de 20 ans. En 2008-2009, c’était autoriséAujourd’hui, la loi a été amendée. Ce n’est plus possible et nous ne le faisons plus", déclare un des frères entrepreneurs. Et de clore la polémique sur de possibles soutiens politiques de premier rang, voire d'hypothétiques interventions ministérielles. "Nous n’avons rien eu de l’État, nous avons acheté".




1.Posté par Titi le 15/10/2012 08:08

Reunion : Des hommes de fer mauricien bientôt accusés d’escroquerie immobilière sur st denis centre en bande oganisée

2.Posté par dénomdénoms! le 15/10/2012 08:38

Mais qui sont donc ces mystérieux hommes d'affaires réunionnais à passeport mauricien ou hommes d'affaires mauriciens à passeports français?

3.Posté par fiuman le 15/10/2012 10:57

En tout cas cette affaire ne fait pas le buzz dans les médias mauriciens...... alors enfumage ?

4.Posté par jean jouhis le 15/10/2012 12:17

FAUX ARCHI FAUX
qt a l implication de REUNIONNAIS
etant morissien je peux AFFIRMER que OUI
P Beranger a lancé cette attaque, contre des
INVESTISSEURS et meme des minstres d ici ,
MAIS JAMAIS n'a donné la nationalité de qui que ce soit
en déor des ministres moriciens, forcement moriciens , mais sans les nommer

EXACT post 3 .. gros enfumage du journaliste FRANCOIS

5.Posté par XRay le 15/10/2012 13:34

A la run on a un mauricien qui entube le monde avec ses constructions pourries depuis longtemps !

6.Posté par Cousin lecteur de Zinfos le 15/10/2012 15:40

Des noms, des noms. Sinon il faut arrêter de mettre de telles infos qui n'ont aucune valeur. Sauf à penser que vous n'êtes sûrs de rien. autrement comme disait Coluche: "Quand on a rien à dire, il vaut mieux fermer sa g......"

7.Posté par Ces inaptes qui mènent le pays à la dérive le 15/10/2012 18:01

Bon, c'est pas Apavou. C'est étrange. Ni pAnette ni ânana Victora / Founelle n'est impliqué pour des permis de construire. C'est encore plus étrange.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes