Océan Indien

Maurice : Coup de théâtre autour d’une affaire de drogue à l’Assemblée nationale

Lundi 26 Novembre 2012 - 17:07

Maurice : Coup de théâtre autour d’une affaire de drogue à l’Assemblée nationale
L’affaire "Gros Dereck" était aujourd’hui au cœur des discussions parlementaires entre le gouvernement et l’opposition parlementaire à Maurice. Le député Cehl Meeah, du Front solidarité mauricien (FSM), a interpellé ce matin Navin Ramgoolam, le Premier ministre de l’île.

Cehl Meeah a porté de graves allégations. Il prétend être en possession d’informations sensibles sur des transferts de fonds réalisés deux jours seulement après l’arrestation de "Gros Dereck". Cehl Meeah veut soumettre d’urgence ses "preuves" au Premier ministre mauricien. "Immédiatement", lui rétorque Navin Ramgoolam. Une réunion à ce sujet a été fixée pour 14 heures, comme le relate le site lexpress.mu.

Ces mouvements de capitaux suspects à partir "de banques réputées du pays" mettraient en cause, selon Cehl Meeah, des membres du gouvernement. Depuis plusieurs mois, l’affaire "Gros Dereck" secoue l’île Maurice, avec la mise au jour d’un trafic de drogue de grande ampleur, aux nombreuses ramifications financières et mafieuses sur toute l’île.

La drogue en provenance de Madagascar est embarquée clandestinement sur le Mauritius Trochetia
 
Une saisie de 12 kilos d’héroïne en juillet dernier dans un bungalow de Pereybère a permis aux policiers de mettre la main sur le bras du droit de "Gros Dereck", ce dernier étant à la tête d’un trafic juteux qui génère plusieurs centaines de millions de roupies à chaque arrivage de drogue sur l'île.
 
La marchandise illicite en provenance de Madagascar est embarquée clandestinement sur le Mauritius Trochetia avant d’être balancée au large de Maurice et récupérée en mer par un complice pêcheur. Le stratagème a fonctionné durant des années, avant que le bras droit du chef du réseau ne vende la mèche aux enquêteurs lors de son interrogatoire.
 
Onze arrestations ont déjà été effectuées dans le prolongement de cette enquête hors norme, dont un imam des prisons qui a joué le rôle de coursier pour aller payer l’héroïne directement en Afrique de l’Est via Dubaï, avec des sommes dans ses valises variant entre 25.000 et 30.000 euros en liquide. L’imam, pièce maîtresse de ce trafic, était en relation avec un prisonnier ougandais, condamné déjà à 30 ans de prison à l’île Maurice pour avoir transporté 325,4 grammes d’héroïne en août 1996.
 
"Gros Dereck", le patron de ce réseau, avait un grand train de vie dans l’Ouest de Maurice. Il roulait au volant de voitures de luxe et possédait de nombreuses propriétés à Maurice.
 
L’enquête toujours en cours a également révélé les complicités d’hommes d’affaires pour blanchir l’argent sale du réseau aux maillons bien structurés.

Source : http://www.indian-ocean-times.com
Fabrice François
Lu 1643 fois



1.Posté par noe le 27/11/2012 05:17

ça semble rapporter "gros" ...
Pourquoi ne laisse-t-on pas aux gens la liberté de se shooter , de fumer , de se droguer ...c'est leur liberté ?
Il y aura tj des traffics si on n'a pas de liberté de vendre , de consommer ...
On nous bombarde de règles , de lois qu'on n'arrive même pas à faire appliquer ...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter