MENU ZINFOS
National

Marisol Touraine annonce un accord avec les urgentistes


Par SI - Publié le Lundi 22 Décembre 2014 à 16:24 | Lu 435 fois

Afin de désamorcer la fronde des urgentistes avant Noël, la ministre de la Santé, Marisol Touraine, a annoncé ce lundi à la mi-journée la fin de la grève des urgentistes, après des propositions sur "l'organisation de leur temps de travail".

"Je viens de signer l'instruction concernant l'organisation de leur temps de travail, qui va leur permettre de lever leur préavis", a affirmé la ministre à la sortie du Conseil des ministres.

Elle se réjouit de "de l'issue favorable de ces discussions", "qui vont permettre de la manière la plus rapide possible et en tout cas au premier semestre 2015 d'aboutir à un décompte horaire du travail des médecins qui travaillent en situation d'urgence et dans les services d'urgence".

Si tout est clair pour Marisol Touraine, on ne peut pas dire autant du côté des urgentistes. Leur porte-parole, Christophe Prudhomme, a formellement démenti un accord avec la ministre. "On a rien reçu d'officiel, on a pas de texte. La ministre ne peut faire des déclarations à la presse, ça c'est de la politique spectacle".

Christophe Prudhomme se montre très critique vis-à-vis de la ministre et des politiques en général, et les appellent à arrêter ces pratiques, "car cela les déconsidère".

 




1.Posté par noe le 22/12/2014 16:51

Avec ses gros yeux , comment se fait-il qu'elle n'a pas vu venir cette grève ?

2.Posté par Bourbon KID le 22/12/2014 18:32


Si j'ai bien compris , médecin en grève à partir de demain, vous allez avoir du pain sur la planche, braves urgentistes....

3.Posté par DR ANONYME le 24/12/2014 15:43

La ministre de la Santé fait le point sur la loi et des aménagements possibles que nous pouvons et que nous devrions négocier.

MST nous dit : « De quoi parlons-nous ? La loi de santé est une loi avec un objectif clair : faire reculer les inégalités de santé et lever les obstacles d’accès aux soins grâce à la généralisation du tiers payant pour tous les patients d’ici à 2017. »

Elle y tient comme à la prunelle de ses grands yeux (qui sont beaux) à son tiers payant ! Comme c’est le seul point approuvé par la population allons-y !

Approuvons d’abord les mesurettes dont MST est très fière. Et même allons jusqu’aux félicitations à son équipe ! Lesquelles de ces mesurettes ? Mettre l’accent sur la prévention, quand nous connaissons, nous, son rendement des plus médiocres. Améliorer la coopération entre les acteurs du système de santé ?

Oui par le DMP CARTE MEMOIRE, mais pas le DMP WEB trop risqué pour les violations du secret médical dans certaines spécialités. La mise en place du paquet de cigarettes neutre pour faire reculer le tabagisme en France ? OK ! Même si nous savons que seul les prix auront de l’influence. La création du logo nutritionnel sur les produits industriels alimentaires pour lutter contre l’obésité.

Ben oui ! Ce ne sont là que des mesurettes ! Les accords sur les mesurettes étant actés. Allons-y à ces négociations sur le tiers payant !

MST avoue : « Cette loi est soutenue mais je sais qu’elle soulève des inquiétudes. D’ici là, je souhaite lever les malentendus et travailler avec les professionnels de santé sur les mesures qui font débat.

Par exemple, sur la question de la généralisation du tiers payant qui cristallise bien des mécontentements. Qu’allez-vous faire ? « La généralisation du tiers payant, c’est le choix de la justice. Elle se mettra en place par étapes avant 2017. »

Elle y tient. Acceptons-la ; là où c’est une évidence que les gens pourront mieux se soigner : les déserts médicaux, les cités, les cabinets volontaires outre-mer où le TIERS PAYANT est presque déjà généralisé. A titre d’essai.

MST avoue : « La première partie est déjà reportée, en juillet 2015, et concernera les bénéficiaires de l’aide à la complémentaire santé [ACS]. Je suis prête à voir si d’autres étapes, avant sa généralisation, sont nécessaires. »

MST avoue cependant à la question : Le tiers payant obligatoire est donc maintenu ?
« Oui, le tiers payant sera généralisé, mais je veux que cela soit simple. Le tiers payant ne doit pas faire peur : il est en place dans beaucoup de pays et, en France, à l’hôpital ou dans les pharmacies, sans poser de problème majeur. J’entends l’inquiétude des professionnels sur les modalités techniques : eh bien, travaillons-y ! »

MST : « Je propose que, dès janvier, dans un groupe de travail avec les professionnels, nous définissions les garanties à apporter, qui pourront être inscrites dans la loi. Le but étant de garantir un paiement rapide et simple aux médecins. Mais je ne peux pas accepter qu’en France il y ait des personnes qui renoncent à se soigner pour des raisons financières. »

MST : « Je suis prête à travailler avec les médecins pour mieux reconnaître les soins de premier recours et le rôle des généralistes. »

Quelles seraient les garanties à exiger ?

Le secteur de l'assurance-maladie doit réaliser 21 milliards d'économies sur trois ans. L'Igas vient de rendre public un rapport sur les moyens.

Les conclusions de l’IGAS ? Les frais de gestion des régimes obligatoires et complémentaires sont DE 12,5 milliards d'euros en 2012, avec un important éclatement institutionnel.

Pour gérer les 14 régimes obligatoires de l'assurance-maladie, la France ne compte 86 opérateurs. Et autant d’employés que de professionnels de santé. Aux trois principaux régimes : CNAMTS (salariés), la MSA (agriculture), RSI (indépendants et artisans) s'ajoutent 11 régimes spéciaux, organismes délégataires du régime général et 20 organismes conventionnés du RSI.

L’IGAS constate le même «éclatement institutionnel» pour l'assurance-maladie complémentaire, avec environ 682 organismes assurant les prises en charge des assurés.

Demandons, comme garantie principale du TGP, la fusion des sommes détenues par les CPAM de l’URSSAF avec les cotisations versées aux complémentaires santés et aux Mutuelles. C’est le premier point qui peut garantir le paiement des actes à 100 %.

Demandons qu’un organisme paritaire, surveillé par l’ORDRE, reçoive sans le moindre délai, sauf à ester en justice, les sommes correspondantes à la totalité des actes dans chaque spécialité, dans chaque département, tienne compte des données de l’ONDAM national et les distribue selon les relevés trimestriels de l’activité et des prescriptions les plus économiques de chacun.

L’Assurance Maladie, par le passé, ayant eu trop de manquements envers ses engagements conventionnels. Souvenez-vous des retraites, nous ne pouvons pas lui faire confiance.

Demandons que les médecins récupèrent leur liberté d’agir totalement dans leurs stratégies de parcours de diagnostic et pour ceux désirant agir vite qu’ils puissent investir en personnels et en appareillages dans leur cabinet et que les actes puissent être tous cumulés dans une seule séance, même réalisés en une seule journée.

Demandons que les médecins ne soient plus contraints d’être payés acte par acte ce qui dépense des énergies considérables mais selon leur activité par trimestre. Le dernier jour du trimestre, jour de comptabilité, demandons qu’une employée de la CPAM vienne gracieusement aider le médecin et son éventuelle secrétaire à établir les activités.

Demandons que les médecins aient le droit de facturer des honoraires supplémentaires en fonction de leur BNC. Ce dernier traduit bien mieux que les tarifs et les recettes la différence entre les recettes et les frais, faibles BNC s’il travaille lentement, s’il a investi sur des appareillages modernes, si son exercice est pénible ce dont témoigne sa prime de RCP.

Qu'en pensez-vous ?

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes