MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Manuel VALLS, l’illusionniste en visite sur notre île


Tribune libre du Parti de Gauche de La Réunion.

- Publié le Jeudi 11 Juin 2015 à 12:02 | Lu 581 fois

Manuel VALLS, l’illusionniste en visite sur notre île

Jeudi 11 et vendredi 12 juin, VALLS l’illusionniste, VALLS le plus grand commun diviseur de la gauche, VALLS l’homme aux 5% lors de la primaire socialiste en 2011, est en visite dans notre île accompagné de toute sa flotte de conseillers et de ministres. 

Nul doute que, comme à chaque fois, pendant une visite-éclair d’un Homme de l’exécutif, les discours officiels ne feront qu’effleurer des réalités sociales bien difficiles dans notre région. Comme d’habitude, les officiels s’offusqueront qu’à La Réunion notre économie soit si handicapée par son éloignement avec la métropole et aussi de notre taux de pauvreté. Mais dans le même temps, notre 1er ministre rappellera nos indéniables atouts tels notre position comme relais pour la France dans l’océan indien et surtout vers l’Asie, et le secteur touristique. Malheureusement, comme d’habitude, de discours en signatures de charte ou de contrat de ville, il ne se passera rien de plus après son départ.

Le Parti de Gauche entend rappeler que l’on mesure une politique à travers les actes. Au vu du travail de sape qui a été mis en œuvre par le gouvernement et d’un taux de chômage record sur notre île, nous conviendrons de la terrible illusion. D’abord, nous, le peuple, allons partout payer plus d’impôts locaux à la fin de cette année. Nous le devons en grande partie à la diminution drastique des dotations de l’Etat aux collectivités locales pour payer les 50 milliards d’€ de cadeau au grand patronat à travers le CICE ou " Pacte d’Irresponsabilité " mis en place en 2013. Ainsi, l’illusion aura été de croire qu’il aimait plus les travailleurs que les grands patrons. La loi Macron, passée en force, en faveur du travail le dimanche en est une parfaite illustration. L’orientation libérale de ce gouvernement a été manifeste. Manuel Valls n’a fait que confirmer le choix de la " politique de l’offre " qui vise à baisser le prétendu " coût du travail " pour alléger les contraintes des entreprises en espérant que celles-ci finissent par embaucher. L’illusion a été de nous prendre dans notre porte-monnaie sans avoir en échange une baisse significative du chômage dans l’île. L’illusion a été pour des millions de Français de croire en 2012 que le candidat Hollande allait mettre en place un quinquennat en deux temps. D’abord le " redressement " et les " réformes structurelles ", ensuite " la redistribution " et les " réformes de justice sociale ". Or, Manuel Valls a pris le contre-pied de ces promesses. Il annonce que jusque 2017, il poursuivra la même politique d’austérité avec une nouvelle économie de 50 milliards d’€ pour la loi de programmation des finances publiques sur la période 2015-2017. Il n’y aura donc aucune véritable redistribution mais l’austérité qui a affamé tant de peuples en Méditerranée et nous étrangle encore un peu plus dans une île où le coût de la vie et la pauvreté sont supérieurs à la métropole.

Et pendant que l’austérité commence à toucher le milieu associatif en menaçant près de 18 000 salariés à cause du désengagement de l’Etat, le gouvernement cautionne ouvertement la Nouvelle Route du Littoral, projet totalement démesuré par rapport à notre environnement, qui va défigurer et endetter La Réunion pour 40 années. Nous aurons les miettes. Les multinationales Bouygues et Vinci se frottent déjà les mains, sous la bénédiction de Manuel Valls et de la Région.

Alors, lorsque le premier ministre se rendra au Port pour visiter une entreprise d’énergies renouvelables, nous lui rappellerons qu’à quelques centaines de mètres de là, 32 salariés avaient été injustement licenciés juste parce que les actionnaires, étrangers, du groupe Colgate-Palmolive exigeaient toujours plus de rentabilité et de dividendes. Peut-être trouvera-t-il cela normal dans la mesure où il est favorable au grand marché transatlantique qui entend donner aux grandes multinationales, comme Monsanto, la possibilité de poursuivre en justice un Etat ! L’arnaque avait été de croire que le gouvernement allait aider ces 32 salariés parce que l’engagement n°35 du candidat Hollande visait à dissuader les licenciements boursiers. Cette usine, c’était la SIB et le Parti de Gauche n’oublie pas. Le Front de Gauche avait en 2012 pourtant proposé une loi.

Nous n’oublierons pas non plus, lors de son arrivée à l’école Denise Salai de Saint-Benoit, de  de lui rappeler que dans l’Education Nationale les comptes n’y sont vraiment pas ! Où sont les 60000 créations de postes promis en 2012 ? Et pourquoi faire une réforme du collège au rabais et sans concertation ?

Monsieur Valls, l’éducation mérite plus d’égards comme l’emploi qui devrait être la priorité des priorités. Dans un contexte social très tendu, il est de notre devoir de prendre en considération ces données dans la question de l’emploi local. En effet, à compétence égale, il semble naturel de prioriser l’emploi aux Réunionnais parce qu’ici le taux de chômage est trois fois supérieur à la métropole et que la mobilité du travail subie est plus qu’ailleurs synonyme de déchirement. Le gouvernement n’a fait qu’illusion lorsqu’il promettait trouver des dispositifs pour aider à prioriser l’emploi local après qu’un député de La Réunion eut rendu son rapport sur la question. Depuis, aucun acte concret n’a été visible. Statut quo. 

Par conséquent, au nom de ces volte-face, le Parti de Gauche entend bien rappeler au 1er ministre, Manuel Valls, dès son arrivée à l’aéroport le jeudi 11 juin au matin les raisons de sa colère. Nous appelons la population à rejoindre l’intersyndicale et à manifester à 10h devant la préfecture de Saint-Denis.  Pour dire non au Gran prometër, ti donër !

François FASQUEL,

Porte-parole du Parti de Gauche de La Réunion





1.Posté par mi march ek melenchon le 11/06/2015 13:42

Bien dit fasquel ou lé un boug larg pa...

2.Posté par DOM le 11/06/2015 14:06

FASQUEL, notoirement incompetent mais qui ne cesse de faire la morale,digne représentant de la Pravda à l'analyse politique ce qu'est le siphon pour l'évacuation des eaux usées il est pathétique

3.Posté par Alban le 11/06/2015 14:59

Valls suit la voix de son maître, « Moi Président je….. » Paroles, paroles paroles……

4.Posté par Donald le 11/06/2015 14:59

La Parti Socialiste = fabricant de chômeurs

5.Posté par GIRONDIN le 11/06/2015 15:00 (depuis mobile)

@2 DOM
En quoi les éléments ci dessus sont-ils faux? Sur quel point?

Avec un gouvernement ump il y aurait eu plus de baisse de dotation (130milliard)

6.Posté par Carmelle le 11/06/2015 15:00

La Gauche ne sait pas gérer un pays, encore 2 ans à attendre ! Quel fiasco

7.Posté par @ GIRONDIN le 11/06/2015 16:02

Vous ne pouvez le savoir ! allez voir un autre Médium.....

8.Posté par GIRONDIN le 11/06/2015 17:43 (depuis mobile)

7. @ GIRONDIN
...."Vous ne pouvez le savoir ! ..."

C'est à dire?

9.Posté par DOM le 11/06/2015 17:59

François FASQUEL, front de gauche
La démagogie populiste correspond simplement au vide théorique et a l’incompétence
L'incompétence ne se limite pas à ne pas comprendre le monde tout en osant donner des leçons de terminologie. Elle repose sur une idéologie périmée qui tente de s'approprier les mots disponibles, qu'elle comprend de travers. Parfois, cette idéologie revendique explicitement ce détournement de sens sur le mode

10.Posté par GIRONDIN le 12/06/2015 10:09

7.Posté par @ GIRONDIN le 11/06/2015 16:02

je ne savais pas qu'il y avait des médiums à l'UMP, des escrocs, des voleurs, des magouilleurs, des flambeurs, OUI, des médiums, non.

Donc pour vous rassurez, voyez ci dessous. Ce n'est pas en vendant ces rolex, le Sarko one et ces talonnettes que Paul Bismuth arrivera à 130 milliards d'euro d'economie!

Bonne lecture (j'ai d'autre meduim au cas ou)

Le délégué général au projet de l'UMP, Hervé Mariton, a proposé mercredi "130 milliards d'euros" de réduction des dépenses publiques, détaillant un programme "vigoureux" et ouvertement "libéral".

"Cent trente milliards d'euros, c'est ramener le niveau de dépenses publiques à la moyenne de l'Eurozone, 50% du produit intérieur brut", a affirmé le député de la Drôme sur France Inter, ajoutant que "ça reste une dépense publique supérieure de 5 points à ce qu'elle est en Allemagne". "C'est vrai, c'est un programme vigoureux, parce que je pense que le redressement économique du pays le commande", a-t-il ajouté, "la situation économique impose la vigueur."
Actuellement le gouvernement cherche à réaliser 50 milliards d'euros d'économies.

Sur les retraites, Hervé Mariton estime qu'"il y a une possibilité d'économies de 20 milliards" en reportant l'âge légal à 65 ans et en allongeant à 44 ans la durée de cotisation. Le responsable UMP voit aussi "une marge d'au moins une dizaine de milliards d'euros" sur le terrain de la complexité administrative, "y compris des marges que l'on doit discuter avec l'Europe". Il cible notamment "la politique de l'eau", y voyant "plusieurs milliards d'euros d'économies" à faire. "Il y a aussi des économies possibles dans le domaine de la sécurité sociale", estime le délégué général au projet, "parce que les frais de fonctionnement avec la pluralité des régimes sont très élevés en France. On peut économiser de l'ordre de 6 milliards d'euros."

Il affirme enfin, s'agissant de l'assurance chômage, qu'"il y a aujourd'hui une anomalie absolue avec le régime des intermittents du spectacle et des économies importantes à réaliser". "Est-ce que c'est un projet libéral? La réponse est oui", a conclu Hervé Mariton.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes