Société

Malgré les critiques contre ses filets anti-requins, Seanergy réclame 750.000€ à la mairie de St-Paul

Vendredi 2 Mars 2018 - 19:53

Seanergy a introduit une requête au Tribunal administratif, et réclame 750 000 euros, alors que plus de 3 millions ont déjà été dépensés pour moins de deux ans de filets à Boucan et aux Roches Noires.


Plus de 3 millions d'euros ont déjà été facturés par Seanergy  pour la "création" et l'entretien des filets de protection des plages de Boucan Canot et de Roches Noires. Une somme répartie comme suit : 2 millions pour la livraison de filets brevetés de diminution du risque requins , auxquels il faut ajouter plus d'un million pour leur entretien entre décembre 2015 et novembre 2017.

Des sommes considérables que semblent au premier abord justifier la réalisation par l’entreprise d’un équipement spécifique et indispensable, ainsi que sa maintenance. La véritable histoire des filets est pourtant quelque peu différente : les tout premiers filets avaient été fabriqués par les MNS eux-mêmes à l’aide  de cordages fournis par  un pêcheur de Saint-Gilles. Un travail qui répondait à une demande de l’équipe municipale d’Huguette Bello, qui avait sollicité les professionnels du secours en mer en vue de sécuriser l’océan, après l'attaque mortelle du champion de body board survenue à Boucan Canot en septembre 2011.

Des filets que leurs concepteurs avaient voulu "non maillants" afin qu'ils ne soient pas des pièges mortels pour les poissons et les tortues, conformément aux exigences de la DEAL. Pour l’occasion, les MNS avaient inventé une maille carrée. Un procédé que Seanergy a plus tard repris et breveté lors de la conception des filets (presque) définitifs.

A l'occasion de l'ouverture des Zones d’expérimentation de filets (Zonex), la mairie de Saint-Paul créait en 2015 la Cellule d’intervention et de  sécurisation des activités nautiques (CISAN). Une  structure composée de 16 personnes, tous des scaphandriers formés spécifiquement en vue de vérifier l'état des filets au travers  d’inspections bi-quotidiennes. Les formations fournies par Seanergy étaient facturées environ 12.500 euros par personne, matériel compris, un montant qui apparaît considérable en comparaison de ceux que propose Bourbon Plongée, qui s'élèveraient à 2.400 euros, auxquels il faudrait ajouter 500 euros de matériel. La CISAN épaulait Seanergy dans l'entretien des filets, ainsi que dans leur arisage lors des épisodes de houle. L’entreprise prenait deux jours pour procéder à cette opération, que la CISAN parvenait à réaliser en une seule journée…

Au final, la CISAN a estimé que Seanergy ne faisait pas franchement preuve de diligence, et en aurait alerté sa hiérarchie. Les chefs de service leur auraient alors demandé qu’une attention particulière soit portée aux  devis de Seanergy afin d’obtenir des réductions.  Une mission que la CISAN n’eut pas le temps de mener à bien, puisqu’elle fut dissoute en octobre 2017, quelques temps après que les devis aient été dénoncés par les équipes. Les devis jugés excessifs n’ont de leur côté  pas sombré avec la structure nautique, et Zinfos en a quelques-uns en sa possession…
 
Le contrat avec Seanergy devait prendre fin en septembre 2016, mais avait finalement été reconduit par la mairie après une attaque de requin dans le périmètre des filets survenue le 27 août 2016. Le contrat était reconductible tous les ans pendant 4 ans. Reste que le jour de l’attaque précitée, le drapeau rouge était hissé, la CISAN ayant remarqué que le filet présentait un affaissement au niveau de la zone de courant face au poste MNS de Boucan Canot. Un affaissement récurrent d'environ 5 à 6 mètres sous la surface de l'eau, qui avait été signalé depuis février 2016 à la hiérarchie.

Des devis de maintenance du matériel présentaient des irrégularités

Selon nos sources, les devis de maintenance du matériel présentaient des irrégularités, particulièrement au niveau des cordages utilisés. Notamment, les cordages utilisés pour les réparations étaient d’une qualité inférieure à celle des filets livrés, en contradiction avec le cahier des charges qui imposait des cordages de qualité supérieure. Des réparations à l’économie qui ont alerté les membres de la CISAN, qui ont là encore fait remonter l’information à qui de droit…

La mairie a mis fin au contrat avec Seanergy en septembre 2017, avant de dissoudre la CISAN en octobre 2017. Une opération "table rase" qui n'effacera sans doute pas les irrégularités constatées, ni l'amertume des anciens membres de la CISAN. Ces derniers paient-ils leur zèle de leur personne ? De fait, bon nombre d’entre eux se retrouvent aujourd’hui en arrêt maladie et s'estiment peu écoutés par leur hiérarchie. L’entreprise Seanergy réclame de son côté 750 000 euros et a adressé en ce sens une requête au Tribunal administratif le 1er février. Une somme considérable, au vu des critiques énoncées à l’encontre des prestations de l’entreprise… et, suggèrent des sources proches du dossier, du nombre de jours pendant lesquels les filets de Seanergy ont été effectivement déployés, notamment à Boucan-Canot.  
Bérénice Alaterre
Lu 3911 fois



1.Posté par DOGOUNET le 02/03/2018 20:51

C'est lore monsignore, c'est l'or kouyenor ! De Funes in memoriam.

2.Posté par Tout ça pour ça ! le 02/03/2018 22:06 (depuis mobile)

Tout ce gaspillage d''argent public pour un tel piètre résultat !
Tout ce gaspillage d''argent public pour satisfaire quelques braillards privilégiés !
Quand cessera donc cette gabegie, c''est scandaleux de voir ça !

3.Posté par Ticoq le 02/03/2018 22:20 (depuis mobile)

En fait on croyait que le filet à été mis pour Sini car le maire ne sait pas nager.

4.Posté par JORI le 02/03/2018 22:27 (depuis mobile)

À priori ces sommes pour des services mals rendus n''ont pas l''air de faire peur à la mairie, pourquoi ??.

5.Posté par Kanal bisik le 02/03/2018 23:52 (depuis mobile)

Victime de leur zèle ??? Mdr ces ga la sont payé a rien foutre ...en arrêt maladie ? Je vais m etrangler là ...le journaleux qui a ramasser toutes ces conneries ,devrait cesser les mauvaises frequentations .

6.Posté par Moi président le 03/03/2018 01:40

@2
Tout ce gaspillage d''argent public pour satisfaire quelques braillards privilégiés !


Non ça devait satisfaire tous ceux qui voulaient se baigner sans se faire bouffer, braillards ou pas, privilégiés ou pas (la baignade en mer est gratuite et ne nécessite rien d'autre qu'un maillot de bain)

7.Posté par Merle BLANC le 03/03/2018 06:56

Entre voyous ils ne sont même pas capable de s'entendre !
Voila le drame et c'est les baigneurs, dans ce cas, qui payent le prix fort.

8.Posté par Usager de la mer le 03/03/2018 07:58

A Bérénice Alaterre qui ose déclarer :

" La véritable histoire des filets est pourtant quelque peu différente : les touS premiers filets avaient été fabriqués par les MNS eux-mêmes à l’aide de cordages fournis par un pêcheur de Saint-Gilles. Un travail qui répondait à une demande de l’équipe municipale d’Huguette Bello."

Comment pouvez-vous écrire une telle ineptie ?

L'équipe municipale de frimeurs de la démagogue Bello était aux abonnés absents et la fabrication d'un filet de protection est de l'initiative exclusive de quelques MNS qui se reconnaitront !!!

9.Posté par GIRONDIN le 03/03/2018 08:22

Des filets troués troués ?

Qui va demander des comptes au responsable rekin de la mairie, sauveur de la Réunion, leflores?

MiLiKe lepoldesespoir

10.Posté par Thierry le 03/03/2018 08:42 (depuis mobile)

"Un travail qui répondait à une demande de l’équipe municipale d’Huguette Bello, qui avait sollicité les professionnels du secours en mer en vue de sécuriser l’océan"

Tiens, donc Bello a mis des filets. On est loin de la propagande des Flores et cie

11.Posté par Retraité usager de la mer le 03/03/2018 08:59

La gestion calamiteuse de la crise requin par la despote Bello, assistée de sa cour de larbins-bobos incompétents, lui a valu sûrement en partie d'être éjectée de la mairie de Saint-Paul.

L'arrivée de Sinimalé, adepte du népotisme, et de son clan disparate mené par un surfeur grande gueule prenant le pas sur la représentante de La Région, baveuse de formation étrangement muette,...

Qui dans l'urgence, a dû régler cette crise en faisant travailler des entreprises locales non compétentes, voir créées spécialement pour les besoins de cette cause...

Celles-ci ayant pour consignes, non pas d'assurer d'abord la protection des baigneurs à Boucan et aux Roches noires, principaux sites où avaient eu lieu les attaques mortelles, mais de sécuriser une zone entière dédiée aux surfeurs, ce qui techniquement est beaucoup plus complexe à réaliser mais financièrement d'un coût sans commune mesure.

Alors que notre île vient d'accueillir cette année 500 000 touristes, que notre lagon est en très grand danger de sur-fréquentation et que ces plages ne sont toujours sécurisées pour les baigneurs,...

N'est-il pas scandaleux de voir perdurer cette gabegie financière de l'argent public ???

12.Posté par Responsabilité le 03/03/2018 10:10 (depuis mobile)

On en apprend de belles !
Autre chose que la langue de bois du JIR du jour sur le même sujet...

13.Posté par Grapeau avrame le 03/03/2018 10:12

C'est Bello qui a signé avec SEANERGY ?????????????!!!!!!!!!

14.Posté par TICOQ le 03/03/2018 12:34

Ça ne ressemblerait pas un peu à la NRL ? Aucune anticipation, mauvaise préparation, dépassement de budget.....etc

15.Posté par klod le 03/03/2018 15:18

flores mulquin et nativel vont nous régler , tous ca . nos " espécialistes" ont tout prévu , je ne suis pas inquiet.

16.Posté par La Cata le 03/03/2018 15:58

il juste faire payer les habitants de zoreiland !

17.Posté par Simandèf le 03/03/2018 17:20

Qui est derrière Seanergy ? On devrait payer les gens au résultat - pas de résultat pas d'argent. Qui contrôle seanergy après le travail ? Qui coupe les filets ? Des millions pour une poignée de personne, une minorité qui prend des risques et des accidents facturés à la communauté. Pour qu'il y est moins de victimes interdiction du surf et autres loisirs associés à la Réunion. Au fait c'est pour quand les amendes ?

18.Posté par @ post 6 moi président le 03/03/2018 18:28 (depuis mobile)

Faut assumer les risques, sinon il y a la piscine, la rivière...
Comment font les parachutistes, parapentistes et autres canyoniste qui ne veulent pas se faire mal, se tuer ?
Ils se mettent au tricot, FAUT ASSUMER !!!

19.Posté par Zouave le 03/03/2018 22:11

Je voudrais connaître le point de vue de l'adjoint Florès à propos de cette affaire. Adjoint de Sini, il est conseiller technique auprès de DR: deux casquettes, deux patrons, deux indemnités....et au bout, l'échec!

20.Posté par un blanc le 04/03/2018 01:32

A tout ceux qui défendent la liberté, souvenez vous que se baigner dans l'océan à la Réunion est illégal.

Et réfléchissez-y.

21.Posté par Moi président le 04/03/2018 06:32

@18 : c'est un point de vue qui est défendable, mais qui n'a jusqu'ici pas été défendu de manière officielle. Contrairement à d'autres points de vue.
De toute façon, mon intervention était surtout pour souligner qu'il n'est pas question de "privilèges" dans la pose de filets : tout le monde en profite, le gars au RSA comme le milliardaire.

22.Posté par Crise requins: qui cherche à se dé-filets? le 04/03/2018 09:16

"Reste que le jour de l’attaque précitée, le drapeau rouge était hissé, la CISAN ayant remarqué que le filet présentait un affaissement au niveau de la zone de courant face au poste MNS de Boucan Canot. Un affaissement récurrent d'environ 5 à 6 mètres sous la surface de l'eau, qui avait été signalé depuis février 2016 à la hiérarchie"

Une facture "salée" + mise en danger d'autrui = "bravo" Seanergy....!

Les baigneurs et les cons-tribuables saint-paulois apprécieront...

23.Posté par Une seule solution le 04/03/2018 10:29

vivement que Mme Bello reviennent pour gerer proprement ces histoires et mettre un terme à ces gabegies.

24.Posté par électrice Saint Pauloise le 04/03/2018 12:03

23.Posté par Une seule solution le 04/03/2018 10:29

Retour de la dépitée "grand mèr kal" avec ses discours ringards d'un autre temps, qui a laissé pourrir la situation ?

Même si l'hôpital de santé mentale se trouve sur cette commune, les électrices et les électeurs Saint-Paulois ne sont pas tous des débiles mentaux !

Le moment venu place à une équipe rajeunie qui fera table rase de tous ces mammouths carriéristes !!!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter