MENU ZINFOS
Société

Malgré la réouverture des classes pour tous, les critères de priorité d'accueil des enfants perdurent


Alors que la réouverture des écoles a commencé depuis le 14 mai dernier, certains parents attendent toujours le retour de leur enfant dans les salles de classe. "Il y a quelques fortes demandes, il y a une organisation à trouver", reconnait Jean-François Salles, directeur académique adjoint des services de l'éducation nationale de La Réunion.

Par PB - Publié le Samedi 13 Juin 2020 à 08:25 | Lu 3091 fois

"La lutte contre les inégalités, au cœur des missions de l'École, commande de poursuivre et de renforcer la continuité pédagogique pour tous les élèves", indique la circulaire du 3 juin dernier émanant du ministre de l'Éducation nationale et de la Jeunesse, Jean-Michel Blanquer. Pourtant, des enfants, et notamment à Saint-Leu, n’ont toujours pas retrouvé le chemin des classes au grand dam de leurs parents.

Dans certaines écoles, les critères de priorité d’élèves, qui permettaient aux enfants de personnels indispensables à la gestion de la crise sanitaire d’être accueillis en milieu scolaire, perdurent. Une situation source d’incompréhension et de colère pour les parents. 

"Pour le moment, dans une quinzaine de communes où les écoles sont ouvertes, il y a deux freins à lever progressivement:  la jauge de capacité d’accueil liée à la capacité de restauration scolaire et les personnels indispensables qui constituent toujours un socle d’élèves acceptés en continu", explique  Jean-François Salles, directeur académique adjoint des services de l'éducation nationale de La Réunion. Malgré les roulements, l’organisation apparaît complexe à mettre en place. "De nouveaux personnels indispensables s’ajoutent encore sur l’espace dédié sur le site. Tous les jours, le nombre d’élèves n’est pas celui de la veille". 

Concernant le cadre légal de la situation, Jean-François Salles avance qu’il faut différencier obligation de scolarisation et d’instruction. Le tribunal administratif l’a montré hier en rappelant les contraintes techniques, logistiques et sanitaires, indique-t-il, alors que des requêtes en référé-liberté devant le tribunal administratif ont été déposées, invoquant le droit fondamental à l'éducation. 

L’inspecteur d'académie se montre cependant optimiste. Une des solutions pourrait être "de créer de nouveaux groupes". Plus de 50 % des élèves ont été accueillis dans la semaine.  
 




1.Posté par lokif le 13/06/2020 09:13

On ouvre les centres commerciaux, les restaurants, personne ne porte de masque mais à côté de cela impossible de scolariser son enfant c'est inadmissible que des enfants soient encore refusés dans les établissements scolaires...
L'éducation ne semble pas être la priorité des élus locaux et des services de l'Etat dans une île ou le taux de pauvreté est encore trop élevé

2.Posté par Arrowbis le 13/06/2020 09:19

Dans une école primaire privée de Saint-Paul , ce sont les "passe-droit"qui ont un intérêt avec la directrice qui sont prioritaires . c'est scandaleux pour cette institution très connue .

3.Posté par PIPO 🙈🙉🙊 le 13/06/2020 09:40

Dans cette histoire, ce sont les gosses qui sont à plaindre!

4.Posté par Veridik le 13/06/2020 10:10

En maternelle si l'enfant ne passe pas au cp ce n'est pas la peine de se présenter...
Mon enfant n'a jamais repris le chemin de l'école...
Il est vraiment temps que ces conneries s'arrêtent

5.Posté par Anim le 13/06/2020 11:12

Dans les écoles de la commune de Saint-Paul (publiques comme privées), non seulement il a fallu respecter le protocole sanitaire du gouvernement mais aussi celui de la mairie qui a rédigé un deuxième protocole avec notamment une annexe indiquant le nombre d'élèves maximum par jour dans chaque école. Les directeurs n'ont pas été associés à cette injonction mais sont priés de s'y plier. Ainsi, l'école élémentaire de La Saline les Bains a le droit à 76 élèves par jour, tout comme l'école élémentaire de Combava. L'école élémentaire de l'Hermitage ne peut accueillir plus de 68 élèves par jour, l'école maternelle de Boucan 18 élèves, du CP au CM2 de la même école, 48 élèves par jour. A chaque école son quota... et on est très mais très très loin des 10 élèves par classe en maternelle et des 15 élèves en élémentaire.
Voilà pourquoi les directeurs et les directrices doivent organiser des roulements et parfois sélectionner les élèves !

6.Posté par Flo le 13/06/2020 11:43

Les enseignants se cachent derrières les normes sanitaires. Ils n'ont pas envie de travailler pour une bonne partie. Pendant ce temps ils sont payés grassement alors que les parentd qui travaillent sont en galère. On subi des désagréments de la part de nos employeurs quand on demande à changer nos plannings par rapport à l'accueil instable de nos enfants... sans compter les difficultés financières parce qu'on doit payer unen nounou ou se mettre au chômage. Et pour nous aucune prime de l'état,et encore moins de la CAF pour compenser l'absence de cantine!

7.Posté par que dire le 13/06/2020 12:01

pourquoi un fils enseignant serait plus prioritaire qu'un fils de plombier ou de pompiste ?

8.Posté par En même temps. le 13/06/2020 13:38

Que dire,
Car si l'enseignant doit rester chez lui pour s'occuper de ses enfants, ce sont les 10/15 élèves qui sont dans sa classe qui resteront aussi chez eux...

9.Posté par Sceptique le 13/06/2020 13:52

Pour "que dire" post7: si le prof doit garder son enfant chez lui, il ne peut pas être en classe, donc aucun autre enfant non plus... suffit de réfléchir deux secondes pour comprendre ça...

10.Posté par Archer974 le 13/06/2020 19:59

Sur la circulaire du 3 juin, seuls restent prioritaires les enfants handicapés ou en grande difficulté. La priorité pour les enfants des personnels indispensables à la crise Covid n'apparaît plus. Le rectorat refuse de communiquer après des pressions de la préfecture entre autres. SCANDALEUX! Le pire, sur la circulaire du 3 juin il est précisé qu'elle annule celle du 4 mai. MANIPULATION ET COPINAGE. Vive la République! Ce sera quoi à la rentrée?

11.Posté par Joe974 le 13/06/2020 22:32

Pour Post 9 : l'enseignant fait garder son enfant par une nounou ou par la famille, comme doit le faire le pompiste ou le plombier. Le roulement est la seule solution pour assurer l'égalité. Qu'allons-nous devenir si seuls les enfants des métiers dit "improductifs" peuvent aller à l'école, et que ceux des parents à métier "productifs" ne peuvent pas y aller ? Si on ne peut pas produire, qui va payer les traitements des soignants, des enseignants, des pompiers ? Tout le monde au travail, c'est ce qu'il y a de plus juste.

12.Posté par Dudule974 le 14/06/2020 11:38

dans une école de Saint Pierre , une professeur des école se déclare personne à risque et ne reprend pas son travail. il serait temps que le rectorat intervienne et envoie un médecin vérifier la chose.

13.Posté par Marin le 14/06/2020 19:41

Pfff, c'est décourageant de lire tant de bêtises ! C'est justement le médecin qui déclare un enseignant ou tout autre personne de l'Education personne à risque. Personne ne peut se déclarer comme ça à risque. Il faut un avis médical. Et ce professeur, il n'est pas en arrêt, il est en télétravail, c'est à dire qu'il s'occupe des enfants qui ne peuvent pas ou qui ne veulent pas revenir en classe.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes