MENU ZINFOS
Zinfos974
Zinfos 974, l'info de l'ile de La Réunion
Alertes infos :
Gilets Jaunes

Main dans la main, les parlementaires travaillent sur un projet pour "la Réunion des 20 prochaines années"


Par - Publié le Jeudi 29 Novembre 2018 à 00:27

Main dans la main, les parlementaires travaillent sur un projet pour "la Réunion des 20 prochaines années"
C'est une exclusivité du site Outremer360 avec lequel nous sommes partenaires. Un beau scoop.

Dans une totale discrétion, onze parlementaires de la Réunion, de tous bords politiques confondus, sept députés (Éricka Bareigts, Huguette Bello, Jean-Hugues Ratenon, Nathalie Bassire, Nadia Ramassamy, David Lorion, Jean-Luc Poudroux) et quatre sénateurs (Nassimah Dindar, Michel Dennemont, Jean-Louis Lagourgue et Viviane Malet) ont entamé une discussion pour se mettre d'accord sur un projet commun "pour les 20 prochaines années".

Avec leur aimable autorisation, nous reproduisons ci-dessous l'article d'Outremer360 qui reprend le préambule du projet, préambule qui dresse un bilan de la situation de la Réunion :


"La Réunion est à la croisée des chemins. En effet, le modèle de développement sur lequel elle s’est bâtie depuis la départementalisation de 1946 a atteint ses limites". Avant le mouvement des gilets jaunes et de la crise sociale qui paralyse l’île de La Réunion, l’ensemble des parlementaires réunionnais, sénateurs et députés de tous bords confondus, ont entamé un travail de réflexion sur un « projet de La Réunion pour les 20 prochaines années ». En exclusivité, Outremers360 s’est procuré le préambule de cette plateforme commune, dont la première étape a eu lieu mi-octobre, mise en place par David Lorion, Erika Bareigts, Huguette Bello, Jean-Hugues Ratenon, Jean-Luc Poudroux, Nadia Ramassamy, Nathalie Bassire, Nassimah Dindar, Viviane Malet, Jean-Louis Lagourgue et Michel Dennemont :

La Réunion est à la croisée des chemins. En effet, le modèle de développement sur lequel elle s’est bâtie depuis la départementalisation de 1946 a atteint ses limites.

Les constats sont connus et partagés.

De fait, La Réunion traverse depuis plusieurs années une crise à la fois économique, sociale et sociétale. Sur le plan économique, si le PIB de La Réunion a doublé entre 1996 et 2010 pour atteindre 15.2 milliards d’euros – entre 1993 et 2007, La Réunion fut même la région française connaissant la plus forte croissance – il est quasi stationnaire depuis 2012. Et malgré cette période de forte croissance, le revenu disponible par habitant, qui s’élevait à 17.300 € en 2016, reste 1,5 fois plus faible qu’en moyenne nationale.

Depuis 2012 en tous les cas, le département ne crée quasiment plus d’emplois et des pans entiers de son économie, comme le BTP qui a perdu la moitié de ses effectifs entre 2010 et 2015, sont extrêmement fragilisés. L’économie continue sa tertiarisation, avec une surreprésentation des fonctions d’administration, d’enseignement et de santé. L’appareil productif réunionnais reste à cet égard bien spécifique. Le tissu économique est essentiellement composé de petites entreprises, dont les créations ont tendance à baisser depuis 2010. En 2015, l’INSEE comptabilisait plus de 50.000 entreprises à La Réunion, mais les ¾ n’avaient aucun salarié. Il s’agit d’un indice témoignant à la fois de la petitesse et de la fragilité des entreprises réunionnaises. D’ailleurs, seulement 31% des entreprises ont dix ans et plus d’existence, contre 43% en France hexagonale.

Le chômage a, parallèlement, considérablement augmenté : il affecte désormais 170 000 Réunionnais, soit 30 000 de plus qu’il y a six ans. Et en à peine 3 ans, nous sommes passés de 93 880 bénéficiaires du RSA à 110 000.

La crise économique que connaît La Réunion, qui touche quasiment toutes les familles, est aussi sociale. Nous parlions d’ « urgence sociale » en 2012 ; les travailleurs sociaux malheureusement, qu’ils travaillent au Département, dans les CCAS ou dans les associations, confirment tous que cette urgence s’est désormais doublée d’une sorte de désespérance, notamment chez les jeunes. Le système social réunionnais, aujourd’hui, n’offre plus de perspectives à une population toujours marquée par des indicateurs sociaux préoccupants tels que l’illettrisme (3 fois supérieur à la moyenne nationale chez les jeunes), les grossesses précoces (3,7% des naissances, 5 fois plus que dans la moyenne nationale), l’alcoolisme (responsable de 15% des décès prématurés).

On retrouve cette extrême précarité dans la situation du logement. La Fondation Abbé Pierre estime qu’un Réunionnais sur 10 vit dans une situation de mal logement. 12.000 personnes seraient en hébergement contraint, environ 2700 seraient SDF dont 300 vivants réellement dans la rue. 60% des familles sont éligibles aux logements très sociaux. 28 000 demandes ont été formulées en 2017, mais seules 8 000 familles ont eu une réponse positive. Et la crise que connaît le BTP ne permettra pas d’améliorer cette situation puisque la construction ne cesse de diminuer, et seuls 2 300 nouveaux logements ont été livrés l’an passé.

À ce volume trop faible s’ajoute une autre difficulté : les logements proposés ont des niveaux de loyer trop élevé. La moitié des Réunionnais gagne moins de 1 000 euros par mois, et un tiers dépendent du RSA. 340 000 personnes sont sous le seuil de pauvreté. Il est donc difficile d’accéder au logement et de s’y maintenir. Sur ce dernier point, la Fondation Abbé Pierre relève 1 468 assignations au tribunal pour impayé de loyer l’an dernier, et plus de 100 expulsions avec le concours de la force publique, ce qui constitue un record.

Le mal-logement se décline également par 17 000 logements indignes à La Réunion. 20 % des familles sont en situation de surpeuplement. 35 % de ces personnes sont dans le parc social. Les impacts sociaux sont notamment les problèmes de santé, et une scolarité plus difficile des enfants.

Parallèlement, alors que la situation sociale empire, les moyens des collectivités ont été drastiquement réduits, et cette tendance se poursuivra sur les prochaines années, puisque les « contrats de confiance » auxquels elles ont été soumises ne leur donnent pas les marges de manœuvres suffisantes pour pouvoir inverser la tendance. De même, la baisse des contrats aidés et le renchérissement de ceux-ci ont diminué les capacités d’intervention de la puissance publique, car même si les contrats aidés ne débouchaient que très rarement, en effet, sur une insertion durable, ils permettaient au moins un traitement social du chômage.

La croissance démographique de La Réunion – nous serons 1 million d’habitants dans 10 ans environ – crée de nouveaux défis que nous avons collectivement à relever et qui s’ajoutent à ceux que nous connaissions déjà. Il en est ainsi par exemple du traitement des déchets, alors que chaque Réunionnais produit 607 kg/an de déchets, soit plus de 500 000 tonnes annuelles. Les centres d’enfouissement, qui reçoivent aujourd’hui 70% des déchets ménagers et assimilés, seront bientôt saturés. Il nous faut donc à la fois améliorer le tri sélectif – malgré d’indéniables progrès, les Réunionnais trient moitié moins que les Français de l’Hexagone – et concevoir une solution de traitement des déchets pérenne et durable.

Ces constats sont, nous le disions, partagés par tous. Devrions-nous les brandir comme des étendards pour réclamer la charité ? Sont-ils suffisants pour que nous baissions les bras dans une sorte de fatalisme impuissant ?

Ce n’est évidemment pas notre opinion. Comme l’indiquait justement, dans son programme, le candidat Emmanuel Macron, les Outre-mer «demandent à pouvoir développer des activités économiques dans leurs territoires et à vivre de leur travail » et La Réunion ne fait pas exception. Car notre territoire a des atouts à faire valoir.

Un atout géographique d’abord, car, terre française et européenne, elle est à la confluence des zones de croissance économique et démographique mondiales, avec l’Asie de la Chine et de l’Inde, mais aussi l’Afrique de l’Afrique du Sud, de la Namibie ou du Zimbabwe. Un atout humain ensuite : La Réunion a une population jeune et formée, ouverte sur le monde de par son métissage et le vivre-ensemble qu’elle connaît au quotidien.

Enfin, La Réunion dispose d’un atout environnemental unique, inscrit au Patrimoine Mondial de l’Unesco, source de richesses potentielles en matière de tourisme mais aussi d’exploitation pharmaceutique, par exemple, de sa biodiversité.

Pour pouvoir tirer le meilleur parti de ses atouts, La Réunion a besoin d’une vision cohérente et pérenne dans le temps.

Nous avons besoin que les dispositifs sur lesquels les entreprises, les porteurs de projet peuvent s’appuyer s’inscrivent dans la durée. Or, les réformes récemment annoncées viennent en contradiction avec cette nécessité. La suppression de l’abattement fiscal de 30%, au motif d’un alignement sur le système fiscal national comme la suppression du dispositif de la TVA non perçue récupérable créent de l’instabilité, préjudiciable à la confiance et au développement économique. Elles auront forcément des répercussions sur le pouvoir d’achat des ménages imposables et sur le niveau d’investissement des entreprises, et donc sur les deux seuls moteurs créateurs d’emplois.

Par ailleurs, la discordance entre la ministre des Outre-Mer et la ministre de la Santé sur la fiscalité devant s’appliquer aux rhums ultramarins est symbolique d’une part des atermoiements auxquels sont confrontées les entreprises ultramarines et d’autre part de l’absence de vision cohérente et partagée au plus haut niveau de l’Etat pour les Outre-Mer.

Il est temps que ces contradictions ; il est temps que ces valses hésitations cessent. Il est temps que nous puissions ensemble nous projeter.

Dans son programme qui a massivement attiré la confiance des Outre-Mer, Emmanuel Macron soulignait qu’il fallait "rattraper les retards", "améliorer la vie quotidienne des habitants, attirer les investisseurs et dynamiser le tourisme". Et reconnaissait-il encore, "nous devons prendre en compte les spécificités des Outre-mer dans nos politiques publiques. Nous ne pouvons pas avoir des règles uniformes qui s’appliquent de la même manière dans les régions ultrapériphériques comme dans l’Hexagone".

Dans cette même logique, le Président Macron, au moment de la présentation du Livre Bleu qui clôturait les Assises de l’Outre-Mer, a promis aux élus ultramarins que "des feuilles de route seront déclinées d’ici à l’automne" et "feront l’objet d’un contrat entre le gouvernement et les élus".

Ce sont les prémices de ce contrat que nous, les 7 députés et les 4 sénateurs de La Réunion, proposons dans une démarche qui, si elle ne constitue pas une première, n’en reste pas moins historique. Il nous appartient de porter ensemble, avec le Gouvernement, le projet de La Réunion pour les 20 prochaines années. Ce projet est cohérent, responsable et ambitieux. Il prend en compte les enjeux que La Réunion doit relever, en s’appuyant sur les atouts de notre territoire et de notre population, en ne minorant pas non plus les retards et handicaps structurels qui sont les nôtres, mais aussi en ne niant pas les nécessaires efforts d’équilibre financier que la Nation tout entière doit réaliser. Il a pour ambition, pour nécessité, de porter l’espérance de La Réunion et des Réunionnais, en dépassant les peurs et les blocages actuels qui parfois, nous entravent au point de nous condamner à l’inaction et l’immobilisme.

Il est, nous en sommes convaincus, le levier qui permettra à La Réunion et aux Réunionnais d’aborder avec confiance l’avenir et qui permettra à la France de tirer le meilleur parti de son département qui peut et doit être la base avancée de notre pays dans l’océan Indien.

Députés: 
  • Éricka Bareigts, PS
  • Huguette Bello, GDR
  • Jean-Hugues Ratenon, LFI
  • Nathalie Bassire, LR
  • Nadia Ramassamy, LR
  • David Lorion, LR
  • Jean-Luc Poudroux, LR
Sénateurs: 
  • Nassimah Dindar, UDI
  • Michel Dennemont, LREM
  • Jean-Louis Lagourgue, Le Indépendants, République & Territoires
  • Viviane Malet, LR


Pierrot Dupuy
Pierrot Dupuy est le fondateur de Zinfos974. C’était le 1er septembre 2008… Aidé d’une petite... En savoir plus sur cet auteur

Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

22.Posté par Richard LAFOSSE le 29/11/2018 07:54

Mesdames Messieurs les parlementaires. Vous n'avez rien compris. Vous n'êtes plus légitime. Vous êtes arrogants car vous pensez pouvoir pondre un projet sans les Réunionnais.. Vous devriez démissionner !

21.Posté par waouh le 29/11/2018 07:51

J'ai hâte de lire leur projet !!!

20.Posté par Choupette le 29/11/2018 07:51

Des inutiles qui blablatent depuis plusieurs années et considèrent La Réunion comme leur pré-carré.

Ils ne représentent qu'eux et leurs p(r)oches.

Vivement le référendum contre l'amendement et ensuite dissolution de l'Assemblée pour virer tout ça. Les décisions concernant le peuple seront avalisées par le peuple.

Pas besoin de ces ambitieux qui méprisent le peuple.

Hein madame "si moin n'a point, ou veut mi tire dans mon chignon pou donne à ou ... ?"

19.Posté par Sans importance le 29/11/2018 07:48 (depuis mobile)

Il est temps qu'ils se mettent au travail.

18.Posté par titi974 le 29/11/2018 07:39

Vous croyez que nous avons réellement confiance dans ces gens qui se gavent d argent public depuis des années .

17.Posté par Satya le 29/11/2018 07:31

Bon début. Et surtout enfin d'une seule voix. Voyons la suite.

16.Posté par Ti moune le 29/11/2018 07:18

Mi di ke depuis zot création pr capter les subventions d'Etat, les interco n'ont pas assez innové et créé de filières de tri, recyclage et réutilisation des "déchets".

15.Posté par Cftc le 29/11/2018 07:18 (depuis mobile)

Qu'ils viennent en reunion Opmr pour ceux et celles qui n'y ont.jamais mis les pieds,à savoir tous et toutes sauf EB.

14.Posté par ? le 29/11/2018 07:08

Ca ne choque personne qu'avec moins de 1000€ par mois, ces foyers soient en "situation de surpeuplement"? Avec 2 fois, je n'ai pas d'enfants, car aucune aide me serait accordée et que je ne pourrai les éduquer dignement!

13.Posté par Jp POPAUL54 le 29/11/2018 07:07

Le réveil de ceux qui nous ont guidé au chaos !!

12.Posté par SOIXANTE TROIS le 29/11/2018 07:02

S'entendre pour discuter c'est déjà une victoire . Félicitations .
Mais que de blabla en sachant pertinemment que l'état n'a plus de sous sinon en prenant dans nos poches toutes trouées et en jouant du transvasement des budgets .
Je crains que cette fraternité de façade et de passage nous est divulguée seulement aujourd'hui pour redorer leur blason , leur bravoure face au mouvement de contestation qui enfle de jour en jour ici et en métropole .
Bon courage quand même à eux qui ont été élus avec moins de 50% des inscrits .

11.Posté par Bienveillance le 29/11/2018 06:56

Un travail c'est bien, mais sans le peuple!
La bonne solution ou pas! dans le contexte actuel!

10.Posté par Joe le 29/11/2018 06:55 (depuis mobile)

Zote I trouve pas nena trop de députés et de sénateurs pour represent La Réunion
Pourquoi autant d’incapables!
Nena que le plus faille i bouge Ratenon
Sa bohomme
Les restes C porte clé pour fée jolie
Il faudra penser à glifosser !!!

9.Posté par vérité le 29/11/2018 06:49

i faut que la justice i commence par rouve les yeux sur poudroux paradis fiscaux dernièrement dévoilé et qu'il a reconnu ,sur dindar pour la maison bas de la rivière de st denis qu'elle a achetée en dessous du prix , sur lagourgue pour la familiarisation de son rémi qui va etre maire en 2020, ,sur dennemont pro macron qui a toujours soifs du pouvoir,il faut qu'il rends des comptes pourkoi il soutient la politique de se président qui enrichi les plus riches ,et qui apauvrissent les plus pauvres tél que les retraités ,tél que les smicards ,tél que les petits agents des catégories C ou B...SUR BASSIRE QUI A VOTER TOUTES LES MESURES NEGATIFS AVEC DIDIER ROBERT A LA REGION......A NADIA RAMASSAMY QUI en 2010 ,avait fait voter 300 000 euros de subvention a la région pour ses première mesure pour un famille ou un proche a elle,et puis on a plus entendu parler ..... pour huguette bello qui a pris l'argent des st paulois pour des morceau ferrailles pharaonique qu'est la médiathèque a 15 000 000 d'euros ( 15 millions) et que didier robert la re acheter pour 20millions d'euros avec les frais, pour sinimalé de la commune de st paul,tous ses erreurs de nos politiques aujourd'hui ,ils se rassemblent ds des coktails a paris avec victorin lurel ,a boire le champagne en hypocrisies et ils viennent faire un compte rendu pour les 20ans a venir???? Vous élus de la réunion de tous bords vous avez mis la réunion ds cette situation ,vous avez emprofiter sur le systhème des instutitions ,votre famille lé protéger ,les lois de la république sont pour vous pour vos retraites ,pour vos salaires ,pour vos train de vies pour vos logements fonctions pour vos chauffeurs ,pour vos mutuelles le sénat ne serve a rien ,c'est un batt' carré des dossiers l'assemblée na tionale sénat en dernier instance l' assemblée tranche ,et oubli pas il y a l'ordonnance, macron peut passer en force ds toutes ses décisions pour les riches....au lieu de mettre de l'argent pour les associations a la région pour subventionnés les proches adhérents des partis au pouvoir ,pourkoi ne pas mettre cet argent ds une banque pour les plus démunis comme a dit MR BUDEL un phycologue social

8.Posté par mike le 29/11/2018 03:29

La suppression de l’octroi de mer est la seule solution aux difficultés des réunionnais.
Les autres régions de l’hexagone n’ont pas cette taxe et arrrivent à fonctionner mieux que nous.
Aucun élu ne s’est montré pour l’abolition de cette taxe pourquoi ?ce sont tous des hypocrites et c’est la dedans qu’ils tirent leur confort !!!
Ou est la LIBERTÉ ÉGALITÉ FRATERNITÉ ?
ABOLITION DE CETTE TAXE .
Les élus veulent des contrats aidés pourquoi : pour faire pression sur ces pauvres personnes afin de voter pour eux aux élections.
ABOLITION DES CONTRATS AIDÉS et création de vrais emplois CDI.
Il fraudrait baisser le salaire des élus à 3000 euros maximum par mois, voyager en bétaillère comme tout le monde, un élu un seul mandat dans sa vie avec possibilité de révocation par référendum à la mi-mandat
Idem pour le président de la république
Le peuple doit reprendre le pouvoir et montrer à tous ces politiques que c’est la rue qui gouverne....

7.Posté par GIRONDIN le 29/11/2018 06:22

Pas de nouvelle de wouin Wouin 6800?

6.Posté par oli109 le 29/11/2018 03:17

Tiens tiens les politicar se réveil ! Et ben ils leurs en a fallut du temps, aurait ils peur de perdre leur crédibilités? Qu’ils se rassure c’est fait depuis longtemps, band voler !

5.Posté par claude le 29/11/2018 02:51

une nouvelle generation peu etre pourrait. changer la reunion...Mais si c est les mêmes.......vous savez ce qu on dit......chassez le.naturel il revient au galop....

4.Posté par sush le 29/11/2018 05:49 (depuis mobile)

... au boulot !

3.Posté par jules le 29/11/2018 05:38

Super, beau constat.
Mais si la Réunion est "à la croisée des chemins", ou carrément dans le mur, c'est de la faute des politiques de tout bord qui sont aux manettes... notamment certains signataires au responsabilités depuis des années...
bye bye...

2.Posté par toto le 29/11/2018 05:26

Que du vent comme d'habitude, vous avez mieux concrètement?

1.Posté par BABAR RUN © le 29/11/2018 05:08

on va se faire enfler par ces incapables encore une fois......la France va envoyer plus de pognon...,,et qui va gérer tout ça ......NOS SUPERS ELUS........

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie









Publicité


 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes