MENU ZINFOS
Faits-divers

Mafate : Il accueille violemment huissier et géomètre au fusil, un an de prison


Un homme de 46 ans comparaissait pour des faits de violences avec arme, menaces de mort ainsi que détention d’armes sans autorisation. Les faits se sont produits dans le cirque de Mafate et avaient nécessité l’intervention de l’antenne GIGN de La Réunion.

Par - Publié le Mercredi 30 Mars 2022 à 18:21

Photo d'illustration
Photo d'illustration
Jean M. est natif de Mafate où il vit depuis sa naissance. Depuis quelques années, des histoires de bornage de terrain lui valent de mauvaises relations avec ses voisins qui lui reprochent d’empiéter sur leurs terres.

Le 17 février, alors que les victimes ont fait appel à une huissière de justice, un géomètre et l’ONF pour faire des marquages de terrain, Jean M. voit rouge et s’en prend violemment à ses interlocuteurs en leur reprochant d’être entrés chez lui sans son autorisation. Insultes, menaces et même une bagarre survient avec deux amis des voisins jusqu’à ce qu’il rentre chez lui et revienne avec un fusil. Il tire un coup en l’air, le seul qu’il reconnaît, ce qui a pour effet de faire fuir tout le monde. Partis se mettre à l’abri, les victimes diront qu’elles ont entendu plusieurs coups de feu. C’est l’huissier de justice qui appellera les gendarmes de Saint-Paul à l’aide. L’officier de permanence déclenchera immédiatement l’intervention de l’AGIGN. 

"C’est eux qui sont rentrés chez moi et prenaient des photos"

Le tireur est interpellé puis placé en garde à vue. Il était jugé ce mercredi en comparution immédiate à Champ fleuri après avoir demandé un délai pour préparer sa défense. Devant le tribunal, il reste campé sur ses positions concernant la légitimité de son action, arguant que "c’est eux qui sont rentrés chez moi et prenaient des photos" même si, pour autant, il s’excuse d’avoir agi ainsi.

Toute la difficulté du tribunal réside dans la difficulté qu’il a de dissocier les faits de violences commis au litige qui l’oppose à ses voisins. À sa décharge, le tribunal retient qu’il ne sait ni lire ni écrire. "Je pensais que c’était des journalistes . Je me suis énervé car ils sont rentrés sur mon terrain. Lui, c’est un terrain qu’il a volé, on était là avant qu’il arrive. C’est eux qui ont été agressifs", explique-t-il à la présidente. Les témoins, présents à l’audience, attestent tous qu’ils se sont bel et bien fait agresser dès leur arrivée. 

"Sa dangerosité est notable, il détient cinq carabines sans autorisation"

La partie civile argumente sur ce conflit de voisinage qui s’éternise en expliquant que ses clients - les deux voisins - qui sont à Mafate depuis respectivement 30 et 18 ans, sont terrorisés. Le conseil demande une mesure d’éloignement. "Ce sont des enjeux qui nous dépassent, il est important de recentrer les débats sur ces faits particulièrement graves. Il a fait preuve d’une extrême violence à l’égard des personnes présentes qui voulaient faire les choses dans les règles de l’art. L’ensemble des déclarations sont concordantes par rapport aux témoignages. Malgré la détention provisoire, c’est encore le fait des autres, il n’y a pas de prise de conscience ! Sa dangerosité est notable, il détient cinq carabines sans autorisation", avise le parquet qui demande une peine de 12 mois de prison dont 6 mois de sursis, le maintien en détention et une interdiction de contact avec les victimes. 

"Aujourd’hui Mafate, c’est l’Eldorado, c’est l’exploitation du tourisme"

La défense, représentée par Me Fabian Gorce, répond au parquet en expliquant : "il vit comme on vivait à Mafate il y a 30 ans. Sans business, sans soucis mais cette époque est révolue. Aujourd’hui Mafate, c’est l’Eldorado, c’est l’exploitation du tourisme et il reste quelques Mafatais qui résistent à cela. Eux sont là pour le business. Pour lui, être sur ses terres, c’est sentimental, il ne compte pas en euros. Il faut être capable de se mettre à sa place pour comprendre pourquoi il conteste. Les menaces, elles existent et les faits je ne les conteste pas. Ce conflit de voisinage a dégénéré et je pense que l’ONF a sa part de responsabilité. On veut le faire passer pour le vilain petit canard à Mafate mais il y a 140 personnes qui ont signé une pétition lui donnant raison pour cette histoire de bornage, pas pour les violences bien entendu. Pour la petite histoire, les plaignants étaient mari et femme et possèdent à eux deux 13 concessions ! Il a toujours été libre et je vous demande de le laisser libre", plaide la robe noire. 

Le conseil de Jean M. a été entendu. Le prévenu, qui n'a pas de casier, est condamné à 1 an de prison dont 8 mois de sursis. Il a interdiction d’entrer en contact avec les victimes et de les indemniser. Il n’est pas maintenu en détention pour les 4 mois ferme restants. 


Regis Labrousse
Faits-diversier Passionné par tout ce qui vole, j'ai eu la chance de pouvoir effectuer une longue... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par lee paw fu le 30/03/2022 19:07

et son fusil ??

2.Posté par Question ? le 30/03/2022 19:18

un géomètre et l’ONF pour faire des marquages de terrain, Jean M. voit rouge et s’en prend violemment à ses interlocuteurs en leur reprochant d’être entrés chez lui
........................

Pour rentrer chez les gens on demande l'autorisation. Si c'est non. Décision du tribunal et bornage avec l'appui des forces de l'ordre.C'est ça la règle. Ca n'excuse pas le fait qu'il ait usé d'une arme.

3.Posté par Samwinsa le 30/03/2022 19:41

David contre Goliath. L'avocat de la défense na complètement raison. Lu la bien cerné le problème.

4.Posté par Guignol le 30/03/2022 20:50

Ne pas se prétendre journaliste quand on est blogueur ou blagueur

5.Posté par Georges POTOLA le 31/03/2022 07:46

Je suis contre toutes formes de violence, aujourd’hui certains Réunionnais ont perdu leurs valeurs, ils ont des euros à la place des yeux et le numéro de compte bancaire à la du cœur.
Et en face vous avez celles et ceux qui veulent garder les traditions et coutumes.
Vivre tranquillement comme au bon vieux temps, surtout ne pas être importuné.
Malheureusement le sang risque de couler au sein même des familles.
L’argent fait autant de dégâts que l’alcool.

6.Posté par Question ? le 31/03/2022 13:45

@5
Vivre tranquillement comme au bon vieux temps, surtout ne pas être importuné.
Malheureusement le sang risque de couler au sein même des familles.
L’argent fait autant de dégâts que l’alcool.
.............................

Ce bon temps là, où on pouvait marcher la nuit en toute tranquillité est révolu.

Quand les femmes passaient, les hommes se décoiffaient ou faisaient un petit hochement de la tête.
Maintenant "do moune lé sauvage".
La dernière fois à St Gilles dans le lagon, j'ai vu un réunionnais aller dans la mer avec une massette, revenir avec des coraux, reprendre l'eau et ainsi de suite. Je lui ai dit que de casser ainsi les coraux nuisait la nature, il m'a menacé avec son outil. Fort heureusement les gendarmes qui passaient l'ont interpellé . Il y avait pour un goni de coraux vivants qu'il venait de casser.

7.Posté par NORD VPN le 31/03/2022 14:19

Comme il ne sait ni lire ni écrire c'est plus simple de lui voler son terrain. Il y en a eu beaucoup à la Réunion

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes