MENU ZINFOS
Culture

"Madagaskar Projekt" d’Alain Bled: Un diabolisme historique très jouissif


Il y a des clowns qui passent leur temps à expédier des balles en l’air et qui, au lieu de les rattraper, les reçoivent régulièrement sur le pif. Alain est d’une autre mouture. Même quand il jongle avec les faits les plus glaçants de l’Histoire, comme le massacre des juifs par les nazis, il se tire toujours d’affaire avec l’aisance d’un grand faiseur. Et avec un humour toujours décapant.

Par - Publié le Samedi 9 Avril 2022 à 12:02

"Madagaskar Projekt" d’Alain Bled: Un diabolisme historique très jouissif
Le « Madagaskar projekt » a existé. Et ce ne sont pas les fondus hitlériens qui y ont d’abord songé, mais des Français et des Polonais. Cela s’est passé bien avant le début de la Seconde guerre. L’anti-sémitisme était la règle en France et en Pologne, pays européens parmi ceux hébergeant le plus de fils d’Israël. L’affaire Dreyfus n’avait été qu’un des points d’orgue de cette phobie/folie furieuse.

Destination Soavinandriana

Pour « débarrasser » leurs pays de ces quasi-envahisseurs financiers et industriels et, surtout, faire main-basse sur leurs avoirs, de généreux humanistes des hautes sphères parisiennes et varsoviennes imaginent d’expédier tous les juifs d’Europe à Madagascar, pays colonisé par la France où les espaces vierges ne manquent pas. Là-bas, pense-t-on, expédiés en plein bled (je n’allais pas la laisser passer, celle-là), les juifs ne manqueront pas de périr de malaria, de scorbut, de famine, de botulisme, de goutte-militaire, de morsures de serpents, de véganisme, que sais-je.

Là s’arrête cette première partie, authentiquement historique, du roman du Bled de service.

Car le « Madagascar projekt », si son désir n’est pas niable, n’a jamais connu le plus petit début de commencement de l’ombre d’une silhouette de réalisation. Parce que la guerre est arrivée par là-dessus. Mais ce serait mal connaître notre Alain que de le croire abasourdi par l’Histoire. Bien au contraire : ça l’excite.

Alors, pour se jouer des faits et dates avérés, Alain relance ses balles au firmament et les rattrape pour les redistribuer dans un ordre bien à lui.

D’abord, l’Appel du 18-Juin n’a pas lieu. Parce qu’au lieu d’écraser l’Angleterre sous les V1 et V2, au lieu de lancer l’opération Barbarossa à l’Est, Hitler signe un  pacte de paix avec Churchill et Staline. Tant qu’à faire, puisque les Yankees ne sont pas menaçants, laissons-les se dépatouiller seuls avec les Japs !

« Ça marche ! »

Je vous avais prévenus : c’est du délire total. Et vous n’avez encore rien vu !

Tranquille sur ses frontières Ouest et Est, gérant « benoîtement » une Europe pacifiée mais soumise corps et âme à la Germanie, aux SS et à la  Gestapo, Hitler donne l’ordre à quelques stratèges de reprendre pour son compte le « Madagascar projekt »

Projet qui aboutira… alors, qu’en réalité, il n’en fut rien.

Mais là, dans le cerveau chamboulé de notre démiurge (j’veux dire Bled), ben ça marche. C’est mieux que chez Spielberg ou Cronenberg : ça marche !

Marines française, allemande et polonaise réquisitionnées, d’immenses convois vont déverser dans la Grande-Île des centaines, des millions de juifs qui, contrairement aux premières imaginations, ne vont nullement périr de quoi que ce soit.

Ils vont même développer le pays au-delà de toute espérance, ces bosseurs ingénieux. Pire (aux yeux des nazis et des pétainistes, ça va de soi), il y aura des unions mixtes. Vous imaginez la honte pour la « race supérieure » ?

Pire encore, comme les arrivants juifs traitent leurs employés mieux que ne l’ont fait leurs prédécesseurs, des idées de révolte jaillissent ici et là… qui iront très loin.

Décidément très fâché contre l’histoire, Alain lui sert encore quelques grands coups de pompe au prose en… Mais je vous laisse le plaisir de la découverte.

De surprise en ébahissement

Les péchés mignons, voire les vices, comme les abus de toutes sortes des coloniaux, ne sont pas passés sous silence, loin s’en faut.

Les amoureux de notre histoire locale et indianocéanique auront la surprise de retrouver des personnages réels… mais assez éloignés de leurs frontières intellectuelles. On voit un prince Vinh San toujours aussi attachant ; un gouverneur Aubert ; un Barau peu reluisant ; un De Gaulle qui se voit subtiliser son micro de la BBC juste avant l’Appel ; un Hitler ne survivant pas à l’Opération Walkyrie pour cause de balle entre les deux yeux (ça, les amis, ça, ça fait plaisir… et je souhaiterais autant de bien au Vladimir de mes esgourdes !)

Alain Bled n’a pas été directeur d’agence de voyages pour des prunes : les pays dont il parle, il les connaît. Lorsqu’il narre les rizières, les vignobles, les champs de café, les compagnies de zébus des Hauts-Plateaux malgaches,  on est en plein décor. Il cite beaucoup de noms et d’expressions malgaches. Pour avoir vécu là-bas, je certifie qu’il n’y a pas la moindre erreur.

Lorsque je suis arrivé à la Sakay en 1970, comme professeur de français-histoire-géo, j’ai vite fait la connaissance de familles juives. Elles étaient la collaboration d’Israël au développement de la jeune république malgache. Entre Ankadinondry (Babetville) et Tsiroanomandidy, ces familles juives disposaient de quelques milliers d’hectares sur lesquels elles devaient montrer aux paysans malgaches comment, « dans le sable infâme, faire pousser dix millions d’arbres ».

En plus des oranges, citrons, pamplemousses, une famille, les Harari, m’ont fait plonger à pieds joints dans les merveilles de la carpe juive.

C’est pourquoi, ami Alain, ton livre me propulse in tas èk in paquet d’temps dans mon histoire personnelle.

Mais si ton livre avait été mauvais, je n’en aurais simplement pas parlé. Ce pourquoi je me permets de te dire : surveille les corrections !

Je gage que bientôt, ce diable de Bled nous emmènera sur la Lune où la rencontre entre Tintin et Armstrong risque de couper le souffle. Si Armstrong survit aux remèdes spéciaux d’Haddock. 


« Madagaskar Projekt », Alain Bled
L’éclipse du temps
En librairie, 17 euros


Jules Bénard
Le plus ancien de l’équipe ; la mémoire de Zinfos. Jules Bénard, globe-trotter et touche-à-tout... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par QBR974 le 09/04/2022 16:33

Article très humoristique… comme d’habitude. Toutes mes félicitations.
Par contre, Monsieur Benard, revoyez l’histoire de l’Ukraine et de la Russie avant de souhaiter le pire à Monsieur Poutine. Ce parti pris démontre un manque cruel de connaissance!!!
Éteignez votre télé, allumez votre cerveau!
Cordialement

2.Posté par dudule974 le 09/04/2022 23:53

Merci pour l'article , m^me s' il y a tout de m^me un oubli.
il est vrai que le projet date, en France, d'avant la guerre de 39-45. Mais c'était un petit groupuscule qui a tenté de le mettre au point. Rien à voir avec le gouvernement français..
Par contre durant la guerre , le sinistre Heydrich a repris, plus sérieusement, le projet,d'envoyer tous les juifs à Madagascar. iI a du,d'abord, le retarder à cause des difficultés de la marine Allemande. Ensuite la mort d' 'Heydrich a totalement fait abandonner le projet;
Mais on peut se demander s'il n'y aurait pas eu, au moins, un début de réalisation sans la mort de son concepteur. C'était l'un des pires collaborateurs d'Hitler . Pour lui 2 races inférieures ne pourraient que se combattre.
A.bled ne s'est donc pas trompé lorsqu'il évoque le projet par l'Allemagne nazi.

Pour le reste j'ai bien connu A.Bled.. Bravo à lui .Au delà de l'écrivain; il a aussi été acteur. nous avons tous deux, fait une apparition éphémère au théâtre Vollard,. Tout à fait à ses débuts

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes