Océan Indien

Madagascar : les jours du président Rajaonarimampianina à la tête de l'Etat semblent comptés...

Lundi 23 Avril 2018 - 20:28

L'opposition ne baisse pas les bras à Antananarivo. Après la manifestation de samedi qui a fait trois morts et une vingtaine de blessés, l'opposition a une nouvelle fois donné rendez-vous à la population ce matin devant l'hôtel de ville afin de se recueillir autour des victimes.

Selon RFI, pas moins de 73 députés de l’opposition vêtus de blanc, debout sur une estrade, ont harangué la foule sous un soleil de plomb au son de chants traditionnels. Recouverts du drapeau malgache et parsemés de fleurs, les cercueils étaient disposés à l’arrière de la tribune.

Les événements se sont ensuite nettement accélérés et les jours du président Hery Rajaonarimampianina semblent désormais comptés.

Après son discours à la télévision dimanche soir affirmant clairement qu'il n'avait pas l'intention de revenir sur les nouvelles lois électorales aboutissant à la mise hors jeu des principaux leaders de l'opposition pour les prochaines élections présidentielles et dénonçant une tentative de coup d'état, de nombreux hommes politiques malgaches ont exigé sa démission.

Mais la surprise est venue ce matin de la déclaration du préfet d’Antananarivo, lors d'une conférence de presse, annonçant qu’il refuserait désormais d’utiliser les forces armées contre la population. Policiers et gendarmes seront réquisitionnés pour simplement sécuriser les sites commerciaux et pour éviter les pillages, a-t-il ajouté.

Un peu plus tard, le ministre de la Défense a fait savoir qui allait dans le même sens. Il refuse, lui aussi, de réprimer les manifestations et souhaite que les hommes politiques "trouvent un accord au plus vite".

Enfin, toujours selon RFI, les élus d’opposition ont annoncé leur intention de former une large coalition, appelée "Les députés pour le changement". Elle rassemble sous une même bannière les deux anciens ennemis, Marc Ravalomanana, le chef du TIM ("Tiako I Madagasikara", "J'aime Madagascar") et Andry Rajoelina, à la tête du Mapar.

Cette entente augure des jours sombres pour le président Hery Rajaonarimampianina qui semble de plus en plus isolé, lâché par les siens... D'autant que la capitale malgache bruisse de rumeurs sur des négociations secrètes entre Ravelomana, Rajoelina et Rajaonarimanpianina, avec les Églises Chrétiennes comme médiateurs, pour sortir de la crise.
Pierrot Dupuy
Lu 2290 fois



1.Posté par Moi président le 23/04/2018 22:48

Les Malgaches en ont tout simplement marre d'avoir un président avec un nom imprononçable, et on les comprend.
Comment voulez-vous que les citoyens aiment leur président dans ces conditions ?
JFK, DSK, KLD, c'est quand-même nettement plus pratique !

2.Posté par Zanzak Moresse le 24/04/2018 04:19

Inutile ce commentaire raciste !

3.Posté par Luis le 24/04/2018 08:36 (depuis mobile)

@1 Grande analyse de votre part. On perçoit toute l'intelligence de votre propos.

4.Posté par Zarin le 24/04/2018 09:33

Ra8 est patient...

5.Posté par pacha25 le 24/04/2018 10:30

poste 1 : kim jong un , Poutine , fidel , Maduro... aussi , c'est plus pratique a prononcer !!! mais moins glamour.

6.Posté par Riton Rouflaquettes le 24/04/2018 10:39

Rajaonarimampianina n'a absolument pas "affirmé clairement" qu'il ne reviendrait pas sur les lois électorales, dans son discours. C'est une de vos interprétations. Il n'en parle pas du tout, tout simplement. Je vous mets ici après l'intégralité du discours, pour info.
Vous pouvez aussi corriger l'orthographe de Ravalomanana, vous avez laissé passer une coquille : Ravelomana
Difficile de donner foi aux rumeurs, ce n'est pas nouveau qu'il y a toujours à Madagascar, comme en France et partout, des rencontres secrètes, informelles entre politiciens et autres puissances, diplomatiques de l'ombre, économiques, religieuses et autres pour s'accorder au mieux sur le dos des peuples.

DISCOURS INTEGRAL :

" Mes chers compatriotes,

Face aux événements du samedi 21 avril, à Antananarivo, qui ont, une fois encore, tué et blessé des Malagasy, je m’incline respectueusement devant les victimes, et présente mes sincères condoléances à leurs familles. Par ailleurs, je souhaite un prompt rétablissement aux blessés, civils et membres des forces de l’ordre.

J’exhorte tous les Malagasy à garder leur calme.

A Madagascar, nous respectons et vivons la démocratie, toutefois, la tournure des événements de ce samedi est tout à fait caractéristique d’un coup d’état.

De 1972 à 2009, notre pays a souffert des mouvements de rues et de leurs conséquences. Des centaines de nos compatriotes et de nos enfants ont perdu la vie, tandis que d’autres en portent toujours les séquelles. Les pertes ont été énormes pour l’économie et l’emploi, et, jusqu’à aujourd’hui, nous n’avons de cesse de reconstruire. Beaucoup a été fait, et l’État que je dirige s’attèle à poursuivre ce qui a été entamé pour améliorer les conditions de vie de la population.
Madagascar est un État de droit. Aussi, je lance une mise en garde ferme aux fomenteurs de troubles, à tous ceux qui incitent à la haine, qui voudraient faire couler le sang et faire perdre la vie à des innocents, ou à faire porter des séquelles à nos enfants : l’État prendra ses responsabilités.

Les forces de l’ordre se dresseront pour défendre la légalité et les institutions démocratiques, ainsi que pour la défense des personnes et de leurs biens. Il faut cesser de sacrifier le peuple et de se jouer des forces de l’ordre, nous devons avoir à l’esprit les intérêts des millions de nos compatriotes qui n’aspirent qu’au progrès et à la paix.

Je voudrai aussi m’adresser aux journalistes en particulier : ayez toujours conscience de votre rôle en matière d’éducation et d’information. Ne vous laissez pas instrumentaliser par les tenants des menées subversives, ou, pire, devenir des incitateurs au non-respect des lois et à la rébellion. Ayez toujours à l’esprit la noble mission d’éducateurs qui est la vôtre.
Nous devons tous reconnaître qu’un coup d’état ne sera jamais la solution pour l’avenir de notre pays.

Pour ma part, en tant que Président de tous les Malagasy, je serai toujours soucieux, au plus haut point, des intérêts supérieurs de la Nation, étant un chef d’Etat ouvert au dialogue.
Notre œuvre commune pour le développement se poursuit.

La Patrie est sacrée, que Dieu nous bénisse.
"

7.Posté par Riton Rouflaquettes le 24/04/2018 11:00

Pour bien comprendre pourquoi Rajaonarimampianina a fait une lourde erreur qui lui sera difficilement pardonnée, y compris dans son camp, il faut savoir qu'il a osé faire un retournement pervers de situation en attribuant les morts et blessés non aux forces de l'ordre, mais à la manifestation pacifique organisée légalement en Droit, mais dans l'illégalité à cause d'une décision illégale du Général Préfet d'Antananarivo interdisant à des députés de prendre la parole publiquement, droit pourtant constitutionnel.

Couvrir une telle décision illégale est une forfaiture passible de destitution pour un Président. D'autant plus que les ordres de tirer à balles réelles ne sont pas tombés du ciel par magie, ni le voyage à Paris du président le jour même de la répression illégale d'une manifestation légale, sans doute afin de faire tomber éventuellement la responsabilité sur un général "coupe-circuit".

C'est une spécialité récurrente de toutes les dictatures à visage démocratique (comme la France ou Madagascar) de sacrifier le sous-fifre pour sauver le monarque et ce n'est pas propre à Madagascar seulement.

http://madagate.org/reportages/manifestation/6741-madagasikara-fitondrana-hvm-mamono-olona-ary-miady-amam-paty.html

8.Posté par Choupette le 24/04/2018 11:23

1.Posté par Moi président

Je me disais aussi ... .

Au fait, ils en sont au quantième président depuis celui avec son Boeing, puis l'autre DJ ?
J'ai du mal à suivre ... .

9.Posté par @1 le 24/04/2018 12:05

C'est vrai que Ducon-Lajoie c'est beaucoup mieux !
Je vous plains!!

10.Posté par Riton Rouflaquettes le 24/04/2018 15:35

CHOUPETTE, On voit bien là dans cette remarque un peu de l'arrogance franco-française endémique à certains forumeurs-moucateurs et leur mépris constant envers Madagascar. Ils sont sans doute tellement fiers de leur régime politique qu'il est sans doute à leurs yeux le seul modèle valable ?

En fait, depuis 1958 il y a eu 7 présidents à Madagascar, plus cinq qui ont juste assuré un l'intérim seulement dont un qui a été assassiné.
Au même moment, la France, de 1958 à ce jour en a eu 8 ....
1- Charles de Gaulle
2- Valéry Giscard d'Estaing
3- François Mitterrand
4- Jacques Chirac
5- Nicolas Sarkozy
6- François Hollande
7- Emmanuel Macron

On voit bien que ce qui compte le plus pour la stabilité d'une Nation ce n'est pas le nombre de présidents, mais c'est le nombre de gouvernements.
En régime de monarchie présidentielle, comme en France ou à Madagascar, pays qui n'ont jamais digéré la suppression violente de leur régime monarchique, il est vrai que le président est toujours une sorte de dictateur soft se prévalant d'être élu, mais qui, une fois au pouvoir devient un chef de parti godillot d'opportunistes et de gavés, et se conduit TOUJOURS en despote et n'a plus aucun compte à rendre à ses électeurs et encore moins à son peuple, jusqu'à son éviction par un remplaçant de même type qui cristallise leurs espoirs des peuples naïfs et dépolitisés que nous sommes.

En comparaison, voici la liste des présidents de Madagascar depuis 1958-60 :

1- Philibert Tsiranana 14 octobre 1958 1er mai 1959 Président du gouvernement Chef de l'État à titre provisoire
1er mai 1959 11 octobre 1972 Président de la République

2- Gabriel Ramanantsoa 11 octobre 1972 5 février 1975 Général

3- Richard Ratsimandrava 5 février 1975 11 février 1975 Colonel

4- Gilles Andriamahazo 11 février 1975 15 juin 1975 Président du Comité national militaire Général

5- Didier Ratsiraka 15 juin 1975 30 décembre 1975 Président du Conseil suprême de la Révolution Capitaine de frégate
Didier Ratsiraka 30 décembre 1975 4 janvier 1976 Président du Conseil suprême de la Révolution Capitaine de frégate
4 janvier 1976 27 mars 1993 Président de la République Amiral

7- Albert Zafy 27 mars 1993 15 septembre 1996 Président de la République

8- Norbert Ratsirahonana 5 septembre 1996 9 février 1997 par intérim

9- Didier Ratsiraka 9 février 1997 5 juillet 2002 Amiral

10- Marc Ravalomanana 5 juillet 2002 17 mars 2009

11- Andry Rajoelina 17 mars 2009 17 novembre 2010 Président de la Haute Autorité de transition Régime de transition1
Andry Rajoelina 17 novembre 2010 25 janvier 2014 Président de la Haute Autorité de transition2 Chef de l'État à titre transitoire

12- Hery Rajaonarimampianina

11.Posté par klod le 24/04/2018 17:23

merci post 10 pour ce rappel historique . un oubli : Pompidou .

12.Posté par Riton Rouflaquettes le 24/04/2018 18:27

Merci Klod, oui j'ai oublié de le relever. Il a "régné" je crois trois ans.
Quant à Gabriel Ramanantsoa il a aussi dirigé le pays pendant près de deux ans et demi, donc on peut compter 8 présidents en France depuis 1958 et 8 présidents à Madagascar depuis 1958.

13.Posté par Moi président le 24/04/2018 22:48

@5 : n'oubliez pas que pour la Corée du Nord on peut simplifier en "Il/Elle", "Un/Une" (mari/femme). Ils s'appellent tous "Kim Jong", inutile de le préciser donc.

@9 : c'est pas vous qui allez me contredire avec votre pseudo "@1" !
L'hôpital qui se fout de la charité !

14.Posté par Moi président le 24/04/2018 22:52

@3 : et sinon, vous connaissez celle du con qui cherche de l'intelligence là où il n'y a que déconnade ?

15.Posté par ORNERO le 26/04/2018 15:30

Rien de tel qu'une puissance étrangère vienne prendre le contrôle de ce pays
autrement dit à nouveaux des colonisateurs un petit peu d'ingérence dans leurs affaires
leur ferait le plus grand bien. Je pense que la présence des Russes et des Chinois leur
ferait le plus grand bien. Malheureusement ces pays vont bien quand ils sont gérés par d'autres
puissance regardez quand il y avait la France tout allait bien tout le monde avait à bouffé tout le monde
était heureux depuis qu'ils ont dégagé les Français ils ont revenus à l'âge de pierre à devoir tout
réapprendre. C'est une évidence il faut qu'ils soient à nouveau colonisés.

16.Posté par loulou le 03/05/2018 22:50

ils étaient heureux posez la question aux anciens de là bas , chez eux ils étaient exploités, ce sont toujours les autres qui s'engraissaient , aux gens qui ont fait leurs services militaires et qui ont travaillés posez leurs la question à l'époque des français? . MADAGASCAR est un grand pays riche mais mal gérer c'est une affaire interne c'est à eux de faire le travail, les politiciens sont véreux avec leurs complicités d'autres viennent exploiter la richesse de ce pays, recolonisé Madagascar c'est la pire connerie il y aura autant d'abus . russie et la chine quelle référence pour reprendre un pays courage et vive Madagascar.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 9 Août 2018 - 14:46 La terre a tremblé non loin de Rodrigues