MENU ZINFOS
Océan Indien

Madagascar : la corruption gangrène la société avec le risque d’un "véritable Etat de non-droit"


- Publié le Vendredi 2 Novembre 2012 à 07:53 | Lu 1826 fois

Madagascar : la corruption gangrène la société avec le risque d’un "véritable Etat de non-droit"
Le Bureau indépendant anti-corruption, le BIANCO qui a vu le jour en octobre 2004, pourchasse les fraudeurs, les intermédiaires et les commanditaires de tous les actes de corruption sur la Grande Ile.

Un fléau qui gangrène tous les rouages administratifs de Madagascar. Dans son dernier rapport du 30 octobre, le Bureau indépendant anti-corruption tire la sonnette d’alarme et interpelle les autorités, pour que des décisions officielles soient prises au plus vite, au risque de voir s’instaurer un "véritable Etat de non-droit" dans la Grande Ile.

La situation sur le terrain ne cesse de se détériorer, avec une recrudescence inquiétante du phénomène de corruption, sur l’ensemble du territoire malgache.

Du simple vol aux braquages à main armée au moyen de kalachnikov, en passant par le trafic illicite de bois de rose et les vols de zébus, tous les feux sont au rouge depuis la crise politique ouverte de 2009.

Pour le BIANCO qui cherche à décrypter les causes de cette insécurité grandissante, la corruption est en grande partie responsable de la déliquescence de la société à Madagascar. "Dans le cadre des trafics de ressources naturelles et la circulation des bovidés, la corruption favorise tous ces méfaits-là", souligne Lamina Boto Tsara Dia, conseiller technique au BIANCO, interrogé par Radio France Internationale.

Des gendarmes malgaches corrompus selon le BIANCO

"Pourquoi ? Parce que, malheureusement, il y a des responsables, non seulement au niveau local, mais à un niveau beaucoup plus élevé, qui facilitent ce trafic et qui par ailleurs, assurent une impunité à tous ceux qui sont impliqués par rapport à ces trafics", précise-t-il également, décrivant l'ampleur de la corruption qui s'immisce partout.

A toutes les strates, les chaînons du pouvoir sont impliqués. Mais c’est dans les collectivités décentralisées et au sein de la gendarmerie d’après le dernier rapport du Bianco, que la corruption sévit le plus et déploie ses longues tentacules. Des gendarmes malgaches, censés pourtant être les premiers garants de la stricte application de la loi.

"Ça les affaiblit dans leur rôle, justement, de garants de l’ordre, quand certains responsables s’attendent à des faits de corruption. C’est cette situation que nous, on dénonce", conclut amèrement Lamina Boto Tsara Dia.

Source: http://www.indian-ocean-times.com/




1.Posté par FLASHBOULETTE le 02/11/2012 09:23

Toujours les mêmes rengaines !!

Il y a longtemps que l'on sait que c'est la corruption qui tue des enfants tous les jour à Madagascar.

Car toutes ces richesses que contient se magnifique pays n'arrivent jamais aux plus pauvres.

Il faudrait mettre se pays sous tutelle de l'ONU, quitte à faire de l'ingérence, ne met ton pas sous tutelle certaine personnes qui sont dangereuse pour eux même ou pour les autres ?

Il faut tout revoir, et commencer par l'éduction, l'armée, la police, bref c'est un problème de gestion !!

Tous les cerveaux quittent le pays, c'est un cercle vicieux dans lequel est entrainé ce pays magnifique habité pas des gens adorables et fabuleux. Quel gachis !!

2.Posté par Montfort le 02/11/2012 14:43

Il faudrait peut être balayer devant notre porte avant de critiquer se qui se passe ailleurs.... La corruption est tout aussi présente tant en France hexagonale que sur notre île, et ceci à tous les niveaux. Un ami à la mairie, et tout s'arrange une copine à la banque et ô miracle ma demande de prêt est acceptée, un ami dans la police et à la préfecture et hop une autorisation d'ouverture tardive accordée à tel ou tel restaurateur, restaurateur qui aura eu un bon article dans le journal parce qu'il a table ouverte dans tel ou tel restaurant. Cessons de critiquer les républiques bananières car la Réunion se place trés bien dans le top 10 des corrompus, et se comporte exactement comme ces républiques, idem avec nos hommes politiques de l'hexagone, simplement eux trouvent cela naturel et il n'y a que trés peu de journalistes pour dénoncer ce big mess, surtout avec les "subventions" que ces mêmes hommes politiques font allouer aux journaux .... Alors Madagascar ne fait que faire durer ce que nous lui avons appris.....Mais pour eux c'est une question de survie....

3.Posté par Juliette CARANTA-PAVARD le 02/11/2012 15:35

*TIENS!!; on se croirait à la Réunion...

4.Posté par flashounet le 03/11/2012 19:47

Effectivement, la corruption existe bien à la réunion, mais pas à tous les niveaux comme à Mada.

Essayez de soudoyer un policier à la réunion, je ne pense pas que vous aller faire sauter votre amende !!

Essayez de payer un juge !! Bon bref, je ne vais pas me lancer dans des comparatifs.

Ce que je vois, c'est que mes enfants vont à l'école, ont un avenir, s'amuse comme les enfants de leur age.

A oui, aussi l'éternelle litanie, de "ils sont comme ça parce qu'on leur a appris à être comme ça", tout mettre sur le dos de la colonisation c'est un peu trop facile.

Ecoutez certains commerçant qui vivent la bas. Il vous diront, au moins à l'époque on avait l'eau courante !!

Réveillez vous amis Malgache et reprenez votre pays en main. Pouquoi père pedro il y arrive ??? hein pourquoi il arrive à créer une ville, des policiers, des infirmiers... Il a carrément recréé un Etat de droit !! de droit !!!

Comment pouvez vous laissé vos enfants mourir de faim ?

Alors que le pays regorge de produit naturel.



Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes